Aujourd’hui, acheter un ordinateur est à la fois plus facile et plus complexe que jamais. Les Chromebook font de plus en plus parler, mais qu’en est-il vraiment de ces appareils abordables propulsés par Chrome OS le système d’exploitation nouveau genre de Google? À l’essai, le Chromebook Acer C720-2832.

Caractéristiques techniques du Chromebook Acer C720

ProcesseurIntel Celeron 2955U Dual-core 1,4 Ghz
Dimensions
  • 19,1 x 288 x 204 mm (Hauteur x Largeur x Profondeur)
  • 1,25 kg
Mémoire
  • Disque SSD Serial ATA/300 32 Go
  • 2 Go DDR3
  • Emplacement pour une carte SD
Affichage
  • Écran LCD TFT à Matrice Active, technologie ComfyView, 11,6″ (1366 x 768)
  • Carte Intel HD Graphics mémoire partagée
Système d’exploitationGoogle Chrome OS
Connectivité sans fil
  • IEEE 802.11a/b/g/n
  • Bluetooth 4.0 + HS
Interfaces / Ports
  • 1 port HDMI
  • 1 port USB 2.0
  • 1 port USB 3.0
  • Webcam + Micro
Batterie3 Cellules Lithium Polymère (Li-Polymer)

L’esthétique a un prix

Personne ne sera impressionné lorsqu’il verra un Chromebook Acer C720. Tout est plastique, mais bien assemblé. La finition grise métallisée est douce et agréable, remercions ici Acer d’avoir choisi ce fini mat qui est moins adhérant et qui ne marque pas facilement. On ne peut rien reprocher à l’appareil, sauf qu’au pourtour de l’écran, la jonction entre les deux portions de la coque de plastique est « tranchante » comme si les pièces de plastique n’avaient pas été bien limées après le démoulage. Il est certain que pour arriver à un si petit prix, la manufacturier a dû sacrifier dans tout ce qui est superflu. Acer a tout de même fait un bon travail pour créer un produit agréable à un si petit prix.

Acer Chromebook C720 - Test Geeks and Com-3

Écran du Chromebook Acer C720

Si vous aimez les belles couleurs et les beaux contrastes, vous ne serez pas impressionnés par l’écran de ce Chromebook Acer C720. Les noirs sont « gris » et cet effet est accentué par des angles de vision limités. Il faut vraiment ajuster l’angle de l’écran parfaitement pour avoir un maximum de contraste. Il reste possible de faire des ajustements de base à des photos ou d’apprécier des vidéos. C’est un écran fonctionnel sans plus. Pour ce qui est de la résolution de 1366 x 768, j’ai été agréablement surpris. Je m’attendais à pire, mais vu une diagonale de seulement 11,6 pouces, la densité de pixels (135 ppi) reste acceptable pour l’usage qu’on fait de l’appareil. ChromeOS fait un bon travail pour lisser les polices de caractères, le flou est limité.

Clavier et pavé tactile

Il ne faut jamais sous-estimer la qualité de clavier et du pavé tactile sur un ordinateur portable, c’est l’extension de nos mains. Un mauvais clavier ou un pavé peu précis peuvent rendre l’utilisation très frustrante. D’abord, le petit format demande un temps d’adaptation. Acer reprend un clavier de type « Chicklets » popularisé par Apple. Les touches sont bien espacées et ont une bonne réponse, elles ne demandent pas trop de pression, mais ne sont pas non plus hyper-sensible. La pavé tactile n’est pas parfait, surtout lorsqu’on utilise les gestes qui nécessitent plus d’un doigt. On doit être assez précis dans nos mouvements. Par contre, il n’est pas trop sensible, il rejette bien les frôlements des doigts ou de paume accidentels, ce qui est très important dans un tel produit. Bravo à Acer pour cet aspect. Même ma copine qui utilise un MacBook Pro au quotidien n’a pas trouvé à redire sur le pavé et le clavier.

Acer Chromebook C720 - Test Geeks and Com

Autonomie

Sans avoir mesuré précisément l’autonomie du Chromebook Acer C720, je peux vous dire qu’elle est excellente. Acer annonce une autonomie de 8.5 heures en usage normal ce qui me semble assez vrai en usage. L’appareil est toujours rapide à revenir du mode veille ou à s’allumer. Il ne consomme virtuellement pas de batterie lorsqu’il n’est pas en usage. Je n’ai jamais eu à me soucier de recharger l’appareil et si on ne l’utilise que une à deux heures par jour, on le rechargera que 1 ou 2 fois par semaine. Soit dit en passant, il se charge assez rapidement. Le seul bémol, est la prise pour l’alimentation, Acer a choisi une connecteur « classique » style écouteur, mais qui est petit et semble fragile, il faudra faire bien attention lorsque ce Chromebook sera branché.

Multimédia et stockage

Malheureusement, le support de divers codecs vidéos et audio est limité. En fait, c’est la même situation que l’on vit avec Android ou tout autre OS à code source ouvert. Google privilégie les codecs à licence gratuite/ouverte. Google ne pourrait pas offrir ChromeOS gratuitement si il fallait payer des royautés à Dolby pour le décodage du DTS. Donc, ceci fait en sorte que la lecture de fichiers vidéos en local qui utilisent des codecs tels que Dolby Digital ou Digital Theater Sound sera problématique. Par contre, un vidéo H.264 avec une trame audio de type MP3 sera lue sans difficulté, même en 1080p. C’est tout de même dommage, car on aurait aimé un support plus vaste des formats.

La caméra et le microphone inclus avec l’appareil permettent de faire de la vidéo-conférence aisément avec une qualité de son et d’image acceptable. Un petit détail, la prise d’écouteurs est très serrée, l’insertion/extraction des écouteurs est difficile.

L’appareil vient avec un disque SSD de 32 gigaoctets, une fente pour carte SD et 2 ports USB (un port USB 3.0 et l’autre USB 2.0). Notez que Acer et Google offrent 100 gigaoctets d’espace de stockage sur Google Drive à l’achat du C720.

Il est facile d’ajouter de la capacité, d’accéder à du contenu sur clé USB ou de transférer des photos directement de vos appareils photos. J’ai par exemple branché mon Panasonic Lumix et transféré facilement des photos, par contre les vidéos ne sont pas dans un format reconnu. Dès qu’on branche un appareil, l’OS nous demande si on veut sauvegarder le contenu multimédia sur le Chromebook ou dans le service de stockage photos de Google+. Il est aussi facile de transférer du contenu vers vos services de stockage préférés via leurs interfaces web. Le seul bémol est que le gestionnaire de fichier intégré est très rudimentaire, lorsqu’on est habitué à des gestionnaires plus évolués, on s’ennuie de la puissance de ces derniers.

Une sortie HDMI (port pleine grandeur) peut être utilisée pour étendre le bureau ou afficher du contenu multimédia sur un téléviseur ou un moniteur.

Pour la connectivité réseau, il supporte le WiFi en 802.11 a/b/g/n sur les bandes 2.4 et 5.0 GHz. Notez que ChromeOS supporte les adaptateurs USB à Ethernet (non inclus) pour les gens qui préfèrent les connexions filaires.

On pourra par contre regretter qu’aucun emplacement pour carte SIM ne soit disponible. Chrome OS ne permettant pas d’installer les logiciels des clés internet, cela ne sera donc pas possible d’utiliser ce genre de solutions pour se connecter lorsqu’un Wi-Fi n’est pas disponible. On peut comprendre cette décision pour réduire les coûts, mais ChromeOS étant fait pour être connecté le plus souvent possible, cela aurait pu aider dans les déplacements.

ChromeOS, un système d’exploitation pensé autrement

Ce qui différencie vraiment les Chromebook, ce n’est pas le matériel, mais le système d’exploitation. Google a eu la drôle d’idée, selon plusieurs, de créer un système d’exploitation qui est centré sur le navigateur Chrome. Une façon simpliste de décrire ChromeOS serait de dire qu’on utilise Chrome en mode kiosque. Dans le sens où toutes les applications qui fonctionnent sous ChromeOS sont des fenêtres du navigateur Chrome.

C’était un pari risqué de lancer ce genre d’OS il y a quelques années, mais ça prend tout sens avec la montée en puissance des applications Web, du HTML5 et des services nuagiques. Ceux qui comparent ChromeOS à Windows ou à MacOS font une grave erreur.

Maintenant que j’ai expérimenté l’OS, il se compare bien plus à iOS ou Android. Je m’explique, l’OS mise sur la simplicité. En fait, la totalité des paramètres de ChromeOS sont accessible via une fenêtre, contrairement à une série de panneaux de paramètres. Lorsqu’on affiche les paramètres avancés, il déroulent sur l’équivalent de 4 pages environ. C’est presque déroutant, parce qu’en tant qu’usager, on nous a habitué à avoir accès à toute la quincaillerie d’un OS de bureau, à voir les rouages: pour le meilleur et pour le pire!

La simplicité de ChromeOS se vit dès le premier démarrage, si on a déjà un compte Google, on a qu’à choisir la langue et entrer notre nom d’usager et mot de passe: bingo! ChromeOS est prêt à être utilisé. Une courbe d’apprentissage: il n’y en a pas dans ChromeOS. Si vous savez utiliser Chrome (et ses extensions), vous connaissez déjà ChromeOS. C’est un jeu d’enfant, ma fille de 7 ans a apprivoisé le Chromebook en quelques minutes. La même efficacité et simplicité se manifeste lorsqu’on fait un « Powerwash » (retour aux paramètres d’usine), en moins de une minute un Chromebook se remet à neuf et est prêt à être utilisé par un nouveau propriétaire. Tout comme avec Android, Windows ou Mac OS, ChromeOS supporte le multi-usagers, très pratique pour les familles. Autre marque de sa finesse, toutes les mises-à-jours de ChromeOS se font silencieusement et automatiquement, occasionnellement une notification pourrait vous rappeler de faire un redémarrage, sans plus, tout se fait avec le minimum d’intervention de l’usager: on oublie ce qu’il y a sous le capot, ce n’est pas le soucis de l’utilisateur de s’assurer que l’OS tourne rondement.

Acer Chromebook C720 - Test Geeks and Com-2

L’OS n’est pas parfait, il a ses spécificités qui ne sont pas toujours évidentes à comprendre ou retrouver. La clavier n’a pas de touche « delete », seulement « backspace ». Pour faire un « delete » on doit faire « alt-backspace ». Mais, puisque l’OS est léger, il n’est jamais très long de retrouver ce qu’on y cherche, soit avec l’aide directement intégrée, soit en faisant une rapide recherche sur Internet, c’est un produit de Google après tout!

Il y a beaucoup de gens qui reprochent à ChromeOS le manque de puissance ou de fonctionnalités des applications. C’est effectivement indéniable que si on doit utiliser Photoshop, Eclipse ou si on veut faire du rendu 3D, un Chromebook n’est pas pour nous. Par contre, je crois que bien des gens sous-estiment à quel point ils font beaucoup dans leur navigateur ou qu’ils n’utilisent pas du tout la puissance de leur OS de bureau.

Par exemple, en ce moment, j’écris cet article sur le Chromebook Acer C720 via l’éditeur d’article du site Geeks And Com, en arrière-plan, j’écoute de la musique (un autre onglet) et je navigue d’une fenêtre de Chrome à une autre pour chercher de l’information, répondre à mes courriels ou interagir sur des réseaux sociaux. Mon PC Windows ne me manque pas. Je ne pourrais rien faire de plus pour améliorer ma productivité en ce moment.

L’écosystème nuagique

Si on parle du controversé sujet des applications disponibles. Le Chrome Google Store contient beaucoup d’extensions et bien des « raccourcis » vers des services/sites Web. Il y a peu d’applications à proprement dit. Les applications s’exécutent à partir d’une fenêtre d’un navigateur web, ce n’est pas nécessairement des applications qui résident en « local » et qui fonctionnent d’elles-mêmes. ChromeOS est pensé pour la mobilité, la connectivité, l’informatique nuagique et le travail en ligne.

Par contre, il y a plusieurs applications ou services qui fonctionnent très bien en mode « hors-connexion ». Par exemple, Google Drive (Docs) peut être activé en mode hors-ligne. Il y a aussi Gmail qui peut être exécuté en mode hors-ligne. Bref, en ce moment, il est vrai qu’un Chromebook aura un usage limité en mode hors-ligne. Mais, je vous poserais une question: quand débranchez-vous votre ordinateur de l’Internet?

Mon but, ici, n’est pas de défendre aveuglément les choix de Google ou le design du ChromeOS, mais de le mettre en perspective. Aujourd’hui, la plupart des usagers ne se débranchent jamais de l’Internet ou d’un réseau. On est continuellement à interagir avec des services et applications web. Et les utilisateurs qui font beaucoup de hors-ligne, le font avec des applications spécialisées qui exigent un OS bien particulier et une puissance de calcul qu’un Chromebook n’offre pas. Si c’est votre situation, vous n’êtes pas l’usager visé par ChromeOS.

Performances du Acer Chromebook C720

Avec seulement 2 Gigs de mémoire vive et un petit processeur à deux coeurs Celeron de 1.4Ghz on pourrait s’attendre à des performances ordinaires, mais étonnement ChromeOS se débrouille très bien avec ce matériel. Le système est léger et véloce. Les pages web, même les plus lourdes se chargent assez rapidement. Nous n’en sommes pas aux performances d’un ordinateur haut de gamme, mais nous n’avons jamais le sentiment d’être limité dans notre navigation et notre usage. On peut ouvrir plusieurs fenêtre et le système reste rapide. On sent de la saccade, mais jamais de blocage ou de ralentissement qui irritent. On voit que les efforts d’optimisation portent fruit. Le temps de démarrage annoncé est de 7 secondes et ce n’est pas un mensonge, c’est exactement ça. Le Chromebook Acer C720 ne piétine pas, il marche et court!

Acer Chromebook C720 - Test Geeks and Com-20

Le verdict…

Est-ce qu’on peut être heureux et satisfait avec un Chromebook? Tout à fait! Est-ce que Acer offre un bon Chromebook? Tout à fait!

J’ai pris mon temps pour écrire cette critique, ça fait maintenant presque 3 semaines que j’ai l’appareil. La raison est simple, je ne voulais pas juger l’OS et le matériel au premier instant. J’ai bien fait, car, ma relation avec ChromeOS a été d’abord en dent de scie: j’aimais, je n’aimais plus… Normal, c’est différent d’un OS conventionnel, il a sa propre personnalité et ses propres forces.

Je l’ai déjà dit, mais si vous cherchez à remplacer un OS classique avec un Chromebook, vous serez déçus. Par contre, si vous êtes un grand consommateur de contenu web, que vous produisez des document sur Google Drive ou Office en ligne, vous serez ravis. Si vous cherchez un ordinateur complémentaire, cet appareil abordable sera parfait, il deviendra le compagnon de salon, de sac à dos ou de patio idéal.

Aussi, un Chromebook sera excellent pour quelqu’un qui n’aime pas nécessairement les tablettes et qui ne veut pas se compliquer la vie avec un ordinateur classique. On connait tous des gens qui s’inquiètent à chaque mise-à-jour d’OS ou d’anti-virus et qui ne servent de leurs ordinateurs que pour naviguer et lire des courriels, un Chromebook sera parfait pour eux.

Les étudiants qui n’ont pas besoin d’applications spécifiques seront aussi ravis par l’autonomie et l’accessibilité de l’appareil.

Acer a fait un bon boulot, on aurait aimé une version avec 4 gigs de mémoire vive (seulement disponible avec le clavier US) et un écran de meilleur qualité, mais tout de même, les compromis qui ont été faits ne sont pas handicapants. Par contre, le marché du Chromebook devient de plus en plus compétitif, le Acer C720 est un excellent Chromebook, mais avec la disponibilité imminente des nouveaux appareils de Samsung (et d’autres constructeurs), le C720 pourrait être détrôné.

Comparatif de prix (France)

NOTES
Design
7.5
Connectivité
8.5
Performances
8
Écran
7
Système d'exploitation et partie logicielle
8.5
Autonomie
9
Multimédia
6.5
Finition
7.5
Clavier et trackpad
8
Écosystème
7.5
PARTAGER

Je suis dans l'univers télécommunications et réseautique depuis 1997. Passionné d'informatique, de mobilité et des technologies, je travaille présentement chez Vidéotron Limitée. À mes heures perdues, je brasse ma propre bière (#beergeek) et je suis guitariste dans un petit groupe sans grande prétention.