Alors que l’épisode 4 est disponible depuis cette semaine, nous en profitons pour vous donner notfe avis (un peu en retard…) sur l’épisode 3.

Je l’avoue, à chaque épisode d’une série Telltale, j’ai peur. Peur que la magie disparaisse. Peur de ne plus jouer avec cette angoisse de voir un des héros mourir. Peur de ne plus y croire. L’épisode 1 de cette saison 2 de The Walking Dead (TWD) avait cristallisé ces inquiétudes, sans les confirmer. Le deuxième, fort de retrouvailles émouvantes mais aussi de l’introduction de Carver, un personnage aussi charismatique qu’inquiétant, m’avait redonné espoir.

J’attendais donc beaucoup de l’épisode 3, In harm’s way, surtout après la fin de l’épisode 2 et la situation épineuse dans laquelle se retrouvait notre groupe de survivants. C’était aussi l’occasion pour Telltale de nous prouver que la série TWD avait encore quelque chose à apporter après 8 épisodes.

1 h 45 plus tard, plus aucun doute ne subsiste, je suis convaincu. TWD a encore réussi à me bouleverser. Pourquoi ? Comment ? La réponse tient en 2 mots ou plutôt un nom: WILLIAM CARVER.

Nous passerons cette fois sur les séquences de gameplay qui sont globalement les mêmes que ce que vous aurez eu à faire jusque-là. Très clairement, la qualité de In harms way, ne réside pas là, mais bien dans son scénario.

La communauté de Carver, bien protégée, ressemble fortement à une prison
La communauté de Carver, bien protégée, ressemble fortement à une prison

William Carver : Survivant, Leader, Monstre

Carver, c’est LE personnage qu’on attendait dans TWD, sorte de Gouverneur (en moins flippant, les lecteurs du comics sauront…), il nous rappelle à quel point avoir un bon méchant bien charismatique peut être jouissif.

Pour rappel (sans spoilers énormes), Carver est le leader d’une communauté de survivants où atterrissent nos héros. Une communauté paisible, approvisionnée et bien protégée que le charismatique Carver dirige d’une main de fer. Cependant Clémentine et les autres survivants découvrent vite l’envers du décor de ce havre de paix. Carver, partisan d’une philosophie de survie du plus fort, ne tolère pas la faiblesse ni l’échec, punissant sévèrement, sans sourciller et avec un plaisir malsain tout écart de conduite.

The Walking Dead - In harm's way - Carver
A la fois sauveur et tortionnaire, Carver est un des personnages les plus charismatique et dérangeant de la série

Et c’est là que la qualité de l’écriture de cet épisode se révèle. Croyez-moi, vous allez très rapidement détester, voir haïr Carver. Violent, il voue un culte sans limite à la force brute. Il a beau être charismatique (c’est indéniable) et être doublé par Michael Maddsen (c’est la classe), le personnage est absolument odieux. Et pourtant il voit rapidement dans Clémentine la « race des survivant » et renforce le côté malsain, voir honteux, de certaines décisions qu’on a pu prendre.

Tout est fait pour que vous ayez à la fois une sorte d’attirance pour son aura, reconnaissant dans Carver le « vrai » survivant, et une profonde envie de le faire payer pour ses crimes. Des sensations ambivalentes qui sont travaillées, on pourra même dire maturées, pendant les 2 grosses heures de l’épisode, et qui atteignent leur paroxysme dans la dernière demi-heure, probablement une de mes expériences les plus marquantes émotionnellement dans un jeu vidéo.

Le final de la honte

Je ne vous dévoilerai pas ledit final, cependant je peux vous dire qu’il vous demandera de faire des choix émotionnellement assez bouleversants ! J’ai, pour ma part, à l’image de cet épisode et de la relation du joueur avec Carver, éprouvé aussi bien un plaisir malsain avec le sentiment que je franchissais une ligne rouge lourde de conséquences.

La relation ambivalente entre Carver et Clémentine est absolument géniale
La relation ambivalente entre Carver et Clémentine est absolument géniale

Plus encore que les autres épisodes de la saison, In harm’s way vous pose à la question (pourtant assez classique) « Jusqu’où irez vous ? ». Au final, j’ai rarement ressenti autant cette impression d’avoir commis l’irréparable. Pendant le générique de fin, j’ai réellement eu honte d’avoir fait un choix, et pourtant dans le feu de l’action, il s’est imposé avec une une facilité, je dirai une évidence, déconcertante.

J’espère sincèrement que, comme moi, vous n’en ressortirez pas indemne, car c’est vraiment le genre de moment où l’on se dit « Wow, je ne pensais plus qu’un jeu pouvait me toucher à ce point ». C’est aussi pour cela que je considère pour l’instant cet épisode comme le meilleur de cette deuxième saison. Je vais donc maintenant me jeter sur l’épisode 4 pour découvrir quelles orientations vont prendre les aventures de Clémentine.

Le final de l'épisode ne devrait pas vous laisser indemne
Le final de l’épisode ne devrait pas vous laisser indemne
NOTES
Note
9
PARTAGER
Communicant parisien élevé aux Sciences Politiques, je suis avant tout un passionné de jeux vidéo, mais également  un dévoreur de films, de séries, de littérature Science-Fiction, et de culture web. Accessoirement, je suis aussi un transhumaniste à tendance sociopathe, amoureux d'aliens bleues et de sorcières rousses, et fasciné par la simple idée de voir un jour l'humanité coloniser l'espace...