SEGA continue de nous faire découvrir la saga Yakuza à travers un nouveau remake. Après Yakuza Zéro : The Place of Oath, Yakuza Kiwami et Yakuza 6 : The Song of Life, c’est au tour de Yakuza Kiwami 2 de nous faire partager son univers mafieux japonais. Ce remake vaut-il le coup ? Nous allons tenter d’y répondre dans ce test.

Fiche technique

  • Date de sortie : 28 août 2018
  • Style : Action – Aventure
  • Classement ESRB/PEGI : ESRB M / PEGI 18+
  • Développeur : Ryū ga Gotoku
  • Éditeur : SEGA
  • Langue d’exploitation : Disponible en japonais sous-titré anglais 
  • Disponible sur Playstation 4
  • Testé sur Playstation 4
  • Prix lors du test : 64,99$ CA ou 49,99 euros
  • Site officiel
  • Version offerte par l’éditeur

Le Japon comme en vrai…les voyous en plus !

Le jeu original Yakuza 2 a déjà douze ans d’âge. Une refonte graphique était donc clairement de circonstance pour rendre à l’aventure une esthétique attrayante. C’est le Dragon Engine, déjà utilisé pour Yakuza 6 : The Song of Life, qui reprend du service. Et de ce point de vue, je dois dire que ce moteur graphique est très bon. Tous les objets du décor sont susceptibles d’être utilisés et détruits lors des nombreux affrontements qui parsèmeront votre aventure. On notera tout de même une physique parfois aléatoire lors de la projection d’objets, mais ce détail est mineur.

Des environnements très bien modélisés

Les quartiers de Kamurocho et de Sotenbori qui se trouvent respectivement à Tokyo et Osaka sont très bien modélisés. On retrouve avec joie l’univers tout en néon de ces quartiers japonais très animés.

La guerre des clans fait rage

Yakuza Kiwami 2 est centré sur une guerre des clans qui trouve son origine de la mort du nouveau chef du clan Tojo. Si bien qu’un an seulement après les évènements qui ont clôturé le premier opus, Kazuma Kiryu, pourtant retiré du monde mafieux, doit reprendre du service pour éviter une guerre de clans qui serait sanglante. Cette quête, étalée sur 16 chapitres entre Tokyo et Osaka, devrait vous prendre normalement une quinzaine d’heures. Comptez le double pour finir le jeu à 100%.

Le scénario est riche, et je dois dire que si vous n’avez pas fait le premier opus, il se peut que vous soyez un peu perdu. D’autant que le jeu ne propose pas de doublage ni même de sous-titres en français. Cependant, si les sous-titres en anglais ne vous rebutent pas, ce jeu devrait vous plaire. Les cinématiques, souvent longues, sont très bien réalisées et puisent clairement leur inspiration des productions cinématographiques nippones.

Des combats pas sans rappeler les modèles du genre

Les phases de combat sont au coeur même du jeu. Le système de combat s’inspire en grande partie de Yakuza 6 et délaisse ainsi, en partie, l’ancien système. Qu’elles soient déclenchées par la trame scénaristique ou par les nombreux voyous qui gangrène les quartiers malfamés de Tokyo et Osaka, les phases de combats vont vous ravir. Tout élément du décor peut être utilisé comme une arme. Vélos, panneaux de signalisations, plots et j’en passe. D’autant que vous pourrez également compter sur plusieurs armes comme des couteaux, des hachoirs, des masses ou des battes de baseball. Chaque coup donné fera augmenter une Heat Jauge qui permettra, grâce à une combinaison de QTE, d’achever votre adversaire dans une séquence de coups très jouissive. Un mode Extrême existe également et permet une plus grande puissance et une plus grande rapidité des coups pendant une courte période.

J’ai trouvé que le système de combat se rapprochait de ceux utilisés dans les jeux de combats eux-mêmes. Manette en main, la sensation, bien que différente, montre tout de même de nombreuses similitudes. Et c’est bien cela qui rend les combats vraiment plaisants. Cependant, il faut admettre que les adversaires manquent d’initiative et tendent à vous regarder dérouiller leurs petits copains même s’ils sont dos à vous avec un boulevard pour vous attaquer par-derrière. On aurait aimé une IA plus vicieuse et moins admirative des talents de combattant de notre personnage.

Un système de progression est intégré au jeu. Vous pourrez ainsi améliorer les cinq traits qui sont la force, l’agilité, l’esprit, la technique et le charme. Ainsi, chaque activité de Kazuma Kiryu, même les activités subsidiaires comme le golf par exemple, vous permettra d’améliorer votre personnage. Les coups peuvent également être améliorés par un système similaire.

Du contenu varié

À l’instar d’un Shenmue, qui a probablement inspiré la série des Yakuza, il est possible de s’adonner à de nombreuses activités. On peut aller manger au restaurant et même choisir soit même son plat. On peut faire du golf, jouer à d’anciens jeux SEGA sur les bornes d’arcades, jouer aux fléchettes, au mah-jong ou encore faire du karaoké. Bref, vous ne manquerez pas d’activités à faire entre deux missions.

Au final, Yakuza Kiwami 2 vous occupera certainement de nombreuses heures. Que ce soit pour sa trame principale de qualité et ses nombreuses cinématiques dotées d’une très belle réalisation. Ou que ce soit pour son environnement fidèle et riche, ses mini-jeux et ses quêtes secondaires, il saura assurément vous divertir. On regrettera des combats un peu faciles avec des adversaires parfois trop passifs, ou encore des combats avec les voyous du coin un peu trop fréquents, mais force est de constater que ce remake est solide et attrayant.

NOTES
Note d'enthousiasme
8
PARTAGER
C'est depuis l'acquisition de la mythique Sega Megadrive, que je me passionne pour l'univers du jeu-vidéo. Que ce soit manette en main ou non, tout ce qui touche ce secteur m'intéresse. Je suis également un vrai mordu de nouvelles technologies et je tenterai, à travers mes articles, de vous transmettre cette passion.