Lorsque les premières images du jeu Darksiders Genesis ont fait le tour des Internets, je me demandais bien vers quoi voulait se diriger THQ Nordic. Après tout, le dernier titre ne datait pas tant que cela. De plus, rendu au troisième, nous sommes en droit de nous attendre au jeu avec le personnage qui n’a toujours pas eu son heure de gloire, j’ai nommé Strife. Mais non, c’est plutôt un tout nouveau genre qui est emprunté par Airship Syndicate, celui du hack and slash avec vue isométrique. Est-ce que l’on se retrouve donc avec un clone du célèbre Diablo ou Darksiders Genesis réussi à tirer son épingle du jeu?

Fiche Technique

  • Date de sortie : 14 février 2020
  • Style : Hack and Slash, Action, RPG
  • Classement ESRB / PEGI : T / 12
  • Développeur : Airship Syndicate
  • Éditeur : THQ Nordic
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Disponible sur PC, Playstation 4, Xbox One, Nintendo Switch et Google Stadia
  • Testé sur Playstation 4
  • Prix lors du test : 39,99 $ / 39,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Retour pour War, arrivé pour Strife

Amateur incontestable de la série Darksiders, j’ai joué à tous les titres disponibles. À mon humble avis, la série battait de l’aile et n’offrait plus ce que le premier avait donné, soit un titre de qualité avec beaucoup de plaisir. Arrive alors Darksiders Genesis, un titre totalement différent des autres. Il mets en scène War, personnage du premier opus et Strife, le cavalier de l’Apocalypse que nous n’avions pas eu la chance de voir jusqu’à aujourd’hui.

On se retrouve bien avant toutes les aventures des précédents Darksiders, alors que le Conseil exige à nos deux héros de remédier à une menace. Celle-ci est sensiblement la même qu’avant, soit le risque de voir l’humanité être éradiqué pour toujours. Représenté par Lucifer, cette dite menace vous mènera vers des personnages connus, tel que Vulgrim, vendeur ambulant particulièrement plaisant. Tel que mentionné, une vue isométrique vous est imposée durant l’aventure, donnant l’impression d’être dans un nouveau type de jeu auquel nous avant été habitué avec la série. Se rapprochant des hack and slash traditionnel, on remarque aussi qu’il peut s’apparenter à un twin stick shooter en raison de la façon de jouer de Strife. D’ailleurs, expliquons un peu plus les deux héros.

Nos deux cavaliers se contrôlent différemment un de l’autre. Strife est beaucoup plus rapide que son frère et dispose de pistolets. Bien qu’il puisse attaquer de près également, c’est grandement grâce à ses deux armes que l’on préfère faire appel à lui. Quand à War, l’effet de lourdeur se fait sentir avec lui mais la puissance également. Son épée ramasse tout sur son passage au désespoir des ennemis. Bref, chacun d’eux sont très différents, ce qui nous offre une dynamique très variée au fil de l’aventure.

Strife fait pew pew!

Une petite aventure? Pas du tout!

Évidemment, qui dit spin-off dit habituellement moins grande envergure. Alors que l’on peut croire que Darksiders Genesis ne sera pas à la hauteur des autres titres, que ce soit au niveau de la durée ou de la qualité, on remarque rapidement qu’il en est rien. Effectivement, la durée est au rendez-vous, avec un jeu qui est près du précédent et une très bonne qualité. Graphiquement, le jeu reste dans les tons, avec ses couleurs sombres mais à la fois très apparentes.

Vient par la suite l’arbre de compétence. Chacun de nos deux héros ont des pouvoirs propre à leur disposition et on peut améliorer le tout au fil de l’aventure. De pouvoirs en pouvoirs, ils deviennent surpuissant avec le temps et on peut comprendre les ennemis de craindre Strife et War. Ajoutons à cela des compétences qui sont débloquées afin de rendre les phases de plateforme variées et amusantes. Parce qu’au final, c’est ça Darksiders Genesis : un jeu amusant!

Quand tu admire la vue!

Et du coop!

Darksiders Genesis est bâti de deux façons pour notre plus grand plaisir. Premièrement, le jeu peut se faire seul, avec une simple action à faire pour contrôler un ou l’autre des personnages. Ou bien vous pouvez le jouer à deux, que ce soit en coop local ou en ligne. Une pierre sur votre chemin vous permettra de faire appel à votre ami en ligne afin que vous puissiez combattre côte-à-côte. La stratégie à adopter à ce moment devient différente et on apprécie grandement l’aide qui peut nous être apporté par notre partenaire.

Il est cependant dommage de constater deux points. Le premier est que les décors sont parfois mal situés, ou bien c’est la caméra qui l’est, ce qui fait que l’on se retrouve dans des situations problématiques et on est coincé. Deuxièmement, il y a tellement d’actions à l’écran qu’il peut être complexe de s’y retrouver. Le temps nous habitue à cette situation mais cela peut provoquer un mécontentement chez certain.

Il va faire chaud ici!

Conclusion

Darksiders Genesis est plus qu’un simple spin-off. Les amateurs de la série y trouveront facilement leur compte alors que plusieurs nouveaux adeptes pourraient aussi voir le jour. Sans redéfinir le genre, Airship Syndicate et THQ Nordic contrôle assez bien leur sujet pour en faire une bonne aventure. Et c’est tout ce qui importe.

NOTES
Note d'enthousiasme
8
PARTAGER
Planificateur numérique de jour, amateurs de jeux vidéo le soir, j'aime pas mal tous les genres et je peux en parler durant des heures, tant que cela se fait dans le respect. Ce n'est pas parce qu'un jeu est mauvais qu'il l'est pour tous. Sauf E.T. sur Atari. Ça, c'est mauvais.