Bien avant Super Mario Odyssey et même avant Yooka-Laylee, un petit studio nous faisait une promesse. En 2012, Gears for Breakfast lançait sa campagne de financement Kickstarter pour son jeu A Hat in Time. Celui-ci se voulait être un futur Collect-A-Thon 3D pour replonger les joueurs dans les belles années de la Nintendo 64. C’est finalement près de 300 000 $ qui avait été accumulé pour ce brin de nostalgie. Cinq ans plus tard, le studio a finalement terminé le développement de ce jeu très attendu. Alors, est-ce que le résultat final livre sur ses promesses ?

Fiche technique

  • Date de sortie : 5 octobre 2017 
  • Style : Jeu de Plateforme / 3e personne
  • Classement ESRB / PEGI ESRB 10+ / PEGI 7
  • Développeur : Gears for Breakfast
  • Éditeur : Humble Bundle
  • Langue d’exploitation : Anglais seulement
  • Disponible sur PC / PS4 et Xbox One 2017
  • Testé sur PC
  • Prix lors du test : 32,99 $ CA / 27,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Quand la Mafia s’en mêle

A Hat in Time suit les aventures de Hat Kid, une jeune fille qui veut retrouver le chemin vers son monde natal. À bord de son vaisseau spatial, elle passe au-dessus d’une curieuse planète où règne la Mafia. Alors qu’elle survole l’endroit, un membre de la planète se propulse vers elle pour réclamer la taxe de la ville pour son passage. Déterminé à réclamer son dû, le mafieux pulvérise la porte du vaisseau expulsant notre héroïne de son bateau volant. Avec elle s’envolent aussi ses morceaux de temps qu’elle tentera de récupérer dans le monde de Mafia Town. Elle y rencontrera plusieurs personnages comme Mustache Girl et bien d’autres vilains qui lui mettront des bâtons dans les roues. Êtes-vous prêt à tout faire pour aider Hat Kid à retrouver son chemin ?

Oui, la prémisse est plutôt comique. Une jeune fille qui doit tout faire pour combattre la Mafia à elle seule annonce certainement une drôle d’aventure. C’est d’ailleurs la force du jeu et les développeurs ont complètement assumés le ridicule du scénario. Effectivement, j’ai eu plusieurs fous rires à lire les dialogues hilarants des membres de la Mafia. Ceux-ci sont particulièrement savoureux tout comme les répliques de Mustache Girl qui est tellement crue dans son approche. Qui plus est, les nombreuses références à la culture pop accompagnent aussi très bien le tout.

Franchement, pour un jeu indépendant, c’est impressionnant de voir la qualité qui a été mise dans l’écriture de celui-ci. Ce n’est pas seulement au début du jeu non plus, c’est vraiment sans arrêt jusqu’à la fin.

Inspiré de Super Mario 64

Puis, les développeurs ont misés sur la nostalgie de l’époque de la Nintendo 64 pour A Hat in Time. En effet, durant ces glorieuses années, les excellents jeux de plateformes 3D coulaient à flots. On peut dire que c’est Super Mario 64 qui a principalement pavé la voie de cette génération. C’est d’ailleurs leur inspiration principale, mais qu’est-ce qui faisait la force de ces jeux ? Selon moi, il y a plusieurs éléments que le studio a très bien cernés. Il y a des décors très colorés, de la musique sublime, des personnages farfelus, une multitude d’objets à collecter et un personnage avec plus d’un tour dans son chapeau.

Dans A Hat in Time, il faut d’abord trouver tous les sabliers qui permettent à Hat Kid de faire fonctionner son vaisseau. Mais il y a surtout les nombreux chapeaux de votre personnage qui rendent le jeu très amusant. En outre, chaque monde renferme des balles de laine que vous devez trouver pour fabriquer un nouveau chapeau. Chaque chapeau possède donc ses propres pouvoirs ce qui ouvre de nouveaux chemins à notre héroïne. Par exemple, un d’eux permet à notre personnage de courir alors qu’un autre transforme Hat Kid en glace. Ils sont donc primordiaux pour compléter notre aventure. Vous pouvez même trouver des gemmes à échanger contre des épingles pour vos chapeaux. Ceux-ci vous donnent aussi un petit avatange supplémentaire.

Bref, avez ces nombreux items à collectionner, vous voudrez explorer tous les recoins du titre.

Un univers charmant

J’ai suivi de près le développement de A Hat in Time grâce aux mises à jour régulières des développeurs. Comme j’avais parrainé le jeu, j’ai pu découvrir chaque monde que Gears for Breakfast préparait pour nous d’avance. Ceux-ci sont donc particulièrement charmants et variés ce qui rend notre aventure très agréable.

Après un premier tableau un peu ordinaire, on nous propose un studio de film suivi d’un train et même une sombre forêt. Chaque scène nous raconte sa propre petite histoire qui nous fait découvrir une partie du scénario amusant. En plus, le design de niveau est plus développé que ce que je m’attendais. C’est principalement grâce aux nombreux détails de chaque tableau et aux défis de jeux de plateforme qui nous sont proposés.

Bien que le jeu ne soit pas particulièrement difficile, j’ai tiré beaucoup de satisfaction dans la jouabilité. Pour un jeu indépendant, nos contrôles répondent vraiment bien et les mouvements de notre personnage sont très fluides. Je n’ai pas non plus eu de problèmes de ralentissements durant mon aventure.

Enfin, ce qui fait aussi le charme du jeu ce sont les couleurs brillantes des décors. Comme ce qu’on voyait à l’époque de la N64, on retrouve une palette de couleurs très variées. Qui plus est, les graphiques sont plus qu’acceptables et le jeu en général est très détaillé. Bref, vous ne serez pas déçu.

Grant Kirkhope pour une seule chanson

Un des compositeurs de renommées qui se démarquait lors de l’ère 64 était Grant Kirkhope. Celui qui a composé les trames sonores de Banjo-Kazooie, Donkey Kong 64, Perfect Dark et j’en passe a prêté ses instruments pour A Hat in Time. Malheureusement, cela s’est limité à une excellente chanson sur le vaisseau de Hat Kid. Pour le reste, le studio s’est tourné vers Pascal Michael Stiefel, un expert en remix. Même si son œuvre n’est pas à la hauteur de celle de Kirkhope, la musique s’agence bien à l’aventure.

Conclusion

A Hat in Time est un des meilleurs Kickstarter que j’ai joué jusqu’à présent. Même s’il aura fallu patienter 5 ans, on peut dire que les développeurs ont vraiment bien peaufiné leur jeu. C’est impossible de comparer un petit jeu comme celui-là à un Super Mario Odyssey. Or, les amateurs de ce genre ne devraient pas y tourner le dos. Je crois qu’il offre une solide expérience à un prix très raisonnable.

NOTES
Note d'enthousiasme
8
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, je suis bachelier en administration des affaires concentré en finances. J'adore donc tout ce qui touche les deux domaines. Je suis aussi consultant pour le blogue Branche-Toi de Bestbuy.ca. Enfin, je suis rédacteur en chef Amérique du Nord pour la section Jeux Vidéo de Geeks and Com' et je co-anime la balado-légendaire. PSN: AtotheG / Xbox live: Sparmoro