L’année dernière, Samsung nous avait présenté deux appareils très similaires, les Galaxy S6 et S6 edge. Seul l’écran des appareils était différent, avec deux bordures incurvées sur le second.

Cette année, la situation est bien différente, puisque non seulement la variante edge conserve son écran si particulier, mais adopte également une plus grosse batterie ainsi qu’un format plus conséquent, qui le positionne entre un Galaxy S6 edge et un Galaxy S6 edge +.

Nous avons pu passer, grâce à Vidéotron Mobile, quelques jours avec le Galaxy S7 edge avant son lancement commercial, de quoi vous en proposer un test détaillé.

Caractéristiques techniques du Samsung Galaxy S7 edge

Les caractéristiques techniques du nouveau haut de gamme de Samsung ne déçoivent pas, et en font sur le papier un appareil très prometteur. On remarquera par ailleurs des différences suivant les marchés où le téléphone est disponible, notamment au niveau du processeur.

Affichage
  • 5.5″ Quad-HD Super AMOLED (2560 x 1440)
  • Densité de pixels: 534 ppi
Dimensions150.9 x 72.6 x 7.7 mm
Poids157 grammes
ProcesseurProcesseur 64 bits octo-core Samsung Exynos 8890 (4 x 2.6 GHz + 4 x 1.6 GHz)
Mémoire
  • 4 Go de RAM LPDDR4
  • 32 Go de mémoire interne
  • Carte micro-SD jusqu’à 200 Go
Système d’exploitationAndroid 6.0.1 Lollipop
RéseauLTE Cat. 9
Appareil photo / vidéo
  • Appareil photo principal : 12 Mégapixels, flash LED, f/1.7, OIS
  • Caméra vidéo : 4K
  • Appareil photo en façade : 5 mégapixels, f/1.7, HDR Temps réel
Connectivité
  • nano SIM
  • Connecteur Micro-USB / USB 2.0
  • GPS, A-GPS, GLONASS
Batterie / Autonomie
  • Batterie non amovible de 3 600 mAh
  • Chargement rapide
  • Chargement sans fil

Samsung Galaxy S7 edge - Test Geeks and Com -7

Design

Avec le Galaxy S6 edge, Samsung avait totalement changé le design de ses appareils haut de gamme, en utilisant du verre à profusion, ainsi qu’un cadre métallique. Le résultat était très réussi et donnait un aspect beaucoup plus premium que le plastique des générations précédentes. Le Galaxy S7 edge reprend le même principe, et ceux qui appréciaient l’appareil précédent ne devraient donc pas être déçus de la nouvelle mouture.

Tout comme le Galaxy S7, la version edge introduit une courbe à l’arrière, afin d’améliorer la prise en main de l’appareil. Celle-ci est bien moins prononcée que sur un Note 5 par exemple, mais change tout de même grandement l’impression que l’on a par rapport à un Galaxy S6 edge ou S6 edge +, en rendant les bords moins tranchants et la tenue en main beaucoup plus agréable.

Au niveau des dimensions, l’appareil est beaucoup plus proche d’un Galaxy S6 edge + qu’il ne l’est d’un Galaxy S6 edge, avec 150.9 x 72.6 x 7.7 mm contre 143.4 x 70.5 x 6.8 mm. Le poids est en revanche plus élevé que ces deux modèles, avec 4 grammes de plus que le edge +. Si cette différence peut paraître anodine, le fait que l’appareil soit plus compact fait ressortir le poids plus important lorsqu’on le prend en mains. Cela n’est cependant pas désagréable, et vient même renforcer la notion d’appareil solide haut de gamme.

Samsung Galaxy S6 edge vs S7 edge vs S6 edge plus - Test Geeks and Com -1

Après avoir essuyé de vives critiques l’année dernière lors de la suppression du port micro-SD ainsi que l’étanchéité, Samsung a finalement fait marche arrière avec sa gamme S7 et ramène ces deux fonctions très demandées. L’emplacement pour le stockage externe se trouve sur le même tiroir que la carte SIM, sur le dessus de l’appareil.

Enfin, Samsung a semble t’il fait de gros efforts pour réduire le dépassement du capteur photo de l’arrière de la coque. Celui-ci reste légèrement visible, mais n’est plus aussi présent que l’année dernière. Si cela ne m’a jamais réellement gêné sur le modèle précédent, il s’agit d’une légère amélioration à ce niveau. À noter par ailleurs que si le S6 edge avait le contour du capteur photo de la couleur de la coque de l’appareil, cette année celui-ci est noir, quelle que soit la couleur choisie pour le Galaxy S7 edge.

Samsung Galaxy S6 edge vs S7 edge vs S6 edge plus - Test Geeks and Com -4

Au niveau des couleurs justement, le choix dépendra du marché sur lequel l’appareil sera acheté. En France le Galaxy S7 edge est proposé en noir, doré ou blanc, tandis que seul le noir est disponible au Canada. Cette décision est assez incompréhensible, étant donné qu’il s’agit du modèle le plus haut de gamme. On espère ainsi que Samsung Canada réagira rapidement et introduira les couleurs disponibles aux États-Unis.

Avec le Galaxy S7 edge, Samsung vient donc compléter son offre de tailles d’écrans avec du 5,5 pouces, tout en ajoutant l’élément différenciateur du edge.

Connectivité

La connectivité du Samsung Galaxy S7 edge, identique à celle du S7, est plutôt bien fournie, avec LTE pouvant fonctionner jusqu’à 450 Mb/s sur les réseaux le supportant, du WiFi 802.11ac double bande, du Bluetooth 4.2 avec AD2P ainsi que du NFC. À noter cependant une absence qui risque de surprendre les possesseurs du Galaxy S6, mais pas ceux du Note 5 ou S6 edge +, il n’y a plus de port infrarouge sur le haut de l’appareil.

La qualité d’appel est excellente et mes interlocuteurs ne se sont jamais plaints de mal m’entendre. Je n’ai eu aucun problème de réception et les débits atteints en LTE à Montréal étaient toujours situés aux alentours des 50 Mb/s sur le réseau de Vidéotron, ce qui est largement suffisant pour la majorité des utilisations. Je n’ai pas relevé de différence notable en termes de réception entre un Galaxy S6 edge + et le Galaxy S7 edge.

Samsung Galaxy S6 edge vs S7 edge vs S6 edge plus - Test Geeks and Com -5

Écran

L’écran du Galaxy S6 edge était déjà superbe et l’on pouvait se demander comment Samsung allait pouvoir continuer à s’améliorer. C’est pourtant le cas sur différents aspects, notamment la luminosité et la justesse des couleurs.

L’écran du Galaxy S7 edge est très lumineux et c’est clairement visible lorsque l’on compare l’appareil avec un Samsung Galaxy S6 edge, qui était déjà très bon à ce niveau. Par ailleurs, Samsung a implanté un nouveau fonctionnement pour son réglage automatique de la lumière, qui s’adapte désormais à l’utilisateur, afin d’éviter les situations où l’écran est trop sombre ou trop lumineux. L’appareil va donc apprendre quel niveau de luminosité vous donnez à l’écran en fonction de la luminosité environnante, et se basera sur cela pour les prochaines fois.

Ceux qui craignent qu’une taille d’écran plus grande, et donc une densité de pixels plus faible, nuise à la qualité d’affichage pourront être rassurés, il n’en est rien. Il a été impossible de distinguer les pixels sur les Galaxy S7 et S7 edge testés, et les deux écrans paraissent aussi beaux.

Samsung semble par ailleurs avoir encore amélioré la justesse des couleurs, puisque les photographies visualisées sur l’écran de l’appareil sont légèrement moins saturées que dans le passé. Il reste bien évidemment possible de sélectionner différents profils de couleurs selon les goûts de l’utilisateur, ce qui est appréciable, car pas toujours disponible sur les appareils concurrents.

Les angles de vision sont toujours aussi bons et la technologie AMOLED permet d’avoir des noirs très profonds, ce qui est très appréciable lors de la navigation dans les menus par exemple.

La visibilité au soleil est également excellente, grâce à la forte luminosité dont l’écran est capable, un verre sur l’écran qui n’est pas très réfléchissant et à un excellent taux de contraste. Cela se voit très bien même lorsqu’on laisse la luminosité en réglage automatique. L’utilisation en extérieur reste donc facile sans devoir chercher un point d’ombre même si évidemment les couleurs sont un peu moins fidèles dans ces cas là.

Samsung Galaxy S7 edge - Test Geeks and Com -8

L’une des nouveautés amenées depuis le Galaxy S6 et que les habitués d’utilisation du téléphone dans la chambre apprécieront est le « Super Dimming Mode » : ce mode permet d’obtenir une luminosité bien plus faible de l’écran et donc de consulter du contenu sans faire mal aux yeux ou déranger quelqu’un qui dormirait à côté de soi.

Enfin, on ne peut conclure la partie de l’écran sans parler du « Always on Display », cette fonctionnalité qui permet de garder certains pixels allumés afin que du contenu soit affiché en tout temps à l’écran. Il n’est donc plus nécessaire d’allumer l’écran de l’appareil au complet pour voir les informations pertinentes, puisque l’heure, les notifications et même de petits dessins sont affichés constamment. Le Galaxy S7 edge désactive tout de même cette fonction lorsqu’il détecte qu’elle n’est pas nécessaire, comme dans une poche par exemple. Bien évidemment, cette fonctionnalité n’a rien de nouveau puisque les appareils Nokia l’avaient introduite il y a plusieurs années, mais Samsung l’a intégrée de manière intelligente et qui s’avère très pratique.

Dans les faits, l’écran du Galaxy S7 edge est donc vraiment superbe et Samsung réussit à chaque nouvel appareil mis sur le marché à faire dire qu’il s’agit probablement de l’un des plus beaux écrans qu’il nous ait été donné de voir. Sur ce point, la version edge prend les devants par rapport à la version classique, avec un écran plus grand et donc plus immersif.

Fonctionnalités de l’écran edge

Avec le lancement du Galaxy S6 edge, nombreux ont été les déçus de ne pas retrouver des fonctionnalités réellement utiles pour l’écran incurvé. Alors que sur le Galaxy Note edge, les applications pouvaient tirer parti de l’écran indépendant, il s’agissait sur les nouveaux modèles d’accéder seulement aux contacts préférés.

Heureusement, avec les mises à jour successives, plusieurs nouvelles fonctionnalités sont apparues, notamment un accès rapide aux applications ou même des raccourcis vers des tâches précises. Le Galaxy S7 edge, dernier sorti, profite ainsi de toutes ces nouveautés qui rendent l’écran edge beaucoup plus intéressant.

Il est donc possible d’accéder rapidement à la météo, ses contacts favoris, créer une action telle que prendre une note ou envoyer un SMS à un contact, consulter l’actualité ou même s’en servir comme règle pour mesurer. À cela s’ajoute la possibilité de télécharger des fonctionnalités supplémentaires pour l’écran edge, dont certains sont très pratiques, comme une barre de progression de l’utilisation des données mobiles par exemple.

Pour ceux qui n’apprécieraient pas forcément l’emplacement, la taille ou même la visibilité du bouton d’affichage des fonctionnalités edge à l’écran, il est désormais possible de paramétrer tous ces éléments afin que le tout s’adapte aux habitudes.

Bien évidemment, il reste possible d’utiliser les bords de l’écran comme identifiant lumineux de l’appelant et la bonne nouvelle est que l’écran s’illumine désormais sur les deux côtés. On risque en revanche de moins s’en servir sur ce modèle, puisqu’en mettant l’appareil à l’envers pour activer les bordures lumineuses, on ne peut plus se servir de la fonctionnalité « Always On Display ».

D’anecdotique avec le S6 edge, en passant par une évolution sur le S6 edge +, l’écran edge est devenu avec le temps un élément plutôt pratique des appareils Samsung que l’on se surprend à utiliser régulièrement.

Performances du Samsung Galaxy S7 edge

Avec le tout dernier processeur octocœur de Samsung, le Exynos 8890, 4 Go de RAM, un GPU puissant et de nouvelles API graphiques, le Galaxy S7 edge promet sur le papier d’affoler les logiciels de benchmarks. Mais avant de faire passer l’appareil par la torture en règle de toutes ces applications qui analysent en détails les performances, le ressenti de l’utilisateur en utilisation quotidienne est très important.

Et force est de constater que sur ce point le Galaxy S7 edge, tout comme le Galaxy S7, font un sans-faute : même lors de l’installation de multiples mises à jour sur le PlayStore, généralement très pénible même pour les appareils les plus puissants, je n’ai constaté aucun ralentissement. L’appareil reste extrêmement fluide, quelle que soit la tâche demandée, y compris dans le défilement de très longues et lourdes pages web.

Le Samsung Galaxy S7 edge dépasse tous les appareils que nous avons testés jusqu’à présent, en parvenant à des scores de 2163 en simple cœur et 6527 en multicœur sur Geekbench 3, tandis qu’à 3DMark sur le test Slingshot (3.1) l’appareil affiche un score impressionnant de 2188, dépassé seulement par certaines tablettes telles que l’iPad Pro ou le Pixel C.

Chose intéressante à noter, le Samsung Galaxy S7 edge a été plus performant que le Galaxy S7 dans la totalité des benchmarks réalisés. La différence n’est pas énorme, on atteint environ 5% de plus sous Gekkbench 3 et entre 5 et 10% de plus sous 3DMark, mais alors que les deux appareils sont équipés de la même fiche technique on peut penser que la taille du boîtier du S7 edge lui donne l’avantage au niveau du refroidissement et donc des performances du processeur.

Pour les amateurs de chiffres, nous avons réalisé les différents benchmarks les plus classiques, dont voici les résultats ci-dessous :

Système d’exploitation et nouveau Touchwiz

Samsung avait abordé avec le Galaxy S6 une refonte complète de son interface Touchwiz, afin de la rendre beaucoup plus simple à utiliser et surtout plus fluide. Beaucoup de fonctionnalités « gadget » telles que le verrouillage automatique de l’écran en fonction du regard de l’utilisateur avaient été retirées, avant d’être rajoutées progressivement par les mises à jour suivantes.

Android 6.0 Marshmallow étant arrivant progressivement sur les différents modèles de Galaxy S6, edge, edge + et Note 5 dans le monde, il nous avait déjà été possible d’avoir un aperçu de ce que serait l’interface du Galaxy S7. Il s’agit principalement de continuité graphique, avec certains changements de couleur.

Ainsi, la barre de notifications devient blanche au lieu du bleu auquel on était habitué, tandis que les icônes, bien qu’ayant un arrière-plan transparent par défaut, peuvent être accompagnées d’un effet blanc de transparence, pour mieux les intégrer à la charte graphique.

L’idée n’est donc pas de rentrer dans l’ensemble des fonctionnalités de l’appareil, nous dédierons plusieurs articles à celles-ci, mais plutôt de partager une bonne nouvelle : l’interface est fluide, plutôt bien pensée au niveau des couleurs, et particulièrement agréable à utiliser.

Pour les habitués de longue date de Samsung, deux choses sont importantes à mentionner : il est impossible de masquer des applications sans les désactiver, comme c’était le cas depuis le Galaxy S6, et Samsung a fait le choix de mettre toutes ses applications d’origine dans un dossier « Samsung ». Il n’y a donc qu’une seule page dans le dossier d’applications lors du premier démarrage, même si cela est bien évidemment personnalisable par la suite.

Samsung Galaxy S7 edge - Test Geeks and Com -2

Capteur d’empreintes

Depuis le Galaxy S6, les capteurs d’empreintes sur les haut de gamme de Samsung fonctionnent enfin comme on pouvait s’y attendre : il suffit de poser le doigt sur celui-ci pour que l’empreinte soit lue. Il n’est donc plus nécessaire, comme sur le Galaxy S5, de faire glisser le bout du doigt sur le bouton, au risque d’avoir un taux élevé d’échecs.

J’ai eu l’occasion de faire plusieurs tests pour comparer la vitesse de fonctionnement du capteur du S7 edge avec celui du iPhone 6s. Ce dernier est en effet extrêmement rapide, si bien que beaucoup d’utilisateurs avaient été frustrés à son lancement, car il ne laissait plus le temps de voir l’écran de verrouillage. J’ai ainsi pu relever plusieurs choses : le capteur du Galaxy S7 edge ne déclenche pas le déverrouillage si l’on ne fait qu’appuyer rapidement sur le bouton principal, à la différence du iPhone 6s.

Pour autant, cela semble plutôt être une question de paramétrage que de réelle performance, puisque lorsque l’on fait la procédure simultanément sur les deux appareils en laissant le doigt posé sur les capteurs, le Galaxy S7 edge devient fonctionnel avant le iPhone 6s, ralenti par l’animation de iOS.

Lors des tests avec le bout des doigts mouillés, le Galaxy S7 edge s’en est mieux sorti. Si les deux appareils ont été incapables de détecter mon empreinte en ayant trempé les doigts juste avant dans l’eau, après quelques mouvements seulement pour évacuer l’eau, le S7 edge est parvenu à m’identifier, mais pas le iPhone 6s. Il aura fallu attendre encore un peu que mes doigts sèchent pour que cela fonctionne. C’est donc plutôt bon signe pour ceux qui comptent tirer parti de l’aspect étanche du S7 edge.

En conclusion, la différence est extrêmement faible en termes de performances du capteur d’empreintes sur les S7 et iPhone 6s, jusqu’ici la référence dans le domaine. Samsung offre donc un moyen de déverrouiller son appareil très simple et efficace. Aucune différence n’est d’ailleurs à noter sur ce point entre les versions S7 et S7 edge.

Autonomie

S’il y a bien un point notable qui différencie les S7 et S7 edge, au-delà de l’écran, c’est la capacité de la batterie. Alors que le Galaxy S6 edge embarquait une batterie de 2600 mAh, et le Galaxy S6 edge + une batterie de 3000 mAh, Samsung a porté la capacité du Galaxy S7 edge à 3600 mAh. Il s’agit donc d’un atout majeur pour un téléphone haut de gamme d’aujourd’hui, qui a généralement tendance à sacrifier l’autonomie pour quelques millimètres d’épaisseur gagnés.

En utilisation quotidienne, l’appareil s’est en effet démontré plus résistant que le Galaxy S7, même lors de périodes d’utilisation intensive. J’ai ainsi pu tenir régulièrement plus d’une longue journée de travail, en atteignant parfois jusqu’à deux jours.

Nous avons donc décidé de soumettre l’appareil au test de batterie de PCMark, qui simule une utilisation de l’appareil avec de la navigation web, de la lecture vidéo et du travail sur des éditeurs de texte afin de déterminer l’autonomie de l’appareil en usage mixte. Alors que le Galaxy S7 a tenu 7h43 lors de ce test, la version edge affiche au compteur un impressionnant 9h20, soit près d’une heure de plus qu’un Moto X Play, qui dispose d’une batterie de capacité similaire, mais un processeur moins puissant.

À noter que le chargement sans fil est toujours présent, de même que le chargement rapide. Cette dernière fonctionnalité est toujours aussi impressionnante et voir la réserve d’énergie augmenter à vue d’oeil est vraiment très agréable.

L’autonomie est donc un argument clé pour le Galaxy S7 edge, qui permet à Samsung d’avoir un appareil haut de gamme qu’il ne sera pas nécessaire de recharger très souvent.

Samsung Galaxy S7 edge - Test Geeks and Com -6

Appareil Photo et Vidéo

Depuis le Samsung Galaxy S6, Samsung accorde un soin tout particulier à la partie photo de ses téléphones haut de gamme, et les capteurs des Galaxy S6 / S6 edge / S6 edge + et Note 5 nous avaient impressionnés. Ils avaient d’ailleurs valu à Samsung la première place du classement du très réputé Dxomark, à égalité avec le Sony Xperia Z5. Autant dire que le manufacturier était attendu de pied ferme pour la nouvelle génération de son haut de gamme.

Les capteurs présents sur les Galaxy S7 et S7 edge sont identiques, il en sera donc de même pour cette partie. Les photos présentées dans la galerie d’image ont cependant toutes été capturées avec le Galaxy S7 edge, afin de pouvoir se faire une idée précise du résultat.

Appareil photo arrière

Lords sa conférence de présentation, Samsung a été clair : l’iPhone est le produit à abattre.  Toutes les comparaisons ont été faites avec un iPhone 6s Plus, notamment en termes de sensibilité à la lumière ou encore de rapidité de focus.

Pour appuyer cette comparaison, le manufacturier nous a d’ailleurs annoncé beaucoup d’arguments : le Galaxy S7 edge embarque un capteur d’une taille de 1/2.6″ avec une ouverture de f/1.7. La taille des pixels a également été revue à la hausse, passant de 1.12 µm à 1.4 µm.

Dans les faits, tous ces chiffres se traduisent par une excellente qualité dans la quasi-totalité des usages. Le focus est en effet extrêmement rapide, même en faible luminosité, tandis que la prise de photo est instantanée. Il est bien évidemment toujours possible d’accéder au mode « Pro » afin de faire des réglages manuels, mais les amateurs du « tout automatique » qui se contentent d’appuyer sur le bouton de prise d’image ne seront pas déçus.

Nous avons ainsi pris des photos de jour, en faible luminosité, en intérieur ou encore de nuit et le Galaxy S7 edge a su se débrouiller extrêmement bien dans toutes ces conditions. Seule la teinte de certaines photos continue à être trop chaude suivant la luminosité, mais cette tendance est bien moins visible que sur le Galaxy S6.

De jour, les résultats sont très détaillés et les couleurs fidèles. Bien évidemment, le fait que le capteur soit de 12 mégapixels contre 16 sur la génération précédente ne permet pas de zoomer autant dans l’image sans percevoir de dégradation, mais cette résolution devrait tout de même satisfaire la plupart des utilisateurs.

De nuit, le Galaxy S7 edge fait encore mieux que le Galaxy S6 edge + en conservant plus de détails dans les arrières plans tout en limitant le bruit présent sur les photos. La quantité de lumière que l’appareil parvient à capturer est impressionnante, si bien que l’on se demande parfois s’il faisait réellement nuit lors de la prise de vue.

Le mode Pro est toujours présent, afin de laisser la possibilité à l’utilisateur de régler manuellement la plupart des aspects de la prise d’image, qu’il s’agisse de l’exposition, de la balance des blancs ou la mise au point, par exemple. Ceux qui n’étaient pas toujours d’accord avec les choix automatiques faits par les téléphones seront donc ravis. Il est également toujours possible de capturer des images en format RAW, permettant aux plus exigeants de retoucher leurs images par la suite et leur donner leur plein potentiel.

Vous pouvez consulter la galerie complète mise en ligne sur Flickr ci-dessous :

Appareil photo avant

Alors que certains appareils embarquent désormais des capteurs de 8 mégapixels, ciblant des amateurs de selfies, Samsung a fait le choix de conserver un capteur de 5 mégapixels, comme sur la génération précédente de ses appareils.

L’ouverture de celui-ci passe cependant de f/1.9 à f/1.7, ce qui permet de capturer beaucoup plus de lumière et d’éviter le bruit capturé. Dans les faits on ressent en effet une amélioration, même en conditions de bonne luminosité, dans laquelle le S7 parvient mieux à faire le focus et conserve un arrière-plan plus détaillé. On reste encore bien loin de ce que peut faire la caméra arrière, mais les « duck face » que l’on rencontrera sur les réseaux sociaux devraient être de meilleure qualité.

Voici à titre d’exemple une comparaison de l’appareil avant du Galaxy S6 edge + avec celui du Galaxy S7 :

Caméra vidéo

Côté vidéo, le Galaxy S7 edge est également très bon. La stabilisation optique de l’appareil continue à faire un très bon travail et les séquences capturées en 4K sont très détaillées, tout en ayant un focus et un ajustement de la luminosité encore plus rapides. Vous pouvez en juger par vous même dans la séquence capturée en 4K ci-dessous, malgré une dégradation par le traitement de YouTube.

Depuis le Galaxy S6, Samsung a également enfin mis en place un mode ralenti qui permet de capturer une séquence puis de définir ensuite quelle section de celle-ci est affichée au ralenti, afin de faire ressortir un élément en particulier. La qualité de la vidéo dans ce mode reste très bonne, et il est maintenant possible d’effectuer des vidéos en 240 fps. Les séquences capturées au ralenti sont en revanche limitées au 720p.

Petite nouveauté bien appréciable, il est désormais possible de mettre des raccourcis vers certains modes de caméra directement sur l’écran d’accueil de l’appareil. Il ne sera donc plus nécessaire de lancer la caméra, appuyer sur mode puis choisir ralenti pour débuter l’enregistrement d’une vidéo à 240 fps, par exemple.

Samsung Galaxy S6 edge vs S7 edge vs S6 edge plus - Test Geeks and Com -2

Multimédia

Comme sur les appareils Galaxy des générations précédentes, le lecteur vidéo d’origine ne lit malheureusement pas les formats 5.1 ou dts, se contentant alors d’afficher les images sans aucun son. Les sous-titres sont en revanche supportés sans problème, qu’ils soient intégrés dans le conteneur ou en format srt. Heureusement, VLC permet de passer outre ces limitations et les contenus en 1080p sont très fluides et lus sans aucun problème.

Samsung ayant repris globalement le design du Galaxy S6 edge pour son successeur, nous ne nous faisions pas beaucoup d’illusions sur le nombre de haut-parleurs. Et le fait que le Galaxy S7 edge soit plus gros n’a malheureusement rien changé à la donne et on doit toujours se contenter d’un seul, avec un son diffusé sur le bas de l’appareil. Si cela n’est pas très gênant si l’on souhaite utiliser le Samsung Galaxy S7 edge pour regarder des vidéos ou écouter une chanson de temps en temps, on ne peut qu’être déçu après avoir essayé certains appareils d’HTC, équipés de la technologie Boomsound, ou même le Alcatel idol 3 et ses haut-parleurs certifiés JBL. Le positionnement du haut-parleur fait également qu’il arrive parfois qu’on bouche celui-ci avec sa main, ce qui se révèle vite désagréable.

Le haut-parleur n’est donc pas mauvais, il est d’ailleurs même plutôt puissant, mais il ne s’agira pas ici d’un critère qui devrait faire pencher la balance en faveur du Galaxy S7 edge lors du choix de l’appareil.

Samsung Galaxy S7 edge - Test Geeks and Com -4

Conclusion

L’année dernière, lors du test du Galaxy S6 edge, la conclusion était beaucoup moins positive, avec un appareil qui ressemblait en tout point au Galaxy S6, mais avec un écran incurvé. La différence de prix de 100$ entre les deux modèles était donc extrêmement difficile à justifier, si ce n’est pour l’aspect design et quelques fonctionnalités visuelles.

Cette année la situation est très différente, avec deux appareils aux caractéristiques proches, mais des ajouts très pratiques pour le S7 edge si l’on est prêt à avoir un appareil un peu plus encombrant. Pour 100$ supplémentaires, on retrouve ainsi un écran plus grand, des fonctionnalités edge ainsi qu’une batterie d’une capacité sans précédent sur un haut de gamme Samsung.

Proposé à partir de 349$ ou 349€ avec contrat de deux ans, ou encore 999$ ou 799€ sans contrat, le Galaxy S7 edge reste clairement un appareil haut de gamme, mais qui devrait satisfaire sans aucun doute les acheteurs à la recherche d’un appareil polyvalent et performant.

NOTES
Design
9.5
Performances
9.5
Performances
9.5
Système d'exploitation
9
Autonomie
9.5
Appareil photo et vidéo
9.5
PARTAGER
Éditeur de Geeks and Com', je suis un passionné de nouvelles technologies, de sport et de tout ce qui touche au monde des communications/marketing. Je suis également consultant en communication numérique pour Signature sur le Saint-Laurent (construction du nouveau pont Champlain à Montréal).