En développement depuis quelques années et en bêta ouverte depuis bientôt près d’un an, Albion Online est le tout dernier MMORPG à apparaître sur le marché. Développé par Sandbox Interactive, le jeu propose un MMORPG dans lequel les joueurs évoluent sur un seul gigantesque serveur de jeu. Je vous présente donc mon test de ce que je considère comme l’ultime MMORPG bac à sable.

Fiche technique

  • Date de sortie : 17 juillet 2017
  • Style : MMORPG
  • Classement ESRB / PEGI N/D
  • Développeur : Sandbox Interactive
  • Éditeur : Sandbox Interactive
  • Langue d’exploitation : Voix et sous-titres français et anglais
  • Disponible sur PC, OSX, Linux, iOS et Androïd
  • Testé sur PC
  • Prix lors du test : entre 39.99 $ ( 29,95 € ) et 125.00 $ ( 99.95 € )
  • Site officiel

Vous êtes ce que vous portez

Les bases du jeu n’ont pas beaucoup évolué par rapport à mon évaluation de la bêta ouverte. Le jeu vous laisse toujours libre de jouer la classe que vous voulez et vos capacités sont liées au type d’équipement que vous portez. Trois types d’équipements : ceux en tissus, en cuir et en acier. Leurs niveaux de qualité varient du tiers 1 au tiers 7 et chaque arme et armure vient avec un ensemble prédéfini d’habiletés, qui feront de vous le combattant, le soigneur ou le protecteur de votre choix.

Le modèle économique

Le jeu doit tout d’abord être acheté selon 3 ensembles. Le modèle Vétéran à 30 euros qui inclut 2000 pièces d’or et un mois d’abonnement premium. Le modèle Epic à 50 euros inclut 4500 pièces d’or, 2 mois d’abonnement premium ainsi qu’un ensemble d’équipement et d’avatar épiques. Finalement, le modèle légendaire inclut 12 000 pièces d’or, 3 mois d’abonnement premium, un ensemble d’équipement et d’avatar épiques, un chariot légendaire et un cheval de légende également.

L’abonnement premium

Au coût de 9.95 € / 14.99 $, vous obtenez 20 points d’apprentissage par jour, 10 000 points de focalisation par jour, 50 $ de bonus de renommée ( l’xp ), la possibilité d’acheter votre île personnelle, 50 % de bonus d’argent et de butin obtenu sur les monstres, 50 % de rendement de vos récoltes, 100 % de rendement de cultures, 100 % de croisage d’animaux d’élevage et 50 % de réduction de taxe sur le marché. Bref, si vous n’avez pas d’abonnement premium actif, vous serez très loin derrière un joueur premium.

Dans un jeu où le « grinding » est le cœur même de votre progression, un joueur régulier va devoir jouer 4 fois plus (à cause des gains faits par les points d’apprentissages) qu’un joueur premium, pour arriver au même résultat. Sachant que le jeu est principalement conçu pour du jeu très actif (oubliez les joueurs occasionnels, ils vont servir de chair à canon), si vous ne prévoyez pas être membre premium ou travailler très fort pour le devenir via l’argent en jeu, vous ne devriez même pas songer à jouer à Albion Online.

Grinding, grinding et encore du grinding

Pour apprécier Albion Online, vous devez apprécier le fait de devoir ramasser des tonnes et des tonnes de matériaux de construction, passer du temps sur votre île pour la développer ou tuer des milliers et des milliers d’ennemis afin de monter vos compétences ainsi que votre renommée.

Porter les meilleures armes et armures ne demande pas seulement d’être en mesure de les fabriquer ou de pouvoir les acheter, mais aussi d’avoir tué des milliers d’ennemis en portant le même type d’équipement, mais de niveau inférieur. Si vous n’êtes pas membre premium, cette tâche va représenter un temps inestimable de votre jeu. De plus, le titre n’offre que quelques rares quêtes, la liberté totale passe par un grinding total.

L’ultime bac à sable

Comme je l’ai indiqué au départ, ce jeu est un ultime bac à sable. L’économie est entièrement dirigée par les joueurs, vous pourrez être un marchand qui récolte et revend ses matériaux ou devenir un expert en fabrication et revendre des armes et armures de haut niveau. Si tout ceci ne vous intéresse pas et que vous voulez y aller par la manière forte, il vous est aussi possible de tuer et piller les joueurs et de ramasser leurs armes, armures ainsi que ce qu’ils ont récolté. Bref, vous avez une liberté totale de la façon de jouer qui correspond le mieux à vous et la guilde à laquelle vous appartenez.

Une expérience complète

Récolte, donjon, boss, joueur contre joueur, guilde contre guilde, le jeu est réellement complet et offre très honnêtement tout ce que l’on peut vouloir dans un MMORPG. Les graphiques sont plutôt simples, mais permettent une bonne visibilité durant des combats avec des dizaines de joueurs.

Le jeu me fait penser à Black Desert Online sous forme de MOBA. À ceci près que Black Desert Online offre beaucoup plus de quêtes qui, malgré qu’elles ramènent à un principe de grinding massif, donnent moins l’impression que le jeu ne se résume qu’à cet aspect.

Le jeu est très orienté vers la communauté et force les rapprochements entre membres du jeu. C’est un point que j’ai trouvé très intéressant et qui aide à donner vie à un jeu justement dédié à être dirigé par sa communauté.

N.B. Plusieurs communautés françaises et québécoises ont déjà vu le jour, n’hésitez pas à visiter le forum du jeu pour voir les guildes présentes et leurs types de communautés.

Conclusion

Sandbox Interactive offre ici un MMORPG qui s’adresse à un genre plutôt niche de joueurs très « hardcore ». Le jeu demande une montagne de temps pour pouvoir pleinement en profiter et plusieurs des aspects du jeu sont excessivement répétitifs. L’abonnement premium, bien que techniquement accessible aux joueurs qui ne déboursent pas d’argent, offre un bonus beaucoup trop grand par rapport aux joueurs sans premium qui, pourtant, ont tout de même dû acheter leur jeu. Les joueurs hardcore ayant au minimum 30 ou même 40 heures par semaine à investir dans le jeu auront plaisir à découvrir toute la liberté et la profondeur qu’offre Albion Online. Les joueurs plus limités ne seront que de la vulgaire chair à canon dans les zones de joueurs contre joueurs.

NOTES
Note d'enthousiasme
7.5
PARTAGER
Je me considère avant tout comme un passionné de tout ce qui touche l’univers geek et otaku. Développeur web et logiciel de profession, je m’intéresse autant à la conception des jeux qu’aux produits finis. J’affectionne tout particulièrement les MMORPG, mais je demeure un touche-à-tout qui s’intéresse à presque tous les genres.