C’est en 2015 que Supermassive Games avait réussi à rassembler les joueurs en très grand nombre sur PlayStation 4 dans le cadre de la sortie d’Until Dawn. Depuis la sortie de ce jeu d’horreur narratif, le studio a eu bien du mal à continuer sur sa lancée en proposant Hidden Agenda, The Impatient ou encore Bravo Team. Trois expériences n’étant pas un succès critique auprès des joueurs. Néanmoins, plusieurs gardaient espoir lorsque le studio a annoncé The Dark Pictures: Man of Medan, le premier titre d’une série d’expérience vidéoludique narrative comme en 2015. Revisitant l’histoire du Ourang Medan, le jeu réussit-il à remettre sur les rails le studio ?

Fiche Technique

  • Date de sortie : 30 août 2019
  • Style : Narratif et Aventure
  • Classement ESRB/PEGI : M / 16
  • Développeur : Supermassive Games
  • Éditeur : Bandai Namco Entertainment
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Testé effectué sur Xbox One
  • Aussi offert sur PC et PS4
  • Prix lors du test : 39,99 $ / 24,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur
Bande annonce de lancement de Man of Medan

Une histoire de fantôme

The Dark Pictures: Man of Medan est, comme indiqué dans l’introduction de ce test, le premier opus de cette nouvelle série narrative. Ce premier chapitre raconte, donc, la légende du Ourang Medan. Ce navire est un vaisseau fantôme qui, selon la légende, est devenu une épave dans les eaux indonésiennes après que son équipage au complet est mort dans d’étranges circonstances entre 1947 et 1948.

Le fameux Ourang Medan

C’est dans ce contexte que le joueur peut, comme Until Dawn, contrôler différents personnages. Chacun d’entres eux possèdent leur personnalité et vos actions peuvent influencer les affinités avec les autres membres de votre aventure. Néanmoins, ce point est loin d’être suffisamment exploité. Peu importe nos réponses dans les dialogues, au final rien ne change dans le scénario. Le jeu indique souvent si vous avez dit quelque chose qui dérange l’un de vos amis, mais sans avoir aucune conséquence négative ni même positive. Selon moi, c’est complètement inutile d’intégrer une telle fonction si on ne s’en sert pas.

Un scénario mal divisé

Au total, il faut environ 3 heures pour terminer Man of Medan la première fois. Bien entendu, ce temps peut être plus court si vous avez déjà joué au titre. L’aventure est divisée sommairement en trois portions bien inégales. En effet, la première partie du jeu est beaucoup plus longue que le reste et n’amène rien de bien significatif au reste de l’histoire. Au final, rien n’arrive à relier de manière significative le début et la fin du jeu. Bien entendu, je ne souhaite pas évoquer la fin de Man of Medan pour ne pas gâcher le peu de plaisir que l’on retrouve sur le jeu. Selon moi, le jeu développé par Supermassive Games est bien trop court et alors qu’Until Dawn avait fait de son scénario une force, ce n’est pas le cas cette fois-ci. De nombreuses incohérences sont présents et nous sortent complètement de l’ambiance.

Un scénario qui ne fait pas de sens

Des QTE mortels

Un peu comme dans ses autres productions, Suppermassive Games a intégré des actions interactives (QTE) dans Man of Medan. Le tout permet de dynamiser un peu les phases de jouabilité qui consiste principalement à se promener sur un gigantesque bateau à la recherche de secret pour compléter le jeu à 100 %. Un peu comme dans Until Dawn, la réussite ou non de ces phases QTE ont un impact direct sur la survie de vos personnages. Il est une nouvelle fois possible de terminer l’histoire avec qu’un seul personnage ou encore de réussir à les sauver tous. C’est d’ailleurs le seul élément excitant que j’ai retrouvé dans Man of Medan. Cependant, j’ai trouvé que les bons choix étaient beaucoup trop simple à deviner et que le tout retirait le seul défi qu’offre le jeu.

Des actions contextuelles ayant des conséquences sur votre survie

D’innombrables problèmes techniques

Ce qui m’a le plus agacer dans Man of Medan est les problèmes techniques. En effet, tout au long de l’aventure, même après l’application de la mise à jour de sortie du jeu, j’ai eu droit à des freezes. J’ai également jeté un coup d’œil sur Internet et parler avec d’autres collègues et peu importe la plateforme, tout le monde a eu ces problèmes. C’est d’autant plus dérangeant étant donné que les développeurs tentent d’instaurer une ambiance horrifique. Pour ce faire, il faut que le joueur reste concentré sur le jeu. Malheureusement, avec ces problèmes, c’est pratiquement impossible.

 D’un autre côté, les déplacements avec nos personnages semblent aussi devoir être amélioré. À de nombreuses reprises, j’ai eu du mal à diriger mes personnages dans la bonne direction dans les couloirs très étroits du bateau. Sans oublier, que les phases du jeu sont entre couper de petit chargements. Tout est mis en œuvre pour couper le rythme du jeu.

Des mouvements pas toujours évidents

Le même engin, mais pas la même qualité

The Dark Pictures: Man of Medan utilise, jusqu’à preuve du contraire, le même moteur graphique que les précédents jeux du studio. Si c’est bel et bien le cas, je ne comprends pas pourquoi les textures et les animations du titre sont mauvaise. Pas besoin de nuancer, car outre les visages et certaines cinématiques, la qualité visuelle globale n’est pas à la hauteur du travail de Supermassive Games sur ses autres jeux. Heureusement que certains environnements et effets de lumière permettent de faire plaisir à nos yeux. Sans quoi, Man of Medan ne serait pas à la hauteur d’un jeu sorti en 2019.

Certaines textures laissent à désirer

Coopérer pour mieux survivre

Je ne pouvais pas terminer ce test sans mentionner le mode multijoueur. En effet, grande nouveauté de ce Man of Medan, les joueurs ont désormais la possibilité de joueur en coopération en ligne ou encore en local sur le même canapé. Il est vrai qu’il est amusant de pouvoir jouer avec des amis alors qu’il est possible de permettre à chacun de contrôler son propre personnage et, donc, de déterminer s’il va survivre ou non. Préparez-vous à débattre avec vos amis surtout si vous jouer en ligne alors que vous ne voyez pas ce que votre ami à sous ses yeux. Chaque personne a sa propre vision et il est primordial de s’entraider. Le mode multijoueur est vraiment, selon moi, un ajout de taille à ce genre de jeu et je lève mon chapeau à l’équipe de développeurs.

Le mode multijoueur apporte de la diversité à la jouabilité

Conclusion

Le premier chapitre de cette anthologie intitulé The Dark Pictures: Man of Medan est loin d’être convaincante pour la suite des productions du studio. Alors que ce dernier a déjà annoncé travailler sur plusieurs opus pour la franchise, le titre souffre énormément autant au niveau de son scénario que du côté technique. L’histoire bien trop courte est loin d’être un argument pour un jeu commercialisé aux alentours d’une quarantaine de dollars. Si le titre se rattrape un peu lorsque l’on y joue entre amis, il est loin d’être l’expérience vidéoludique narrative de l’année.

NOTES
Note
6
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, je suis diplômé en communication. Depuis 2014, j'ai eu l'occasion d'écrire pour de nombreux sites tels que Game-Focus, l'Épée Légendaire et bien évidemment Geeks and Com'. J'ai également animé plusieurs émissions sur le web que ce soit des podcasts et des diffusions en direct notamment sur Gaming Live, l'ancienne Web-Tv de jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.