Patrice Désilets est une figure emblématique du monde vidéoludique notamment ici au Québec. Il a notamment été directeur créatif sur la franchise Assassin’s Creed. C’est, donc, avec beaucoup d’enthousiasme que les joueurs avaient hâte de découvrir le premier projet du studio Panache Digital Games. Ce dernier a été fondé par Patrice Désilets, mais aussi Jean-François Boivin. Intitulé Ancestors: The Humankind Odyssey, le titre sera disponible le 27 août sur PC via l’Epic Games Store. Le jeu sera aussi disponible sur console cet hiver. Est-ce que le premier projet de cette jeune équipe est à la hauteur de leur ambition ?

Fiche Technique

  • Date de sortie : 27 août 2019
  • Style : Action et Aventure
  • Classement ESRB/PEGI : T / 16
  • Développeur : Panache Digital Games
  • Éditeur : Private Division
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Testé effectué sur PC
  • Aussi offert en décembre sur Xbox One et PS4
  • Prix lors du test : 49,99 $ / 39,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur
Bande-annonce de lancement

Évoluer le genre

Ancestors: The Humankind Odyssey place le joueur à la tête d’un clan de primate qui évolue dans l’histoire de -10 millions à -2 millions d’années. On se retrouve, donc, dans un jeu d’aventure et de survie ayant lieu en Afrique plusieurs millions d’années avant l’humanité. Aujourd’hui, les jeux de survies sont disponibles en très grand nombre sur le marché et il n’est pas toujours facile de se démarquer. Pour l’équipe de Panache Digital Games, il n’était pas question de tomber dans la redondance et d’offrir une expérience similaire à ce que l’on peut déjà retrouver.

De la forêt en passant par la savane

Basé sur trois principes soit l’exploration, le développement et l’évolution, Ancestors: The Humankind Odyssey amène le joueur dans l’inconnu. Il faut alors, réussir à comprendre le monde qui nous entoure et d’amener notre clan vers l’étape supérieure. Au contrôle d’un des primates de votre famille, vous devez explorer l’énorme région africaine remplis de mystères et de dangers. Pour ce faire, vous pouvez utiliser votre vision, votre ouïe ou encore votre nez pour comprendre votre environnement. À vous, donc, de comprendre ce que vous pouvez manger, ce que vous pouvez boire et de ce que vous pouvez utiliser. Le jeu n’offre aucun didacticiel linéaire et vous devez faire des expériences afin d’assurer votre survie et celle de votre clan.

L’utilisation des sens est très important

Un dépaysement total

Tel qu’indiqué un peu plus haut, Ancestors: The Humankind Odyssey ne prend pas le joueur par la main. J’ai trouvé cette idée très intéressante et parfaitement en accord avec le sujet de l’expérience. L’immersion est totale alors que l’on se promène aux alentours de notre camp en écoutant les bruits aux alentours et en tentant d’assurer la survie de notre clan de primates. À plusieurs reprises, j’avais peur d’avancer dans la dense forêt africaine. En effet, cette dernière n’est pas sans dangers et vous n’êtes pas le seul être vivant de la région. Il faut, donc, être très prudent dans nos décisions afin de ne pas se faire attaquer par un prédateur sans avoir de moyen de se défendre. La mort est permanente et lorsque votre primate décède, vous prenez le contrôle d’un autre membre de votre famille. Si l’ensemble de votre clan est exterminé, la partie est terminée !

Il est important de manger, de boire et de dormir

Il est également possible de subir des effets temporaires pouvant aller d’une jambe cassée ou d’une température corporelle trop basse. Il faut, donc, faire également attention à nos mouvements et la température extérieure. Au fur et à mesure de vos expérimentations, vous allez comprendre les objets à utilisé pour réduire le risque relié aux éléments temporaires.

Il faut éviter le froid

La force d’un groupe

N’étant pas le seul primate de votre clan, l’interaction avec ce dernier est très importante. Les membres de votre famille et de votre groupe peuvent vous accompagner lors de vos explorations afin d’être plus nombreux en cas d’attaque d’un prédateur. Il est également possible de recruter différents primates rencontrés sur votre chemin afin d’agrandir votre clan et être encore plus fort. Il est aussi possible d’aménager de nouveaux repères sécuritaires à de nombreux endroits. À vous de découvrir lesquels sont propices à votre survie.

Votre clan est votre famille

Bien entendu, l’ensemble de votre clan n’a pas le même âge. Dans Ancestors: The Humankind Odyssey il y a trois catégories d’individus : les enfants, les adultes et les anciens. Les plus petits doivent s’accrocher au corps d’un adulte afin d’apprendre de nouveaux comportements et favorisé le développement inné de la race. D’un autre côté, les adultes, sont les primates génériques, mais ce sont eux qui peuvent se reproduire afin d’agrandir encore plus votre groupe. D’un autre côté, les anciens sont des sources d’intelligence très élevée et ont tendance à être beaucoup moins créatif lors des explorations malgré leur vielle âge. Je trouve que la diversité de notre clan apporte beaucoup de diversité au jeu. On a plusieurs manières de jouer selon l’âge général de notre clan.

Vos primates passeront de l’enfance jusqu’à la vieillesse

Apprendre et transmettre

Afin d’évoluer, vous devez apprendre des techniques ainsi que de nouveaux objets ou encore des nouveaux types d’aliments. En apportant un enfant lors de vos explorations, votre personnage remporte des points d’expériences. En effet, vos neurones évoluent et permettre d’attribuer des points sur des catégories distinctes. On retrouve, l’amélioration des sens, de la communication, des mouvements et de l’intelligence. Une fois suffisamment d’énergie récupérée en effectuant des actions aussi simple qu’explorer de nouveaux territoires, il est possible d’acheter des améliorations parmi ces catégories. Comme un arbre de compétence, c’est à vous de choisir votre style de jeu. L’expérience est donc sans cesse renouvelée et c’est d’ailleurs l’un des points forts du titre selon moi.

Votre arbre de compétences est votre cerveau

Si les conditions sont réunies et que vous avez suffisamment déverrouiller de neurones, vous pouvez changer la génération votre clan. Lors du changement de génération, vous allez faire un bond de 15 ans dans le temps. Les enfants deviendront alors des adultes, les adultes des anciens et les anciens décéderont. Pour faire cette manœuvre, il est essentiel de choisir des améliorations qui seront permanentes et qui permettront aux enfants d’avoir déjà des compétences. C’est de cette manière que l’on améliore notre espèce et je trouve ce système de transmission par les connaissances très ingénieux et réaliste.

Survivre dans l’évolution

En plus des générations, il y a également la notion d’évolution. Si vous remplissez certains critères, il est également possible de faire évoluer notre clan et de faire un énorme bond dans le temps. En évoluant, votre métabolisme sera bien différent selon vos actions effectuées dans le passé. Au final, c’est de cette manière que l’on avance dans le jeu. Néanmoins, j’ai vraiment apprécié le fait que nous ne sommes obligés de rien. Vous avancez à votre rythme et à vous de décider si vous évoluez immédiatement ou vous continuer votre exploration tout simplement.

Adapter vos techniques de génération en génération

Une jouabilité familière

En terme de jouabilité, Ancestors: The Humankind Odyssey ressemble fortement à ce que l’on retrouve ailleurs dans le même genre de jeu. Néanmoins, les développeurs devaient intégrer des touches pour utiliser les sens des primates, mais aussi pour pouvoir construire des objets. En effet, il est possible de créer des objets et d’apprendre encore plus de choses en essayant de frapper deux objets ensemble. Il faut simplement relâcher le bouton au bon moment lorsque l’on entend un petit son. Si de ce côté, j’ai trouvé que tout était très bien intégré à la manette, je dois avouer que l’utilisation des sens est loin d’être évident. Par exemple, pour utiliser l’intelligence, il faut appuyer sur Y, mais vous ne pouvez pas bouger au même moment. Lorsque le mode est enclenché, vous devez ensuite faire une combinaison de bouton supplémentaire pour obtenir plus d’options dans le menu contextuel. J’avais vraiment l’impression de perdre énormément de temps à enchaîner les différents boutons pour effectuer l’action que je souhaitais.

Grimper pour se protéger

Au niveau des mouvements, tout est très réaliste et selon votre évolution vos primates seront de plus en plus maniable. Les développeurs ont ajouté la fonction qui permet à votre animal de grimper automatiquement contre des parois ou encore contre des arbres. Malheureusement, à de nombreuses reprises, j’aurais voulu que mon primate ne s’accroche pas automatiquement. De plus, une fois accroché, nous ne pouvons simplement redescendre pour arrêter l’action. On doit appuyer sur un bouton supplémentaire. L’ensemble de la jouabilité est beaucoup plus complexe que cela ne laisse paraître.

S’accrocher automatiquement est parfois frustrant

Beau, mais sans plus !

Du point de vue visuel, il n’y a rien de choquant sur Ancestors: The Humankind Odyssey, mais il n’y a rien qui sort du lot également. Certes certains effets lumineux sont très jolie, mais même avec une excellente carte graphique, on remarque les textures qui auraient demandé un peu plus de travail. Dommage pour un jeu qui met de l’avant l’exploration et la découverte. Certains paysages sont à coupé le souffle au départ jusqu’à ce qu’on se rapproche et que l’on remarque des textures de faible qualité.

Certaines textures pourraient être retravaillées

Conclusion

Ancestors: The Humankind Odyssey est sans aucun doute le jeu le plus original que j’ai joué des dernières années. Incarner un groupe de primates tentant de s’adapter à l’environnement et d’évoluer jusqu’à la prochaine époque est une idée extraordinaire. Les différents éléments vidéoludique sont parfaitement intégré à l’ambiance du titre. Tout est mis en œuvre pour offrir une immersion quasi parfaite autant dans le gameplay que dans les fonctionnalités offertes. Néanmoins, le jeu semble manquer de peaufinage surtout au niveau visuel. Sans oublier les quelques irritants au niveau de la jouabilité. Je conseille particulièrement le jeu à ceux souhaitant avoir une expérience unique et quelque chose de bien différents de ce que l’on retrouve sur le marché.

NOTES
Note
8
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, je suis diplômé en communication. Depuis 2014, j'ai eu l'occasion d'écrire pour de nombreux sites tels que Game-Focus, l'Épée Légendaire et bien évidemment Geeks and Com'. J'ai également animé plusieurs émissions sur le web que ce soit des podcasts et des diffusions en direct notamment sur Gaming Live, l'ancienne Web-Tv de jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.