Si le titre du jeu Rocket League vous est inconnu, vous avez sans doute raté l’actualité des jeux vidéos des deux dernières années. Sorti initialement le 7 juillet 2015 sur le Playstation Store, les développeurs de Psyonix ne se doutaient probablement pas qu’en mettant le jeu gratuit rapidement sur le Store, l’engouement prendrait la forme d’une véritable bombe dans l’industrie. Jeu de l’année par plusieurs en 2015, le jeu débarque cette année sur la console Nintendo Switch avec toutes les fonctionnalités et éléments des jeux présents sur les autres plateformes. Succès assuré pour un titre comme celui-ci en mode portable? La réponse ici!

Fiche technique

  • Date de sortie : 14 novembre 2017 
  • Style : Course / Sport
  • Classement ESRB / PEGI ESRB E / PEGI 3
  • Développeur : Psyonix
  • Éditeur : Psyonix
  • Langue d’exploitation : Disponible en français et anglais
  • Disponible sur Xbox One, PlayStation 4, PC et Nintendo Switch
  • Testé sur Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 19,99 $ CA / 19,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Un concept simple et efficace

Mettez ensemble dans la même pièce un amateur de soccer/football et un passionné de voiture et demandez-leur de créer un jeu vidéo. On aime bien croire que c’est exactement ce que l’équipe de Psyonix a fait en créant Rocket League. Le concept du jeu, faut-il le rappeler, permet aux joueurs de prendre possession de petites voitures téléguidées et d’envoyer un ballon absent de gravité dans le but adverse. Que ce soit en match simple, double, en classique (3 VS 3) ou à quatre contre quatre, le jeu tactique, les feintes, les passes, les tirs de précision et les vols planés seront à l’honneur afin de pouvoir remporter la victoire. Là où Rocket League réussit sa mission, c’est dans la simplicité de son gameplay. Un bouton pour accélérer, un autre pour avoir un boost de vitesse sur la voiture et un dernier pour sauter.

C’est exactement le même genre de manipulation que l’on retrouve sur la Nintendo Switch. En la prenant en mode portable comme avec une manette en main, on retrouve rapidement l’aisance que l’on avait sur les autres consoles (pour avoir passé de nombreuses heures de jeu sur ma Playstation 4). Les boutons sont sensiblement aux même endroit et la prise en main se fera sans difficulté pour les nouveaux joueurs.

La portabilité, mais à quel prix?

La question qui nous venait rapidement à l’annonce du titre fût la même pour nombreux d’entre-vous j’en suis certain. Pourquoi un joueur de Rocket League sur les autres consoles irait se lancer dans l’aventure sur Nintendo Switch? Le marketing de Nintendo autour du jeu était clairement le même que celui de la console, la portabilité du titre. Soyons franc, quoi de mieux que de pouvoir affronter ses amis n’importe où, en local ou en ligne à deux joueurs, sans avoir à traîner tout l’équipement des autres consoles? Le titre rempli merveilleusement bien ce mandat offrant une excellente prise en main, comme mentionné plus haut, mais aussi étant étonnamment convivial à lire en mode portable. Certains joueurs trouverons la police un peu petite mais pour la comparer à l’écriture d’une console vous ne serez pas déçus.

L’aspect portable amène cependant un prix élevé à payer : la qualité visuelle du jeu. Allons droit au but, le jeu n’est que passable graphiquement. Inutile de le comparer visuellement à ce qu’on retrouverait sur Playstation 4, Xbox One ou PC car les performances des consoles ne sont pas les mêmes. Toutefois, on demeure tout de même surpris du peu de détails qu’on peut percevoir dans le jeu. Couleurs moins vivantes, détails moins présents, rafraîchissement d’images n’étant pas toujours fluide, bref si vous cherchez un jeu du genre pour sa beauté vous devrez passer votre tour.

Un autre bon test en ligne pour Nintendo

Nintendo nous a habitué à avoir des légères craintes lorsqu’on touche à l’aspect en ligne avec ses anciennes consoles. Moi-même surpris, la qualité des modes en ligne des jeux sur la console Switch sont très stables et offrent une bonne qualité de jeu. J’irai dans la même direction avec ce Rocket League. La majorité de mes heures de jeu se sont déroulés en ligne sans aucun ralentissement, aucune latence et avec très peu de déconnexion de parties (j’enlève les matchs qui n’ont pas commencé faute de joueurs).

Ayant possiblement peur du peu d’achalandage sur la version Switch, Nintendo et Psyonix ont vu juste en offrant le cross-play avec les autres plateformes. De cette manière, un joueur sur Nintendo pourrait très bien affronter un adversaire sur Xbox One et vise-versa.  On se permet de rêver en souhaitant d’ailleurs un jour la possibilité de créer un groupe avec des utilisateurs d’autres consoles et se joindre ensemble pour s’affronter dans une partie privée. Autre bon test réussi pour Nintendo en ligne!

Conclusion : on achète ou pas?

Finalement, on achète ou pas cette version du jeu? Si vous n’avez jamais essayé le titre à succès de Psyonix et ne possédez pas les autres consoles, Rocket League sur Nintendo Swich vaut l’investissement.  Je ne crois pas cependant qu’il réussira à convertir les joueurs PS4, Xbox One et PC à son mode portable considérant la grande différence de qualité visuelle entre les deux supports. On félicitera au passage les développeurs d’avoir pensé à cette version qu’on peut traîner où l’on veut bien l’amener et d’y avoir inclus de beaux clins d’œil à Nintendo en y insérant les voitures de Mario, Luigi et Samus Aran!

NOTES
Points d'appréciation
8
PARTAGER

Que ce soit en amuse-­gueule ou en plat principal, le Geek en moi dévore chaque petite nouveauté technologique, de Mario ou Kratos, en passant par Sanctuaire et Azeroth. Le jour, vous me trouverez formateur en télécommunication pour une compagnie du Québec, alors que le soir, je vous propose d’être votre humble serviteur de chroniques technologiques.