La nostalgie. Dire qu’il y a des compagnies qui font fortune à partir de seulement cet aspect serait un euphémisme. Partout, les termes reboot, remastered, remake et bien d’autres sont utilisés afin de profiter de la popularité d’autrefois. À l’occasion, le jeu en vaut la chandelle et on se retrouve avec quelque chose de qualité. Mais il arrive également le contraire et c’est plutôt une insulte à l’oeuvre d’origine qui nous est présentée. Il existe aussi les inspirations et les hommages, qui tirent également parti de tout cela mais avec des éléments nouveaux. CrossCode, de Radical Fish Games, fait parti de ces derniers. Mais est-ce que le studio a réussi là où tellement de jeux ont lamentablement échoué? C’est ce que nous allons découvrir dans le test de CrossCode!

Fiche Technique de CrossCode

  • Date de sortie : 9 juillet 2020
  • Style : Jeu de rôle
  • Classement ESRB/PEGI : T / 12
  • Développeur : Radical Fish Games
  • Éditeur : Deck 13
  • Langue d’exploitation : offert en anglais
  • Disponible sur PC, Xbox One, Playstation 4 et Nintendo Switch
  • Testé sur Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 25,19$ CAD / 19,99€
  • Site Officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur
  • Une copie physique peut être précommandé ici
  • À noter que l’éditeur n’influence pas notre processus d’évaluation

C’est rétro ou c’est nouveau?

Avec CrossCode, on se retrouve avec un bel hommage aux jeux de notre enfance mais avec des éléments plus actuels. Clairement inspiré par les Chrono Trigger, Final Fantasy et Star Ocean précédents, c’est l’enveloppe du jeu qui est plus d’actualité. Voyez-vous, on incarne Léa, un avatar dans un MMO qui a malheureusement perdu toute sa mémoire. Si on devait résumer CrossCode, il s’agit d’un jeu dans un jeu. On est un personnage, contrôlé par une personne, qui vit une aventure dans un jeu vidéo et dans un monde imaginaire, CrossWorlds. Bien que le terme MMO ait été mentionné, on est devant un jeu de rôle tout ce qu’il y a de plus classique. On se retrouve avec des amis, on a des quêtes, on ramasse des articles, bref, l’habituel. Là où CrossCode tire son épingle du jeu, c’est dans la profondeur du scénario et des possibilités.

Parce que comme tout bon jeu de rôle, il y a la trame principale et toutes les missions annexes qui les accompagnent. Évidemment, libre à nous de choisir si on désire se plonger dans les missions secondaires mais une grande majorité d’entre elles valent la peine, je peux vous l’assurer. De plus, on veut toujours augmenter nos caractéristiques, n’est-ce pas?

CrossCode début

Une profondeur surprenante

Accompagné de Lea et de ses acolytes, on se lance dans l’aventure. Bien entendu CrossWorlds se trouve devant un terrible danger qu’il faudra affronter. Malgré que l’on ne comprend pas bien la menace qui nous observe, on sait une chose : nous devons amasser les quatre éléments de CrossWords, soit le feu, la glace, la foudre et la terre. Ces quatre éléments vont débloquer des compétences transversales à notre personnage. Je dis bien transversale parce qu’il y a également un autre arbre de compétence qui pourra être amélioré au fil de l’aventure. Et cet arbre est tout simplement monstrueux, avec bien des directions pour celui qui voudra parfaire Lea.

Et puis cette profondeur dans CrossCode ne s’applique pas uniquement à l’élément jeu de rôle. On embarque dans un univers complètement envoûtant avec un scénario qui est à la fois comique, inspirant et mélancolique. Parfois, on passe même d’un sentiment à un autre dans le temps de le dire. En tout honnêteté, il s’agit sans doute d’une des histoires les plus poignante et captivante que j’ai eu la chance de vivre dans ce type de jeu depuis très longtemps. Oui, l’utilisation de l’amnésie n’est pas une première dans un jeu mais ce que les développeurs en ont fait est vraiment plus poussé que la multitude de jeu sur le marché.

CrossCode boss

Quelques lacunes

Pas grand chose à mentionner de mal sur le jeu, heureusement. Mais s’il y avait quelque chose que l’on pouvait pointer du doigt, c’est principalement le fait que le jeu n’est pas disponible dans la langue de Molière. Avoir plus de 50 heures de jeu en anglais, cela peut représenter un élément négatif pour plusieurs. Sinon, il est vrai que sur la Switch du moins, le nombre d’images par seconde peut diminuer, au point de voir un ralentissement. Rien pour compromettre la jouabilité, loin de là. Et c’est principalement quand il y a beaucoup d’actions devant nous que ça se produit.

CrossCode combat

Verdict de CrossCode

CrossCode en soi représente bien plus qu’un simple hommage comme il y en a des tonnes sur le marché. Non, le jeu possède sa propre âme qui fait de lui, à mon humble avis, un des meilleurs jeu de rôle joué dans les dernières années. Il est la preuve que l’aspect graphique en est un parmi d’autre mais qu’il ne constitue pas l’unique facteur qualité. Il y a de quoi en avoir pour son argent et il serait dommage de passer à côté.

NOTES
Note d'enthousiasme
9
PARTAGER
Planificateur numérique de jour, amateurs de jeux vidéo le soir, j'aime pas mal tous les genres et je peux en parler durant des heures, tant que cela se fait dans le respect. Ce n'est pas parce qu'un jeu est mauvais qu'il l'est pour tous. Sauf E.T. sur Atari. Ça, c'est mauvais.