C’était en 2006 que les amateurs de jeu de simulation ont eu l’occasion de jouer au dernier opus de la franchise Microsoft Flight Simulator. Réputée pour son réalisme, la série n’avait pas eu l’opportunité de profiter de l’incroyable évolution technologique des dernières années. C’est, donc, avec énormément d’enthousiasme que les joueurs admiraient les premières images du nouvel épisode de la série lors de l’E3 2019. Après quelques phases bêta, le titre est désormais disponible pour tous sur PC et sans frais supplémentaire pour les abonnés du Xbox Game Pass. Voici notre test complet de cette édition 2020 de Microsoft Flight Simulator !

Fiche technique

  • Date de sortie : 17 août 2020
  • Style : Simulation
  • Classement ESRB / PEGI ESRB E / PEGI 3
  • Développeur : Asobo Studio
  • Éditeur : Xbox Game Studios
  • Langue d’exploitation : disponible en français
  • Disponible sur PC et à venir sur Xbox
  • Testé sur PC
  • Prix lors du test : 79,99 $ CA / 69,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Intéresser les néophytes

Ce n’est pas un secret, la franchise Microsoft Flight Simulator cible les amoureux de l’aviation et des expériences de simulations immersives. À plusieurs reprises, la série était peu attirante pour les néophytes du genre qui avait l’impression d’être libéré sans trop obtenir d’explications. De ce fait, les joueurs occasionnels ne se sentaient pas inclus dans l’expérience que proposaient les développeurs de l’époque. Le défi était énorme pour l’équipe d’Asobo Studio qui devait réussir à rendre la franchise plus accessible. Une tâche pas nécessairement évidente alors que l’on doit trouver un juste milieu qui peut satisfaire les deux types de joueurs.

Selon moi, la mission est réussie pour ce nouveau Microsoft Flight Simulator. En plus des missions d’entraînements disponibles dès l’ouverture du jeu, les joueurs peuvent personnaliser leur expérience avec de nombreuses aides au pilotage. Il est possible d’utiliser l’intelligence artificielle pour contrôler les communications radio, les plans de vol, et même le contrôle total de l’avion. Le jeu intègre aussi un nouveau système de check-list qui permet à chacun de ne rien oublier lors du décollage, de l’atterrissage ou encore lorsque vous êtes dans les airs. Celle-ci peut être complétée manuellement ou encore automatiquement en appuyant sur un simple bouton. Sans oublier qu’il est toujours possible d’utiliser votre périphérique favori pour jouer au jeu que ce soit votre clavier, votre manette ou votre contrôleur. Tout est mis en œuvre pour que le titre reste le plus accessible possible !

Une jouabilité précise

Même si vous n’utilisez pas un contrôleur spécialisé dans ce type d’expérience, la jouabilité globale de ce Microsoft Flight Simulator est très agréable. Les développeurs avaient annoncé un moteur physique de pointe afin d’augmenter considérablement l’immersion. En tant que joueur, on ressent ces améliorations et c’est surtout flagrant alors qu’en plein vol, on peut ressentir des turbulences selon les conditions météorologiques. Le système météo propose d’ailleurs d’activer la météo en temps réel qui comprend la vitesse et la direction du vent, la température, l’humidité, la pluie, etc. Sans oublier que le cycle complet de jour et de nuit comprend les règles de vol à vue et la navigation de nuit afin d’offrir toujours plus de réalisme. Au niveau de l’interface, il est possible de personnaliser complètement les informations affichées à votre écran selon vos préférences. Il est aussi possible de configurer ses touches comme on le souhaite.

Un cockpit complet et fonctionnel ?

Si vous souhaitez obtenir une expérience vidéoludique immersive, vous allez sans aucun doute faire comme moi et jouer en majorité avec la vue cockpit. De ce côté, les développeurs d’Asobo Studio on travailler d’arrache-pied pour offrir la meilleure modélisation possible que ce soit à l’extérieur de l’avion ou à l’intérieur. J’ai néanmoins eu quelques réserves alors que les plus gros aéronefs disponibles ne proposent pas une instrumentation totalement interactive. En effet, dans les petits modèles de Microsoft Flight Simulator, il est possible d’interagir avec pratiquement tout ce que l’on retrouve dans le cockpit. Malheureusement, ce n’est pas le cas sur les gros appareils qui possèdent très peu d’éléments d’interactions à mon avis. Au total, le titre comprend 20 avions alors que des appareils supplémentaires sont disponibles via les différentes éditions spéciales et qu’il ne serait pas surprenant que des DLC soient commercialisés dans les mois à venir.

Un monde vivant et gigantesque

Le plus impressionnant de ce Microsoft Flight Simulator est l’immense terrain de jeu qui est simplement la terre. Au total, le titre intègre plus de 37 000 aéroports, 1,5 milliards de bâtiments, 2 billions d’arbres, de montagnes, routes, rivières et plus encore. Sans oublier l’intégration de la circulation aérienne en temps réel et la présence d’automobile au sol, et même des animaux. Vous l’avez peut-être déjà compris, la terre est très bien représentée et c’est un réel plaisir de parcourir les endroits que l’on ne connaît pas pour faire un peu de tourisme, mais le plus intéressant est de reconnaître sans aucun problème les villes que l’on a déjà visité dans la vie réelle. Avec l’utilisation de l’option photo-réaliste, le titre utilise les cartes du moteur de recherche Bing afin d’offrir le plus de réalisme possible. En vol, on reconnaît les différentes routes, et même les maisons de nos quartiers favoris. L’utilisation de Bing permet aussi d’offrir encore plus d’immersion même dans les petits villages. On peut, donc, parcourir le monde entier dans le confort de notre chaise. Il est aussi possible de jouer en multijoueur afin de voyager avec des amis ou encore de compléter des défis pour déterminer le meilleur pilote au monde.

En prendre pleins les yeux

Si vous avez déjà visionné des vidéos sur Microsoft Flight Simulator, vous allez peut-être être surpris qu’il s’agît du rendu visuel que l’on obtient dans le jeu. Les effets de lumières, la modélisation des différents lieux importants sont magnifiques et j’ai trouvé que c’était un vrai bonheur de parcourir des centaines de kilomètres. Même si les textures au sol ne sont pas nécessairement de très grande qualité, lorsque l’on est à une bonne altitude le résultat est splendide. On ne remarque pas ce genre de détails et c’est d’ailleurs une bonne idée du studio de pouvoir rediriger les ressources là où ça compte. Si Asobo Studio assure que le titre est jouable selon les configurations minimales et recommandées, je conseille d’excéder ces recommandations si on souhaite obtenir la meilleure expérience visuelle possible. Heureusement, il est possible d’utiliser les programmes de vos cartes graphiques (Nvidia ou AMD) afin d’optimiser au maximum les performances. Néanmoins, il est préférable d’installer le titre directement sur un SSD. Les temps de chargement sont plutôt longs et cela pourrait en décourager plusieurs. Veuillez prévoir au minimum un stockage de plus de 100 go et encore plus avec le contenu supplémentaire qui arrivera très certainement dans les prochains mois. Vous l’avez compris, Microsoft Flight Simulator est extrêmement gourmand et il est préférable de vérifier les informations fournies par les développeurs avant d’en faire l’achat. Il sera dommage de ne pas être capable de jouer au jeu dans de bonnes conditions et s’en rendre compte beaucoup trop tard.

Conclusion

Microsoft Flight Simulator est sans aucun doute l’une de meilleures expériences de simulation de cette année, mais également pour les prochaines années. Le titre développé par Asobo Studio propose une jouabilité accessible sans pour autant être trop facile pour les habitués de ce type de jeu. S’il faut un ordinateur assez puissant et qu’il faudra encore quelque mise à jour pour offrir une meilleure optimisation, on a le droit à des paysages et une expérience extraordinaire au niveau visuel qui charmera quiconque qui souhaite décoller. Le plus intéressant à mon avis est qu’il est possible de voyager et d’apercevoir les plus villes du monde sans pour autant quitter notre chaise.

NOTES
Note
9
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, je suis diplômé en communication. Depuis 2014, j'ai eu l'occasion d'écrire pour de nombreux sites tels que Game-Focus, l'Épée Légendaire et bien évidemment Geeks and Com'. J'ai également animé plusieurs émissions sur le web que ce soit des podcasts et des diffusions en direct notamment sur Gaming Live, l'ancienne Web-Tv de jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.