Il y a de ces jeux qu’on apprend à redécouvrir lorsqu’ils font le saut sur une nouvelle console. Je pense par exemple à The Banner Saga, Hearthstone ou Diablo III ; des titres qui m’avaient laissé indifférent sur leur plateforme de lancement avant de complètement m’absorber quelques mois plus tard sur une autre. Or, c’est exactement ce qui m’est arrivé durant ma semaine de vacances avec Hyrule Warriors Legends sur ma New Nintendo 3DS.

Fiche Technique

  • Date de sortie : 24 mars 2016 Europe/25 mars 2016 Amérique du Nord
  • Style : Action, beat ’em all
  • Classement ESRB/PEGI : T/PEGI 12
  • Développeur : Omega Force/Team Ninja
  • Éditeur : Nintendo
  • Langue d’exploitation : offert en français et en anglais
  • Édition disponible seulement sur Nintendo 3DS
  • Évalué sur New Nintendo 3DS
  • Prix lors du test : 49,99 $/33,36 € sur Amazon
  • Site officiel
  • Version physique envoyée par l’éditeur

Je vous invite d’ailleurs à relire ma critique d’Hyrule Warriors sur Wii U puisqu’elle tient toujours.

Un bien pour un mal

C’est tout un tour de force d’avoir réussi à transposer Hyrule Warriors sur cette console.

Ne vous détrompez pas, ma critique n’est pas un désaveu de la version Wii U, mais bien une question de préférence personnelle. Après tout, on ne peut pas nier plusieurs aspects qui pourraient vous faire pencher envers la version de console de salon plutôt que la version portable.

D’une part, avec Hyrule Warriors Legends sur 3DS on remarque assez rapidement la différence graphique. En effet, dans cette nouvelle édition, on a parfois presque l’impression que le visuel est fait de ce qu’on appelle l’ombrage de celluloïd, ou cel-shading si vous préférez. Bref, la qualité visuelle est moindre, les courbes des personnages sont moins bien définies et on voit clairement les pixels. De plus, il en est de même pour les nombreuses scènes cinématiques qui ressortent beaucoup moins bien sur l’écran de la New Nintendo 3DS que sur ma télévision haute définition. Il y a même quelques propriétaires de la 3DS régulière qui prétendent que la console supporte mal le jeu et qu’on voit beaucoup de ralentissement. Heureusement, ce ne fut pas le cas de mon côté, mais je voulais simplement avertir les propriétaires de l’ancienne version de la console.

Parfait pour une console portable

Cependant, c’est le genre d’expérience que je veux avoir sur une console portable et non dans mon salon un peu à l’instar de la série Monster Hunter. C’est ce type de jeu que j’aime avoir à portée de la main lorsque je suis dans le métro ou dans mon lit et que j’ai simplement envie de me lancer rapidement dans l’action. Dans un « Hack and Slash » comme celui-ci, c’est facile d’embarquer et de sortir du jeu puisque tout l’accent est mis autour de la jouabilité.

Quelques ajouts satisfaisants

La première fois que j’ai joué à Hyrule Warriors, c’était surtout pour essayer de le terminer le plus rapidement possible. J’ai donc passé à côté de beaucoup d’éléments de jeu très intéressant. Avec cette nouvelle édition, j’ai pris plus de temps pour découvrir tous les ingrédients de la jouabilité considérés secondaires. Si bien que je pouvais me retrouver facilement 20 à 25 minutes par tableau en tentant de compléter chacun à 100 %. J’ai donc profité de deux nouveautés qui sont très pratiques : l’ocarina qui nous permet de nous téléporter à différents endroits dans chaque tableau et la possibilité de diriger les autres héros sur la carte. Non seulement on peut décider de la direction qu’ils vont prendre, mais on peut aussi passer d’un à l’autre pour s’assurer de réussir chaque objectif secondaire sans que les forces de notre armée soient anéanties. Le fait d’avoir ces possibilités de plus optimise mieux l’expérience utilisateur. Bref, quand on prend le temps d’essayer de compléter absolument tout et de maximiser la personnalisation de chaque personnage, on constate à quel point le jeu est riche en contenu.

Hyrule Warriors Legends est plus complet.

C’est encore plus vrai avec cette nouvelle édition baptisée Hyrule Warriors Legends. On y retrouve tout le contenu supplémentaire qui a été rendu disponible après le lancement du titre original un peu comme un « Game of the Year Edition ». De plus, cinq nouveaux personnages s’ajoutent à la danse incluant un tout nouveau personnage particulièrement intéressant du nom de Linkle. Il s’agit de la version féminine de notre héros Link. Elle aussi possède la capacité de sauver le monde. Qui plus est, elle est armée de deux arbalètes qui lui donnent un vrai look de guerrière redoutable. Bref, dans cette itération, elle a carrément droit à son propre segment d’histoire que j’ai trouvé particulièrement captivant de suivre. Cela amène une belle touche rafraîchissante à l’univers de The Legend of Zelda et j’espère que nous la retrouverons dans d’autres titres.

Outre Linkle, plusieurs personnages ainsi que quelques tableaux de The Legend of Zelda : Wind Waker font enfin leur apparition dans Hyrule Warriors Legends. Nous les retrouvons dans un épilogue ce qui vient prolonger l’histoire déjà très faste quelque peu. Comme c’est mon opus de la franchise préférée, je suis bien content de retrouver Toon Link, Tetra, le Roi d’Hyrule et les boss que sont Helmaroc King et Phantom Ganon. L’itération précédente était déjà remplie de « Fan Service » et c’est encore plus vrai dans cette édition. Même le mode « My Fairy » saura plaire à plusieurs et il est possible de transférer tous les nouveaux personnages sur la version Wii U. En plus, on peut s’attendre à encore plus de contenus dans la prochaine année. Chaque saison, vous aurez droit à du nouveau contenu téléchargeable (payant) qui viendra donner une valeur ajoutée à votre expérience. D’ailleurs, une passe de saison sera aussi disponible sur l’eShop.

Des contrôles bien adaptés

Enfin, ceux qui veulent mettre toutes les chances de leur côté pour compléter le jeu voudront se servir des amiibo. Les statuettes de Link, Toon Link, Zelda, Sheik, Ganondorf, Wolf Link viendront chacun offrir une excellente nouvelle arme pour leur personnage. L’utilisation des autres amiibo vous permettra aussi de débloquer quelques items aléatoires supplémentaires. Bref, c’est une bonne intégration de leur utilisation.

C’est ce type de jeu que j’aime avoir à portée de la main et qui me permet de me lancer rapidement dans l’action.

Ensuite, j’étais un peu inquiet des contrôles, mais la New 3DS réussit assez bien à répliquer ceux de la GamePad. D’une part, il y a le deuxième écran qui nous permet de suivre tout ce qui se passe dans chaque niveau comme sur l’écran de la manette de la Wii U. Puis, le deuxième « joystick » est l’outil idéal pour bien se déplacer et avoir un maximum de contrôle sur nos protagonistes. Ça prend quelques instants pour bien maîtriser le tout, mais une fois réussit, la prise en main est plutôt agréable. Franchement, c’est tout un tour de force d’avoir réussi à transposer Hyrule Warriors sur cette console. Il y a toujours autant d’ennemis, les environnements sont toujours aussi larges et on ne sent tout de même jamais de ralentissement.

Une redécouverte

En conclusion, davantage apprécié cette version intitulée Hyrule Warriors Legends pour toutes les raisons énoncées précédemment. Je crois que même si ça reste un genre qui ne plaît pas à tous, les amateurs en auront pour leur argent. Pour les fans de la franchise, c’est une nouvelle manière de découvrir tous leurs personnages préférés qui sont passés par la série. Le seul problème c’est que vous devez avoir la bonne Nintendo 3DS. C’est difficile de comprendre pourquoi Nintendo n’a pas tout simplement choisi d’indiquer que c’était une exclusivité pour la New considérant les ralentissements que l’ancienne console subit. En plus, le jeu profite énormément des nouveaux contrôles offerts seulement sur la New Nintendo 3DS. Néanmoins, il faut souligner le travail qu’a réussi à accomplir Omega Force et Team Ninja, c’est assurément un jeu qu’il faut posséder si vous avez la bonne console.

NOTES
Note d'enthousiasme
8.5
PARTAGER
Anthony est comme Batman puisqu'il mène une double vie. De jour, c'est un simple banquier, mais le soir et les fins de semaine il se transforme en rédacteur de la section jeux vidéo sur Geeks & Com' où il partage sa passion. On peut dire qu'il aime presque tous les styles, mais il a quand même un petit faible supplémentaire pour les jeux narratifs et les JRPG !