Dans les dernières années, certains genres sont ressorti plus souvent en terme de popularité. On dirait que le public en demande encore et encore. Il y a le Battle Royale, de façon assez évidente. Puis aussi les jeux à difficulté élevé, comme la série Souls. Et finalement, les Rogue-like tel que Dead Cells, Enter the Gungeon ou bien le très récent Hadès. Il est donc normal de voir multiples jeux s’inspirer de ces genres si apprécié. Le jeu d’aujourd’hui, Foregone, s’en inspire grandement et ne s’en cache pas. La vrai question est : est-il en mesure d’avoir sa propre âme? Est-ce que Big Blue Bubble a su tirer leur épingle du jeu? Ou ce n’est qu’une pâle copie de ce qui est déjà disponible à répétition sur le marché? Bref, voyons ce que Foregone a dans le ventre!

Fiche technique de Foregone

  • Date de sortie : 13 octobre 2020
  • Style : Action / Aventure
  • Classement : ESRB T / PEGI 16
  • Développeur : Big Blue Bubble
  • Éditeur : Big Blue Bubble
  • Langue d’exploitation : Offert en français
  • Disponible sur Nintendo Switch, PlayStation 4, Xbox One et Epic Game Store
  • Testé sur Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 38,99$ CAD / 29,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

La première des guardiennes

L’histoire de Foregone est somme toute relativement simple. La ville de Calagan n’est plus ce qu’elle était. La raison : une autre ville a ravagée sa population en raison de sa jalousie pour l’avancée technologique que Calagan possède. Afin de défendre le peuple restant, on incarne une super-soldate, la première Arbitre. Bon, c’est pratiquement tout ce que l’on va savoir au départ. Afin d’en découvrir plus, des livres sur notre chemin raconte l’histoire d’autres personnes et de la ville. Mais bon, on ne joue pas à ce genre de jeu pour l’histoire, on s’entend?

Le premier élément qui frappe lorsque l’on commence une partie de Foregone est la ressemblance avec le connu Dead Cells. Visuellement, nous sommes dans de quoi de très proche, avec des couleurs très criardes. Mais pour notre plus grand bonheur, c’est ici que la ressemblance s’arrête. À partir d’ici, on constate que Foregone réussi à avoir sa propre identité.

Foregone Boss

Rogue-like? Aventure? Un peu de tout?

Bon, il est évident qu’en raison de la ressemblance avec le jeu mentionné plus haut, les gens s’attendent à de quoi de similaire dans le style de jeu. Et bien il en est rien! S’approchant des Metroidvania dans son approche, en raison du level design, on s’en éloigne par sa linéarité. En effet, on se déplace d’une région à l’autre sans jamais vraiment y revenir à moins de le vouloir soi-même. Cependant, un point central fait référence de quartier général et nous oblige à y revenir fréquemment. Pourquoi? Premièrement, c’est l’endroit qui fait office de point de résurrection lorsque l’on meurt. Deuxièmement, si on désire améliorer notre personnage ou notre équipement, c’est également la place. Il y a également un personnage qui nous suggère de regagner ce que nous avons perdu lors de notre mort. Oui, comme les Souls!

Parce que mourir, cela va vous arriver souvent, même de plus en plus lors de votre aventure. Pour se défendre, plusieurs options s’offre à nous. Malgré le manque de variété d’armes à mon avis, certains sont du moins originaux. On a une arme de mêlée et une arme de distance en tout temps. Épée, lance, sabre, gun-chuk et plus pour se défendre (oui oui, gun-chuk!) de près et fusil, arc pour la distance. Il y a quand même de quoi varier mais on aurait aimé plus.

Foregone mêlée

Tirer son épingle du jeu

Ça va de soi que Foregone se devait de se différencier s’il désire être remarqué. Et heureusement, il s’en tire assez bien. Les différents mondes que l’on visite sont assez variés, autant du côté visuel que des ennemis que l’on affronte. Parce que dans un jeu de la sorte, la dernière chose que l’on désire faire est la même action, encore et encore. On attaque, on évite, on utilise la magie (parce que oui, on possède des pouvoirs) et on poursuit notre périple.

La magie prend beaucoup de place dans Foregone, que ce soit pour nous redonner de la santé ou bien attaquer les ennemis plus fort. À vous de choisir ce qui vous plait le plus et convient à votre style de jeu. Et cela vaut la peine d’essayer chacun en raison de leur différence. Donc, pour résumé, les attaques de mêlée, les armes à distance et la magie. Bref, il y a de quoi de défendre.

Et le point final est les combats contre les boss. Ils sont bien réalisé et on les attend avec enthousiasme. Chacun à des attaques très différentes, on doit s’adapter assez rapidement pour bien de défendre et en venir à bout. Il va s’en dire, on vit pour ces combats plus grand que nature.

Foregone plateforme

Mais pas que du bon

Malheureusement, ce jeu n’est pas sans reproche. Dans Foregone, on a l’impression que les images par secondes sont vraiment au ralenti. L’action est saccadée, parfois lente alors que ce n’était pas le cas il y a quelques minutes. Cela fait mal au jeu et nuit grandement à sa qualité. Si on doit ajouter un autre élément, c’est le « hit or miss » de notre arme à feu. Alors que l’on a un ennemi proche de nous, le personnage ne tire pas nécessairement dans sa direction. Il va plutôt tirer devant, là où rien ne se trouve. C’est triste de voir que ce genre de chose peut encore se produire aujourd’hui.

Foregone combat

Verdict de Foregone

Foregone est loin d’être parfait. Mais ce n’est pas une simple copie de jeux qu’on a vu à la tonne. On se retrouve devant un jolie petit jeu, avec assez de variété pour être apprécié du début jusqu’à la fin. Peut-être qu’il ne restera pas dans votre mémoire mais vous aurez eu du plaisir le temps d’y jouer. C’est ça l’important.

NOTES
Note d'enthousiame
7
PARTAGER
Planificateur numérique de jour, amateurs de jeux vidéo le soir, j'aime pas mal tous les genres et je peux en parler durant des heures, tant que cela se fait dans le respect. Ce n'est pas parce qu'un jeu est mauvais qu'il l'est pour tous. Sauf E.T. sur Atari. Ça, c'est mauvais.