Asus était il y a peu assez méconnu du grand public au niveau des produits mobiles, mais le manufacturier est en train de faire sa place sur ce marché en proposant des produits avec des caractéristiques techniques très intéressantes, à des prix abordables.

Cette stratégie se retrouve également au niveau des montres connectées, avec cette année l’introduction de la troisième génération de la Zenwatch, adoptant pour la première fois un écran arrondi. Nous avons décidé de la mettre à l’essai durant deux semaines, ce qui a été rendu possible grâce à un prêt de Best Buy.

Design

Moto360, Samsung Gear S2 et S3, Huawei Watch, Fossil Q Founder… Nombreuses sont désormais les montres intelligentes à adopter un écran rond, faisant en sorte que ce n’est pas sur cet aspect que la ZenWatch 3 attire le regard. C’est en effet son design à deux couleurs ainsi que ses trois boutons physiques qui font en sorte que personne ne reste indifférent face à l’objet.

La majeure partie de l’avant du produit est donc occupée par l’écran, entièrement rond. C’est toujours appréciable alors que certains manufacturiers prennent pour acquis le fait que l’introduction d’un capteur de luminosité dans le bas de l’écran, donnant l’impression d’un « pneu à plat », n’est pas gênant. L’écran est entouré d’un cercle doré, sobrement appelé « éclipse solaire annulaire » par Asus, et qui donne un aspect haut de gamme au produit. On aime ou on déteste, mais plusieurs personnes m’ont avoué avoir remarqué ma montre grâce à celui-ci.

Côté dimensions, on a un cercle de 45 mm pour une épaisseur de 10,75mm, soit 0,5mm de moins que la Huawei Watch ou encore 1,5mm de moins que la Moto 360 de dernière génération. La montre n’est donc pas très épaisse, ce qui est souvent le principal défaut des objets connectés que l’on porte au poignet.

Le poids est pour sa part plutôt raisonnable, avec 57 grammes sur la balance. À titre de comparaison, on est à 66 grammes pour la Watch Urbane et 54 grammes pour la Moto 360 de 42mm avec bracelet en cuir. Le bracelet de la ZenWatch 3 justement, est assez surprenant : Asus a pris la peine d’inclure un mécanisme permettant de changer simplement celui-ci, cependant il s’agit d’un format propriétaire faisant en sorte qu’il est impossible de s’équiper d’un bracelet chez son bijoutier préféré. Par ailleurs, les fixations du bracelet sont rigides, ce qui empêche la montre de tenir à plat lorsque posée sur une table, et pourrait gêner les personnes ayant des poignets assez épais. On ne peut donc s’empêcher d’être déçus à ce niveau, même si la qualité du bracelet fourni d’origine est très correcte.

Au dos de l’objet, on remarquera simplement la présence d’un connecteur pour le chargeur ainsi que l’absence notable de capteur de fréquence cardiaque. Il ne sera ainsi pas possible d’utiliser la ZenWatch 3 pour obtenir ce genre d’informations, ce qui pourrait décevoir les amateurs d’applications sportives. A noter en revanche la certification IP67 de l’objet, permettant de l’utiliser jusqu’à 1 mètre de profondeur durant 30 minutes dans de l’eau douce, de quoi résister à une utilisation quotidienne et même à quelques oublis sous la douche.

La montre est disponible dans trois couleurs : Gris métallique, Argent et Rose, le bracelet de cuir variant également suivant la couleur choisie. C’est le premier coloris que nous avons pu essayer, étant par ailleurs le plus classique.

Pour finir, on ne peut parler de la ZenWatch 3 sans mentionner ses 3 boutons physiques. On reviendra sur leur fonctionnement par la suite, cependant leur présence vient conforter l’impression d’être face à une montre classique plutôt qu’un produit technologique. Il s’agit cependant une fois de plus d’une question de goût, et certains n’apprécieront pas.

Connectivité

Rien que du très classique pour les montres Android Wear au niveau de la connectivité. On retrouve ainsi une liaison qui peut se faire en Bluetooth 4.1 avec le téléphone ou en Wi-Fi si celui-ci est hors de portée. Aucune connectivité 3G ou LTE dans ce modèle, il ne sera donc pas possible d’utiliser l’ensemble des fonctionnalités de la montre si aucun réseau Wi-Fi ou Bluetooth n’est disponible.

Comme d’habitude ici, c’est donc le téléphone qui fait la plupart du travail et envoie les notifications à la montre, en fonction des paramètres choisis dans l’application Android Wear, disponible sur Android et iOS. Si le téléphone est éteint, la montre est donc très limitée dans ses fonctionnalités, mais cela n’est pas propre à la ZenWatch 3, mais plutôt au système d’exploitation de Google.

Écran

Alors que sur les téléphones mobiles la course à la densité de pixels a fait rage ces dernières années, les montres connectées étaient un peu oubliées à ce niveau. On se retrouvait avec des pixels visibles, limitant ainsi l’illusion qu’il s’agissait d’une véritable montre et non d’un écran.

La Huawei Watch nous avait impressionnée à ce niveau avec ses 286ppi, et la ZenWatch vient se positionner au même niveau avec un résultat de 287ppi, soit une résolution de 400 x 400 dans un cercle de 1,39po. La technologie AMOLED utilisée permet par ailleurs d’obtenir des noirs profonds, ce qui est particulièrement intéressant lorsque la montre est en veille et que seuls quelques pixels pour les aiguilles sont affichés.

On l’a souligné plus haut, l’avant de la montre est un cercle parfait, à la différence de la Moto 360 et son désormais fameux « flat tire ». Alors que sur la montre de Huawei cela signifiait l’absence d’un capteur de luminosité, la ZenWatch 3 en est bien équipée. Particulièrement pratique lors de situations en forte luminosité, notamment à l’extérieur, le capteur a malheureusement tendance à trop obscurcir l’écran à l’intérieur, rendant celui-ci difficile à visualiser par moments. Il y a fort à parier cependant qu’il s’agit d’un réglage logiciel qui pourra être corrigé dans une prochaine mise à jour.

L’écran de la ZenWatch 3 est donc définitivement son point fort, qui la place actuellement dans le haut de gamme des montres connectées à ce niveau, quasiment à égalité avec la Apple Watch et ses 290 ppi.

Performances

Alors que certaines montres sont équipées de processeurs Snapdragon 400 ou 410 de Qualcomm, la Zenwatch 3 embarque pour sa part le Snapdragon Wear 2100, créé spécialement pour les montres connectées. Ce choix est donc supposé amener d’excellentes performances tout en limitant la consommation énergétique.

Il faudra voir comment va vieillir la montre avec les futures versions d’Android Wear, qui ont tendance à être de plus en plus gourmandes en ressources au fur et à mesure de l’ajout de fonctionnalités, mais pour le moment la montre se comporte comme on pourrait l’espérer, sans ralentissements notables. A noter que la montre embarque 512MB de RAM et 4GB de stockage.

Bien évidemment, Android Wear oblige, nous n’avons pu faire fonctionner de nombreuses applications en simultané, il est donc difficile de déceler les réelles limites de performances du produit.

Système d’exploitation et personnalisation

Parler des fonctionnalités d’une montre sous Android Wear ressemble souvent à de la répétition tant il est difficile pour un manufacturier de se distinguer à cause des limitations du système d’exploitation.

La personnalisation se limite alors à celle des différents cadrans d’affichage disponibles sur la montre, dont une partie est commune là aussi aux différents produits Android Wear, mais le manufacturier peut en ajouter différents en fonction de ses besoins. Ceux choisis par Asus sont plutôt réussis, et même si certains font un peu trop « bling bling », on en retrouve quelques uns plutôt classiques qui font ressembler l’objet à une montre conventionnelle. Bien évidemment il reste possible de passer par des cadrans tiers si on le souhaite.

Côté logiciel, Asus a fait le choix d’intégrer un assistant sportif différent de celui d’origine d’Android Wear. On retrouve donc ZenFit, déjà disponible sur téléphone mobile, directement à son poignet. Les fonctionnalités sont classiques et permettent de mesurer l’activité tout en donnant une estimation des calories brulées en fonction du sport choisi. Le tout est ensuite affiché de manière très visuelle et intuitive. L’application n’a donc rien de révolutionnaire, mais permet d’avoir une alternative à Google Fit. Les données peuvent par ailleurs être synchronisées avec le service de Google tout en utilisant l’application d’Asus, ce qui est appréciable.

Sur les trois boutons physiques présents sur le côté droit de l’écran, deux sont paramétrables et cette possibilité est extrêmement pratique. Attribuer l’un d’eux à Google Maps pour se repérer, par exemple ou encore à son application de musique favorite fait réellement gagner du temps par rapport à la navigation dans les menus d’Android Wear.

Au dela de l’aspect logiciel de la montre, Asus propose également une application mobile permettant de la paramétrer, de personnaliser les cadrans ou encore de réunir différentes applications plus ou moins utiles. C’est particulièrement pratique pour retrouver facilement le contenu utile pour le produit, en particulier pour ceux qui débutent avec une montre intelligente. Cette application n’est cependant pas nécessaire et la majorité des opérations sont possibles par le biais de l’application Android Wear.

Autonomie

Avec une batterie de 340 mAh, la ZenWatch 3 se situe dans la moyenne des capacités des montres connectées. Asus a cependant ajouté la recharge rapide à son produit, ce qui est particulièrement appréciable.

On pourrait d’ailleurs même dire que la recharge rapide est indispensable, tant j’ai été déçu au niveau de l’autonomie du produit, même après plusieurs semaines d’utilisation : alors que j’étais parvenu à obtenir plus de deux jours en utilisation modérée sur plusieurs produits tels que l’Apple Watch ou les Galaxy Gear S2 et S3, je n’ai jamais réussi à atteindre 2 jours avec la montre d’Asus.

À noter que le mécanisme de chargement de la ZenWatch3 est plutôt bien pensé, puisque le socle est aimanté, ce qui permet de facilement aligner la montre avec son connecteur. On aurait préféré du chargement sans fil, risquant moins d’abimer les parties mécaniques, mais après quelques semaines d’utilisation, tout fonctionne sans aucun problème à ce niveau.

L’autonomie n’est donc pas au final un problème majeur, il suffira de recharger la montre tous les soirs avant de dormir, mais c’est une habitude que certains ne seront pas prêts à prendre. Heureusement, si l’on oublie de la recharger, une trentaine de minutes avant de partir travailler le matin permet d’obtenir une bonne journée d’autonomie, ce qui est très appréciable.

Conclusion

L’Asus ZenWatch 3 est donc un mélange de très bon, tel que l’écran et la finition, et de moins bon, notamment au niveau du bracelet et de l’autonomie. Cela rend donc très difficile la tâche de recommander ou non le produit, en particulier à un prix très proche de ses concurrentes, à 329$.

Au final, tout dépend évidemment de l’usage qui est prévu pour le produit. Ceux qui souhaiteraient en faire une utilisation sportive seront déçus, notamment au niveau du confort du bracelet et de l’absence de capteur de rythme cardiaque. Ceux qui sont en revanche à la recherche d’un produit au design plus classique, pouvant être porté au bureau et ayant des fonctionnalités connectées seront intéressés : la ZenWatch 3 embarque un écran totalement rond d’excellente qualité, en faisant un produit que l’on a plaisir à regarder.

Proposée actuellement à 349$ chez BestBuy, la ZenWatch 3 reste donc un bon achat, même si certains lui préfèreront la Moto 360 de Motorola ou encore la Q Founder de Fossil, ayant des designs de montres plus classiques, mais un écran non rond.

NOTES
Design
7
Connectivité
6
Performances
8
Écran
9
Système d'exploitation
7
Autonomie
6
Finition
7
PARTAGER
Féru de nouvelles technologies,constamment à la recherche de nouveaux produits à essayer et analyser. Qu'il s'agisse de téléphones, de tablettes ou autres gadgets électroniques, je me passionne pour tout ce qui est innovant et qu'il saura se distinguer de ce qui est actuellement sur le marché. Trouver le produit parfait, un jour? Peut être, mais après les avoir tous essayés!