Nous approchons des fêtes de fin d’année, et comme de coutume durant cette période, les films d’animation pointent le bout de leur nez. Celui dont je vais vous parler aujourd’hui me tient particulièrement à cœur, puisqu’il s’agit de Astérix Le Domaine Des Dieux. Le film a été réalisé par Louis Clichy, et co-réalisé par Alexandre Astier. Ce dernier signe également l’adaptation, le scénario ainsi que les dialogues. Les deux hommes livrent ici, selon moi, l’un des tout meilleurs films d’animation français de ses dernières années.

Une adaptation fidèle et intelligente

Dans cette adaptation de la bande dessinée du même nom, Caesar met au point un plan sournois pour mettre fin à la résistance du fameux village gaulois. Il prévoit la construction d’un quartier résidentiel destiné aux Romains, à proximité du village, son nom : Le Domaine Des Dieux. Caesar cherche donc à imposer le mode de vie romain aux compagnons de Astérix. Pour ce faire, quoi de plus efficace que de leur faire goûter aux joies du commerce, de la concurrence, tout en leur privant de leur principale zone de ressources : la forêt ?

Le duo français a parfaitement réussi à mettre en avant les différentes thématiques qu’apportent cette histoire: l’assimilation culturelle, la société de consommation, la méfiance de l’étranger, ou encore la manipulation. Ce n’est pas un hasard si Alexandre Astier a préféré raconter cette histoire plutôt qu’une autre, au-delà de l’aspect divertissant. L’artiste lyonnais aime pousser la réflexion à travers des thématiques, et problèmes de sociétés (entre autres).

Une aura unique, mais aussi familière

Astérix Le Domaine Des Dieux plaira sans aucun doute aux amateurs de Kaamelott, j’y reviendrai plus tard, mais également à toutes les personnes en âge de saisir l’ensemble des références distillées tout au long du film. Les enfants pourront également passer un bon moment, mais passeront inévitablement à côté de quelques références bien placées. Le film enchaîne les moments comiques, qu’ils soient visuels ou uniquement verbaux. Tout y passe, du slogan politique, en passant par des jingles ou des références cinématographiques devenus des mêmes! C’est un vrai plaisir que de se retrouver à la fois devant une œuvre unique, mais également familière. Unique, car la patte Alexandre Astier n’avait jamais été posée sur un film d’animation, et familière au vu des références que l’on y trouve. Astérix Le Domaine Des Dieux restitue l’essence de la bande dessinée, tout en la couplant avec une aura indéniablement moderne.

Du point de vue de l’animation, le film réussit parfaitement son pari, et prouve qu’il n’y a pas que Pixar qui puisse réaliser des films dotés d’un tel niveau de qualité. Les textures sont belles, l’animation saisissante, tout comme les couleurs. On reconnaît du premier coup d’œil chacun des personnages de la bande dessinée. De plus, la mise en scène tire parti de cette caméra virtuelle pour réaliser des plans qui n’auraient pas été possibles autrement.

Le doublage est également d’une grande qualité, notamment grâce à la présence de Roger Carel, la voix officielle de Astérix! Quant au reste des personnages, on retrouve une partie de la distribution de Kaamelott, pour un résultat que j’ai beaucoup apprécié. La musique est également de bonne facture, et est également utilisée dans les références dont je parlais plus haut.

Conclusion

Astérix Le Domaine Des Dieux est donc une franche réussite dans chacun de ses aspects. Je n’ai pas de point négatif particulier à vous faire part. Je n’ai pas boudé mon plaisir. Je vous recommande donc cette très bonne adaptation, que vous soyez amateurs ou non de l’univers Astérix, vous devriez passer un bon moment dans votre cinéma !

NOTES
Note
8
PARTAGER
De nature passionné et rêveur, je suis avant tout un fervent joueur, amateur des cultures de l'imaginaire, et fan de Metal Gear Solid, Kojima-San, Mass Effect et Deus Ex. Le Jeu Vidéo me passionne aussi bien en tant qu'art, qu'en tant qu'industrie. J'aime également la science-fiction, la fantasy, le cinéma, les séries TV, la culture japonaise et bien d'autres choses.