Même dans les meilleures années du dessin animé, Pokémon n’aura jamais été aussi populaire qu’en cette année 2016 qui marque par ailleurs les 20 ans de la série. Tandis que Pokémon Go prenait d’assaut les téléphones cellulaires, ceux qui sont restés fidèles à la franchise comme mon amie Mélanie savait que c’était plutôt les nouvelles itérations Pokémon Sun & Moon pour Nintendo 3DS qu’il fallait suivre de près. Pour ma part, ce que je souhaitais pour la franchise, c’était qu’un vent de fraîcheur pousse sur celle-ci avec l’arrivée d’une nouvelle génération de Pokémons. Peut-on dire que c’est une mission accomplie pour Game Freak et The Pokémon Company ?

Fiche technique

  • Date de sortie : 18 novembre 2016 
  • Style : Jeu de rôle
  • Classement ESRB/PEGI ESRB E / PEGI 7
  • Développeur : Game Freak
  • Éditeur : Nintendo & The Pokémon Company
  • Langue d’exploitation : Français et Anglais
  • Disponible et testé sur Nintendo 3DS
  • Prix lors du test : 49,99 $ CA / 33,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

D’abord, vous m’excuserez pour l’utilisation des noms américanisés puisque j’ai grandi en écoutant le dessin animé en anglais à la télévision et j’ai toujours eu de la difficulté à passer à la version française. Ceci étant dit, sachez que le jeu vous propose le choix de la langue que vous voulez pour jouer nonobstant celle de votre console. Je vais aussi principalement faire référence à Pokémon Sun puisque c’est la version que j’ai testée.

De Kanto à Alola

Pokémon Sun & Moon plongent votre maître Pokémon en devenir dans la région Alola directement inspiré d’Hawaï selon les dires des développeurs. Notre personnage et sa mère ont décidé de quitter Kanto au profit de l’île Kahuna où on retrouve notre cousin qui est en l’occurrence le nouveau professeur du jeu nommé Kukui. Arrivé sur place, le professeur nous explique qu’Aloha est formé d’un total de quatre îles et il lui propose de lui donner son premier Pokémon. Sur son chemin, notre héros croise une curieuse jeune fille qui capte tout de suite son attention et il décide de la suivre. C’est alors qu’il voit le Pokémon de demoiselle se faire attaquer sur un pont par une horde de Spearow. Ne reculant devant rien, notre personnage se lance à sa rescousse jusqu’au moment où le pont cède. Heureusement, un mystérieux Pokémon nous attrape à la volée nous épargnant d’une grave chute. De retour en ville, Kukui nous présente la jeune fille qui est son assistante Lillie. Avec Lillie et son nouvel ami Hau, notre héros devra compléter une panoplie d’épreuves pour grimper les échelons afin de devenir un maître Pokémon.

Une aventure améliorée

Pokémon Sun est très différent des opus de la série précédents sur plusieurs points. D’une part, comme la région est découpée en quatre îles, on a droit à une toute nouvelle flore très différente de ce qu’on a vu auparavant. Notre personnage visite donc plusieurs environnements très variés passant des montagnes aux plages et j’en passe. De plus, on se perd vraiment dans cette nouvelle culture qui s’inspire évidemment des îles et qui réussit très bien à nous dépayser.

Les développeurs ont effacé les Gyms au profit d’épreuves qui sont beaucoup plus diversifiées et dans l’ensemble plus amusantes. Par exemple, dans l’une d’elles, le personnage testait ma capacité de reconnaître des sons du jeu grâce à un questionnaire alors que dans une autre je devais trouver tous les ingrédients nécessaires pour créer un plat afin d’attirer un Pokémon très rare. Il y a donc un certain nombre d’épreuves à faire sur chaque île et pour conclure la visite il faut réussir la grande épreuve finale qui est un combat plus difficile que les autres contre le champion de l’île.

Ensuite, ce que j’ai immédiatement apprécié en lançant le jeu, c’est que l’on constate que le Pokédex d’Alola est formé, bien sûr de plusieurs nouveaux Pokémons, mais qu’il y a aussi un bon nombre des plus populaires qui sont de retour sous leur forme originale. Puis, il y en a aussi quelques-uns qui possèdent une forme différente dans Alola comparativement à leur design original. Certains se sont vus obtenir simplement un changement de couleur comme Meowth qui est passé du beige au mauve alors que d’autres ont eu droit à des changements cosmétiques comme Dugtrio qui possède désormais des cheveux sous sa forme Alolan ou encore Exeggutor dont le tronc est désormais long comme une girafe. Même que certains comme Vulpix ont carrément changé de type de Pokémon passant du feu à la glace. Bref, pour un amateur de la franchise dont je fais partie et qui a toujours beaucoup aimé la première génération de Pokémon, c’est grandement apprécié. Je me sentais beaucoup plus familier avec les créatures d’Alola grâce à ça. Enfin, j’ai aussi trouvé le design des nouveaux Pokémons particulièrement bien réussi et original.

Au revoir les irritants

Ce nouveau titre de la série Pokémon a aussi effacé plusieurs irritants dont certains sont même présents dans la série depuis des lunes. Mais d’abord, je voulais enchaîner en parlant de nombreuses nouveautés au niveau des combats. Même si à la base, le principe est le même, Pokémon Sun met de côté les Mégas évolutions au profit des Z-Power ce qui permet au Pokémon qui le possède d’augmenter la puissance d’une de ses attaques le temps d’un seul tour. Chaque Z-Power représente un type de Pokémon. Il faut donc le donner à un Pokémon qui correspond à ce type pour bien l’utiliser. Même si le jeu nous impose toujours une longue cinématique comme la transformation Méga des autres opus, je trouve ça moins mélangeant qu’une nouvelle forme de Pokémon et plus interactif pour les combats. En plus, on peut mettre le Z-Power à plus d’un Pokémon et l’enlever à notre guise.

L’autre irritant qui a été corrigé c’est que notre Pokédex est enfin intelligent comme celui du dessin animé puisqu’il peut nous donner le type de chaque Pokémon. En plus de nous parler et de nous donner des directions, il peut nous dire quelle attaque sera efficace selon le Pokémon qu’on affronte (tant qu’on l’a rencontré au moins une fois avant). Ainsi, il devient plus facile de savoir quoi faire durant les combats ce qui est très apprécié puisqu’avec les nombreux ajouts de types de Pokémons au fil des années, j’ai un peu perdu de vue les forces et faiblesses de chaque type.

Mais la plus importante correction amenée par les développeurs, c’est sans aucun doute les montures qu’on obtient tranquillement au fur et à mesure où l’on progresse dans le jeu. Ceux-ci remplacent les foutus HMs qui existent depuis toujours et qui nous forcent à les équiper sur nos Pokémons au coût d’un de nos quatre espaces très limités d’attaques. C’est donc dire qu’au lieu d’avoir à apprendre « Fly » pour voler ou « Surf » pour nager sur l’eau, le jeu nous donne une monture comme au départ on nous donne un Tauros pour briser les roches et un peu plus tard un Charizard pour voler d’une île à l’autre. C’est d’ailleurs important de préciser qu’on les obtient seulement pour se déplacer et non pour les ajouter à notre groupe de Pokémon afin de combattre. Bref, c’est vraiment une belle manière d’offrir une alternative à ces foutus HMs que je déteste depuis toujours.

Enfin un scénario un peu plus profond

Pokémon Sun propose aussi le meilleur scénario paru jusqu’à présent. Non seulement les nombreuses épreuves sont amusantes, mais le jeu nous raconte aussi une histoire intéressante. Le tout commence avec une mystérieuse jeune fille, son curieux Pokémon et une organisation de vilains (Team Skull) puis s’ouvre sur un scénario beaucoup plus grand qui culmine avec plusieurs révélations inattendues ainsi qu’une bonne conclusion. La grande majorité des personnages deviennent aussi très attachants grâce à leurs amusantes personnalités.

Bienvenue aux nouveautés

L’autre addition que j’ai particulièrement appréciée, c’était les Battle Royale Dôme durant lesquels quatre opposants s’affrontent en même temps. C’est très stratégique et j’ai trouvé le tout très rafraîchissant. C’est d’ailleurs dans ces combats que j’ai passé la plupart de mon temps une fois le jeu terminé. Ensuite, vos Pokémons peuvent aussi être entretenus surtout après un furieux combat en les brossant ou en les séchant par exemple lorsqu’ils se font attaques par un Pokémon eau ce qui permet d’améliorer votre relation avec celui-ci. Il y a aussi le Poké Palago qui est une île sur laquelle tous les Pokémons qui ne font pas partie de votre groupe principal peuvent visiter. On peut aussi développer ses îles et envoyer nos Pokémons à la recherche de trésors sur celles-ci et de temps en temps, si vous entretenez bien votre espace, certains Pokémons vous rendront visite et pourraient se joindre à vous. Bref, c’est très ingénieux comme idée au lieu de simplement les faire miroiter dans un PC.

Presqu’à la 3e personne

Du côté des graphismes, Pokémon Sun se démarque en nous proposant un jeu plus joli que jamais. Tranquillement, on s’éloigne de plus en plus de la perspective isométrique au profit d’une vue presque à la troisième personne ce qui nous permet de plus apprécier les beaux décors que propose le jeu. On voit mieux la pelouse, les étendues d’eau et même les roches qui paraissent plus près de nous que jamais. L’immersion est très bien ressentie. La compagnie en a aussi profité pour diminuer la présence de longues caves interminables dans laquelle j’avais souvent tendance à me perdre. À la place, on a plus d’endroits fermés à explorer, mais ils sont moins longs et intégrés de façon bien plus transparente dans le scénario.

Conclusion

Il m’a fallu environ 24 h pour compléter l’aventure principale de Pokémon Sun, mais il m’en faudra bien plus pour réussir à compléter mon Pokédex et capturer tous les Pokémons Légendaires que renferme le jeu. Je dois aussi dire, qu’après avoir rejoué à Pokémon X le mois dernier, je préfère Pokémon Sun avec ses nombreuses nouvelles idées, son mélange de nouveau et d’anciens Pokémons ainsi que mon côté stratégique qui a été mis de l’avant plus que jamais. Chaque fois que je me plonge dans une nouvelle aventure de la franchise, j’ai peur de me tanner, mais ce ne fût jamais le cas. J’ai d’ailleurs dévoré l’aventure en seulement une petite semaine et j’avais toujours hâte de m’y replonger. Je dirais même que c’est le genre d’opus qui ramènera peut-être certains vers la franchise vue les nombreux éléments de nostalgies dans le choix des Pokémons, les nouveautés et l’originalité du scénario. Finalement, pour quelqu’un comme moi qui a joué à chacune des sept générations parues jusqu’à présent, Pokémon Sun est certainement le vent de fraîcheur que la série avait bien besoin.

NOTES
Note d'enthousiasme
9.5
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.