Je vous ai présenté la campagne plus tôt aujourd’hui et voici que je vous propose un résumé des huit heures que j’ai passées dans le multijoueur de Gears of War 4. La partie multijoueur se sépare en deux sections bien distinctes que sont le mode versus et, bien sûr, le populaire mode Horde 3,0. Dans le premier, les joueurs doivent généralement tester leurs aptitudes contre d’autres joueurs à 5 contre 5 alors que dans l’autre, un groupe de cinq joueurs doit affronter un total de 50 vagues d’ennemis. Je vous propose mes premières impressions.

Le mode Versus

Avant même de nous lancer dans le multijoueur en mode versus, Rod Ferguson, chef du studio, nous a expliqué l’approche des développeurs derrière la confection de cet aspect du jeu. Évidemment, celui-ci aura droit à des serveurs dédiés qui rouleront à 60 FPS. Les joueurs pourront faire du mode coop en splitscreen autant sur Xbox One que sur PC et même qu’il y aura du cross-play entre les deux plateformes. Puis, ils ont séparé les joueurs en quatre catégories (les nouveaux, les joueurs sociaux, les compétitifs et les amateurs de eSports) pour lesquels ils offrent chacun une approche différente. Gears of War 4 profitera aussi d’un nouveau système de « Matchmaking » développé grâce au savoir de Microsoft afin d’assurer une meilleure expérience aux joueurs. Ceux qui font du compétitif auront la chance d’être jumelé avec des joueurs de même niveau qu’eux alors que les joueurs occasionnels vont simplement profiter d’un jumelage immédiat pour embarquer rapidement dans une partie. Les amateurs de compétitions seront classés de niveau Bronze à Diamant et c’est là que les matchs les plus intenses se dérouleront. Bref, il y en a pour tout le monde.

Le cœur du mode versus permettra à tous les joueurs de jouer à six modes différents que sont Warzone, Team Deathmatch, Dodgeball, King of the Hill, Guardian et Arms Race. Pour ceux qui jouent de manière compétitive, les modes Escalation et Execution seront aussi disponibles ce qui devrait répondre davantage aux amateurs de eSports. Pour l’occasion, j’ai testé trois modes très différents : Escalation, Dodgeball et Arms Race. Au total, c’est dix cartes qui vous attende dans Gears of War 4 dont neuf nouvelles et la très populaire carte Gridlock. Par la suite, le jeu aura droit à une nouvelle carte gratuite par mois et il y aura une rotation entre les cartes. Mais rentrons maintenant dans le vif du sujet.

Escalation

Dans Escalation, le but est de réussir un des deux objectifs suivants : prendre contrôle des trois anneaux ou réussir à atteindre un total de 210 points. Il faut donc à la fois réussir à éliminer le plus d’ennemis possible et garder le contrôle des anneaux pour accumuler encore plus de points. Au total, il faut gagner 7 des 13 rondes pour remporter la partie. D’une ronde à l’autre le temps de revenir à la vie après votre mort se prolonge de 2 secondes ce qui rend votre survie encore plus importante. Après la 6e ronde, les chronomètres repartent à zéro et les trois anneaux sont relocalisés. Enfin, l’équipe perdante a la chance de placer l’arme de son choix à l’endroit de son choix sur la carte. Ce sera donc à vous de choisir si vous courez vers celle-ci ou si vous vous en servez comme une diversion pour aller chercher les trois anneaux.

En jouant à Escalation, j’ai vite compris comment ce mode pourrait être attrayant pour les amateurs de fortes compétitions. Le jeu teste votre vitesse d’exécution et votre capacité à travailler en équipe. Il faut savoir communiquer et réussir à éliminer les joueurs adverses de manière rapide tout en choisissant les bonnes armes au bon moment. De plus, c’était vraiment satisfaisant de réussir à remporter une partie surtout lorsqu’on perd au pointage, mais qu’on réussit par miracle à capturer les trois points de contrôle. Bref, on prévoit des heures de compétitions intenses dans Escalation.

Arms Race

Dans Arms Race, l’équipe doit justement faire une course au fusil. C’est-à-dire que chaque membre de l’équipe commence avec un Boomshot et une fois que l’équipe a tué trois adversaires, elle passe à une autre arme. Au total, il faut passer à travers les treize armes du jeu pour réussir à gagner la partie. Évidemment, cela donne lieu à des situations assez particulières où vous pourriez passer d’un Shotgun à un Sniper alors que vous êtes encore en combat rapproché avec un ennemi. Pour ma part, j’ai eu beaucoup de plaisir dans celui-ci. Je trouve que c’est une belle manière de découvrir comment fonctionnent les différentes armes de Gears of War 4. De plus, c’est l’occasion parfaite d’essayer aussi les nouveaux fusils comme le Overkill que j’ai bien aimé et qui est un Shotgun avec quatre balles ainsi que le Embar qui est le puissant sniper de l’armée de robot de Jinn. Les nouvelles armes sont amusantes et elles apportent une approche un peu différente.

Dodgeball

J’ai adoré Dodgeball et je pense que c’est un mode parfait pour les joueurs occasionnels qui préfèrent faire quelques parties rapides qui permettent quand même de vivre des moments forts en émotions. Dans Dodgeball, chaque adversaire que vous éliminez vous permet de ramener un coéquipier à la vie. Bien sûr, la partie se conclut lorsque vous réussissez à éliminer toute l’équipe adverse. Or, avec un mode du genre, on laisse place à de potentielles remontées fantastiques comme ce fut le cas durant l’une de mes séances alors qu’à 2 contre 5, nous avons réussi à remonter la pente et vaincre nos adversaires. Franchement, lorsque les développeurs nous ont dit que c’était fini, les journalistes sur place étaient déçus et on voulait tous y jouer encore quelques minutes. Heureusement, un autre mode super divertissant nous attendait : Horde 3.0.

La version 3.0 du mode Horde

Dévoilé lors de l’événement Pax West il y a quelques semaines, le populaire mode Horde est de retour sous sa version 3.0 pour Gears of War 4. Comme je n’ai jamais été un grand amateur du multijoueur de Gears of War, ce mode m’était complètement inconnu alors ce fut une très belle surprise de découvrir ce dont il s’agissait. Comme je le mentionnais d’entrée de jeu, le mode Horde plonge 5 coéquipiers sur une carte où ils doivent survivre contre un total de 50 vagues ennemis. Pour se faire, chaque joueur pourra choisir parmi une sélection de cinq différentes classes de personnages (Scout, Heavy, Sniper, Soldat, Ingénieur). Pour ceux qui sont familiers avec ce mode, sachez que les développeurs se sont assurés que n’importe quelle classe puisse être tout aussi valable au début qu’à la fin des 50 vagues. Auparavant, par exemple, les Sniper devenaient rapidement trop faibles pour les dernières vagues ce qui forçait les gens à utiliser une seule et unique stratégie. Désormais, vous avez la flexibilité de choisir quelle combinaison de classes votre équipe va prendre. Finalement, à chaque 10 vagues, on a droit à un ennemi plus puissant qu’il faudra vite anéantir afin d’espérer de bien s’en sortir. Nous avons commencé la partie au second niveau de difficulté (Normal) et déjà on pouvait sentir que le défi allait être assez intense alors je n’imagine même pas la difficulté « Hardcore ».

J’ai essayé quelques classes dont l’ingénieur, le sniper et le scout ce qui m’a permis de constater que la jouabilité varie beaucoup d’un personnage à l’autre. D’une part, l’ingénieur doit toujours être sur le qui-vive et s’assurer que ses défenses soient à point. C’est un élément clé pour le succès de l’équipe et j’ai eu beaucoup de plaisir à tenter d’élaborer la meilleure stratégie afin de forcer le plus d’ennemis possible à tomber dans mes pièges. Du côté du Sniper, il n’y a rien de plus satisfaisant que de pulvériser la tête d’un ennemi qui explose et cause du dommage aussi aux autres ennemis qui l’entourent. Avec le Sniper, il faut rester en retrait et on se sent souvent valoriser puisqu’on vient régulièrement en aide au Scout qui court partout sur le terrain. Enfin, le Scout fait beaucoup de combats rapprochés puisqu’il doit aller chercher le Power que laissent tomber les ennemis. Une de ses habiletés est de gagner plus de Power que les autres lorsqu’il va les cueillir donc c’est très important qu’il soit sur le terrain. C’est justement grâce à celui-ci que les ingénieurs sont en mesure de fabriquer des défenses plus solides.

Pour accompagner le tout, les joueurs peuvent gagner de l’expérience et rendre leur personnage plus puissant. En effet, on peut gagner des cartes qu’on peut ensuite équiper afin d’améliorer nos attributs. Plus notre niveau est haut, plus on peut équiper de cartes et certaines cartes légendaires vont vous donner un très bon coup de main. Mais au final, aucun doute que les amateurs de mode multijoueur coopératif en auront pour leur argent.

Gears of War 4 propose un multijoueur profond

Tout ça pour dire que j’ai été vraiment impressionné par la profondeur de Gears of War 4 autant au niveau de la campagne que je vous ai présentée ce matin que du côté du multijoueur qui semble en offrir pour tous les goûts. Tous les gens qui étaient présents lors de l’événement semblent avoir eu beaucoup de plaisir et moi le premier. Moi qui suis un peu déçu de la direction que prend la franchise Halo, il semblerait que Gears of War 4 va m’en donner pour mon argent. Par contre, pour avoir notre opinion finale, il faudra encore attendre quelques jours.

PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.