En 2084, dans un monde complètement ravagé autant par la guerre que par une pandémie nouveau genre nommée le nanophage, il existe de nouveaux types d’enquêteurs.  Ces enquêteurs futuristes ont la possibilité d’infiltrer les souvenirs d’une personne grâce à un appareil appelé le Mange-Rêve.  Leur aide est vraiment nécessaire puisque la criminalité ainsi que le commerce illégal sont désormais omniprésents.  On les nomme : Observer.

  • Date de sortie : 10 novembre 2020
  • Style : Aventure, Horreur psychologique
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB M / PEGI 18
  • Développeur : Bloober Team, Anshar Studios
  • Éditeur : Bloober Team
  • Langue d’exploitation : Voix en anglais, sous-titré en français
  • Disponible sur Xbox Series, PS5 et PC
  • Testé sur Xbox Series X
  • Prix lors du test : 38,99$ CAD / 29,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Histoire

Vous incarnez Daniel Lazarski, un observateur aguerri qui a mené de nombreuses enquêtes par le passé.  Alors qu’il est dans son véhicule de police et qu’il communique avec la centrale, le signal est interrompu.  Il reçoit alors un message énigmatique de son fils Adam qu’il n’a pas revu depuis plusieurs années.  Adam informe Daniel que son canal de communication est sous écoute et qu’une menace les guette.  Déterminé à découvrir ce qui se passe et par le fait même à revoir son fils, il se rend à son appartement.

Le jeu se déroulera d’ailleurs entièrement dans cet immeuble lugubre et miteux plongé dans un monde réel et virtuel.  Cet édifice est un immense labyrinthe de couloirs où il est très difficile de se repérer.  Après une discussion avec le concierge de l’immeuble, nous apprenons le numéro d’appartement d’Adam.

Daniel s’empresse de s’y rendre et y découvre une scène horrible.  L’appartement est sens dessus dessous et dans le salon se trouve un cadavre sans tête.  Est-ce réellement Adam ?

Bienvenue dans le royaume du psychédélique

Ce qui saute aux yeux lorsque l’on débute le jeu, c’est qu’il ne faut pas être épileptiques pour profiter d’Observer.  Le jeu enchaîne les images subliminales, la distorsion de l’image et du son, le tout étant d’un réalisme et d’une beauté à faire peur.  Il s’agit d’un remaster fait uniquement pour les consoles nouvelles générations et ça paraît dès que l’on commence.

Le jeu est fluide et offre du 4k à 60 images secondes sans aucune baisse de régime.  Déjà que d’explorer l’immense immeuble offre son lot de psychose, vous verrez que le tout devient complètement fou lorsque nous entrons dans les souvenirs des personnes.  Les souvenirs fonctionnant comme des rêves, il n’y a aucune logique lorsque vous êtes dans ceux-ci.  Il n’est pas rare d’être dans un salon, d’ouvrir une porte pour se retrouver dans une immense pièce avec des cubicules et d’être propulsé (toujours avec des effets psychédéliques pour perturber le joueur) par la suite dans une prison.

Il est difficile d’expliquer à quel point l’univers créé par Bloober peut être dérangeant tout en étant très cohérent.

Remonter la piste

Notre but principal est de tenter de trouver le meurtrier qui a laissé le corps dans l’appartement d’Adam pour comprendre ce qui se passe.  Notre parcours cependant sera parsemé d’embûche et puisque Daniel est un Observateur, il aura plusieurs autres enquêtes à effectuer conjointement à la quête principale.

D’ailleurs, Bloober offre trois nouvelles enquêtes dans ce remaster en plus d’avoir effectué beaucoup de modifications suite aux opinions des joueurs.  Ils ont ajouté de nouvelles mécaniques et ont retiré des scènes ou des puzzles que les joueurs détestaient.  Ça donne un jeu se concentrant seulement sur ses points ports.  Les enquêtes sont variées et très intéressantes.

Climat de peur

Ce que vous remarquerez rapidement, c’est que tout le monde est craintif dans cet édifice d’autant plus que dès notre arrivée, le bâtiment est mis en confinement.  Il est impossible de faire marche arrière.

La plupart des gens que nous interrogeons semblent apeurés.  Dans ce futur, l’ajout d’implants neuronaux et cybernétiques est monnaie courante.  C’est aussi commun que de se faire tatouer.  Cette nouvelle façon de vivre a créé par contre un évènement épouvantable nommé le nanophage.  Certaines personnes « améliorées » par des implants ont été infectées par leurs implants et ont développé une nouvelle maladie.  Énormément de gens sont morts de ce fléau et tout le monde se méfie de tout le monde.

Lors de notre périple, nous rencontrons même une famille n’ayant aucun implant ce qui est très rare.  Ils sont appelés des immaculés.

Très violent et dérangeant

Observer nous avertit que ce jeu n’est pas pour tous et pourrait déranger certains joueurs.  Je confirme que l’avertissement ne doit pas être pris à la légère.  Nos enquêtes nous amènent sur des lieux de crime très violent et sanglant avec un réalisme criant. 

Si vous jouez avec un casque d’écoute, le tout est encore pire (ou mieux dépendant du point de vue).  Il n’y a pas que les images qui peuvent perturber, mais la bande sonore également.  Il faut d’ailleurs féliciter l’excellent travail du regretté Rutger Hauer qui incarne Daniel.  Son interprétation de cet observateur ayant un passé obscur est parfaite.

Des enquêtes futuristes

Daniel possédant de multiples implants cybernétiques, il peut effectuer les enquêtes à sa façon.  Il est possible d’utiliser sa vision électronique pour repérer des ordinateurs, des implants et même suivre des câbles électriques pour savoir d’où provient l’électricité par exemple.  Sa vision biologique lui permet d’analyser tout ce qui est « vivant » que ce soit des traces de sang, des plantes et autres.  Il possède également une vision nocturne très utile.

Vous aurez l’opportunité de scanner beaucoup d’objets pour découvrir de quoi il s’agit.  Il y a quelque chose d’assez irritant à ce niveau qui n’a malheureusement pas été corrigé dans ce remaster.  Il peut être très difficile de saisir ou de scanner un objet que l’on peut saisir, car même si l’on est devant, l’icône permettant d’interagir n’apparaît pas.

Bloober ont d’ailleurs laissé une une mécanique mal exploitée dans le jeu.  Pour rester synchroniser avec la réalité, il est nécessaire de trouver et de consommer des pilules de synchronisation.  Si le tout n’est pas fait, l’environnement autour de nous se déphase et se brouille.  Quand j’écris que la mécanique est mal implantée, c’est que sauf lorsque vous finissez une séquence avec le mange-rêve, je n’ai jamais eu besoin de consommer ces pilules.

Des petits à-côtés

Il y a énormément d’objets à collectionner dans le jeu qui nous permettent d’en apprendre plus sur l’univers.  Ce qui est dommage, c’est que la grande majorité peut être manquée et impossible à récupérer en fonction de l’avancée de notre enquête principale.

Je ne suis pas un grand fervent des objets à collectionner dans un jeu quand ceux-ci ne servent à rien.  Observer possède malheureusement une collection de ce genre.  Caché des cartes de patient infecté par le nanophage.  Ces cartes ne servent à rien si ce n’est qu’obtenir un succès/trophée.

Sur chaque ordinateur que vous accéderez (ou presque), vous pourrez jouer à un petit jeu d’arcade en 2D.  Ce mini jeu consiste à récupérer tous les sous d’un niveau en évitant les araignées qui tentent de vous manger.  C’est assez amusant et ça donne une pause sur les multiples visions d’horreur que vous voyions.

Verdict

Étant le premier jeu exclusif aux consoles nouvelles générations, j’arrivais avec beaucoup d’attentes.  Malgré le fait qu’il s’agit d’un remaster, mes attentes ont été comblées.  Le jeu est d’une beauté et d’un réalisme épeurant sans aucune baisse d’images par seconde.  J’avais déjà joué au jeu original, mais cela ne m’a pas empêché de profiter de celui-ci.  Les séquences de rêve sont complètement folles et les différentes enquêtes sont très intéressantes à mener.   Observer : System Redux a été bien amélioré par rapport à sa première version.

NOTES
Note d'enthousiasme
8.5
PARTAGER
Ancien collaborateur sur plusieurs sites de jeux vidéos et grand ami de Maxime Chartier, c'est celui-ci qui a redonné le goût d'écrire à Jonathan. Grand passionné de Xbox et chasseur de succès, sa grande passion consiste à explorer les jeux à 100%.