Le studio indépendant Young Horses réussi toujours à développer des expériences amusantes qui se démarquent largement du marché. C’est notamment le cas avec la franchise Octodad dans laquelle le joueur y incarnait un poulpe dans son rôle de père dans une famille d’humain traditionnelle. Cette fois-ci, l’équipe est de retour avec Bugsnax qui est demeuré assez discret depuis son annonce. Ce nouveau titre d’aventure met de l’avant des créatures alimentaires sur une île perdu. Est-ce que le jeu réussi à proposer une expérience suffisamment intéressante pour marquer les esprits ? La réponse dans ce test complet !

Fiche technique

  • Date de sortie : 12 novembre 2020
  • Style : Aventure
  • Classement ESRB / PEGI ESRB 10+ / PEGI 7
  • Développeur : Young Horses
  • Éditeur : Young Horses
  • Langue d’exploitation : Sous-titre en français
  • Disponible sur PCPS4 et PS5
  • Testé sur PC
  • Prix lors du test : 29,99 $ CA / 24,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Journaliste d’enquête

Dans Bugsnax vous incarner un journaliste qui souhaite se rendre sur une île mystérieuse du nom de Snaktooth qui abrite de petites créatures qui peuvent être consommé par votre espèce après la réception d’une vidéo de l’exploratrice Elizabert Megafig. Ces insectes comestibles ont néanmoins un effet secondaire et transforment des portions de votre corps selon la créature que vous ingérez. Une fois arrivée à destination, le groupe de recherche de Lizbert est désormais éparpillé un peu partout sur l’île alors que l’exploratrice en question est portée disparu. Tout au long de l’aventure, l’objectif sera de réunir tout le groupe dans un petit village, mais aussi d’enquêter sur ces mystérieuses créatures et la disparition de la chef de cette colonie. Malgré que les dialogues soient uniquement doublés dans la langue de Shakespeare, l’humour est omniprésent et les développeurs ne cachent pas qu’il souhaite proposer une expérience accessible pour tous. Sans être particulièrement passionnant, le scénario demeure intrigant et les dialogues avec les nombreux personnages que l’on rencontre sont intéressant et remplie de saveurs.

Des centaines de créatures

L’un des autres points forts de l’expérience proposée par Bugsnax est le nombre impressionnant des créatures alimentaires. En effet, au total les développeurs du studio Young Horses proposent plus 100 insectes comestibles que vous pouvez étudier et capturer. L’originalité est omniprésente et chaque créature à sa propre personnalité, mais aussi sa propre apparence. On retrouve par exemple des fourmis brochettes, des araignées ananas, des vers carotte ou même des crabes limes. Chaque zone propose des créatures différentes et le titre intègre aussi un cycle de jour et nuit qui modifie l’apparition de certaines espèces.

Un peu à la manière d’un Pokémon, on prend énormément de plaisir à trouver le meilleur gadget et la meilleure façon de capturer l’ensemble des Bugsnax que l’on rencontre. D’ailleurs plus on avance dans les zones, plus on rencontre des spécimens qui sont difficile à attraper et que l’on doit réfléchir pour réussir à les approcher. Il est même parfois nécessaire de créer des collisions entres les bêtes afin de les déstabiliser pour ensuite les capturer. Il faut savoir que les développeurs récompensent également la recherche des créatures en permettant d’en faire don à l’un des habitants de votre colonie afin de d’augmenter votre capacité de stockage. Une manière ludique selon moi de proposer des améliorations à votre personnage.

Simple et efficace

Au niveau de la jouabilité, Bugsnax est un jeu d’aventure à la première personne très simple à prendre en main. Que ce soit à la manette ou encore avec le combo clavier et souris, le jeu comporte uniquement quelques touches et permet d’être accessible à une grande majorité de joueurs même pour les plus jeunes. En effet, les sujets traités par le titre ne sont pas réservés à un public mature et peuvent parfaitement convenir à des enfants d’une dizaine d’années. Au niveau de l’interface, tout est également bien expliqué et il n’y a pas rien à y redire. On peut rapidement épingler différentes missions selon nos envies ou encore simplement partir à la découverte de l’île de Snaktooth. Néanmoins, il est vrai qu’il ne faut pas s’attendre à des défis d’une complexité inouïe.

Une direction artistique savoureuse

Ce qui m’a le plus charmé dans Bugsnax c’est la direction artistique du titre. Les différentes zones sont diversifiées autant au niveau des créatures qu’on y retrouve qu’au niveau des décors. Sans être le jeu le plus joli, le titre a sa propre identité et comme pour les autres productions du studio Young Horses il n’y a rien de similaire. Le traitement des couleurs et des effets fonctionne très bien et on ressent vraiment une ambiance différente selon les zones dans lesquelles on se retrouve. Le style un peu dessin animé s’adapte parfaitement à la direction artistique et bien plus peaufiner selon moi de ce que l’on avait sur la série Octodad.

Conclusion

Bugsnax propose une expérience unique et rafraîchissante en permettant aux joueurs de faire la découverte d’un monde remplies de petites créatures originales. Ces dernières sont très nombreuses et ils ont tous un comportement qui s’adapte selon l’heure de la journée. Heureusement, il est possible de dormir dans un lit pour effectuer une avance rapide. Même si le scénario n’est pas le plus développé, l’humour omniprésent fait passer un excellent moment sans oublier que la jouabilité est accessible à tous. Sans pour autant être le jeu de l’année, j’ai particulièrement apprécié ce titre qui selon moi offre un petit vent de fraîcheur sur le marché. 

NOTES
Note
8
PARTAGER
Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, je suis diplômé en communication. Depuis 2014, j'ai eu l'occasion d'écrire pour de nombreux sites tels que Game-Focus, l'Épée Légendaire et bien évidemment Geeks and Com'. J'ai également animé plusieurs émissions sur le web que ce soit des podcasts et des diffusions en direct notamment sur Gaming Live, l'ancienne Web-Tv de jeuxvideo.com. Je continue d'explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d'HypnoticMarc.