Test du Sony Xperia Z5, le haut de gamme Android sans premium

Sony Xperia Z5 - Test Geeks and Com -3

Sony nous a habitué à un rythme très rapide entre ses Xperia haut de gamme, offrant souvent assez peu de nouveautés et une simple mise à jour des composants internes. Si cela a un intérêt pour les technophiles qui souhaitent bénéficier des meilleures performances, cela a parfois tendance à perdre le grand public dans une gamme sans cesse en renouvellement, sans réellement savoir quel est le bon moment pour acheter.

Le Canada a fait exception cette année, avec un modèle Xperia Z3+ / Z4 qui ne s’est pas retrouvé sur notre marché, sans doute justement en raison de la difficulté de pénétration de Sony sur le marché des haut de gamme, rendu encore plus difficile par la multiplicité des références. Après un an d’absence, on s’attend donc à une belle montée en niveau avec ce Xperia Z5. Nous avons pu passer quelques semaines avec le modèle et voici notre test complet.

Caractéristiques techniques du Sony Xperia Z5

Affichage  LCD Triluminos 5,2 pouces en 1080 x 1920 (428 ppi)
Dimensions  146 x 72 x 7.3 mm
Poids  154 grammes
Processeur  Qualcomm MSM8994 Snapdragon 810 octo-coeur
Mémoire
  • 32 Go interne
  • 3 Go (RAM)
  • Emplacement Micro-SD
Système d’exploitation  Android 5.1.1 Lollipop
Réseau LTE cat 6 jusqu’à 300 Mbps
Appareil photo / vidéo
  • 23 MP arrière
  • 5,1 MP avant
Connectivité
  • Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/ac à double bande
  • Bluetooth 4.1
  • Micro-USB
Batterie / Autonomie  Batterie de 2900 mAh non amovible

Design et finition

Depuis les premiers modèles de la gamme Z, il faut avouer que Sony impressionne par la finition de ses produits, avec du verre et du métal, de quoi donner un aspect haut de gamme à leurs téléphones. Quelques modifications sont apparues avec le temps, avec par exemple des bords légèrement arrondis et des couleurs plus ou moins osées. Reste que le design a assez peu évolué et le Xperia Z5 continue sur cette lignée, en gardant donc un design très industriel.

L’une des nouveautés au niveau du design est l’utilisation de verre dépoli à l’arrière de l’appareil, pour le rendre mat et non plus brillant. Deux avantages sont liés à ce changement : l’appareil tient mieux en mains et glisse moins tout en permettant de limiter les traces de doigts. En revanche, au niveau visuel et au toucher, cette nouvelle texture fait beaucoup moins haut de gamme et donne, sur le modèle noir, l’impression d’être du simple plastique, ce qui est dommage sur un appareil à ce prix.

Autre nouveauté, le bouton d’allumage n’est désormais plus arrondi mais plutôt en longueur, étant donné qu’il renferme désormais le capteur d’empreintes et qu’il lui faut donc plus de surface pour l’analyse. Celui-ci reste cependant très agréable à utiliser et facilement identifiable au toucher, même sans regarder l’appareil. Il n’est également plus nécessaire de refermer de nombreuses trappes sur l’appareil pour que celui-ci soit étanche, ce qui est appréciable.

Point négatif au niveau de la finition, les bordures de l’appareil ont tendance à bouger. Si cela n’a pas été aussi prononcé que certains de nos collègues d’autres sites techno, lorsque l’on appuie sur les bords de l’appareil, on sent qu’ils sont flexibles et bougent légèrement. On est donc loin de l’assemblage unibody de certains concurrents qui donnent une bien meilleure impression au niveau de la finition. C’est d’autant plus dommage que Sony nous avait habitués à bien mieux à ce niveau avec ses précédents modèles.

Le Xperia Z5 n’est donc pas un appareil laid ou mal fini, loin de là, mais on a l’impression de faire un pas en arrière lorsqu’on le prend en mains, par rapport aux précédents modèles.

Connectivité

Le Sony Xperia Z5 embarque la connectivité LTE jusqu’à 300 Mbps, le Wi-Fi 802.11ac double bande, du bluetooth 4.1 avec AD2P, du micro-usb 2.0, du NFC ainsi que la radio-FM. On retrouve donc tout ce que l’on pourrait attendre d’un appareil haut de gamme à ce niveau, à l’exception peut être du chargement sans fil ou de l’infrarouge, qui se fait de plus en plus rare.

Côté réception réseau, je n’ai rencontré aucun problème, avec un comportement similaire à un Nexus 6P lors de mes tests. Le réseau de Bell, sur lequel l’appareil était bloqué, m’a permis d’atteindre entre 35 et 45 Mbps sur mes différents tests en LTE, de quoi effectuer de manière rapide tous les usages quotidiens demandés à l’appareil.

Côté qualité d’appel, j’entendais toujours bien mes correspondants et aucun ne s’est plaint d’une mauvaise réception ou du fait qu’il m’entendait loin, ce qui est donc plutôt positif. Rien d’exceptionnel à signaler à ce niveau, donc.

Écran

L’appareil utilise une dalle IPS LCD de 5,2 pouces, comme c’était déjà le cas sur le Sony Xperia Z3. Peu de nouveautés à ce niveau, donc, puisque l’expérience visuelle est très similaire entre les deux modèles. Les angles de vision sont très bons et la luminosité est suffisamment forte pour permettre une lisibilité en extérieur même lorsque le soleil est très présent. Les couleurs sont restituées de manière assez fidèles, même si on remarque une tendance légère à la saturation, ce qui est généralement plutôt constaté sur les écrans AMOLED.

Avec une résolution de 1080 x 1920 sur du 5,2 pouces, on se retrouve donc avec une densité de 528 ppi. C’est bien en dessous d’un Samsung Galaxy S6 et ses 577ppi, mais dans la majorité des usages l’utilisateur ne verra pas une grande différence. C’est seulement lorsque l’on met les appareils côte à côte et qu’on les regarde de très près que l’on parvient à visualiser les pixels sur le Sony, alors que c’est quasiment impossible sur le Samsung.

Sony continue donc à fournir un très bel écran sur sa gamme Z avec ce modèle. Nous n’avons pour le moment pas eu la chance d’essayer la version premium avec la dalle 4K, cela reste donc à ce jour le plus bel écran Sony que nous ayons essayé.

Performances

Le Snapdragon 810 qui équipe le Sony Xperia Z5 a fait l’actualité avec plusieurs appareils pour sa tendance à chauffer et ses performances limitées dans plusieurs types de tâches. Plusieurs générations du processeur, portant pourtant la même référence, sont utilisées par les manufacturiers et on était donc assez curieux de voir comment ce haut de gamme allait se comporter.

Dans les faits, l’utilisation de l’appareil reste fluide dans la majorité des usages, et c’est bien ce que l’on demande à un appareil de ce prix aujourd’hui. Les applications sont rapides à se lancer et aucune saccade n’est relevée lors de la navigation dans les menus.

Au niveau des différents benchmarks, on se retrouve avec des performances quasiment identiques à celles du Nexus 6P dans la plupart des tests, de quoi venir confirmer l’impression de puissance. On peut être en revanche légèrement déçus des performances délivrées dans l’outil de test 3DMark, puisque sur le test Slingshot l’appareil a obtenu un score de 1147 contre plus de 1600 pour le Nexus 6P.

Par ailleurs, j’ai constaté une réelle tendance à la chauffe de la partie haute de l’appareil, proche du processeur. Que cela soit lors de l’utilisation de benchmarks ou même de mises à jour, l’appareil devenait très chaud, ce qui était amplifié par la coque arrière. La plupart des appareils ont tendance à chauffer en utilisation intensive, mais le fait que la chaleur soit concentrée en un seul endroit au lieu d’être dissipée par une coque en alluminium comme certains le font, donne une impression désagréable.

Au niveau des performances, le Z5 de Sony se débrouille donc plutôt bien, mais reste en dessous des appareils haut de gamme de Samsung qui obtiennent de meilleurs scores avec leurs puces Exynos.

Système d’exploitation et surcouche Sony

Depuis plusieurs modèles, Sony revient à un système plus léger et moins modifié. On retrouve bien entendu toujours les mini applications, présentes dans le menu multitâches et qui permettent d’ouvrir plusieurs fenêtres sur un même écran, mais dans l’ensemble Sony a écouté ses utilisateurs en minimisant les modifications apportées à Android. On ne retrouve donc plus l’horrible menu avec de nombreuses options présentes sur la gauche du menu d’applications, ce qui est un grand pas en avant.

Il y a en revanche un domaine où Sony s’obstine, et c’est bien celui du nombre d’applications pré-embarquées. Entre ses propres applications, celles de Bell, les applications tierces et les doublons avec les fonctionnalités de Google, ce ne sont pas moins de trois pages qui accueillent l’utilisateur. Le pire étant que si certaines peuvent être désactivées ou supprimées, ce n’est pas le cas pour toutes.

À ce niveau, Sony me semble être là où Samsung se situait il y a un an : du bon matériel mais avec un logiciel encore mal maîtrisé et sans logique réelle. Certes, Sony veut pousser les utilisateurs à utiliser ses services, mais cela se fait pour le moment au détriment de l’expérience d’utilisation de ses produits et il va falloir faire un choix au risque de lasser les clients potentiels, lorsque tous les compétiteurs haut de gamme s’enlignent vers des appareils épurés.

Sony Xperia Z5 - Test Geeks and Com -6

Capteur d’empreintes

Pourquoi dédier une partie au capteur d’empreintes alors que ce n’est plus le cas lors de nos tests des derniers modèles Samsung? Tout simplement car il s’agit du premier produit de Sony à en être équipé sur notre marché.

Force est de constater que celui-ci fonctionne plutôt bien et que son positionnement est assez logique. J’ai en effet tendance à préférer les capteurs placés sur le bouton qui me sert à déverrouiller l’écran, car cela évite un mouvement supplémentaire. Dans les faits, la vitesse de déverrouillage est moins rapide que sur un Nexus 6P, un Samsung Galaxy S6 et bien évidemment qu’un iPhone 6s qui reste la référence à ce niveau.

Petite déception en revanche sur les actions reliées à ce capteur d’empreintes. Celui-ci se limite en effet au déverrouillage de l’appareil. Par exemple, sur un Nexus il est possible de s’identifier avec le capteur d’empreintes lorsque l’on ajoute un compte de messagerie, alors qu’il faut obligatoirement saisir le code de l’appareil sur le Xperia Z5.

Autonomie

Évaluer un Sony au niveau de l’autonomie est toujours une tâche difficile. Le manufacturier a été parmi les premiers à s’intéresser à l’utilisation de batterie en veille de nos appareils afin de tenter d’améliorer la situation. Le mode STAMINA fait ainsi partie de la gamme Sony depuis plusieurs années, et consiste à n’autoriser que certaines applications à fonctionner lorsque l’écran de l’appareil est verrouillé. Cela a pour effet de prolonger la durée de vie de la batterie de plusieurs heures, au risque de ne pas recevoir certaines notifications importantes si vous oubliez d’activer certaines applications.

En utilisation classique, c’est à dire sans le mode STAMINA activé, la batterie de 2900 mAh a permis de faire fonctionner l’appareil environ une trentaine d’heures en utilisation classique et de tenir une journée plutôt chargée sans problème. Cette bonne impression est d’ailleurs confirmée par le benchmark de l’outil PC Mark, qui a fonctionné durant 8h30 avant de venir à bout de la batterie, contre 8h00 pour un Nexus 6P équipé d’une batterie de 3450 mAh.

Une fois le mode STAMINA activé, l’autonomie dépendra grandement de quelles applications sont autorisées à fonctionner. Étant donné que je n’avais pas besoin d’être notifié de tout ce qui se passait certains jours, je suis parvenu à tenir deux journées avec ce mode activé, en utilisation classique. Le gain d’autonomie est donc évident, mais conviendra plutôt aux personnes qui utilisent occasionnellement leur appareil plutôt que les utilisateurs ayant besoin de rester connectés à tous leurs réseaux sociaux constamment.

Appareil photo et vidéo

Appareil photo arrière

Le Sony Xperia Z5 utilise un tout nouveau capteur de 23 mégapixels. Identifié comme le meilleur appareil photo disponible sur un téléphone intelligent par le très respecté DxOmark.com, mes attentes étaient grandes, surtout après avoir beaucoup apprécié le Nexus 6P, situé juste derrière dans le classement.

Les photos prises avec le Xperia Z5 en conditions idéales de luminosité sont en effet superbes, très détaillées et avec une balance des blancs et des couleurs très bien restituées. Sony fait donc un énorme bond en avant à ce niveau, offrant un résultat qui surprendra beaucoup de personnes.

Il en est malheureusement autrement dès que les conditions de lumières sont moins bonnes, et c’est ce qui m’a extrêmement déçu. J’en attendais beaucoup à ce niveau, en particulier car les précédentes générations m’ont toujours laissé sur ma faim. Le bruit numérique fait très vite un apparition, tandis que le focus est beaucoup plus difficile même en restant relativement stable. Les résultats sont donc quasiment toujours décevants, à moins d’utiliser un pied ou d’être extrêmement stables lors d’une prise d’image.

Vous pouvez retrouver plusieurs exemples de photos saisies avec le Sony Xperia Z5 dans différentes conditions de luminosité ci-dessous. Il est également possible de retrouver les photos dans leur résolution native sur l’album Flickr de Geeks and Com’.

[flickr_set id= »72157662103293225″ captions= »false »]

 

Le Xperia Z5 est donc parmi les meilleurs appareils disponibles sur le marché actuellement, mais je continue personnellement à préférer le Nexus 6P, certes légèrement moins détaillé en journée, mais beaucoup plus homogène lors des photos de nuit.

Appareil photo avant

Avec un capteur de 5,1 mégapixels et le savoir faire photo de Sony, on était en droit d’espérer de très bons selfies avec cet appareil. C’est plutôt réussi puisque les photos sont bien détaillées et gèrent assez bien l’éclairage intérieur.

Selfie Bazinga Sony Xperia Z5

Les amateurs d’autoportraits ne devraient donc pas être déçus avec cet appareil, et ceux qui se limitent à faire de la vidéoconférence avec leur appareil photo avant bénéficieront d’un niveau de détails plus élevé. Il s’agit donc d’un point positif à ce niveau.

Caméra vidéo

S’il y a bien un niveau où le Xperia Z5 m’a impressionné, c’est sur la partie vidéo. Les captures en 4K sont très fluides et bien détaillées, et les mouvements rapides sont très bien gérés. La stabilisation de l’image est plutôt bien gérée, sans déformer le résultat et le focus se fait également très rapidement. Les couleurs sont bien restituées, avec une balance des blancs très juste. Tout cela fait en sorte qu’il s’agit de l’une des meilleures caméras 4K que j’ai utilisées sur un téléphone intelligent. Sony s’est donc très bien débrouillé à ce niveau là et on sent bien leur expertise dans la vidéo.

Multimedia

La présence de haut parleurs stéréo en façade de l’appareil est toujours aussi appréciable et permet de mieux profiter du son fourni par l’appareil, aussi bien lors de jeux que du visionnement de vidéo. Bien évidemment, le son fourni par les écouteurs reste meilleur mais trop de manufacturiers ont tendance à oublier les haut parleurs sur leur appareil, on ne peut donc que féliciter Sony à ce niveau. D’ailleurs le positionnement de ceux-ci sur le Xperia Z5 est encore mieux pensé puisqu’il n’est plus possible de les boucher avec les pouces lorsque l’on tient l’appareil.

Au niveau de la lecture de vidéo, la puissance de l’appareil lui permet sans aucun problème de lire des MKV en 1080p ou même des contenus 4K. Bien évidemment, les formats plus exotiques incluant du DTS ne sont pas lus par le lecteur d’origine et il faudra passer par VLC pour lire tous les formats les plus populaires, mais on y est désormais habitués sur Android.

Sony Xperia Z5 - Test Geeks and Com -10

Conclusion

Le Xperia Z5 de Sony est un appareil qui a de nombreux atouts, avec un appareil photo performant, une autonomie intéressante et un design agréable à l’oeil et à la prise en main. Il reste malheureusement en retrait pour le moment à cause d’un nombre bien trop grand d’applications préinstallées et une finition inférieure à celle des années précédentes.

Proposé à 649$ sans contrat, l’appareil est cependant bien positionné au niveau du prix, en particulier en offrant une capacité de 32 Go. Ceux pour qui l’aspect logiciel n’est pas un problème ou qui ont tendance à cacher leur appareil dans un étui dès les premières minutes pourraient donc être intéressés par ce modele qui a plusieurs atouts intéressants.

Test du Sony Xperia Z5, le haut de gamme Android sans premium
"Le Sony Xperia Z5 apporte quelques nouveautés par rapport à son prédécesseur, mais la finition moins bonne et l'interface bien trop chargée d'applications tierces réservent ce modèle aux amateurs de la marque."
8.5
Print Friendly, PDF & Email
Verified by MonsterInsights