Le mois dernier, l’équipe de Geeks and Com’ a eu la chance de tester la nouvelle franchise du développeur Insomniac Games, Marvel’s Spider-Man. Comme notre test l’a démontré, il s’agit d’un très bel ajout à toute bibliothèque de jeux de PlayStation 4. Toutefois, on y dénotait que certains éléments de contenus semblaient absents et semblaient vouloir être amenés dans une suite ou dans du contenu téléchargeable. En effet, ce dernier n’était pas caché du tout car il est annoncé à même le jeu principal. En fait, il s’étalonnera sur trois sorties distinctes et regroupé sous le nom de Marvel’s Spider-Man: The City That Never Sleeps. Voici donc le test du « premier épisode », The Heist (le braquage) que nous avons pu essayer récemment.

Fiche technique

  • Date de sortie : 23 octobre 2018
  • Style : Action / Monde ouvert
  • Classement ESRB / PEGI ESRB T / PEGI 16
  • Développeur : Insomniac Games
  • Éditeur : Sony Interactive Entertainment
  • Langue d’exploitation : Disponible en anglais, sous-titres en français
  • Exclusif au PlayStation 4
  • Prix lors du test : 13,49 $ CA / 7,99 € 
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Un scénario satisfaisant

Avec les années, les contenus téléchargeables disponibles nous étant rendus disponibles nous ont souvent laissé sur notre appétit tant ils semblaient n’être que de pâles itérations du jeu complet qu’ils complétaient. Souvent, ce qui fait défaut le plus, est le scénario de ces ajouts qui est souvent déficient. Dans le cas qui nous importe ici et comme mentionné précédemment, Marvel’s Spider-Man semble avoir été développé dans l’optique de lui ajouter des éléments scénaristiques avec le temps. Le premier chapitre, The Heist entre directement dans cette volonté en ajoutant un nouveau vilain, Felicia Hardy, alias Black Cat, dans notre aventure.

En ayant joué au jeu de base, Black Cat ne nous est pas inconnue. En effet, une série de quêtes secondaires lui est liée mais en aucun cas, nous pouvons la voir réellement. Il n’est donc pas totalement nécessaire de terminer ces missions pour être en mesure de compléter le contenu téléchargeable mais cela permet de comprendre un peu plus le personnage. Dans la même veine, lorsque l’on veut commencer The Heist et que l’histoire principale n’est pas totalement terminée, on nous avertit qu’il est possible que certains éléments du scénario nous soient révélés. En fait, à mon avis, ceux-ci sont assez mineurs et ne risquent pas de gâcher votre expérience.

Au niveau de l’histoire proprement dite, Spider-Man et Mary-Jane Watson enquêtent sur un braquage au musée d’arts de New York quand ils se retrouvent sur le même chemin que Black Cat, qui est responsable du vol en question. Spider-Man et MJ se retrouveront donc à enquêter aussi sur Felicia Hardy et seront mêlés à une guerre de familles mafieuses étant toutes interpellées par le contenu des vols que Black Cat fera au courant de l’aventure.

Bien que le scénario soit assez simpliste par moment, Insomniac Games a réussi néanmoins à le rendre intéressant en ajoutant un lien avec les passés de Black Cat et Spider-Man. En effet, les deux auraient eu une relation amoureuse auparavant et leurs sentiments réciproques semblent encore un peu troubles notamment lorsque Peter doit parler de Felicia à Mary-Jane.

En plus de l’histoire…

Outre le scénario, The Heist nous permet d’approfondir Marvel’s Spider-Man de différentes façons. En effet, il ajoute des missions de la vilaine Screwball. Ces missions sont en fait des épreuves qu’elle nous demande de faire pour arrêter des évadés de prison. On doit donc les réussir d’une manière amenant les fans de Screwball à nous adorer d’autant plus que toutes nos actions sont filmées en direct et diffusées pour avoir le plus de clics possibles sur le réseau social de la vilaine.

Également, il y a une autre quête secondaire qui se dépeint en la découverte d’oeuvres d’art volées il y a de nombreuses années par le Black Cat original, inspiration de Felicia Hardy. Plusieurs de ces oeuvres sont dissimulées un peu partout dans New York City et terminer la quête permet de connaître un peu les origines de Black Cat.

Finalement, en termes d’éléments à collectionner, The Heist permet d’ajouter trois nouveaux costumes à notre garde-robe. Ceux-ci ne possèdent pas d’habiletés spéciales mais sont quand même bien réussis.

Conclusion

Ayant particulièrement aimé le jeu de base de Marvel’s Spider-Man, j’ai débuté The Heist avec un sentiment que je serais déçu par ce qu’il ajouterait à mon expérience globale. Étant donné que les contenus téléchargeables ne m’ont que rarement impressionnés, il était normal que je commence mon test avec ces appréhensions. Toutefois, j’ai été agréablement surpris par ce que j’ai pu tester. Je ne serais pas prêt à dire que c’est parfait loin de là, mais il s’agit d’une bonne façon d’ajouter des éléments d’histoire à un jeu dont je ne m’étais pas tanné encore.

Les mécaniques de jeu étant les mêmes avec certains petits ajouts déjouant la monotonie, je me suis retrouvé comme dans une nouvelle paire de pantoufles. Bien que certains endroits au courant de l’histoire semblent être un peu du remplissage, cela ne paraît pas trop et étant donné qu’il y a eu un effort de la part d’Insomniac Games d’ajouter de nouvelles mécaniques de jeu dans The Heist, les petits irritants semblent mieux passer. Et ce sentiment est grandement aidé par le jeu des acteurs qui incarnent Peter Parker et Felicia Hardy. En effet, leur relation « complexe » fait que le joueur embarque plus dans l’histoire et veut savoir ce qui va se passer à la fin de l’aventure.

Je recommande ce contenu téléchargeable pour les amateurs de Marvel’s Spider-Man et des bandes dessinées de l’homme-araignée également, car le temps mis à la description de Black Cat est quand même intéressant. Ce ne m’a pas permis néanmoins de me défaire de la comparaison que plusieurs font entre la relation entre Batman et Catwoman et celle entre Spider-Man et Black Cat, mais j’ai passé du bon temps avec les quelques petites heures de contenu que The Heist ajoute à Marvel’s Spider-Man.

NOTES
note d'enthousiasme
8
PARTAGER
Gamer depuis le moment où il a lancé ses premiers œufs sur Birdo dans Mario bros 2, François partage ses moments libres entre sa PS4, sa guitare et un terrain de soccer.Ses journées normales tournent autour des technologies de l'information où sa profession de géomaticien lui permet d'être geek même dans son milieu de travail.