Dans une période ou les mises à jour et les refontes d’anciens jeux vidéo est coutume, Sega tente depuis quelques mois de ramener sa série Yakuza à l’avant scène. Tout d’abord avec Yakuza Zero, un antépisode dont nous avons fait le test au début de l’année, et maintenant avec Yakuza Kiwami, une refonte complète du premier opus de la franchise originalement sortie sur PlayStation 2. Comment le poids des années a affecté ce titre culte de la PS2?

Fiche technique

  • Date de sortie : 29 août 2017 
  • Style : Action / aventure, Action RPG
  • Classement ESRB ESRB M – PEGI 18
  • Développeur : SEGA
  • Éditeur : SEGA
  • Langue d’exploitation : Anglais
  • Disponible sur PS4
  • Prix lors du test : 39,99 $ CA / 34,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Un scénario étoffé

Nous nous trouvons en 1995, quelques années après l’apprentissage de devenir un Yakuza accompli dans Yakuza Zero, le personnage principal Kazuma Kiryu est maintenant un membre en règle de l’organisation japonaise. Lorsque son amie d’enfance se fait enlever par le chef de la famille Dojima, Kiryu tente de la secourir mais tombe finalement sur son meilleur ami venant tout juste d’assassiner le patriarche de la famille. Pour protéger ses deux amis, Kiryu prend le blâme du meurtre et se retrouve en prison pour les dix prochaines années.

L’histoire se déroule donc en 2005, lorsque Kiryu sort du pénitencier et essaie de comprendre ce qui s’est passé dix ans auparavant. Pratiquement en sortant des grilles de la prison, il se trouve au milieu d’une panoplie d’histoires et de situations plus louches les unes que les autres. Personnellement, j’ai bien aimé le scénario qui se déroule à la manière d’un film à bien des égards et où les rebondissements ne cessent de nous surprendre. Il est certain qu’il s’agit de la même histoire que lors de la sortie originale mais par rapport à Yakuza Zero, ce scénario est beaucoup plus étoffé et intéressant à suivre. Un grand nombre de personnages ayant plus ou moins tous des connexions entre chacun amène une belle complexité à l’histoire sans la rendre incompréhensible.

Un visuel complètement remis à neuf

Bien que Yakuza Kiwami soit un remake d’un jeu de plus de dix ans, Sega a fait un bon travail pour remettre la série au goût du jour. Il ne s’agit pas uniquement d’une transposition en haute définition de la version PS2 mais bien d’une refonte visuelle complète. Toutefois, si vous avez essayé Yakuza Zero, il s’agit exactement du même rendu et grosso modo, des mêmes environnements. Tant qu’à développement un moteur graphique ou une plateforme pour un jeu, pourquoi pas l’utiliser sur plusieurs jeux?

Personnellement, je n’ai pas de problème à ce qu’une compagnie utilise ce qu’elle a développé pour plusieurs jeux mais cette fois-ci, ce n’est même pas subtil. Par moment, étant donné que les graphismes, environnements et même certains personnages sont identiques par rapport à la dernière itération de la série, j’avais l’impression de jouer au même jeu qu’il y a quelques mois. D’autant plus qu’on se retrouve dans le même quartier, les bâtiments sont les mêmes, les rues également et que peu de choses ont changé en dix ans à part la présence de téléphones cellulaires. Même Kiryu ne semble pas avoir pris une ride entre Yakuza Zero et Yakuza Kiwami pendant ce laps de temps.

Quelques nouveautés

Outre la cure de jeunesse que Kiwami donne au premier membre de la série Yakuza, Sega ont ajouté certaines nouveautés dans cette nouvelle itération. Tout d’abord, notons l’utilisation du système de combat selon trois styles d’arts martiaux tels que retrouvés dans Yakuza Zero. On retrouve de nouveau les styles Brawler, Rush et Beast possédant chacun leur avantages et inconvénients et doivent être utilisés selon l’ennemi contre lequel nous nous battons.

De plus, on retrouve dans Kiwami, un quatrième style de combat, le Dragon, dont les différentes habiletés seront retrouvées au fur et à mesure que nous progressons dans l’histoire et dans les activités Majima Everywhere. En effet, ces techniques de combat sont perdues par Kiryu lors de son passage en prison et lors d’affrontements avec Goro Majima, antagoniste notoire à Kiryu dans la série Yakuza, peuvent être graduellement retrouvées.

Outre ces nouveautés plus importantes, notons également l’ajout d’éléments plus secondaires tels que de petits jeux de course de voiture téléguidées et de cartes à collectionner qui n’était pas présents dans la version originale. De plus, Sega a ajouté un bon nombre de nouvelles séquences animées permettant de mieux comprendre l’histoire, ainsi que le ré-enregistrement de certains dialogues… encore une fois, tous en japonais.

Figé dans le temps

Un peu comme son prédécesseur sur PS4, Zero, Kiwami semble quelque peu figé dans le temps. Malgré le bon nombre d’améliorations et de remises au goût du jour, il m’est arrivé régulièrement d’avoir l’impression de jouer à un vieux jeu avec une coquille moderne. Visuellement, le travail accompli est impressionnant mais on demeure dans une esthétique faisant penser à des films d’animation plutôt qu’à des environnements plus réalistes.

Ensuite, la même situation peut être perçue au niveau des contrôles et de la jouabilité. En effet, nous avons vraiment l’impression de jouer à un jeu de PS2 sauf au niveau de la rapidité mais surtout de la fluidité du jeu qui suivent un plus les courants des jeux vidéos actuels.

Conclusion

Malgré les quelques bémols formulés vers la fin de ce test, Yakuza Kiwami est un très bon jeu. J’ai particulièrement aimé l’histoire et ses rebondissements qui offrent une bonne quantité de contenu sans toutefois exagérer. Ce qui permet au joueur de ne pas se lasser et de continuer d’avoir du bon temps avec ce titre. Toutefois, pour les joueurs voulant encore plus de contenu, bon nombre de quêtes secondaires sont disponibles, allongeant ainsi notre aventure avec Kazuma Kiryu. Et, si jamais votre périple d’une trentaine d’heures en banlieue de Tokyo n’est pas suffisant, les mini jeux ainsi que les éléments à collectionner peuvent permettre une longueur de contenu particulièrement impressionnante.

Tout comme dans Yakuza Zero, je ne recommande pas ce titre si vous n’avez pas une certaine attirance envers les jeux typiquement japonais ou étant très classiques dans leur développement ou dans leur approche de conception. En effet, les dialogues en japonais sous-titrés, le scénario, ainsi que les propos tenus dans plusieurs quêtes secondaires ne sont pas du tout fréquents dans les jeux vidéos actuels et notamment en occident. Si cette situation ne vous déplaît pas et que vous aimez un bon challenge, n’hésitez pas à essayer Yakuza Kiwami surtout au prix qu’il est affiché.

NOTES
note d'enthousiasme
8
PARTAGER
Gamer depuis le moment où il a lancé ses premiers œufs sur Birdo dans Mario bros 2, François partage ses moments libres entre sa PS4, sa guitare et un terrain de soccer.Ses journées normales tournent autour des technologies de l'information où sa profession de géomaticien lui permet d'être geek même dans son milieu de travail.