Le roi des jeux de courses de style arcade est de retour. Effectivement, Forza Horizon 4 est débarqué sur Xbox One et PC suivant son cycle habituel de deux ans. Alors que Phil Spencer a annoncé que le studio plongeait désormais sur un Action-RPG, il fallait d’abord terminer celui-ci. Ayant solidifié leur avenir financier grâce à l’acquisition de Microsoft, Playground Games nous arrive avec quelques nouveautés pour Horizon. Pour l’occasion, on nous invite à parcourir les rues du Royaume-Uni dans un univers plus connecté où les saisons changent. Mais est-ce suffisant pour ramener les joueurs une 4e fois ?

Fiche technique

  • Date de sortie : 2 octobre 2018
  • Style : Jeu de course
  • Classement ESRB/PEGIESRB E / PEGI 3
  • Développeur : Playground Games
  • Éditeur : Microsoft Studios
  • Langue d’exploitation : Français et Anglais
  • Disponible sur Xbox One et Windows 10
  • Évalué sur Xbox One X
  • Prix lors du test : 79,99 $ CA / 59,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

À travers les saisons

Je vais le répéter souvent durant ce test, mais c’est que les développeurs ont principalement misé sur ce changement. En effet, lorsque j’ai rencontré les membres de l’équipe créative du studio, ils nous parlaient d’une particularité de leur coin de pays. Un peu comme chez nous au Canada, le changement de saison se fait toujours bien ressentir. Il y a d’énormes différences entre chacune d’elle ce qui n’est pas du tout le cas partout dans le monde. Évidemment, qui dit changement de saison dit aussi changement de température et donc de changement climatique. Cela vient donc grandement modifier les conditions de conduite et c’est très bien effectué.

On avait déjà vu l’hiver dans FH3 ainsi que l’été, mais voilà que ma saison favorite s’invite dans la partie. Ça tombe bien parce que l’automne est justement en plein essor ici à Montréal. En effet, tout comme dans la réalité, le feuillage vert de l’été laisse place aux couleurs de l’automne. En passant du vert à un mélange de rouge, orange et jaune, le décor du joueur est complètement transformé. D’ailleurs, on voit celles-ci tranquillement tombées des arbres un peu partout. En plus de voir les changements climatiques, on les ressent sur la route avec de nombreuses étendues de boues qui commence à geler. C’est vraiment typique de cette saison. Bien sûr, c’est plus au printemps que les effets de cette boue se font sentir. Nos pneus s’y adhèrent moins bien et on a moins le contrôle de nos véhicules. Mais il y a aussi les fleurs qui commencent à sortir et qui ajoutent de jolies couleurs.

En plus de voir les changements climatiques, on les ressent sur la route avec de nombreuses étendues de boues qui commence à geler.

Enfin, la neige fait son retour pour faire suite à l’expansion Blizzard Mountain du dernier opus. Évidemment, c’est elle qui change le plus la conduite avec des routes plus glissantes. Il faut être très prudent et ça prend beaucoup de pratique pour bien maîtriser celle-ci.

Le Royaume-Uni dans toute sa splendeur

Je n’ai jamais eu la chance de visiter cette partie du continent européen dans ma vie, mais j’en ai bien l’intention désormais. En plus des saisons splendides, je trouve que l’environnement a certes un cachet. En effet, la région visitée est pleine de petites villas dignes d’une architecture d’une autre époque. Malheureusement, l’Amérique du Nord a été découverte trop tardivement pour nous offrir quelque chose de semblable. Ce qui m’a frappé particulièrement ce sont les nombreux murs de pierres. C’est grâce à ceux-ci que Forza Horizon 4 nous démontre la physique de son moteur graphique puisque lorsqu’on les percute, ils éclatent en mille morceaux sur notre pare-brise.

la région visitée est pleine de petites villas dignes d’une architecture d’une autre époque

En plus des petites villas, on y retrouve aussi plusieurs fermes, de superbes châteaux, des forêts extrêmement denses et j’en passe. Il devient difficile de ne pas tomber sous le charme de cet endroit. J’ai aussi beaucoup aimé de pouvoir conduire sur des pistes très différentes que ce soit des routes très larges à des sentiers plus étroits. Je pense qu’on ressent vraiment la richesse de l’histoire de ce pays même si on parcourt les pistes très rapidement.

Enfin, si comme moi vous avez opté pour la qualité au profit de la performance vous pouvez profiter de la résolution 4 K. Celle-ci nous permet de constater encore plus la beauté du paysage qui vous attend. J’ai même quelques amis qui m’ont vu joué et qui croyaient que j’écoutais un documentaire. C’est signe qu’on se rapproche du photo-réalisme.

Bye Bye ma bucket list

Malheureusement, la nouveauté que j’avais le plus aimée dans le dernier opus n’est pas de retour pour Forza Horizon 4. À la place, celle-ci a été remplacée par les Horizon Stories dans lesquels on nous place dans différents contextes. Par exemple, les premiers chapitres nous plongent dans la peau d’un cascadeur qui doit préparer plusieurs scènes de films. Une des premières missions nous place dans le siège d’une Audi Auto Union Type D, un vieux bolide de course qui date des années 30. Avec la musique classique qui joue en arrière-plan, c’était presque poétique de conduire ce véhicule sur une longue ligne droite. Pour les amateurs de vitesse pure, l’expérience s’avère hautement satisfaisante.

Mais ce n’est qu’un exemple des nombreuses épreuves divertissantes qui vous attendent et il y en a pour tous les goûts. Après avoir joué au cascadeur, on joue au Youtubeur et ainsi de suite. La plupart des challenges sont aussi intéressants que ceux de la Bucket List et la partie histoire ajoute un peu de viande autour de l’os.

Forza Horizon 4 profite du plus grand éventail de voitures jamais offert dans la série

Finalement, parlant de bolide des années 30, Forza Horizon 4 profite du plus grand éventail de voitures jamais offert dans la série. Ce que j’ai aimé, c’est qu’on a vraiment toute sorte de véhicules comme la Audi Auto Union Type D. Sur la liste de plus de 450 autos, on passe de mini bolide à des machines assez imposantes ce qui vient varier la conduite. C’était déjà le cas dans Forza Horizon 3, mais le 4 a rehaussé la barre.

Un univers plus connecté

L’autre importante nouveauté, c’est le monde complètement connecté qui a été créé pour l’occasion. En effet, si la première partie du jeu nous fait revivre l’expérience des Drivatars, ce n’est vraiment que pour l’introduction. Une fois qu’on passe les quatre saisons une première fois, le jeu devient complètement connecté en nous plongeant dans un serveur qui peut accueillir jusqu’à 72 coureurs. D’une semaine à l’autre, les serveurs se synchronisent et nous permettent de découvrir une nouvelle saison.

Chaque saison arrive avec de nouveaux défis ce qui fait en sorte que Forza Horizon 4 semble le plus complet de la série par plusieurs longueurs.

Chaque saison arrive avec de nouveaux défis ce qui fait en sorte que Forza Horizon 4 semble le plus complet de la série par plusieurs longueurs. Qui plus est, la connectivité amène de nouvelles possibilités comme un événement commun où 12 joueurs peuvent participer ensemble. Comme c’est un objectif commun, on encourage beaucoup les gens à coopérer et à participer. On n’a pas à avoir peur de se faire pulvériser sur la piste de course. Enfin, les serveurs se sont avérés très stables si bien que je n’avais jamais vraiment l’impression d’être connecté. Tout se faisait de manière très fluide et ceux qui veulent rester déconnectés peuvent facilement le faire.

À la prochaine

Je ne sais pas si le fait que Playground Games travaille actuellement sur une nouvelle franchise veut dire que le studio va laisser tomber Horizon pour quelque temps. Cependant, si c’est le cas, la compagnie aura su boucler la boucle de manière superbe avec un jeu plus complet que jamais. Grâce aux multiples couleurs que Forza Horizon 4 nous offre à travers les saisons, le jeu peut facilement passer pour un des plus beaux de la génération actuelle. Il nous reste plus qu’à souhaiter que tout ça soit bien mis à contribution pour leur RPG. En attendant, les fans de course en auront amplement pour leur argent avec ce 4e opus.

NOTES
Note d'enthousiasme
9.5
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.