La Samsung Galaxy Gear marquait l’arrivée du constructeur coréen sur le marché des accessoires connectés, avec une proposition plutôt intéressante : déporter l’écran de son cellulaire et gérer ses notifications et ses appels directement à son poignet. Alors sous Android et avec un nombre d’applications croissant, la Galaxy Gear a vu sa durée de vie réduite à seulement quelques mois lors de la sortie des Gear 2 et Gear 2 Neo, désormais sous Tizen, le système d’exploitation soutenu par Samsung.

Nous allons voir dans ce test quelles sont les principales évolutions de la Samsung Gear 2 Neo et si l’offre de Samsung est désormais plus mature.

Design

La Gear 2 Neo est beaucoup plus légère que le précédent modèle, avec 55 grammes contre 73,8 grammes. Cela peut sembler insignifiant, mais lorsque l’on porte un objet toute la journée sur le poignet, on sent réellement la différence.

Samsung Gear 2 Neo - Test Geeks and Com -3

Le bracelet en lui-même est plus léger, mais les matériaux utilisés y sont également pour beaucoup. On ne retrouve pas sur ce nouveau modèle de boîtier métallique autour de l’écran. Tout est désormais en plastique. Si au final c’est une question de goûts, je trouve que cela confère à la Samsung Gear 2 Neo un côté moins « premium ». Cela pourra facilement se corriger avec la possibilité de changer le bracelet selon ses goûts, la taille de la montre de Samsung respectant le standard des autres montres.

Le bouton n’est pour sa part plus sur le côté droit de la montre, mais en dessous de l’écran, comme sur les téléphones intelligents de Samsung. Les habitués s’y retrouveront donc facilement pour le retour à l’écran principal.

Il n’y a pas d’appareil photo sur la Gear 2 Neo, mais on retrouve un émetteur infrarouge sur le dessus. Il est très discret et ne ressort pas du boîtier.

La Samsung Gear 2 Neo est désormais résistante à l’eau, ce qui est vraiment pratique. Malheureusement, il n’est toujours pas possible de recharger la montre directement en y branchant un sable micro USB et il faudra donc passer par l’adaptateur fourni par Samsung dès que la pile sera vide. C’est particulièrement frustrant, car il faudra emporter cet adaptateur partout avec soi en cas de besoin.

Au final, je trouve la Samsung Gear 2 beaucoup plus facile à « oublier » sur son poignet. Il m’est arrivé de dormir avec et de ne pas être gêné. La possibilité de prendre sa douche ou de ne pas passer son temps à éviter de la mouiller est également appréciable.

Connectivité

La Samsung Gear 2 Neo utilise le Bluetooth 4.0 Low Energy, la dernière version de la norme. L’avantage est que, contrairement au moment de la sortie de la première montre de Samsung, beaucoup plus d’appareils sont compatibles avec cette norme. Tous les derniers modèles de Samsung l’intègrent et on peut remonter jusqu’au Samsung Galaxy S3, sorti il y a déjà un peu plus de deux ans.

Le dock accessoire de chargement est pour sa part équipé de NFC et permet d’appairer facilement la montre avec le téléphone lors de la première utilisation. Cette connectivité n’est par la suite plus utilisée. Il est cependant possible de faire la connexion sans passer par le NFC, directement en Bluetooth, ce qui n’est guère plus compliqué.

La nouveauté vient de l’émetteur infrarouge, qui permet de commander sa télévision, son terminal ou d’autres appareils directement à partir de son poignet. Cela n’est pas forcément indispensable, mais si l’on a ni sa télécommande ni son téléphone à portée de main, il s’agit désormais d’une excuse supplémentaire pour ne pas se lever du sofa!

Écran

On retrouve le même écran sur la Samsung Gear 2 Neo que sur le modèle de l’année dernière. Il s’agit d’un 1,63 pouce en 320×320, soit un honorable 277ppi et est vraiment joli. C’est à mon sens le gros point fort de cette montre par rapport à certaines de ses concurrentes telles que la G Watch de LG, la Pebble ou la Sony SW2. On retrouve une image bien définie et colorée, très lisible au soleil grâce au super amoled.

Comme souvent avec Samsung, les couleurs sont très saturées, mais cela ne choque pas particulièrement sur un écran de cette taille. Les angles de vision sont par ailleurs très bons, ce qui est très appréciable sur un accessoire que l’on n’aura pas forcément toujours exactement en face des yeux.

Performances de la Samsung Gear 2 Neo

La montre est très réactive lors de la plupart des utilisations. Les différents menus et fonctions se lancent sans ralentissements et on a vraiment l’impression d’un appareil technologique haut de gamme lorsque l’on se sert de la Samsung Gear 2 Neo.

Samsung a fait des progrès sur la fonction qui permet d’allumer automatiquement l’écran lorsque l’on bouge le poignet pour le mettre à portée du regard. Alors qu’il fallait parfois attendre 2 ou 3 secondes sur le précédent modèle, c’est désormais beaucoup plus rapide et pratique.

Le fait que Samsung utilise Tizen au lieu d’Android sur ce modèle est honnêtement très difficile à distinguer. Les écrans et fonctionnalités sont très similaires par rapport à la Gear, et je n’ai pas relevé non plus de différences de performances.

Samsung Gear 2 Neo - Test Geeks and Com -4

Système d’exploitation

Je ne sais pas si c’est le fait de m’être habitué au précédent modèle ou l’ajout du bouton principal, mais je trouve l’utilisation de la Samsung Gear 2 Neo plus facile qu’auparavant.

Pour autant, certains gestes ne sont toujours pas intuitifs et il faut vraiment que l’on nous montre les différentes fonctions ou lire le guide d’utilisateur si on veut pouvoir tirer pleinement parti de la montre, car il est rare que l’on parvienne à découvrir certaines fonctions par soi-même.

Par exemple, il est possible d’accéder aux réglages en tapant avec deux doigts à deux reprises sur l’écran, ce qui est pratique, mais quasiment impossible à découvrir sans lire un mode d’emploi

On retrouve donc un principe de menus en croix, avec l’écran d’heure qui sert d’écran d’accueil, et la possibilité d’accéder à des fonctions à droite et à gauche. On aura toujours la possibilité de quitter une application d’un geste du haut vers le bas, ce qui est très pratique et rappelle un peu la Playbook de BlackBerry.

Un marché d’applications est également disponible afin de rajouter des fonctionnalités. Il s’agit d’un marché distinct du PlayStore de Google, spécifique à la Gear. On y retrouve des applications payantes ou gratuites et il faut bien évidemment un compte Samsung gratuit pour y accéder. Malgré le changement de système d’exploitation, on retrouve de plus en plus d’applications disponibles, ce qui montre que les développeurs ont un intérêt pour la plateforme. Reste qu’avec la disponibilité des premiers Android Wear qui auront une base commune peu importe le constructeur, l’intérêt des développeurs pour des produits exclusifs à Samsung risque de changer.

Application mobile : Samsung Gear Manager

L’application à installer sur son appareil mobile Samsung (Android 4.3 minimum), Gear Manager, permet dans un premier temps d’associer la montre au cellulaire. Cela permettra alors de faire les premières mises à jour nécessaires et de personnaliser la montre comme on le souhaite.

Il existe de nombreuses possibilités pour que l’écran d’affichage de l’heure soit à notre goût. Certains exemples sont déjà préinstallés, mais on peut également choisir sa propre image, le style du texte ou du cadran ainsi que la couleur des différents éléments. C’est par exemple grâce à cette fonction que nous avons mis le logo de Geeks and Com’ sur l’appareil.

On retrouve également de nombreux réglages pour les différentes fonctions de la montre, comme la possibilité d’activer ou non les notifications des applications, d’allumer automatiquement la montre lorsque l’on bouge le poignet ou encore de changer le comportement de certains boutons ou manipulations.

Enfin, fonction très pratique, on peut faire sonner la montre à partir du cellulaire si jamais on l’a égarée et qu’elle est dans la zone de portée du Bluetooth. Cela fonctionne bien évidemment dans le cas inverse où vous auriez égaré votre cellulaire. Pour les personnes distraites qui passent leur temps à chercher leurs affaires, il s’agit d’un gain de temps précieux.

Autonomie de la Samsung Gear 2 Neo

La batterie intégrée de 300mah ne peut pas faire des miracles, en particulier avec un écran couleur de cette taille qui est souvent sollicité.

Pour autant, j’ai constaté une amélioration par rapport à la Galaxy Gear. Je ne peux cependant pas valider si c’est dû au nouveau système d’exploitation, car je n’ai plus l’ancienne version pour comparer. Dans les faits, j’ai pu tenir entre une journée en utilisation intensive et trois jours avec peu de notifications, toujours avec l’écran en mode d’allumage automatique lors d’un mouvement du poignet. C’est quasiment le double du modèle précédent, ce qui représente une belle progression.

On peut comprendre qu’avec toute la technologie intégrée l’autonomie soit si faible, mais avec une concurrence qui tient parfois jusqu’à une semaine sans rechargement, il s’agit d’un aspect à prendre en compte lors de l’achat.

Capteur de battements de coeur

L’une des fonctions que Samsung met énormément en avant sur ses nouveaux appareils, qu’il s’agisse de son Galaxy S5 ou de ses accessoires connectés, est la possibilité de connaître son rythme cardiaque à tout moment. Cela peut en effet se révéler pratique lors de sessions sportives.

Pour que cette fonction soit opérationnelle, toutefois, il faut que la montre soit bien positionnée et que l’on arrête de bouger, ce qui en limite beaucoup l’intérêt.

J’ai également remarqué de grosses différences entre deux mesures très rapprochées dans le temps, comme sur le Gear Fit, de l’ordre de 10 battements par minute, ce qui n’en fait pas un instrument très précis. Cette fonction sera donc plutôt destinée à s’amuser à vérifier une moyenne sur plusieurs jours, mais pas à agir en tant que mesure lors d’une séance de sport.

Samsung Gear 2 Neo - Test Geeks and Com -2

Qualité du son

Samsung a intégré un micro et un haut-parleur dans sa montre afin que l’on soit capable de prendre des appels directement avec celle-ci, sans avoir besoin de sortir son cellulaire de la poche. C’est une bonne idée et cela peut se révéler très pratique pour des appels courts.

Le haut-parleur est en effet pratique et a été amélioré depuis l’année dernière. Lors des appels, j’entends beaucoup mieux mes correspondants même si l’environnement n’est pas totalement silencieux. Il faudra par contre rapprocher le poignet de son oreille lorsque le correspondant parle, si l’environnement est bruyant, obligeant alors à faire des allers-retours entre oreille et bouche selon que l’on parle ou que l’on écoute. Outre le ridicule que cela peut avoir si quelqu’un est près de vous, c’est surtout désagréable à la longue.

S Voice pouvant lui aussi être activé grâce au micro, la possibilité d’avoir un retour sonore sur les réponses de cet assistant est très pratique et également amusant. Pouvoir montrer que si on parle à sa montre, elle nous répond avec les informations demandées, a clairement un effet spectaculaire.

Conclusion

La Gear 2 Neo est un très bel accessoire. Cumulant un bel écran, un design beaucoup plus beau et léger ainsi qu’une meilleure durée de vie de la pile, il s’agit d’une très belle évolution du premier modèle proposé par Samsung. Offerte à 219 dollars ou euros, il s’agit d’un appareil qui offre un bon rapport qualité-prix par rapport à l’offre concurrente actuelle.

NOTES
Design
8.5
Connectivité
9
Performances
9
Écran
8
Système d'exploitation et partie logicielle
7
Autonomie
7
Multimédia
7
Finition
7.5
PARTAGER
Éditeur de Geeks and Com', je suis un passionné de nouvelles technologies, de sport et de tout ce qui touche au monde des communications/marketing. Je suis également consultant en communication numérique pour Signature sur le Saint-Laurent (construction du nouveau pont Champlain à Montréal).