Doki Doki Literature Club Plus! : Un jeu d’horreur camouflé

Je ne suis pas un grand amateur de mangas.  Doki Doki Literature Club Plus! est un jeu que je n’aurais probablement pas essayé en temps normal  Cependant, le jeu a attiré mon attention par la controverse causée par celui-ci.  Effectivement, le jeu a été accusé d’avoir causé des suicides auprès de certains jeunes.  Je ne comprenais pas comment un jeu à l’allure de romance d’adolescent où le but est de séduire des lycéennes pouvait recevoir de telle accusation.  Force est de constater que sous ses allures légèrement enfantines se cachent l’un des jeux les plus perturbants que j’ai eu l’occasion de tester.

  • Date de sortie : 30 juin 2021
  • Style : Visual Novel, Horreur Psychologique
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB M / PEGI 18
  • Développeur : Team Salvato
  • Éditeur : Serenity Forge
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Disponible sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series, Switch et PC
  • Testé sur Xbox Series X
  • Prix lors du test : 18,99$ CAD / 14,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Histoire de Doki Doki Literature Club Plus!

Étant donné la nature du jeu, je me dois d’inclure certains spoilers pour bien représenter le jeu. Vous êtes prévenus.

Lors du démarrage du jeu, nous avons droit à plusieurs avertissements comme quoi le jeu est dérangeant et n’est pas pour les personnes sensibles.  Il faut accepter de jouer sous ses conditions pour que le jeu démarre.  Nous arrivons alors à un menu coloré avec une musique super joyeuse.

Le jeu débute alors que nous nous apprêtons à nous rendre à l’école.  Notre voisine et amie d’enfance Sayori fonce sur nous pour faire le chemin vers l’école avec nous.  Lorsque les cours se terminent, elle tente de nous persuader de rejoindre un club de littérature dont elle est vice-présidente.  Alors que le tout ne nous intéresse vraiment pas, nous acceptons d’y aller pour lui faire plaisir.

À l’arrivée du protagoniste, il est accueilli par trois jolies demoiselles se nommant Monika, Yuri et Natsuki.  Le club de littérature ne compte en effet que quatre membres.  Décidant de devenir membre avec comme arrière-pensée de tenter de séduire l’une des filles, il ne se doute pas de ce qui l’attend.

Quatre personnages, quatre secrets

Monika est la présidente du club et fera tout en son pouvoir pour vous aider.  Elle est entreprenante et dégage une forte assurance.

Yuri est le rat de bibliothèque.  Elle est super timide et bégaie lorsqu’elle parle.  Elle n’ose pas exposer son opinion et s’excuse dès qu’elle le fait.

Natsuki est la plus jeune et la plus frondeuse.  Elle a un caractère fort et ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Sayori quant à elle respire la joie de vivre.  Elle a toujours le sourire et veut toujours que tout le monde soit heureux.

Le jeu fait exprès de nous proposer des stéréotypes de lycéennes pour que l’on ne se méfie pas de ce qui s’en vient.  En vérité, chaque fille camoufle un trouble psychologique.

Énormément de textes et de la romance par des poèmes

Doki Doki est un roman visuel avec certains choix qui influenceront l’histoire.  Il y aura beaucoup de textes à lire et le but premier est de s’intégrer au groupe pour séduire l’une des filles.  Monika nous rappellera rapidement de sauvegarder avant de faire des choix difficiles pour pouvoir recommencer si on n’aime pas le résultat.  Nous faisons donc la connaissance avec le groupe et la personnalité de chacune.

Au bout d’un moment, Monika proposera à tous d’écrire un poème durant la soirée et de le présenter le lendemain aux autres membres.  Nous attrapons l’occasion et l’un des mini-jeux de Doki Doki commence.  Nous avons la possibilité de choisir vingt mots pour composer notre poème.  Chaque mot plaira à l’une des filles du club.  Il est possible d’ailleurs de voir des petites épinglettes représentant nos futures conquêtes et lorsque nous choisissons un mot, nous voyons qui est la plus contente.  Notre personnage décide d’utiliser le tout pour séduire la fille qui l’intéresse.

Le jeu se déroule sur plusieurs journées menant à un festival de poésie que le club décide d’organiser.  Chaque jour se déroule de manière similaire.  Il faut présenter notre poème et suivre la trame narrative du jeu.  Selon nos poèmes, l’une des filles s’intéressera plus particulièrement à nous et nous aurons l’occasion de préparer le festival avec elle.

Pendant tout ce temps de jeu, celui-ci nous envoie plein de petits indices que tout n’est pas si simple qu’il n’y parait en particulier concernant Sayori.  Un drame est sur le point de se produire.

Le fléau de la dépression

Sayori représentant la joie de vivre, il est difficile d’imaginer qu’en fait, elle ne va pas bien.  N’est-ce pas ?  En fait, le jeu nous a avertis plusieurs fois à travers les poèmes de Sayori ou de messages subtils.  Elle nous avoue finalement qu’elle souffre de dépression et que son seul plaisir est de voir les autres s’amuser et que personne ne se préoccupe d’elle.  Elle nous avoue également être amoureuse de nous.

Le lendemain, nous l’attendons pour nous rendre à l’école avec elle comme notre habitude, mais elle ne se présente pas.  Notre personnage décide d’entrer chez elle et la retrouve pendue.  Sayori, la joie de vivre, vient de se suicider.  Nous nous mettons à pleurer en nous accusant de ne pas avoir vu les signes et sommes convaincus d’avoir fait les mauvais choix.  Le jeu nous affiche le mot « Fin » avant de redémarrer.

Est-ce un jeu ?

À partir de ce moment, le jeu devient extrêmement étrange et dérangeant.  La musique joyeuse du menu griche et l’image de démarrage affiche encore les quatre filles, mais Sayori est pixelisée et déformée.  Nos sauvegardes finiront également par disparaître.

Il est possible de recommencer le jeu, mais avec une histoire changée où Sayori n’existe pas.  Peu à peu, les filles commencent à se comporter de façon de plus en plus étrange et extrême.  Le jeu commence également à avoir des bogues (volontairement).

Des personnages dont les yeux disparaissent ou saignent, le jeu qui ne s’affiche plus correctement ce qui nous empêche de sélectionner véritablement nos actions, des bouts de texte corrompu, etc.  L’horreur est débutée et puisque le plaisir est de découvrir, je n’en dirai pas plus.  Disons tout simplement que le jeu brisera le 4e mur à plusieurs reprises.  Pour ceux ne connaissant pas ce concept, le jeu s’adressa directement à vous et non plus à votre personnage.

Les ajouts de cette nouvelle mouture

Doki Doki est sorti originalement en 2017.  Cette nouvelle version ajoute plusieurs nouveautés comme des histoires parallèles, des images de la conception, la possibilité d’écouter les musiques du jeu ainsi qu’un « bureau virtuel ».  Il est en effet possible de quitter le jeu ce qui aura pour effet de vous ouvrir une interface d’ordinateur comme si vous étiez sur « Windows ».  C’est à cet endroit que vous pourrez explorer les ajouts et plus.

Verdict

Je suis resté sans mot devant l’habilité du jeu à nous parler de troubles psychologiques à l’aide d’un jeu d’apparence enfantin.  Doki Doki est une expérience à vivre si l’on se sent assez fort pour le faire.  Les nombreux avertissements au début du jeu démontrent que ce jeu n’est pas pour tous.  Si vous êtes prêt et que vous appréciez les romans visuels, vous découvrirez un jeu incomparable.

Doki Doki Literature Club Plus! : Un jeu d’horreur camouflé
Doki Doki est une expérience unique et dérangeante. Il ne doit pas être mis entre les mains de n’importe qui vu les thèmes extrêmement difficiles qu’il aborde ainsi que son côté horreur psychologique. Il s’agit par contre d’une énorme réussite par son histoire et son ambiance. Préparez-vous à ne pas en sortir indemne.
8.5
Print Friendly, PDF & Email
Geeks And Com' est LIVE! Cliquez ici pour venir nous voir!
CURRENTLY OFFLINE