Nintendo a profité de la semaine dernière pour tout bonnement publier un important Nintendo Direct entièrement dédié à Mario. Dans le cadre des festivités du 35e anniversaire de la série, on a appris que notre plombier préféré sera exploité à profusion.

Alors, pour souligner l’occasion, l’équipe de Geeks & Com’ voulait vous présenter quelques-uns de leurs meilleurs souvenirs avec Mario. Bien sûr, les jeux de la compilation récemment annoncée Super Mario 3D All-Stars seront à l’honneur, mais on n’a pas oublié les autres.

David et Maxime ont de bons souvenirs de Super Mario 64

Je n’ai jamais eu la chance d’avoir la Nintendo 64 lorsque j’étais enfant, mais je me souviens d’être allé chez mes amis et être totalement bouleversé face à Mario 64. Je veux dire, je croyais être prêt au 3D avec Starfox qui était pas mal du tout avec la chip Fx de la Super Nintendo… mais la liberté d’exploration de Mario 64 m’a renversé. Moi et toute l’industrie en fait !

Super Mario 64 a été pour moi le début d’une grande aventure ! Ma sœur m’a initié à ce type de jeu et ce fut l’origine de mon amour pour Mario. Bien que j’avais joué sur NES et SNES, Mario 64 me remémore des souvenirs incroyables. Le début de l’ère 3D associé au plombier le plus populaire a fait décoller les ventes de ce jeu. Encore aujourd’hui, c’est une référence en la matière.


Anthony a un faible pour Super Mario Sunshine

Bien que ce ne soit pas le plus apprécié des fans, j’ai vraiment eu un coup de cœur pour Super Mario Sunshine. À l’époque, le GameCube avait été la première console de salon que mes parents m’avaient acheté (et donc qui n’appartenait pas à mon demi-frère). Or, ce n’est pas peu dire parce que le jeu avait d’énormes souliers à remplir puisque j’avais adoré Super Mario 64.

Eh bien, je n’ai pas été déçu. Pour moi, les nombreuses mécaniques originales que permettait le canon à eau amenaient plusieurs innovations à la série. Je l’ai traversé sans voir le temps passé et j’ai eu beaucoup de plaisir à accumuler chacun des shines sprites. Bref, c’est un des jeux les plus sous-estimés de la franchise et j’espère que les gens vont avoir autant de plaisir que moi à le découvrir dans la nouvelle collection.

Super Mario Sunshine

Marc nous partage son amour pour Super Mario Galaxy

Super Mario Galaxy a démontré une nouvelle fois le savoir-faire de l’équipe de Nintendo. Réussir à créer un jeu de plateformes 3D sphériques était pratiquement une révolution à l’époque. L’équipe de Miyamoto a même réussi à optimiser la gestion de la caméra afin que celle-ci puisse accompagner le joueur sans causer de grande frustration. Une nouvelle fois, Nintendo a su démontrer qu’il était possible de se réinventer et d’offrir une nouvelle expérience accessible pour toute la famille.

Super Mario Galaxy

Notre vétéran Kevin recule un peu plus loin

Super Mario 3 représente pour moi l’apothéose du jeu de plateforme. C’est avec ce jeu que Nintendo nous a ouvert les yeux et qu’on s’est dit pour la première fois que l’industrie des jeux vidéo allait devenir beaucoup plus grande qu’un simple passe-temps. Et le coup de marketing à l’époque associé au film The Wizard était tout un coup de dé de la part de la compagnie japonaise.

Riche en mécanique, mais accessible pour tous, ma famille au complet aimait interpréter le fameux plombier. Des heures et des heures de plaisir. À moins que comme moi, vous abusiez de l’usage de la flûte!

Mario Bros 3

François choisit le plus mal-aimé

Plusieurs ne le considèrent pas comme un vrai jeu de Mario, pourtant Super Mario Bros. 2 est là où mon intérêt pour les jeux vidéos a commencé. Pour moi, c’est d’innombrables souvenirs qui ressurgissent quand j’y pense mais aussi un jeu sous-estimé.

Il est vrai qu’à la base, ce jeu n’était pas supposé être un Mario, mais néanmoins, il a poussé le jeu de plateforme à un autre niveau en permettant de se déplacer à plusieurs endroits dans les niveaux et non uniquement de façon linéaire. En plus, c’est dans ce dernier où j’ai pu utiliser et apprécier d’autres personnages qui sont maintenant iconiques dans la franchise. Que ce soit Mario et ses habiletés équilibrées, Luigi et ses super sauts, Toad et sa rapidité ou Princesse Peach avec sa capacité à flotter dans les airs, chacun étaient agréables à utiliser et me laissent un mémorable souvenir.

À part les héros, Super Mario Bros. 2 aura également permis d’ajouter un bon nombre de personnages ennemis qui nous sont familiers. Entres autres, notons Maskache et Birdo qui est pour moi, le premier contact avec un boss dans un jeu vidéo. Quelle satisfaction j’ai eu d’être en mesure de lancer les œufs qu’elle me projetait pour terminer le niveau. Plus j’y repense, plus je devrais recommencer une partie et passer au travers de ce classique parfois mal-aimé.


Vince prévient qu’on va parler de Mario encore très longtemps

L’année est 2197, les archéologues ont excavé un sous-sol datant de la fin du 20e siècle. À l’intérieur, un tapis est taché de jus et des morceaux de plastique rectangulaire gris jonchent l’espace. Des dispositifs de contrôle aux couleurs arc-en-ciel et à l’ergonomie douteuse collent aux doigts des chercheurs assez courageux pour les manipuler. Le joystick est cassé et ballotte dans son socle, signe d’une utilisation excessive.

Après débats, les scientifiques décident de cloner, à l’aide des nombreuses traces de salive récoltées à l’intérieur des artéfacts, le feu propriétaire. Un gamin de 8 ans surexcité apparaît. Il ne parle que de Mario, un plombier italien aux capacités physiques redoutables. Il décrit avec passion des mondes inconnus présents à l’intérieur de tableaux meublant le château d’un royaume disparu. Ses propos n’ont aucun sens, mais son euphorie est bien réelle. Il passe des heures à tenter de faire fonctionner la machine et à souffler dans ce qu’il appelle les « cassettes ». Fièrement, il annonce, entre deux tentatives, pouvoir leur montrer Yoshi, un dinosaure prisonnier sur le toit du château.

La machine s’allume. L’enfant devient soudainement silencieux, absorbé par un écran cathodique également récupéré sur le site. Les interventions des observateurs ne parviennent pas à sortir le jeune de sa transe. Seules les exclamations « yahoo », « ah-ha » et « mamma mia! » provenant du téléviseur et répétées par le jeune garçon brisent le silence. La terreur s’installe chez les archéologues. Ils craignent avoir déterré une puissante relique aux pouvoirs hypnotiques.

PARTAGER
Anthony est comme Batman puisqu'il mène une double vie. De jour, c'est un simple banquier, mais le soir et les fins de semaine il se transforme en rédacteur de la section jeux vidéo sur Geeks & Com' où il partage sa passion. On peut dire qu'il aime presque tous les styles, mais il a quand même un petit faible supplémentaire pour les jeux narratifs et les JRPG !