Prison-Architect logo

Nous avons eu la chance d’assister à une présentation de la version PlayStation 4 de Prison Architect en présence de trois développeurs. Le jeu, déjà sorti sur PC l’an dernier, a connu un énorme succès sur Steam et cela a poussé le studio Double 11 à le porter sur consoles. Il sortira cet été sur Xbox 360, Xbox One et PlayStation 4 et nous avons pu nous essayer à une version quasi définitive sur PlayStation 4. Nous vous proposons donc nos impressions générales dans cet article.

Le concept du jeu est simple. Il vous faudra construire votre propre prison et la gérer. Plusieurs options s’offriront à vous, vous pourrez gérer une prison de manière pacifique et permettre aux détenus de se promener dans les jardins, de nager dans des piscines, d’étudier afin de se construire un avenir à la sortie ou bien de gagner un peu d’argent en travaillant au sein de l’établissement. Vous pouvez bien entendu choisir un autre schéma où vous incarnez un directeur impitoyable en armant vos gardes jusqu’au cou et établir un niveau de sécurité maximal. Votre imagination sera l’unique limite de votre créativité.

Architecte avant tout

Parlons de l’aspect créatif car il ne suffit pas de construire les murs, les cellules de détention mais il faudra créer par exemple entièrement le système de canalisation permettant d’alimenter en eau les douches des détenus. Attention, il faudra faire attention car les détenus pourront utiliser ces tuyaux pour éventuellement s’échapper. On découvre que chaque action aura plusieurs conséquences. Autre exemple, la cantine sera certes nécessaire pour nourrir les prisonniers mais pourra rapidement devenir un lieu d’échange de produits, de stupéfiants…

Le jeu sera livré avec plusieurs modes. Le premier appelé Prison Stories fait office de mode campagne où vous pourrez à travers 5 scénarios apprendre l’ensemble des mécaniques de gameplay et la très grande panoplie d’options de construction possibles. Bien entendu, le mode principal reste le mode Sandbox où vous aurez le choix entre des prisons préconstruites (dont certaines qui reprennent des prisons très célèbres comme Alcatraz ou la prison de Prison Break) ou bien des terrains entièrement vierges où vous devrez entièrement concevoir votre maison d’arrêt.

Vous aurez à votre disposition de nombreuses options de jeu qui viendront modifier l’expérience de jeu (budget de départ, difficulté…). Bien entendu, si vous choisissez une prison préconstruite, vous aurez quand même la possibilité de la modifier voire de tout détruire. En terme de contenu, le jeu sera livré avec 10 cartes de prisons déjà construites et si vous précommandez le jeu, vous en aurez 16 supplémentaires pour un total de 26.

prison-architect-prison stories

Lors de cette session preview, nous avons été charmé par l’impact que pouvait avoir chacune de nos décisions et de nos actions. Par exemple, pour satisfaire les détenus et éviter tout conflit, vous pouvez autoriser des visites de famille. En revanche, lors de celles-ci, il se peut que le visiteur arrive à transmettre une arme ou un objet au détenu. Il vous faudra alors être vigilant. On a été également impressionné par le nombre hallucinant de paramètres qu’il faudra gérer au cours du temps qui rendent vraiment le jeu complet et immersif : on mentionnera par exemple la gestion de l’aspect psychologique des détenus ainsi que la gestion de leur foi (construction de chapelles, recrutement d’un curé…). Si vous êtes un peu perdus, un onglet « liste de choses à faire » sera un bon guide au cours de l’aventure.

Les spécificités de la version PlayStation 4

Bien entendu, ce que vous venez de lire ne vous a rien appris sur le jeu si vous l’aviez déjà testé sur PC. Nous allons maintenant aborder les spécificités des versions consoles qui sont toutes identiques. Ce qui saute aux yeux en premier, c’est l’interface complètement adapté aux consoles. Vous utilisez les joysticks pour parcourir la carte et les gâchettes pour parcourir les menus. Au départ, nous étions sceptiques quant à la maniabilité d’un tel jeu fait pour le combo clavier-souris mais après quelques minutes d’adaptation, on ne peut que féliciter Double 11 pour cet interface très intuitive et colorée. Les joueurs PC en sont mêmes devenus jaloux, toutes proportions gardées et désirent le voir implémenté dans leur version.

prison architect enterprise

Les joueurs consoles pourront bénéficier d’un mode inédit appelé World of Gardens qui n’est autre qu’un catalogue des cartes créées par la communauté. Elles sont regroupées au sein d’un mode spécifique et vous pouvez chercher des maps particulières, les trier selon leur popularité et les noter. Les joueurs PC pouvaient accéder au contenu de la communauté grâce au Steam Workshop mais Double 11 a simplifié l’accès à ces maps. Bien entendu, vous pourrez télécharger les diverses cartes et les modifier à votre guise. On retiendra la création d’une prison en forme du vaisseau Enterprise de Star Trek. Petit regret, les créations des joueurs seront spécifiques à leur plateforme.

Conclusion

Les sensations manette Dualshock 4 en main de ce Prison Architect sont bonnes. Ses mécaniques de création et de gestion s’avèrent être plaisantes et la quantité d’options de jeu et de possibilités d’édition apporte une certaine variété. Malgré la simplicité de la direction artistique, nous avons été séduits par les couleurs et le design des prisons et des détenus mais par dessus tout, nous avons apprécié la nouvelle interface absolument parfaite pour un maniement à la manette.

NOTES
Notre avis - Bon
75 %
PARTAGER
Ingénieur Etudes & Développement sur Paris, la science a bercé ma jeunesse tout comme le sport, les jeux vidéo puis le cinéma, la technologie et tout dernièrement les séries TV. Enfant unique, je me laisse facilement emporter dans les mondes de SF, heroic-fantasy que peuvent fournir ces médias.