Je suis, sans aucun doute, un très grand amateur des jeux de type MMORPG. J’adore l’idée d’un univers persistant qui évolue sans cesse. Malheureusement, depuis quelques années, ce genre de jeu est de plus en plus délaissé au profit de jeux orientés vers les sports électroniques. Il est important, pour leur survie, que les MMORPG évoluent et s’éloignent de la formule standard implantée par l’immuable World of Warcraft. J’ai donc testé la bêta d’Albion Online afin de découvrir les possibilités offertes dans ce jeu.

Vous êtes ce que vous portez

Tout d’abord, Albion Online n’utilise aucun système de niveau ou de classe. Vous êtes tout simplement ce que vous portez ! Le jeu offre plus d’une centaine d’habiletés pouvant être combinées. Ce qui permet donc d’offrir un très grand nombre de combinaisons possibles entre vos habiletés offensives et défensives.

Des heures et des heures de « grinding »

La liberté de choix de classe ne veut pas nécessairement dire que vous aurez la possibilité de passer rapidement d’un type de personnage à un autre. Vous devrez débloquer l’une après l’autre toutes les améliorations précédentes avant de pouvoir porter les armes et armures du rang que vous visez. Si ça semble rapide au départ, ça demande un temps fou à des niveaux d’équipement de rang 5 ou plus. Chaque amélioration et chaque changement peuvent demander des dizaines d’heures à débloquer.

Les professions de récoltes sont au cœur même de l’économie du jeu. Vous devrez donc rapidement vous spécialiser dans un type de classe en particulier pour demeurer compétitif.

Pour vous donner une idée, sans abonnement premium, j’ai passé environ 80 % de mon temps à faire de la récolte. J’ai eu à sortir de la ville, ramasser du bois et de la peau pour monter mon équipement du premier au troisième rang. Les prérequis deviennent exponentiels au fur et à mesure qu’on progresse.

Il n’y a pas de quête ni d’objectif particulier dans le jeu. À l’image d’un ultime bac à sable, le jeu vous laisse libre d’agir comme bon vous semble. Que ce soit de tuer d’autres joueurs, différents ennemis ou devenir le plus grand bûcheron d’Albion, tout est possible.

Pay to Play avec abonnement Premium

Le jeu sera vendu selon un mode d’abonnement en « Pay to Play ». Vous achetez le jeu et c’est théoriquement tout ce que vous devrez débourser afin de profiter du titre. C’est vrai en partie, mais la réalité est quand même bien différente. En effet, le jeu offre un abonnement premium pouvant être acheté soit avec de l’argent bien réel ou avec celui provenant du jeu et dirigé par l’économie des joueurs.

L’abonnement donne des avantages excessivement grands aux joueurs. Les avantages incluent la possibilité d’avoir sa propre île pour pouvoir y aménager un élevage de monture, faire pousser de la nourriture ou effectuer de l’alchimie. Elle permet aussi d’avoir ses propres magasins pour créer ou réparer vos items sans devoir passer par ceux qui sont disponibles dans les villes et qui incluent des frais d’utilisation.

Le plus important demeure le boni majeur de près de 50 % au niveau de la progression pour débloquer vos attributs. Même chose pour l’argent récupéré sur les ennemis ainsi que des bonis pour vos professions.

Est-ce que l’on parle ici du fameux « Pay to Win » qu’on reproche de plus en plus aux MMORPG et qui ont, à mon avis, tué le genre ? Je ne pense pas, mais si les bonis demeurent ainsi, l’abonnement premium, qui devrait coûter environ 12 $ (8 €) par mois, risque d’être une obligation. Quiconque désire réellement être compétitif dans le jeu sans y jouer 18 heures par jour va devoir débourser de l’argent.

Un MMORPG qui ressemble à un MOBA

La vue de haut combinée à des graphismes très simples, qui ont un certain charme, me rappelle League of Legends ou Heroes of the Storm. En fait, le titre très orienté « Joueur contre Joueur » me fait beaucoup penser à un hybride entre un MMORPG et un MOBA.

Se battre dans Albion Online n’est pas sans conséquence. Selon le type de carte dans laquelle vous vous trouvez, il est possible pour un joueur adverse de détrousser entièrement votre personnage. Le cas échéant, vous devrez vous rééquiper de nouveau, et ce, à partir de zéro.

Le jeu offre aussi un aspect « Joueurs contre Environnement » assez poussé. Ceci permet aussi à ceux qui sont moins intéressés par la guerre d’y trouver un certain intérêt.

Mon impression

Le genre MMORPG a grandement besoin de se renouveler. L’équipe chez Sandbox Interactive GmbH pourrait très bien avoir trouvé une façon de se distinguer parmi les MMORPG offerts sur le marché. Le point qui m’inquiète le plus reste les bonis excessivement élevés de la version premium et le « grinding » interminables.

Note : Bon potentiel

PARTAGER
Je me considère avant tout comme un passionné de tout ce qui touche l’univers geek et otaku. Développeur web et logiciel de profession, je m’intéresse autant à la conception des jeux qu’aux produits finis. J’affectionne tout particulièrement les MMORPG, mais je demeure un touche-à-tout qui s’intéresse à presque tous les genres.