Il aura donc fallu patienter treize longues années pour enfin voir débarquer sur nos consoles de salon le très attendu Kingdom Hearts III. Pour tous ceux qui ne seraient pas familiers avec la série, imaginez-vous la rencontre entre l’univers de Final Fantasy et celui de Disney. Amorcée en 2002, cette saga est portée par Tetsuya Nomura, à qui l’on doit notamment plusieurs personnages emblématiques aperçus dans Final Fantasy. Une si longue attente aura-t-elle altéré notre engouement pour la série Kingdom Hearts ou celui-ci restera-t-il intact ? C’est à cette question que je vais tenter de répondre dans ce test !

Fiche Technique

  • Date de sortie : 29 janvier 2019
  • Style : Action-RPG
  • Classement ESRB/PEGI : E / 12
  • Développeur : Square Enix
  • Éditeur : Square Enix
  • Langue d’exploitation : Disponible en anglais (sous titres en français)
  • Testé effectué sur PlayStation 4
  • Disponible sur PlayStation 4 et Xbox One
  • Prix lors du test : 79,99 $ / 69,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Une direction artistique de qualité

Cela fera bientôt 100 ans, le 16 octobre 2023 pour être précis, que la Walt Disney Company accompagne l’enfance de nombreuses générations à travers ses longs métrages maintes fois acclamés par la critique. Plus tard, c’est avec Pixar que nous avons plongé dans une nouvelle génération de film d’animation. Ainsi, peu importe notre âge, c’est avec un plaisir toujours intact que l’on parcourt les différents mondes de l’univers Disney-Pixar proposés par ce Kingdom Hearts III. Au menu de votre aventure, vous pourrez croiser des personnages comme Hercules, Raiponce, Petit-Chef (Ratatouille), les personnages de Toy Story, de la Reine des Neiges, de Monstres et Cie, des Nouveaux Héros, de Pirates des Caraïbes, et j’en passe. C’est sans oublier les personnages récurrents de la série issus de l’univers de Mickey: soit entre autres, Donald, Dingo, Picsou et Mickey lui-même.

Sora et ses acolytes en prennent plein les yeux !

Bien que parfois variables en qualité et en inspiration, ces différents mondes bénéficient d’une direction artistique soignée qui nous immerge dans ces univers colorés que beaucoup ont rêvé de fouler étant enfant. J’ai notamment trouvé le monde de l’Olympe (Hercules) moins inspiré là où ceux des Nouveaux Héros et de Toy Story sont particulièrement réussis.

Côté bande-son c’est aussi du très bon. Les musiques sont plaisantes sans être envahissantes. Le doublage est soigné et la synchronisation avec les personnages parfaite.

Un début poussif…mais très vite oublié

Je vais être honnête, le début de Kingdom Hearts III m’a paru bien poussif. Les combats sont au départ fades et entrecoupés de très nombreuses cinématiques, à la pertinence parfois douteuse. Voyez cela comme un didacticiel puisque les mécaniques de jeu de ce KH3 s’avèrent non pas complexes, mais extrêmement riches. Ainsi, Square Enix a choisi de nous faire démarrer en douceur afin de nous apprendre ou réapprendre progressivement toutes les subtilités du jeu. On nous présente donc les nombreuses spécificités du gameplay au compte-gouttes afin que l’on puisse bien tout assimiler. Bien qu’au départ sceptique, l’idée apparaît finalement judicieuse.

Un gameplay riche. Ça méritait bien un début tranquille !

En effet, les mécaniques et l’éventail des possibilités offertes par le bébé de Tetsuya Nomura sont multiples. Tous les personnages, même ceux rencontrés temporairement au fil de notre aventure, sont personnalisables (objets, compétences). Bien entendu, un plus grand détail a été apporté aux personnages centraux que sont Sora, Donald Duck et Dingo. Vous pourrez ainsi équiper vos partenaires et vous même de différents objets qui apportent de multiples avantages dans les combats, soit pour l’attaque, pour la magie ou pour la défense. Avec notre progression, de nouveaux combos et de nouveaux pouvoirs seront disponibles et pourront ainsi être débloqués dans le menu prévu à cet effet. Il faudra cependant respecter un certain nombre de points qui dépendra de votre niveau du moment.

Une histoire aux ramifications multiples

Si vous avez eu l’occasion de jouer aux premiers opus de la saga, vous devez déjà savoir que la trame scénaristique de Kingdom Hearts est complexe. Et après 13 ans entre le deuxième et le troisième volet, autant vous dire que l’on oublie vite…très vite ! Bien heureusement, Square Enix a eu une brillante idée. En effet, la firme nipponne a eu le flair de placer un menu qui vous permettra de visionner plusieurs vidéos qui retracent le scénario de la série. Indispensable !

Un résumé des épisode précédent. Indispensable !

Pour vous introduire le synopsis, rien de mieux que les créateurs du jeu pour vous en parler: “Convaincu que la lumière et les ténèbres doivent rester en équilibre, Maître Xehanort déclare la guerre contre « la tyrannie de la lumière » afin de restaurer cet équilibre. Pour contrer les projets de Xehanort, Sora, Donald et Dingo partent à la recherche de sept Gardiens de la Lumière et de « la Clé permettant de faire revenir des Cœurs », tandis que le Roi Mickey et Riku recherchent les précédents Porteurs de Keyblade”. En résumé, cet épisode s’articule autour du combat final contre l’infâme Xehanort, attendu depuis le début de la série lancée en 2002.

Des affrontements jouissifs

C’est clairement là que réside la force de ce titre. Rarement un jeu d’action-RPG n’aura eu un système de combat aussi nerveux et jouissif. Les combos et les coups spéciaux s’enchaînent à toute vitesse dans une explosion de couleurs. Pour chaque personnage que vous rencontrerez, Hercules, Raiponce, Woody, etc., vous aurez la possibilité de déclencher un coup spécial qui varie avec chacun. En plus de cela, vos deux acolytes Dingo et Donald vous permettent également de réaliser des coups uniques et puissants qui évoluent au gré de votre aventure (jet de fusées ou de roches avec Donald, projection dans les airs avec Dingo, etc.).

Ça va chauffer…

Une grande diversité dans les combats

Vous aurez également, histoire de varier encore plus les combats, diverses possibilités avec chacune des keyblades que vous allez récupérer. Lorsque vous êtes équipés de Chaîne Royale, la keyblade emblématique de Sora, vous pourrez accéder à une seconde forme voire même à un mode rage, permettant de réaliser des coups et combos plus dévastateurs. Avec une autre keyblade, ce sera l’Égide d’étai, un bouclier lanceur d’éclair, qui constitue la première transformation puis l’apparition d’un chariot tiré par cheval ailé lanceur d’éclairs. D’autres vous permettront de glisser comme sur un hoverboard et de se transformer en arbalète lanceuse de lumière, changeant ainsi le combat de corps à corps à un combat à distance. Bref, à chaque monde, une nouvelle keyblade et à chaque keyblade de nouveaux coups spéciaux !

La keyblade Étoile Filante. Elle envoie des flèches lumineuses !

Et ce n’est pas fini, avec l’enchaînement de combos, vous aurez la possibilité de faire apparaître des engins vous permettant de botter les fesses de vos ennemis. Ces engins colorés, directement inspirés des manèges présents à DisneyWorld sont souvent dévastateurs. Au programme, le super splash, les tasses, le carrousel, le petit train volant, le bateau pirate et j’en passe.

Le Super Splash ! Dévastateur…

Un contenu généreux

Vous n’allez probablement pas vous ennuyer avec le titre de Square Enix. Entre l’aventure qui promet une grosse quarantaine d’heures et les nombreuses activités annexes, vous en avez pour votre argent. On citera notamment les recettes de petit-chef qui nécessitent différents ingrédients que vous devrez glaner çà et là (permettant l’accès à une keyblade bonus), les emblèmes fétiches de Mickey à photographier mais aussi les combats spatiaux disponibles entre chaque monde ! On notera également les nombreux mini-jeux rétro que vous récupérerez au fil de votre progression et qui se montrent souvent très bons. Bref, le contenu est à la hauteur de l’attente.

Des défauts mineurs, mais bien présents…

Bien que les défauts de ce Kingdom Hearts pèsent peu dans la balance, je me dois tout de même d’en parler. Cependant, gardez en tête que les différentes choses que j’évoquerai ici pourront plaire à certains et déplaire à d’autres. Tout d’abord, je dois avouer que ce Kingdom Hearts III se montre très généreux en cinématiques. Bien que nombreuses sont celles qui participent activement à la trame scénaristique, il y en a certaines qui se montrent peu pertinentes et tendent à hacher le rythme de votre partie. Deuxième défaut, l’austérité des menus. Ce défaut est plutôt coutumier des JRPG (jeux de rôles japonais), on plaidera donc le décalage culturel.

Des menus simples mais qui manquent de fun !

Concernant le vaisseau Gummi, certains apprécient cette petite pause détente sur fond de combats spatiaux entre chaque monde, mais ce n’est pas mon cas. J’aurais aimé pouvoir passer ces phases qui nécessitent parfois de s’y reprendre à deux fois avant de pouvoir atteindre un nouveau monde sans encombre. J’ai également constaté un manque de challenge, donc un conseil si vous êtes un habitué de ce type de jeu, passez directement en mode expert. Une dernière chose, on note parfois une chute du framerate. Ces ralentissement sont rares, 3-4 fois pour 10h de jeu dans mon cas, mais cela fait un peu tâche pour un jeu de ce type.

Même en tentant d’éviter les ennuis, on fini toujours par se retrouver face à un ennemi…

Astuce pour les sous-titres en français

Étonnamment, il n’y a pas dans les paramètres de ce Kingdom Hearts III la possibilité de changer la langue des sous-titres. Ainsi, si le langage système de votre console est réglé sur Français (Canada), vous aurez certainement les sous-titres en anglais (?!). Si vous les désirez en français, il suffit de changer le langage système vers Français (France). Vos sous-titres seront maintenant en français !

NOTES
Note globale
8.5
PARTAGER
C'est depuis l'acquisition de la mythique Sega Megadrive, que je me passionne pour l'univers du jeu-vidéo. Que ce soit manette en main ou non, tout ce qui touche ce secteur m'intéresse. Je suis également un vrai mordu de nouvelles technologies et je tenterai, à travers mes articles, de vous transmettre cette passion.