Test d’Octopath Traveler 2: Magistral!

J’aime beaucoup le proverbe qui dit : on ne change pas une formule gagnante. Lorsque tu tiens quelque chose qui fonctionne, assure-toi de le répéter ou de le reproduire lorsque vient le temps de refaire la même action. Évidemment, dans l’univers vidéoludique, ce n’est pas un aspect que les joueurs aiment beaucoup lorsqu’on annonce une suite. On veut de la nouveauté, pas une copie conforme du jeu précédent. Mais par la même occasion, on ne veut pas dénaturer l’oeuvre originale et aller dans une direction complètement opposée. Alors lorsque Square Enix nous arrive avec Octopath Traveler 2, comment vont-ils amalgamer le tout? Avec le premier Octopath Traveler, nous avions une excellente formule qui peut difficilement être malléable sans en changer la nature du titre. Est-ce que vous croyez qu’ils ont réussi un véritable tour de force avec le deuxième de la série? Ou on se retrouve devant une version 1.5? C’est ce que nous allons découvrir dans ce test.

FICHE TECHNIQUE D’OCTOPATH TRAVELER 2

  • Date de sortie : 24 février 2023
  • Style : Jeu de rôle
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB T/ PEGI 12
  • Développeur : Square Enix, Acquire
  • Éditeur : Square Enix
  • Langue d’exploitation : Offert en Français
  • Disponible sur PlayStation 4, PlayStation 5, Nintendo Switch et PC
  • Testé sur PlayStation 5 et Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 79,99$ CAD / 59,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par léditeur

8 nouveaux héros, 8 nouvelles histoires

Si vous n’avez jamais eu l’occasion de jouer au premier Octopath Traveler, soyez sans crainte. Les deux n’ont aucun lien donc vous pouvez entreprendre le deuxième sans souci. Je vous recommande tout de même de faire le premier si vous n’avez pas eu la chance, il s’agit d’un excellent titre qui avait d’ailleurs terminé dans notre top 10 en 2018. Pour vous familiariser, une prémisse s’impose. Le jeu raconte l’histoire de huit personnages, huit voyageurs qui ont chacun une raison de quitter leur village, amis et familles. Alors qu’ils n’ont pas de connexion, ils feront pourtant route ensemble afin de s’entraider. Voici un petit résumé pour chacun d’entre eux :

  • Hikari Koù : Un prince du royaume de Koù qui se désole de voir que son pays est dans un constant conflit au détriment de son peuple.
  • Agnéa Bristarni : Une jeune danseuse de la région de Belleramée qui voit grand pour son avenir et désire devenir une vedette dans le but de rendre les gens heureux.
  • Partitio Yellowil : Un marchant des Terres Sauvages qui désire éradiquer la pauvreté dans le monde.
  • Osvald V. Vanstein : Un érudit des Landes-des-neiges qui a tout perdu, à la recherche de vengeance.
  • Temenos Mistral : Un prêtre des Grands-Pics qui désire résoudre un mystère entourant les membres de son Église.
  • Throné Angui : Une voleuse des Terres lumières qui désire se libérer du clan des Serpents Noirs.
  • Ochette : Une chasseuse de l’île de Toto Haha qui doit retrouver les trois gardiens légendaires afin de sauver son peuple.
  • Castti Florenz : Une apothicaire amnésique de Moultports en recherche de vérité sur sa personne.

Si vous êtes familier avec Octopath, vous remarquerez que les classes des personnages sont les mêmes que le premier, soit chasseur, guerrier, voleur, danseur, magicien, apothicaire, marchant et prêtre. On pourrait alors d’attendre à une copie conforme du jeu précédent mais heureusement, il n’en est rien. Au-delà de l’histoire qui est beaucoup plus intéressante pour chacun dans le deuxième, il y a également quelques différences qui méritent que l’on s’y attarde. Nous y reviendrons un peu plus tard.

Octopath Traveler 2 Ochette

Des combats de longue haleine

Les combats dans Octopath Traveler sont une des marques de commerce du jeu. On reste dans du tour par tour avec une équipe de 4 combattants au maximum. Jusqu’ici, c’est sommes toute classique dans son approche. La grande différence : les ennemis ont une limite qui peut être « brisée ». Ce qu’on entend par là est qu’un chiffre consistant à leur bouclier représente le nombre d’attaque d’un certain type dont l’ennemi est sensible avant qu’il soit étourdi. On peut alors bénéficier de plusieurs attaques consécutives. Par exemple, si la faiblesse d’un monstre est une attaque à l’épée et que son bouclier indique 2, cela veut dire que 2 coups d’épée l’étourdiront. Cet élément est expliqué dès le départ et compris assez rapidement.

L’autre élément important est les points de boost (ou BP) sur lequel toute la mécanique du tour par tour repose. À chaque tour, si vous ne faites pas l’utilisation de votre BP, on vous en remet un supplémentaire. Pouvant cumuler jusqu’à 6 mais utiliser jusqu’à 4, cela implique 4 attaques consécutives ou bien 4 fois la puissance d’une attaque spéciale. Cela devient énormément stratégique et addictif. On veut être certain de bien réfléchir à chacune de nos actions, à savoir si on en utilise ou non. Dans un combat de base, cela n’a pas la même importance que lors d’un combat avec un boss. Le moindre mauvais choix pourrait avoir un énorme impact sur le résultat final.

Octopath Traveler 2 combat

Toujours aussi splendide

Si quelque chose m’avait marqué lors du jeu initial, c’était à quel point le style graphique est absolument merveilleux. On se trouve dans un décor tout en pixel, qui mélange habillement le 2D et le 3D, bel hommage à une période en 16-bits qui était l’époque prospère pour les jeux de rôle. Mais cette fois-ci, ils ont réussi à pousser le tout encore plus loin. Autant les personnages avec leurs expressions faciales que les multiples régions dans lesquels nous nous déplaçons nous émerveille. Moi qui étais déjà un grand amateur de tout ce qui était pixel-art dans le jeu vidéo, je crois que je peux dire sans me tromper qu’Octopath Traveler 2 est le jeu par excellence dans ce domaine. Autant les sprites (terme que l’on utilise pour faire référence aux animations de mouvement des personnages) sont multiples et merveilleusement bien fait, autant on pourrait rester admiratif devant les paysages durant des heures.

Comme mentionné auparavant, lorsqu’on en vient dans les phases de combat, très peu de choses ont été changé. Mais il reste que quelques animations ont été ajouté pour améliorer l’expérience globale. Un des très bons exemples est ce qui se produit lorsqu’on utilise un BP. La couleur qui dégage de notre personnage est beaucoup plus vive et impressionnante qu’auparavant. Aussi, lorsque l’on utilise le maximum de BP, l’angle de caméra change pour récompenser le joueur de sa patience. Ce n’est rien d’extraordinaire mais ce sont les petits détails importants qui font la différence avec ce qui existaient précédemment.

Octopath Traveler 2 Partitio

Un exploit musical pour une nouveauté cruciale

Lorsqu’on avait fait la critique du premier Octopath Traveler, un des points qui en était ressorti est l’oeuvre magistrale de Yasunori Nishiki, un compositeur qui était pas du tout connu par l’équipe avant ce jeu. La musique était phénoménale et aidait grandement à l’immersion de l’histoire. Nous avons été plus qu’heureux de constater son retour pour le deuxième titre et il va sans dire qu’il a réussi à se surpasser. Non seulement il a repris des pièces maîtresses du jeu initial mais il les a également améliorées. Cela nous rappelle de bons souvenirs mais nous amène également ailleurs par leur nouveauté. Absolument brillant. Mais le véritable tour de force ne se situe pas là. Il survient avec une autre nouveauté dans Octopath Traveler 2 : l’inclusion du cycle jour/nuit.

Pratiquement à n’importe quel moment dans votre partie, vous pouvez changer le moment de la journée. Vous pouvez être le jour comme la nuit. Et Nishiki a produit une trame sonore pour les deux moments. Et lorsque vous faites la transition, la musique transitionne de la même façon. Une musique un peu plus rythmée dans le jour peut devenir plus tranquille avec la nuit en appuyant sur un simple bouton. Mais est-ce que cette nouveauté apporte plus? Absolument!

Pour commencer, les personnages des endroits que vous allez visiter ne seront pas présents à tout moment du jour ou de la nuit. Vous aurez accès à des marchands ou des rencontres seulement dans un ou dans l’autre. Mais surtout, les capacités de vos personnages ne seront pas les mêmes. Par exemple, Temenos peut guider des personnages non-joueur dans le jour alors qu’il peut démasquer ces mêmes personnages la nuit pour en soutirer des informations. Ce n’est pas un changement radical mais il reste le bienvenu puisqu’il change le rythme qui est plutôt tranquille lors de nos déplacements.

Un manque d’inspiration pour les jobs

C’est peut-être le seul point où le bât blesse. Le premier constat lorsque l’on rencontre chacun des personnages pour la première fois est que les jobs sont exactement les mêmes que dans le premier titre. Oui, on reste dans le classique des jeux de rôle avec des guerriers, des voleurs, des magiciens et autres mais il aurait été plaisant d’en avoir des nouveaux pour ce deuxième jeu. Cela fait en sorte que les armes sont également les mêmes qu’auparavant. Ce manque d’inspiration est comblé par la possibilité d’avoir un job spécial qui sont eux, nouveaux. C’est comme si les développeurs étaient au courant de la similitude mais par crainte de faire une erreur, ont fait le changement seulement à moitié. Ce n’est pas catastrophique mais c’est dommage.

L’existence des missions secondaires est toujours présente. Il faut l’admettre, la grande majorité, si ce n’est pas la totalité, est vraiment très vague sur les étapes à suivre. Un personnage va vous sortir une phrase et à vous de deviner où vous devez aller et ce que vous devez faire. Si vous avez vécu les années où vous preniez des notes en même temps que de jouer à votre jeu, cela va vous rappeler de beaux souvenirs. Personnellement, j’ai trouvé ses missions secondaires plus intéressantes que dans le premier mais c’est tout de même ardu de se rappeler de tout et j’ai de la difficulté à croire que je vais toutes les compléter un jour.

Verdict d’Octopath Traveler 2

Je pourrais me contenter de vous demander si vous avez aimé le premier Octopath Traveler et que si c’est le cas, vous allez aimer le deuxième. Mais ça serait faire une injustice. À ceux qui n’ont pas eu la chance de faire le titre initial, vous pouvez faire le second sans préoccupation. Mais pour ceux qui l’ont déjà fait, il y a quand même des ajustements mineurs qui améliorent notre expérience globale. La trame sonore est d’une générosité dans limite, le cycle jour/nuit est la bienvenue et, disons-le, le scénario de chacun des personnages est plus intéressant. Au risque de me répéter, on ne change pas une formule gagnante. Mais on peut certes y apporter quelques retouches. Et c’est exactement ce que Square Enix a fait avec succès.

Test d’Octopath Traveler 2: Magistral!
Le style graphique est toujours aussi splendide
Yasunori Nishiki se surpasse avec la composition de la bande sonore originale
Les combats sont dynamiques et nous garde impliqués
Le scénario est plus intéressant que dans le premier titre
L'introduction du cycle jour/nuit change le rythme
Le manque d'inspiration pour les jobs
Certaines quêtes secondaires demandent beaucoup de réflexion
9
Print Friendly, PDF & Email
author avatar
Kevin Cormier
Planificateur numérique de jour, amateurs de jeux vidéo le soir, j'aime pas mal tous les genres et je peux en parler durant des heures, tant que cela se fait dans le respect. Ce n'est pas parce qu'un jeu est mauvais qu'il l'est pour tous. Sauf E.T. sur Atari. Ça, c'est mauvais.