C’est par un heureux hasard, au détour d’une session sur 9GAG, que je suis tombé sur la publication de Denis Sinner qui nous présentait son projet de jeu vidéo démarré à la fin de l’année 2015. Intrigué par ce projet, j’ai contacté le développeur de ce projet qui m’a informé que le jeu possédait une démo disponible sur Steam. Ni une ni deux, je me suis rendu sur la célèbre plate-forme vidéoludique pour essayer ce Monster Sanctuary. Étant encore en développement, ceci ne sera donc pas un test, mais plus un aperçu du potentiel de ce jeu.

Fiche technique

  • Date de sortie : Début 2019 pour la bêta, fin 2020 pour la sortie complète
  • Style : Metroidvania / RPG
  • Classement ESRB/PEGI : Inconnu
  • Développeur : Moi Rai Games (Denis et Anton Sinner)
  • Éditeur : Moi Rai Games
  • Langue d’exploitation : Disponible en anglais
  • Disponible sur PC (éventuellement sur Switch selon campagne Kickstarter)
  • Testé sur PC
  • Prix lors du test : jeu obtenu à partir de 22$ de don sur Kickstarter (15 euros)
  • Site officiel
  • Version de démonstration disponible sur Steam gratuitement

À mi-chemin entre RPG et metroidvania

Le genre metroidvania a le vent en poupe dans la communauté des développeurs indépendants. Je l’ai notamment constaté lors de mes tests de Dead Cells, The Messenger ou même Guacamelee! 2, qui se sont tous montrés, à leur manière, excellents. Quand Dead Cells jouait la carte du die and retryThe Messenger jouait celle du voyage temporel souligné par un changement esthétique du 8bits au 16bits. De son côté, Monster Sanctuary joue la carte du metroidvania à la sauce RPG. Vous trouverez donc dans ce jeu tous les ingrédients qui font le succès des jeux de rôle.

Tout d’abord, parlons un peu de la trame scénaristique de ce Monster Sanctuary. Vous incarnez un jeune héritier d’une lignée de gardiens de monstres prêt à emboîter le pas de ses ancêtres. Votre personnage devra alors faire grandir et entraîner divers monstres qui peuplent le monde dans lequel il vit. Cependant, des évènements troublants qui inquiètent déjà les gardiens plus expérimentés viendront perturber la paix millénaire qui perdurait entre les humains et les monstres. Vous prendrez alors part à une grande aventure qui aura pour but de démêler les causes de ces mystérieux évènements.

Voici le personnage principal et son monstre de départ.

Au début de votre aventure, vous aurez le choix entre 4 familles spectrales. Ce choix constituera votre monstre de départ. Ce monstre, qui a déjà servi vos ancêtres, vous guidera pendant votre aventure et combattra pour vous. Vous avez le choix ente le loup, l’aigle, le crapaud ou le lion. Chacun disposant de deux types d’attaques parmi les choix suivants: feu, eau, terre et vent.

Choisissez bien votre famille spectrale, car le monstre qui lui est associé vous suivra pendant toute votre aventure.

Une direction artistique soignée

J’ai particulièrement aimé l’aspect graphique de ce jeu. On est ici en présence d’une  très belle esthétique 8 bits, à la fois colorée et dans un style moyenâgeux. Le tout est de grande qualité et témoigne d’un gros travail de la part du seul développeur du studio. Les différents monstres bénéficient également d’une esthétique soignée et montrent un design éclectique.

Un système de combat inspiré de Pokémon

Durant toute votre aventure, vous serez assisté par divers monstres qui constitueront votre équipe. Vous aurez bien entendu votre monstre de départ, mais vous pourrez également, suite à des combats remportés, récupérer des oeufs. Une fois éclos, ces oeufs donneront des créatures que vous pourrez entraîner.

Un combat se déclenche lorsque vous allez à la rencontre d’un monstre. Il est cependant possible de l’éviter en effectuant un saut par exemple. Au maximum trois monstres de votre équipe pourront se mêler au combat et attaqueront tour à tour.

Un combat 3 contre 3 qui va faire des étincelles.

Plusieurs attaques sont disponibles parmi les différents types suivants: eau, terre, feu et vent. Chaque attaque vous coûte une dose de mana qui est récupérée, en partie, à la fin du tour. Bien entendu, à la manière d’un jeu Pokémon, chaque créature est plus vulnérable à certains types d’attaques. De plus, chaque action (attaque, guérison, utilisation d’une potion, etc.) vous donne le droit à un bonus de combo qui augmente la puissance de vos attaques. Ainsi, il sera préférable de faire attaquer vos créatures les plus faibles en premier afin de faire monter cette jauge ce qui conférera un bonus aux attaques de vos monstres les plus puissants. Ce bonus revient à zéro après chaque tour. Un système de synergie est également présent et permet, par des attaques coordonnées, d’infliger plus de dégâts.

À chaque fin de combat, une note sur 5 est donnée. Elle dépend de plusieurs facteurs comme la puissance de l’ennemi, la durée du combat, la santé de vos monstres à la fin du combat, et les dommages totaux infligés. Plus cette note est haute, plus la probabilité de récupérer des objets rares est élevée. Ces objets rares peuvent notamment être des oeufs qui vous donneront de nouveaux compagnons de combat.

Vos monstres peuvent également se munir d’une pièce d’équipement qui leur permettra d’accroître certaines de leurs capacités. Après chaque combat, les créatures obtiennent un bonus d’expérience qui pourra, à chaque niveau passé, vous permettre d’obtenir des points de compétences que vous pourrez dépenser dans un arbre de compétence unique à chaque monstre. Vous pourrez ainsi lui faire apprendre de nouvelles attaques ou améliorer celles existantes. Bref, un savant mélange entre un système de combat inspiré des jeux Pokémon et les mécaniques usuelles des jeux de rôle.

Un arbre de compétence pour chaque monstre.

Des combats contre des boss sont également à prévoir. Ils vous donneront assurément du fil à retordre, mais le jeu en vaut la chandelle. En effet, battre ces champions vous donnera accès à des oeufs de monstres plus puissants.

Un contenu prometteur

Pour l’instant le jeu n’est pas terminé. D’ailleurs, une campagne Kickstarter est toujours en cours, donc si vous souhaitez aider ce projet, vous pouvez vous diriger vers cette page. Il manque environ 10 000$ (6000 euros) pour que les développeurs puissent porter ce projet sur Nintendo Switch. Et à mon avis, c’est probablement la console qui serait la plus adaptée au titre. Je clos cette parenthèse.

Je disais donc que le jeu n’est pas terminé, mais l’on entrevoit un contenu important. Le seuil de 75 000$ (50 000 euros) ayant été franchi, le jeu comportera au moins 70 monstres, de quoi bien étoffer l’univers de ce Monster Sanctuary. Concernant la grandeur de son univers, la démo compte 3 zones pour environ 2-3 heures de jeu. Le produit final devrait contenir environ 10 à 12 zones pour 10 à 15 heures de jeu. Un bon point pour un jeu de ce type.

Voici les monstres présents pour la démo. Plus de 70 seront disponibles dans la version finale.
NOTES
Note d'enthousiasme
8
PARTAGER
C'est depuis l'acquisition d'une Megadrive à l'âge de 5 ans, que je me passionne pour l'univers du jeux-vidéo. Que ce soit manette en main ou non, tout ce qui touche le secteur m'intéresse (développement, marketing, journalisme). Également amateur de cinéma et de séries TV, j'essaierai par mes critiques de vous donner envie de courir dans les salles obscures ou de vous lancer dans un marathon TV.