Annoncé  comme un nouveau jeu téléchargeable dans le season pass d’Assassin’s Creed Unity, Ubisoft a révélé ensuite que Assassin’s Creed Chronicles : China était en réalité le premier épisode d’une trilogie composée donc de Chronicles : China, Chronicles : India et Chronicles : Russia. Contrairement aux épisodes canoniques, Chronicles se tourne vers un gameplay en 2.5 D basé sur la plate-forme et l’infiltration, pari réussi ? Réponse dans ce test.

Fiche technique

  • Date de sortie : 22 avril 2015
  • Style : Plate-Forme / Infiltration
  • Classement ESRB / PEGI : T / PEGI 16
  • Développeur : Climax Studios
  • Éditeur :  Ubisoft
  • Langue d’exploitation : Français
  • Disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC
  • Prix lors du test : 10 €/$ et gratuit pour les détenteurs du season pass d’Assassin’s Creed Unity

Direction la Chine !

La Chine en l’an 1526, nous incarnons Shao Jun qui 2 ans après avoir rencontré Ezio Auditore se fait emprisonner et se fait voler le coffret qu’Ezio lui avait offerte, s’en suit alors une quête pour se venger des templiers et une course pour récupérer le coffret volé. Vous n’allez probablement pas jouer au jeu pour son histoire, les cinématiques sous formes de dessins, ne sont qu’un prétexte pour aller tuer des templiers, j’ai pris plus de plaisir à chercher les parchemins dissimulés dans les niveaux pour en apprendre plus sur la jeunesse de Shao Jun.

En revanche, c’est dans la direction artistique que le jeu se rattrape, utilisant entièrement le style à l’aquarelle, on a l’impression de se déplacer dans un tableau chinois, même les éclaboussures de sang ne sont en fait que de l’encre de Chine rouge. Ajoutée à cela une bande-son typiquement chinoise et vous voilà immerger en Chine. Il y a néanmoins quelques ombres au tableau, les décors intérieurs manquent quelque peu de détails et sont fades, ils auraient nécessité un peu plus de travail.

Mark of the Assassin

S’éloignant du gameplay ouvert au profit d’un gameplay linéaire en 2.5D, cet Assassin’s Creed bouscule les codes de la série mais une fois la manette en main on sent tout de suite l’inspiration du jeu Mark of the Ninja pour le côté infiltration, même si tout cela n’a rien d’original, l’infiltration fonctionne : Shao Jun est agile, elle se déplace à travers les niveaux tel un prince de Perse, elle peut utiliser son environnement pour se cacher et tuer un garde discrètement. Le jeu nous donne plusieurs outils à notre disposition pour rester dans l’ombre : le sifflement et les appeaux permettent d’attirer un garde à un endroit voulu, les pétards étourdissent les ennemis et les dagues permettent d’ouvrir des passages ou d’activer des pièges.

Une fois votre cible principale tuée, place aux séquences de fuite, finie la discrétion, le but est de finir le niveau le plus rapidement possible grâce à vos talents en parkour. Je regrette cependant que les niveaux ne soient pas assez ouverts pour nous offrir différentes approches. Il y a généralement 1 ou 2 chemins alternatifs mais au final il y a toujours le chemin parfait auquel les développeurs ont pensé. Concernant la durée de vie, il vous faudra environ 4-5h pour finir le jeu lors de votre première partie.

Vous aurez aussi la possibilité d’utiliser des compétences hélix qui vous permettent de vous téléporter de cachette en cachette et éviter le cône de vision d’un garde, personnellement cette compétence bien que limitée casse totalement l’immersion, je me doute que cette compétence a été ajoutée pour faciliter la progression mais cela retire tout le challenge de certaines parties, sérieusement ne l’utilisez pas, le jeu est totalement faisable sans.

Pour les adeptes du scoring, chaque zone du jeu est notée, plus vous êtes discrets pour vous recevrez des points qui débloqueront des compétences. A contrario, si vous êtes repérés et que vous engagez un combat, vous allez perdre beaucoup de points, les combats justement sont le point noir du gameplay, ils sont beaucoup trop rigides et ne sont jamais bien passionnants. Un garde peut-être vite tué mais si vous êtes encerclé vous allez vite mourir. Il y a néanmoins un New Game + jouable en mode difficile. La réactivité des gardes est améliorée et vous n’aurez seulement qu’une barre de vie mais rien de bien méchant, l’avantage est que vous pouvez encore augmenter vos compétences en New Game +. Au final le plus gros défi du jeu est de le faire entièrement sans être vu et sans tuer personne.

Conclusion

Que dire de cet Assassin’s Creed Chronicles : China, le jeu n’est pas médiocre mais n’atteint jamais le niveau d’un Mark of the Ninja qui est beaucoup plus ouvert dans son level design, le jeu met d’ailleurs un peu de temps pour proposer un vrai challenge, la faute à un tutoriel longuet mais une fois au cœur de l’action, les fans de plates-formes et d’infiltration devraient y trouver leur compte. Pour les fans d’histoire dans les Assassin’s Creed, il n’y a vraiment pas grand-chose à se mettre sous la dent, peut être que les prochains Chronicles seront plus riches en rebondissements, j’espère seulement que ce n’est pas la dernière fois que l’on verra la Chine et que l’on aura un vrai épisode canonique centré sur cette région.

NOTES
Note
7
PARTAGER
Originaire d'Alsace, je suis né avec une manette dans une main et un manga dans l'autre, dévorant activement tout ce qui touche au manga et aux animes sur le net, je partage aussi ma passion du jeu vidéo grâce au streaming. Je rêve de voyager un jour au Japon pour sa magnifique culture et ses cerisiers en fleurs.