Après Runner3 il y a quelques semaines, un autre jeu de rythme débarque sur PC et Nintendo Switch. Attendu depuis quelques années par plusieurs, Berzerk Studio a finalement pu mettre la touche finale à Just Shapes & Beats. La compagnie québécoise nous propose un jeu pas piqué des vers grâce à un style unique et une superbe présentation. Préparez-vous à entrer dans un bullet-hell assez chaotique qui vous fera vibrer au son de sa musique. Votre mission sera d’éviter les formes, suivre le tempo et mourir ; mourir beaucoup de fois.

Fiche technique

  • Date de sortie : 31 mai 2018
  • Style : Jeu de rythme
  • Classement ESRB/PEGI ESRB 10+ / PEGI 7
  • Développeur : Berzerk Studio
  • Éditeur : Berzerk Studio
  • Langue d’exploitation : Disponible en anglais et interface en français
  • Disponible sur PC et Nintendo Switch
  • Testé sur Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 22,79 $ CA / 16,79 €
  • Site officiel
  • Version offerte par l’éditeur

Des formes et du beat

Dans Just Shapes & Beats, le joueur incarne une forme qui doit tenter d’éviter les autres. Celles-ci bougent au rythme de la musique. Vous devez donc être rapide et alerte pour traverser les obstacles sans vous faire anéantir. Une fraction de seconde d’inattention pourrait vite vous coûter cher alors mieux vaut entrer complètement en transe avec le beat. C’est ainsi qu’on arrive plus facilement à anticiper le mouvement des formes devant vous.

Heureusement, le jeu nous permet aussi de faire un petit boost ce qui nous permet de traverser les obstacles sur une courte distance. On devient, en quelque sorte, invincible le temps de celui-ci et c’est ce qui peut nous permet de nous enfuir d’une situation précaire. Le seul problème, c’est que ce ne sera pas suffisant pour compléter un tableau. Il faut savoir esquiver, trouver les chemins qui vont se frayer devant nous et anticiper les attaques. La partie bullet-hell du jeu est assez intense et c’est grâce à celle-ci qu’on retient tellement de satisfaction à compléter chaque monde.

La partie bullet-hell du jeu est assez intense et c’est grâce à celle-ci qu’on retient tellement de satisfaction à compléter chaque monde.

Le jeu prend encore plus son sens lorsqu’on arrive au niveau des Boss. En plus d’offrir un bon challenge, ceux-ci sont d’une bonne durée et ils testent vraiment nos talents. Contrairement aux niveaux réguliers, il n’y a aucun checkpoint, donc il faut être beaucoup plus prudent. Tout est une question d’apprendre les attaques et malheureusement, il faudra souvent mourir à plusieurs reprises avant d’arriver jusqu’au bout. C’est d’ailleurs ce qui fait le charme du jeu.

Tous les modes multijoueurs y sont

Ensuite, pratiquement tous les modes multijoueurs existent. Qu’on préfère le mode coop local ou en ligne, on a l’embarras du choix. D’ailleurs, y jouer en mode coop à quatre est une bonne pratique puisqu’on peut vite trouver d’autres joueurs experts. En suivant leur trace, on peut plus facilement progresser dans notre aventure en solo par la suite. Ça rend le jeu un peu moins intense aussi parce qu’on peut venir en secours à nos amis s’ils se font détruire. Bref, j’aimais bien plonger dans quelques parties en ligne lorsque j’avais de la difficulté à avancer dans le mode histoire.

En plus, j’ai été bien surpris de ne pas me tanner même si on faisait assez souvent les mêmes tableaux. Je pense que c’est parce que les beats chiptunes et EDM sont tellement bons qu’on entre rapidement en transe. Franchement, le jumelage entre la trame sonore très intense et les formes qui revolent un peu partout est juste parfait. En fait, je dis qu’on fait souvent les mêmes tableaux, mais c’est surtout parce que j’ai joué des heures et des heures tellement il m’a accroché.

Les beats ne s’en vont tout simplement pas de ma tête.

Après tout, il y a un total de 35 tableaux différents et 20 musiciens qui ont travaillé sur cette trame. Ce n’est généralement pas vraiment mon style de musique, mais je me suis empressé d’aller chercher la playlist sur Spotify. Les beats ne s’en vont tout simplement pas de ma tête. J’ai d’ailleurs l’impression que c’est le genre de jeu dans lequel je vais replonger de temps en temps dans les prochaines années. Hormis, quelques ralentissements ici et là, le jeu tient très bien autant en solo qu’en ligne.

Mon genre de visuel

Puis, je dirais que le visuel employé par Berzerk Game m’a vraiment plu. Je trouve que le studio a vraiment bien réussi à donner vie aux formes et aux beats qui apparaissent. On le remarque surtout lorsqu’on arrive au niveau des Boss alors que ceux-ci changent sans cesse de forme. Ils ont toujours un large arsenal d’attaques à éviter et ce que la personne derrière l’animation a fait est juste exceptionnel. On peut même sentir la méchanceté dans ces formes qui viennent nous attaquer. Même si les polygones sont assez simples, ils leur ont donné vie de manière spectaculaire.

Même si les polygones sont assez simples, ils leur ont donné vie de manière spectaculaire.

Évidemment, avec des Chiptunes et du EDM, on s’attend à voir des couleurs assez flashs et intenses. Or, c’est exactement le cas ici. Avec la musique et les couleurs, ce n’est pas long que notre cerveau devienne complètement absorbé par le jeu. C’est impressionnant de voir la qualité qui a été mise derrière un jeu fait par une équipe de seulement trois personnes.

Un jeu qui vaut le détour

On ne sait pas toujours à quoi s’attendre lorsqu’on plonge dans un jeu indépendant. Avec tous les jeux qu’il y a sur le marché, ça devient parfois difficile de trouver les petits bijoux. D’ailleurs, jusqu’à maintenant, je n’avais toujours pas vu beaucoup de tests du jeu. Pourtant, il mérite assurément sa place dans votre librairie Switch ou Steam. Just Shapes & Beats est beau, bon, pas cher, fait par une petite équipe de passionnés d’ici et disponible sur Nintendo Switch. Alors, qu’attends-tu pour te le procurer ?

NOTES
Note d'enthousiasme
8.5
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.