Le studio Ghost Games était de retour aux côtés d’Electronic Arts après deux jeux de la franchise Need for Speed qui avait promis de belle chose, mais qui ont finalement été vite oublier par les joueurs. Néanmoins, les développeurs étaient confiants de pouvoir renverser cette tendance négative avec Need for Speed Heat. Ce dernier n’a cependant pas suscité un vif intérêt de la communauté lors de son annonce à la Gamescom 2019. Une sortie de piste, était-elle inévitable ?

Fiche Technique

  • Date de sortie : 8 novembre 2019
  • Style : Course
  • Classement ESRB / PEGI : T / 16
  • Développeur : Ghost Games
  • Éditeur : Electronic Arts
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Disponible sur PCPS4 et Xbox One
  • Testé sur PS4
  • Prix lors du test : 79,99 $ / 59,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur
Bande-annonce de lancement de Need for Speed Heat

Une alternance entre le jour et la nuit

La principale nouveauté de ce Need for Speed Heat est l’alternance entre le jour et la nuit. En plus de l’aspect visuel qui change complètement, le système de course se modifie également. En effet, le jour les courses auxquelles vous participer permet d’accumuler de l’argent. Ce dernier permet de son côté de modifier l’apparence et les performances de vos voitures. C’est à ce moment que le cycle de la nuit entre en piste. En effet, pour accéder à des pièces de personnalisations et mécaniques supérieurs, il faut participer à des courses illégales. Celles-ci se déroulent uniquement la nuit et c’est le seul moyen d’obtenir des points d’influence qui sont nécessaires à l’amélioration de vos voitures. Même si nous n’avons pas besoin d’attendre que le jour se termine de lui-même et que nous pouvons utiliser une simple touche, j’ai eu l’impression de plus souvent passer entre le jour et la nuit plutôt que de faire des courses.

Participer à des courses illégales la nuit

Si le jour, les forces policières ont tendance à vous laisser un peu plus tranquille, la nuit, c’est tout autre chose. La police n’a qu’à croiser votre chemin pour enclencher directement la poursuite contre vous. Si en temps normal, on se dit que même si nous nous faisons arrêter ce n’est pas si grave, Need for Speed Heat est extrêmement punitif. Chaque arrestation est synonyme d’amende salée et de la perte de l’ensemble de vos points d’influences que vous avez accumulé lors de la nuit. Le seul moyen de ne pas perdre tous vos points est de rentrer au garage avant de vous faire arrêter. De plus, les véhicules des patrouilleurs semblent être aussi solide que des chars d’assaut alors qu’ils sont pratiquement indestructibles. Le tout ajoute une bonne pression que l’on pouvait ressentir également dans les premiers opus de cette célèbre franchise, mais nous avons le sentiment aussi d’être complètement impuissant.

Votre plus grand ennemi dans Need for Speed Heat

Une conduite TRÈS arcade

Ce n’est pas un secret pour personne, les opus développés par Ghost Games ont toujours proposé une conduite très arcade. C’est une nouvelle fois avec ce Need for Speed Heat, mais j’ai l’impression que ce côté a été un peu trop poussé. Si les sensations de vitesses sont très bien ressenties, notre véhicule à tendance à déraper pratiquement à chaque coup de volant. De plus, la physique ne semble pas s’appliquer et nous pouvons déraper sans avoir aucune vitesse, et ce, sur plusieurs mètres. Le joueur n’est aucunement pénalisé et on peut même entrer en collision avec l’environnement sans pour autant être trop ralenti. La première fois que j’ai eu un énorme accrochage avec un décor, je m’étais dit quelques secondes auparavant que j’allais devoir recommencer la course, mais finalement le mur à simplement briser me laissant poursuivre ma route. Proposer une conduite arcade n’est pas un mauvais choix, cependant il y a certaines limites à respecter pour ne frustrer le joueur.

Vidéo de jouabilité de Need for Speed Heat

Une voiture plus que parfaite

Il n’y a pas que des défauts à ce Need for Speed Heat alors que l’aspect personnalisation est sans aucun doute l’une des forces de cet opus. Comme le studio Ghost Games sait très bien le faire, le jeu permet de modifier l’apparence de notre voiture dans les moindres détails. Au total, nous disposons de plus d’une dizaine de portions qui peuvent être remplacé parmi les centaines de pièces qu’offre le titre. Sans oublier les améliorations mécaniques qui peuvent être appliquées et permettant d’avoir la même voiture du début jusqu’à la fin du jeu si on le souhaite. Le seul bémol étant que certaines personnes ont eu des crashs lors de la modification de certaine voitures nécessitant un redémarrage complet. De mon côté, je n’ai eu aucuns soucis à ce niveau, il est donc très difficile de me prononcer.

Une voiture personnalisable

Un multijoueur inutile

J’en avais vaguement discuté lors de l’un des épisodes du podcast de Geeks and Com’, mais la portion multijoueur n’en ai pas une a proprement parlé. Pour jouer au jeu, vous devez décider d’y jouer de votre côté ou encore en ligne. Lorsque vous choisissez cette option, vous êtes intégré dans un groupe de 15 autres pilotes avec lesquels il est possible de créer des groupes et de compléter les courses. Il s’agit ni plus ni moins d’une sorte de hub sans vraiment d’intérêt. Il n’est pas possible de créer des courses personnalisées afin d’affronter vos amis ou d’enchaîner les meilleurs temps face aux meilleurs du monde. Ce côté multijoueur de Need for Speed Heat est selon moi inutile et n’apporte rien à l’expérience globale.

Pas de course en ligne sauf pour les missions

Beau, mais vide

La ville fictive de Need for Speed Heat est bien modélisé et comme à son habitude, le studio Ghost Games a réalisé un excellent travail sur les effets de lumières. Autant le jour que la nuit, le jeu est très joli et offre de très beau panoramique surtout lorsqu’une fine pluie vient se déposer sur l’avant de votre véhicule pour ajouter un peu de brillance. Malheureusement, la ville semble morte ! Il n’y a pas vraiment de piétons et très peu de voitures qui circulent. Outre les courses, on ne ressent pas vraiment l’envie d’aller explorer ce monde ouvert à la recherche de secrets dissimulés à la manière d’un The Crew.

Un monde ouvert dénué d’intérêt

Conclusion

Ce Need for Speed Heat avait de bon atouts afin de remonter cette pente descendante que subissait la série depuis quelques années. Le jeu offre des environnements variés avec des effets de lumières parfois spectaculaires. La personnalisation est toujours aussi complète et permet de créer un lien d’attachement avec sa voiture. Néanmoins, le titre semble souffrir d’une redondance qui se fait de plus en plus sentir sur la série en offrant une conduite extrêmement arcade pour en devenir déplaisante, un multijoueur anecdotique, une alternance entre le jour et la nuit mal équilibré ainsi qu’un monde ouvert particulièrement vide d’intérêt. Need for Speed Heat n’est clairement pas l’opus qui me donne de l’espoir pour la viabilité de la franchise.

NOTES
Note
6.5
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, je suis diplômé en communication. Depuis 2014, j'ai eu l'occasion d'écrire pour de nombreux sites tels que Game-Focus, l'Épée Légendaire et bien évidemment Geeks and Com'. J'ai également animé plusieurs émissions sur le web que ce soit des podcasts et des diffusions en direct notamment sur Gaming Live, l'ancienne Web-Tv de jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.