Test de Star Ocean: The Divine Force – 25 ans dans l’espace

Je suis un grand fan de la série Star Ocean depuis ses tout débuts en 1996. Bon, je n’ai pas joué à l’original mais à la version PSP de celle-ci donc ça compte à mon avis. Bref, j’ai joué à chacun de ceux-ci et je dois avouer une chose: je ne comprends pas pourquoi je suis toujours présent. J’ai adoré le premier titre ainsi que Second Story mais par la suite, rien d’extraordinaire. Ça résume très bien en fait Star Ocean dans son ensemble, un gros meh. Avec The Divine Force qui survient pour le 25ième anniversaire de la série, doit-on s’attendre à quelque chose de grandiose de la part de Tri-Ace et de Square Enix?

Et avant même de plonger dans tout cela, il faut aussi spécifier qu’il ne s’agit rien de moins que du troisième titre publié par Square Enix que nous testons dans les dernières semaines. Après Various Daylife et The DioField Chronicle, est-ce que Star Ocean passera également au tordeur? C’est qu’à un moment, la crainte s’installe…surtout qu’il y a encore plusieurs jeux à venir de leur part! Bon, allons-y, voyons ce que The Divine Force a sous le capot!

FICHE TECHNIQUE DE STAR OCEAN: THE DIVINE FORCE

  • Date de sortie : 27 octobre 2022
  • Style : Jeu de rôle avec combat en temps réel
  • Classement ESRB / PEGI T pour Adolescent / PEGI 12
  • Développeur :  Tri-Ace
  • Éditeur :  Square Enix
  • Langue d’exploitation : Sous-titres en français et voix en anglais
  • Disponible sur PlayStation 4 et 5, Xbox One et Series X/S et PC
  • Testé sur PlayStation 5
  • Prix lors du test : 79,99$ CAD / 49,99€
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Il était une fois, dans l’espace…

Si vous connaissez bien Star Ocean, vous allez reconnaitre immédiatement la prémisse. Un héros qui appartient à un monde qui se retrouve soudainement sur la planète d’un autre de nos héros. C’est ainsi depuis le départ mais ce qui en découle change selon les jeux. Il y a toujours eu une dualité entre deux personnages au départ mais qui devient beaucoup plus grand au fil de l’aventure.

Dans The Divine Force, nous avons le choix d’incarner un des deux protagonistes suivants: Raymond Lawrence, capitaine du Ydas qui, malheureusement, se fait attaquer par un vaisseau sans avertissement. Devant quitter le navire, il se retrouvera sur une planète étrangère sans nouvelle de son équipage. Ont-ils survécu, est-ce que tout le monde est vivant? Une petite lueur d’espoir nait quand il voit une capsule de sauvetage briller dans le ciel. Avant même de pouvoir faire un premier pas, il fait la rencontre de Laeticia Aucerius et Albaird Bergholm. La première étant de la royauté et le second son acolyte, une entente survient entre les deux camps, celle de s’aider dans l’objectif de l’autre.

Évidemment, qui dit jeu de rôle dit plusieurs personnages qui représenteront notre équipe. Sans vouloir mentionner le nombre exact, sachez qu’il y en aura pour tous les goûts et qu’ils ont tous une personnalité propre. Votre équipe pourra être composée d’un maximum de quatre héros. Vous pourrez prendre le contrôle de celui ou celle qui vous plait à tout moment, un peu comme les derniers jeux à succès du genre tel Final Fantasy VII Remake. À l’occasion vous aurez un autre personnage qui viendra agir en support mais dont il sera impossible de donner des ordres.

L’ordre des priorités pour un bon RPG

En ce qui me concerne, ce qui fait un bon jeu de rôle est avant tout l’histoire et ses personnages. On pourrait avoir le meilleur système de combat qui soit, si le jeu ne possède pas d’âme à travers son récit, on arrête plutôt rapidement. C’est quelque chose qui, heureusement, n’a jamais été un réel problème pour Star Ocean, à mon humble avis. Je me rappelle encore de Claude et Rena de Second Story comme si c’était hier. Les voix, bien qu’elles soient disponible uniquement en anglais et japonais, sont vraiment importante à l’immersion et on peut dire que c’est réussi. J’adore le rythme imposé par les personnages et les différentes interventions qu’ils ont entre eux, c’est franchement excellent.

Par contre, là où le bas blesse, c’est au niveau des animations. Les personnages semblent être des marionnettes auxquelles le contrôle a été perdu. C’est drôle et triste par la même occasion parce que cela enlève l’immersion mentionnée auparavant. Mais bon, on se dit que c’est pas bien grave et on oublie cet aspect.

L’histoire, malgré qu’elle soit très similaire à ce que nous avons été habitué, est assez intrigante pour que notre intérêt soit piqué. On reste donc accroché dans l’espoir d’en savoir plus à ce qui va se produire à nos personnages. Et un des points qui aide à cette emprise est que les écrivains n’ont pas oubliés un aspect vital: les opposés de deux mondes. Par exemple, on se rend compte très rapidement que le monde de Raymond a des avancées technologiques beaucoup plus grandes que celle de Laeticia. Un peu plus tard, on voit aussi que leur univers ne traite pas de la même façon les maladies et virus.

Bref, c’est agréable de voir ces deux univers si différents mais si semblable à la fois. Parce qu’évidemment, si on vient d’une autre planète, clairement que celle qu’on vient d’atterir parle la même langue, n’est-ce pas? Bon, on ne peut pas tout avoir en terme de logique…

Les combats, un aspect prioritaire

J’ai beau avoir mentionné que l’histoire et la profondeur des personnages est l’âme d’un jeu de rôle, les combats sont également primordiaux. Et dans le cas d’un jeu de rôle en temps réel, il est important de ne pas s’ennuyer. Pour Star Ocean: The Divine Force, on peut dire que c’est mission accomplie. Voyons plus en profondeur comment le tout se déroule sur le champ de bataille.

Tel que mentionné plus tôt, votre équipe de quatre protagonistes rencontreront des ennemis sur votre chemin. À vous de voir si vous désirez ou non les éliminer pour de l’expérience. Vous pourrez choisir en quoi consistera votre combo pour chacune des touches de votre manette. Il y a aussi la possibilité, à tout moment, de mettre le jeu en pause pour réfléchir à votre prochaine action. Bien franchement le tout n’est pas très utile sauf si vous devez soigner vos membres. Mais si cela était tout, on s’entend que les combats seraient loin d’être palpitants. C’est alors que rentre en compte D.U.N.A.

Ce petit robot qui vous accompagne partout a deux fonctions. La première: il permet de vous envoler dans le ciel pour accéder à des nouveaux lieux auparavant inaccessible. Dans les phases de combat, il vous permet d’attaquer par surprise ou autrement les ennemis. Cette dynamique, appeler l’attaque VA, permets de prendre facilement l’avantage sur le terrain. Cela fait des combats très courts pour la majorité mais avec assez d’action pour être intéressant.

Le tout manque un peu de finition

Je vous ai déjà dit que les personnages bougent comme s’ils étaient des marionnettes, n’est-ce pas? Cet aspect loufoque n’est malheureusement pas le seul point négatif.

Le jeu comme tel est loin d’être affreux. On se surprend même plus d’une fois à regarder le décor et apprécier la beauté des planètes dans le ciel. Cependant, on constate que le jeu est loin d’être aussi beau qu’il le pourrait, probablement en raison de la précédente génération. Et les villages et villes que l’on trouvera sur notre chemin sont magnifiques mais manque légèrement de variétés. Mais encore là, je ne crois pas qu’il y ait de grands reproches à faire.

Le dernier point est peut-être le pire des trois et je ne peux pas croire que je dis cela encore en 2022. J’espère que vous avez une excellente vision parce que tout ce qui est texte dans le menu est mi-nus-cule. Vous voulez modifier les compétences de vos personnages? Bonne chance pour arriver à lire ce qui est écrit! Changer votre équipement? Une chance qu’il y ait des dessins et de la couleur pour dire si c’est positif ou négatif parce que c’est impossible de lire. Évidemment, il n’est pas possible de changer la grosseur des caractères. Franchement, c’est terrible…

Verdict de Star Ocean: The Divine Force

Un point positif: le jeu est vraiment d’une qualité supérieure que son prédécesseur. J’ai eu beaucoup de plaisir dans mon parcours de Star Ocean: The Divine Force et je crois que c’est le but ultime. D’accord, le jeu est loin d’être parfait mais cette série ne l’a jamais été. Mais je suis resté accroché à l’histoire et la personnalité des personnages tout du long. J’ai admiré l’écriture ainsi que la vue durant mon périple. Mais j’ai également forcé des yeux plus souvent que je ne désire l’admettre. Mais pour l’amateur de jeu de rôle, je crois qu’il mérite votre attention. Du moins, beaucoup plus que les derniers titres de Square Enix.

Test de Star Ocean: The Divine Force – 25 ans dans l’espace
Parmi les meilleurs de la série...malgré qu'il n'y ait jamais eu de grands Star Ocean
Des dialogues intéressants ainsi qu'une trame narrative exceptionnelle
Les combats sont dynamiques
Les personnages bougent comme des marionnettes
Le jeu est beau mais souffre d'une sortie sur les générations ultérieures
Les textes sont vraiment minuscules à l'écran et c'est impossible de modifier la grosseur
7.5
Print Friendly, PDF & Email
Verified by MonsterInsights