Depuis la 7ème génération de consoles (PlayStation 3, et Xbox 360), les joueurs sont habitués à retrouver des compilations HD des jeux sortis sur la génération précédente. Certaines étaient de qualités (Halo Anniversary), tandis que d’autres avaient un intérêt tout relatif (Silent Hill HD Collection, exemple parmi tant d’autres). Le phénomène continue en ce début de 8ème génération, notamment avec le jeu dont je vais vous parler aujourd’hui : The Last Of Us Remastered, sortit sur Playstation 4.

Fiche technique

  • Date de parution : 29 juillet 2014 (États-Unis, Canada), 30 juillet 2014 (Europe, Australie), 1er août 2014 (Royaume-Uni), sur PlayStation 4
  • Style : Action / Survival / Aventure
  • Classement ESRB / PEGI : M / PEGI 18
  • Développeur : Naughty Dog
  • Éditeur : Sony Computer Entertainment
  • Langue d’exploitation : anglais ou français
  • Évalué sur PlayStation 4
  • Prix : 60 € / 55 $

Fiche technique

  • Date de parution : 29 avril 2014 – 1 mai 2014  (Xbox One, Xbox 360, PlayStation 3 et 4, Wii U et PC) / 1 – 2 juin 2014 (PS Vita)
  • Style : RPG / Plateforme
  • Classement ESRB / PEGI : E10+ (Pour tous, 10 ans et plus) / PEGI 7 (7 ans et plus)
  • Développeur : Ubisoft Montréal
  • Éditeur : Ubisoft
  • Langue d’exploitation : anglais ou français
  • Évalué sur PlayStation 4
  • Prix : 20 € / 20 $

– See more at: https://www.geeksandcom.com/2014/07/16/test-child-of-light-playstation-4/#sthash.VQlFNGxm.dpuf

Fiche technique

  • Date de parution : 29 avril 2014 – 1 mai 2014  (Xbox One, Xbox 360, PlayStation 3 et 4, Wii U et PC) / 1 – 2 juin 2014 (PS Vita)
  • Style : RPG / Plateforme
  • Classement ESRB / PEGI : E10+ (Pour tous, 10 ans et plus) / PEGI 7 (7 ans et plus)
  • Développeur : Ubisoft Montréal
  • Éditeur : Ubisoft
  • Langue d’exploitation : anglais ou français
  • Évalué sur PlayStation 4
  • Prix : 20 € / 20 $

– See more at: https://www.geeksandcom.com/2014/07/16/test-child-of-light-playstation-4/#sthash.VQlFNGxm.dpuf

Fiche technique

  • Date de parution : 29 avril 2014 – 1 mai 2014  (Xbox One, Xbox 360, PlayStation 3 et 4, Wii U et PC) / 1 – 2 juin 2014 (PS Vita)
  • Style : RPG / Plateforme
  • Classement ESRB / PEGI : E10+ (Pour tous, 10 ans et plus) / PEGI 7 (7 ans et plus)
  • Développeur : Ubisoft Montréal
  • Éditeur : Ubisoft
  • Langue d’exploitation : anglais ou français
  • Évalué sur PlayStation 4
  • Prix : 20 € / 20 $

– See more at: https://www.geeksandcom.com/2014/07/16/test-child-of-light-playstation-4/#sthash.VQlFNGxm.dpuf

Pour ceux qui ne connaîtraient pas The Last Of Us, il s’agit de la dernière production en date du studio Naughty Dog, les créateurs de Uncharted. Le jeu, sorti initialement en 2013, sur PlayStation 3, avait fait grand bruit chez les critiques, et les joueurs, récoltant au passage nombre de récompenses, et le titre de : « Meilleur jeu de la génération ». Pourquoi cette version Remastered est-elle donc sortie sur la dernière console de Sony ? Le géant japonais s’est rendu compte qu’une majorité des possesseurs de PS4 n’avait jamais joué à The Last Of Us, rien d’étonnant quand on sait que 43% d’entre eux ne possède pas de PlayStation 3.

The Last of Us prend place dans un monde post-apocalyptique où la société humaine, tel que nous la connaissons, s’est effondré suite à une pandémie provoquée par un champignon appelé le cordyceps, notez au passage qu’il s’agit là d’un vrai champignon. Le cordyceps a fini par parasiter l’humanité, transformant les malades en infectés. Le joueur incarnera Joel: un homme ayant vécu la chute de l’humanité et survivant, 20 ans plus tard, en tant que contrebandier. Afin de récupérer une marchandise volée, Joel va devoir escorter une jeune fille, Ellie, à l’extérieure de la ville, pour des raisons que je ne vous dévoilerai pas.

La survie selon Naughty Dog

The Last Of Us est un jeu axé sur la survie, ce qui est assez classique vu sa thématique. Le joueur contrôle Joel et devra traverser de nombreux lieux pour atteindre son objectif: villes en ruines, forêts, complexes industriels, etc. Le jeu s’articule autour de différentes phases de gameplay. Il y a tout d’abord l’exploration. Les environnements sont relativement ouverts, et vous devrez les fouiller pour récupérer de précieuses ressources nécessaires à la fabrication d’objets: trousses de soin, cocktails Molotov, grenades artisanals, etc. Vous trouverez également des ressources pour améliorer votre équipement qui est assez varié : pistolets, arc, fusils, etc. Cet arsenal ne sera pas de trop pour venir à bout des nombreux combats qui vous attendent.

The Last of Us Gameplay (4)

Ces derniers sont assez bien réalisés. Joel n’est clairement pas un soldat, et il faudra bien viser si vous voulez réussir à atteindre vos ennemis. Toutefois, vous aurez la possibilité d’améliorer vos compétences pour rendre Joel plus résistant, plus adroit, ou encore plus attentif. En parlant de l’attention, le jeu propose également d’aborder les combats de manières discrètes. On peut même parler de nécessité au vu du peu de munitions dont le joueur disposera. Joel peut donc écouter les bruits autour de lui, se déplacer accroupis, et attraper les ennemis afin de les neutraliser en silence.

Cette dimension est plutôt bien venue, mais reste assez basique à vrai dire. Elle peut même se révéler parfois étrange. En effet, l’intelligence artificielle du jeu n’est pas des plus brillante, ce qui est en partie voulu, je pense. En effet, vous serez presque toujours à deux durant cette aventure, parfois à trois, ou à quatre. Les autres personnages sont dirigés par l’IA, celle-ci éprouve quelques difficultés durant ces phases puisqu’il ne sera pas rare de voir Ellie, ou un autre personnage, passer devant un ennemi, sans que celui-ci ne la remarque. Tout simplement, car seul le personnage joué, Joel, est pris en compte par l’IA des ennemis. Niveau immersion, on a vu mieux. Je pense que Naughty Dog a fait ce choix par défaut, car ils n’ont pas réussi à rendre le comportement de l’IA allié convenable, ce n’est qu’une supposition de ma part.

Passé ce problème d’IA, l’ensemble des phases de jeu sont plutôt de bonnes factures, agréables à prendre en mains et viscérales. Néanmoins, la façon dont elles s’enchaînent a une fâcheuse tendance à ce répéter, c’est un peu dommage, mais rien de dramatique.

Parlons un peu des ennemis, vous en rencontrerez de plusieurs types. Il y a tout d’abord les humains qui parcourent les villes à la recherche d’autres personnes, dans le but de leur voler leurs ressources, ou pire… De l’autre côté, on trouve les infectés, qui sont eux-mêmes divisés en deux classes principales : les coureurs, des humains dont l’infection est à un stade peu avancé. Ils ont encore l’usage de la vue, et sont rapides. Les claqueurs, eux, suite à une durée d’infection bien plus longue, ont perdu la vue, et se repère donc au son. Il n’en reste pas moins les plus dangereux, car si l’un vous attrape, la partie est finie, à moins d’améliorer les compétences de Joel.

Une histoire classique, mais touchante

Passé son gameplay efficace, mais perfectible, c’est surtout pour son histoire que l’on retiendra The last Of Us. Naughty Dog a réalisé une véritable performance, notamment avec son prologue qui aura ému jusqu’aux larmes bon nombre de joueurs. Je dois avouer que pour ma part, c’est avec la gorge serrée et un peu abasourdie que j’aie terminé ces quinze premières minutes, absolument mémorable. Vous en dire plus serait criminel, mais si ce prologue marque, c’est par sa mise en scène et la façon dont le gamedesign du jeu est utilisé pour impliquer émotionnellement le joueur.

L’histoire est assez classique à dire vrai, c’est le genre d’histoire que l’on commence à connaître, et que les amateurs d’œuvres post-apocalyptiques ont déjà vu dans d’autres médias. L’histoire se concentre sur deux personnages qui vont apprendre à se connaître et vont devoir s’apprivoiser pour développer une relation qui s’avérera humaine, et particulièrement touchante. Le tout dans un monde dévasté où la nature reprend ses droits, et où l’humanité est repoussée dans ses limites.

Toutefois, l’histoire est assez intéressante sur le point de vue de l’infection. En effet, Naughty Dog a choisi de prendre un champignon réel, dont la spécificité est qu’il parasite d’autres champignons. Le studio a imaginé qu’elle pourrait être les effets de ce champignon s’il finissait par muter, et être capable d’infecter l’Homme.

Ce qui fait la force de cette histoire c’est sa narration, et sa mise en scène. Toutes les scènes cinématiques du jeu profitent d’un soin particulier, et on ressent l’expertise de Naughty Dog à chaque instant. Les scènes sonnent juste, et mettent en valeur le talent des comédiens qui ont prêté leurs voix et leurs mouvements à The Last Of Us, Troy Baker (Joel) et Ashley Johnson (Ellie) en tête. Le studio prouve une nouvelle fois le talent avec lequel il raconte les histoires, notamment les relations humaines. La fin du jeu est également très marquante puisqu’elle nous renvoie en plein visage, d’une manière assez effrayante, l’ambivalence de l’esprit humain.

Direction artistique de The Last of Us Remastered : Entre nature et décadence

La direction artistique du jeu est également à l’honneur. Le jeu dépeint un monde ravagé où les restes de l’humanité s’effondrent, et où la nature reprend peu à peu sa place. Le jeu nous offre de sublimes environnements donnant pleinement vie à cet état. Les couleurs sont également très bien utilisées, tout ce qui peut se rapporter à l’humanité est très terne, sombre, tandis que la nature dispose de couleurs vives, et rayonnantes. Les personnages ont été créés d’une façon à ce que l’on ressente le poids des années sur leurs épaules, des plus jeunes, aux plus vieux, chacun porte sur lui les stigmates d’un monde perdu, à jamais ?

La partie sonore n’est pas en reste également. Les musiques composées par Gustavo Santaolalla, musicien et compositeur argentin, s’accorde parfaitement avec l’histoire du jeu : elle est à fois simple et émotionnelle. Les bruitages sont de bonnes factures, mention spéciale aux terrifiants claqueurs, tout comme le doublage, français et original.

Nouveautés de la version Remastered

Cette version de The Last of Us Remastered apporte quelques améliorations appréciables! Tout d’abord, un affichage en 1080p et 60 images par secondes. Le jeu n’aura jamais été aussi fluide et stable. La version PlayStation 3 était très jolie, mais on sentait que la machine était poussée dans ses dernières limites. Les textures, et les éclairages ont également profité d’une amélioration qui flatte notre rétine. Enfin, le jeu dispose de l’ensemble des DLC du jeu, ceux du multijoueur, mais également le contenu additionnel Left Behind qui nous permet de découvrir une partie de l’histoire d’Ellie. Un mode « photo » est également disponible, à la manière de ce que propose inFAMOUS Second Son.

Left Behind est un DLC de qualité puisqu’il nous permet d’en apprendre un peu plus sur Ellie, et de comprendre son comportement dans le jeu principal. Il introduit même quelques nouvelles mécaniques de jeu qui dynamisent vraiment l’ensemble du gameplay. Le studio a eu la bonne idée de ne pas intégrer le DLC au jeu principal. En effet, Left Behind aurait sans aucun doute cassé le rythme de l’histoire.

The Last of Us Left Behind

Un petit mot sur les bogues, malheureusement certains n’ont toujours pas été corrigés dans The Last of Us Remastered, notamment un bogue sonore au début du jeu. Il est assez regrettable de constater que ces petits défauts n’aient pas été corrigés pour cette version Remastered. Néanmoins, dire que le jeu est bogué serait exagéré, mis à part ce problème sonore, je n’ai pas eu à souffrir de quelconque problème technique.

Certains qualifieront sûrement cette version Remastered d’opportuniste, et mettront en doute la note que je lui attribue. Critiquer une version raffinée d’un jeu sorti il y a un an n’est pas un exercice aisé. Toutefois, j’ai pris le parti pris de critiquer le jeu en mettant de côté son aspect « commercial ». The Last Of Us est, et restera, l’un des plus grands jeux de la génération précédente. Non pas grâce à son gameplay, mais parce qu’il amène une image du Jeu Vidéo plus mature. Naughty Dog a réussi à atteindre un niveau d’écriture suffisamment bon pour rivaliser avec le cinéma. Une adaptation cinématographique est d’ailleurs en cours préproduction. Le Jeu Vidéo a encore beaucoup à prouver pour pouvoir atteindre la reconnaissance du plus grand nombre, à tort ou à raison, chacun est juge. The Last Of Us Remastered n’est pas un jeu parfait, néanmoins son gameplay efficace, bien que répétitif, et sa qualité d’écriture en font un titre indispensable. De plus, cette version profite des capacités de la PlayStation 4 pour pleinement s’épanouir techniquement. Il s’agit d’un indispensable à découvrir, ou à redécouvrir si vous en avez l’envie.

Fiche technique

  • Date de parution : 29 avril 2014 – 1 mai 2014  (Xbox One, Xbox 360, PlayStation 3 et 4, Wii U et PC) / 1 – 2 juin 2014 (PS Vita)
  • Style : RPG / Plateforme
  • Classement ESRB / PEGI : E10+ (Pour tous, 10 ans et plus) / PEGI 7 (7 ans et plus)
  • Développeur : Ubisoft Montréal
  • Éditeur : Ubisoft
  • Langue d’exploitation : anglais ou français
  • Évalué sur PlayStation 4
  • Prix : 20 € / 20 $

– See more at: https://www.geeksandcom.com/2014/07/16/test-child-of-light-playstation-4/#sthash.VQlFNGxm.dpuf

NOTES
Note
9
PARTAGER
De nature passionné et rêveur, je suis avant tout un fervent joueur, amateur des cultures de l'imaginaire, et fan de Metal Gear Solid, Kojima-San, Mass Effect et Deus Ex. Le Jeu Vidéo me passionne aussi bien en tant qu'art, qu'en tant qu'industrie. J'aime également la science-fiction, la fantasy, le cinéma, les séries TV, la culture japonaise et bien d'autres choses.