Non, vous n’avez pas la berlue. Ces mignonnes petites créatures de laines vous disent quelque chose n’est-ce pas ? C’est qu’il est fort probable que vous les avez vus en magasin. Ces Yoshi de laine sont de jolis amiibo qui furent créés pour le jeu Yoshi’s Wolly World sur la Wii U de Nintendo. Qui aurait pu croire qu’un jeu vidéo pouvait amener autant de trucs mignons ? Tenez-vous bien, puisque ce n’est pas fini ! Poochy le chien fait aussi son apparition en laine autant en amiibo que dans le jeu Poochy & Yoshi’s Wooly World sur Nintendo 3DS !!! OH MON DIEU ! J’CAPOTE !

Fiche technique

  • Date de sortie : 3 février 2017 (CAN et EUR)
  • Style : Plates-formes
  • Classement ESRB : ESRB E / PEGI 3
  • Développeur : Good-Feel
  • Éditeur : Nintendo
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Disponible sur Nintendo 2DS, Nintendo 3DS et New Nintendo 3DS
  • Prix lors du test : 49,99$/ EUR 34,90
  • Version envoyée par l’éditeur
  • Site internet du jeu

Ok! OK ! Je me calme… Premièrement, ce qu’il faut savoir est que le chien mentionné dans cet article n’est pas le « Poochie » de « Itchy & Scratchy » de l’émission « Les Simpsons » (ça aurait pu être drôle), mais bien le chien à la langue pendante que l’on connaît depuis le coloré « Super Mario World 2 : Yoshi’s Island ». Ce petit chien trop heureux est le principal ajout de ce titre, pas si nouveau, sur 3DS. Pas vraiment une nouveauté puisque ce jeu est la copie conforme de son prédécesseur sorti sur Wii U il y a 1 an et quelques mois. Pourquoi ? En gros, Nintendo sort ce jeu en version portable afin de rechercher les propriétaires de Nintendo 3DS qui sont bien plus nombreux que ceux de la dernière console de salon. Le jeu vise donc un plus large public. Et quelle bonne idée !

Ayant joué à la version Wii U, je dois dire que je n’ai pas vécu la même sensation d’émerveillement lorsque j’ai joué à la version 3DS. C’est que sur la console de salon, les couleurs et l’aspect laineux des paysages et des personnages sont à couper le souffle ! Des « Wow, c’est dont ben beau ! » il s’en dit souvent avec ce dernier ! De mon côté, il est clair que l’élément de nouveauté n’est plus et que la version 3DS du jeu n’offre pas le même rendu visuel. Est-ce que Poochy & Yoshi’s Wooly World vaut quand même la peine ? METS-EN !

Une jouabilité simple et efficace

Pour commencer, c’est un scénario simple qui se passe dans un monde tout en laine. Kamek transforme un lot de Yoshi en paquet de laine et déguerpi avec l’amas récolté malgré la résistance de Yoshi restant. C’est avec surprise que l’on découvre pendant l’animation que Poochy a trois enfants, les Tipoochy, qui suivent Yoshi dans l’aventure si l’on prend le mode décontracté. Ces derniers sont vraiment trop KAWAII* (!!!) et je me désole presque à savoir qu’ils n’ont pas leur propre amiibo !

Pour les nouveaux joueurs de Nintendo, une grande majorité des jeux de Yoshi contiennent des défis dont plusieurs sont la récupération de collection d’objets qui encourage le joueur à découvrir les niveaux sous tous leurs angles. Depuis le premier jeu Yoshi sur le Super Nintendo et dans plusieurs autres titres, le joueur doit récolter des fleurs tout en finissant les niveaux avec le maximum de cœurs. Le tout, en aspirant des ennemis qui se transformeront en œufs pour servir de projectiles pour Yoshi.

Dans le cas de Poochy & Yoshi’s Wooly World, on doit aussi amasser toutes les étampes et les boules de laines. Les étampes servent à alimenter le Miiverse, le réseau social de Nintendo, qui est loin d’alimenter mon intérêt (genre pas du tout). Même si je ne me sers pas des étampes, les gemmes que l’on doit amasser pour les retrouver (parce que les tampons sont cachés dans ces dernières) peuvent servir à acheter des médaillons à chaque début de niveau qui offrent plusieurs pouvoirs. Le tout est intéressant, mais le jeu est tellement simple que le tout servira beaucoup plus dans les niveaux plus durs de la fin du jeu. Justement, le joueur doit compléter 6 mondes qui réservent des niveaux les plus originaux les uns que les autres tant par leur beauté visuelle que par leur originalité. Ayant maintenant la possibilité d’amener le jeu avec moi avec ma Nintendo 3DS, je pourrai y consacrer beaucoup plus de temps que j’ai pu en mettre sur la version Wii U pendant mes déplacements ou mes heures de dîner au boulot (du moins d’ici la sortie de la Nintendo Switch : P).

Plus haut, j’ai parlé du mode décontracté de Poochy & Yoshi’s Wooly World. Ce mode, qui se change comme on veut, amène une facilité particulièrement enfantine au jeu en donnant des ailes à Yoshi qui peuvent le faire léviter comme bon nous semble. Cela semble anodin, mais le tout est pas mal pratique surtout pour récolter des gemmes qui flottent dans les airs. Les Tipoochy qui l’accompagnent, indiquent les endroits secrets et font même apparaître les nuages mystères qui n’apparaissent habituellement que lorsque l’on passe vis-à-vis ces derniers. Cette option est vraiment pratique parce qu’il m’est arrivé beaucoup trop souvent de chercher des étampes manquantes reliées aux gemmes introuvables ! Ce beau trio de petits chiots peut aussi immobiliser des ennemis par eux-mêmes ce qui évite parfois certains soucis vraiment pénibles. Ce n’est pas tout, ils servent de projectiles à Yoshi de manière illimitée. Je fus surpris de constater qu’à cause de cela, Yoshi ne peut avoir d’œufs, mais rendu là, ce n’est plus vraiment un problème.

L’aspect que je trouve le plus intéressant sur la version Wii U est qu’il est possible de jouer à deux avec des Yoshi différents. Le coéquipier peut avaler le Yoshi du premier joueur et vice-versa ce qui peut autant amener de la facilité que de la difficulté au jeu (sans oublier des moments de rires et de frustrations !). Cette option est complètement absente de la version 3DS. Aucune indication du menu n’indique qu’il est possible de jouer à deux par réseau local. Je trouve ça vraiment dommage puisque ça restait quand même bien amusant.

Des amiibo pas si pratiques

Il est bien sûr aussi possible d’utiliser les amiibo de laine Yoshi et celui de Poochy. Tsé, ils ont quand même été conçus pour Poochy & Yoshi’s Wooly World ! Il faut avant tout avoir le lecteur NFC (vendu séparément) si l’on a une Nintendo 3DS régulière. Une fois l’amiibo lue par le lecteur NFC ou la New Nintendo 3DS, toutes les amiibo de laine de Yoshi, y compris le gros, feront apparaître un deuxième Yoshi à l’écran qui copiera parfaitement nos faits et gestes. Ce plutôt utile lorsque l’on bat des montres !

Je reste (pas mal) déçu que le gros Yoshi de laine ne fasse pas apparaître un gros Yoshi directement dans le jeu. Effectivement, lorsque l’on contrôle un gros Yoshi, ce dernier peut détruire une bonne partie du paysage avec le moindre effort. Ça aurait pu être plaisant d’avoir cette option, mais non, acheter le gros Yoshi de laine ne sert qu’à rendre ma collection d’amiibo plus jolie (grrr !)…

Quant à l’amiibo de Poochy, ce dernier fait apparaître le chien à l’écran qui garde les particularités principales qu’on lui connaît. Il ne fait donc que suivre Yoshi et l’on peut escalader Poochy et le laisser se balader à notre place. Une mise à jour de la version Wii U permet d’utiliser ce nouvel amiibo qui en soit, est beaucoup plus beau que pratique même s’il débloque des défis à quelque reprise (et que je n’ai pas tant le goût de faire)… Bref, il est aussi possible de lire plusieurs autres amiibo qui donnent différentes couleurs à Yoshi. Le tout est complètement inutile, mais ça rend le jeu un peu plus mignon qu’il ne l’est déjà (et il l’est beaucoup !).

Poochy & Yoshi’s Wooly World est un jeu à ne «plus» manquer!

Le fait de permettre au jeu initial de se retrouver sur Nintendo 2DS, 3DS et New Nintendo 3DS est vraiment une bonne idée. Même si le visuel n’est pas aussi beau que sur la Wii U, le tout reste tout aussi agréable et chaleureux à regarder durant une froide journée d’hiver. Même si ses défauts se limitent aux trop nombreuses recherches d’objets et d’amiibo plus ou moins inutiles, Poochy & Yoshi’s Wooly World est un petit jeu tout mignon qui vaut pleinement la peine de l’amener avec soi !

NOTES
Note d'enthousiame
8
PARTAGER