Test de Do Not Open : Échapper au croque-mitaine

Le mélange d’un jeu d’horreur avec un jeu d’évasion est très utilisé et les deux se complètent parfaitement.  J’avais donc très hâte de tester Do Not Open qui nous mets la pression de résoudre des salles dans un temps limite tout en étant pourchassé par une entité.  Est-ce que Do Not Open livre la marchandise ?

  • Date de sortie : 25 novembre 2022
  • Style : Horreur, Puzzle
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB M / PEGI 18 
  • Développeur : Nox Noctis
  • Éditeur : Perp Games
  • Langue d’exploitation : Sous-titré en français 
  • Disponible sur PS5 et PC
  • Testé sur PS5 
  • Prix lors du test : 33,49$ CAD / 24,99 €
  • Site officiel 
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Histoire de Do Not Open

Michael n’est pas un modèle de bon père.  Il est complètement absorbé par son travail comme épidémiologiste et néglige sa femme et sa fille.  Alors qu’il décide de passer plus de temps avec eux, un incident se produit à son travail.  Le jeu débute alors que Michael se retrouve prisonnier de son sous-sol.  Après avoir réussi à s’enfuir du sous-sol, il aperçoit un monstre au loin et réalise que la porte d’entrée est cadenassée.  Il lui faudra 4 clés pour s’enfuir de sa propre maison et du monstre qui en a pris possession.  Est-ce réel ?

Des salles bien pensées

Si l’on inclut le sous-sol (qui constitue un peu le tutoriel), il y a 5 salles à résoudre pour s’échapper de notre maison.  Excluant le sous-sol, le but de chaque salle est de trouver les deux morceaux d’une clé pour la reconstituer.  Chaque clé permet de retirer un cadenas de la porte d’entrée.  Nous avons un chrono de 20 minutes pour résoudre chaque salle et il est possible de consulter notre montre en tout temps pour savoir le temps restant.  Si nous ne sommes pas en mesure de trouver la clé avant ce temps, une entité arrive et tente de nous capturer.  J’y reviendrai plus tard.

Les environnements de chaque salle sont détaillés et il est possible d’interagir avec énormément d’objets.  Cependant, le jeu décide les armoires ou tiroirs pouvant être ouverts.  Une icône apparait pour nous dire que l’on peut interagir.  Je trouve cela dommage que tout ne soit pas accessible, car certaines fois, on voit deux icônes sur un tiroir.  On devine alors qu’il y a un objet dans le tiroir. 

Certaines salles sont cependant trop grandes inutilement.  Il n’y a que deux énigmes à résoudre par pièce.  Il m’est arrivé de tourner en rond tout simplement pour trouver l’énigme à résoudre plutôt que de la résoudre.  Attendez-vous à un « jump scare » par salle également.  Ils sont bien réussis, car je me suis fait avoir à chaque fois.

Des énigmes aléatoires

Un des points forts du jeu est que la solution de chaque énigme changera à chaque fois.  Il faut donc véritablement comprendre la façon de solutionner le tout.  À chaque fois que l’on recommence une salle, la base des énigmes est la même, mais leur emplacement ainsi que la réponse est différente.  Ça augmente la rejouabilité.

D’ailleurs, j’ai compris assez vite qu’il faut absolument un papier et un crayon pour jouer à Do Not Open.  Je l’ai réalisé lorsque je suis tombé face à face avec une énigme utilisant le code morse.  Sauf si vous avez une excellente mémoire, prévoyez de prendre des notes.  J’ai adoré l’énigme des mathématiques ainsi que celle de l’horaire à reproduire.

Ce que j’ai trouvé dommage par contre est qu’il n’y ait seulement deux énigmes par salle (et seulement une pour le sous-sol).  Il y a donc 9 énigmes à résoudre pour le jeu complet.  C’est très peu malgré les variantes surtout vu le prix du jeu.

L’entité de la frustration

En sortant du sous-sol (la première pièce), nous apercevons un monstre qu’il nous faudra éviter à tout prix.  Dès qu’il nous aperçoit, il nous poursuit et dès qu’il nous attrape, c’est la mort assurée.  Nous n’avons aucun moyen de défense.  D’ailleurs, dès qu’il nous voit, c’est terminé.  Il est impossible d’y échapper.  Il marche et court plus vite que nous.

Pour l’esquiver, il y a plusieurs cachettes un peu partout.  Il faut éviter de faire du bruit également alors courir est déconseillé quand il est là.  Heureusement, il n’est pas là en permanence.

L’entité apparaîtra quand le chrono d’une salle est terminé, si l’on se trompe trop souvent sur une énigme et quand l’on obtient les deux morceaux d’une clé. 

Pour réellement terminer une salle, il faut s’enfuir par la porte que nous sommes entrés une fois la clé complète en notre possession.  Quand nous terminons les énigmes d’une salle, l’entité arrive et on doit réussir à quitter sans se faire attraper.  Ce qui semble être une bonne idée devient rapidement frustrant. 

J’ai dû refaire la cinquième salle presque dix fois, car nous devons emprunter un petit corridor pour nous enfuir.  La salle est également très petite avec peu d’endroits pour se cacher et une fois que nous nous avançons vers le corridor, il n’y a aucune cachette.  Étant donné que le monstre nous voit et nous entend facilement et qu’il est impossible d’y échapper s’il nous pourchasse, il est très difficile de quitter cette ultime salle.

Côté technique

Les vibrations de la manette sont extrêmement bien utilisées.  Chaque pas de l’entité fera vibrer un emplacement précis sur celle-ci.  Si le monstre est à gauche de nous, la manette vibrera à gauche et vice-versa.  Les vibrations seront plus fortes lorsqu’il est près et légères lorsqu’il s’éloigne.

Les graphismes sont très réussis avec des environnements détaillés et des effets de lumière bien exploités.  Comme souvent dans des jeux comme cela, je trouve que Do Not Open est trop sombre et j’ai dû augmenter la luminosité.

J’ai trouvé dommage que l’histoire soit si peu présente dans le jeu, car le doublage est bien réussi.  J’aurais bien aimé plus de cinématiques.  Les effets oppressants sont omniprésents, mais bien utilisés.  Des grincements, des pas, des portes qui claquent et plusieurs autres effets rajoutent une belle ambiance au jeu.

Verdict de Do Not Open

Do Not Open est un bon jeu qui aurait pu être tellement plus.  L’entité est malheureusement plus frustrante qu’oppressante et résoudre les énigmes quand elle est là est pour ainsi dire impossible.  Heureusement qu’il y a une période de grâce avant son apparition.  Bien que les énigmes soient aléatoires et ingénieuses, il n’y en a que 9 à résoudre pour compléter le jeu.  C’est très peu surtout considérant le prix demandé.  C’est très dommage, car Do Not Open est excellent, mais offre trop peu.

Test de Do Not Open : Échapper au croque-mitaine
Les énigmes aléatoires et ingénieuses, mais...
L'ambiance générale
L'utilisation des vibrations haptiques très réussie
il n'y en a que neuf.
L’entité plus frustrante qu’oppressante
Le prix élevé pour sa durée de vie
6
Print Friendly, PDF & Email
Verified by MonsterInsights