Les dungeon-crawler ne sont plus très courants de nos jours, mais ça n’empêche pas certains studios d’y replonger. Legend of Grimrock est probablement le meilleur exemple de l’ère moderne et son succès n’est pas passé inaperçu. De plus, les consoles portables ont aussi eu leur lot avec Etrian Odyssey et Unchained Blades. Le genre reste niche, mais ça n’a pas empêché Fatbot Games d’en faire le style de leur nouveau titre Vaporum. 18 mois après son lancement sur PC, voilà qu’il débarque sur Switch et on vous en propose le test complet.

Fiche technique

  • Date de sortie : 9 avril 2019
  • Style : Dungeon-Crawler
  • Classement ESRB / PEGI : M / PEGI 16
  • Développeur : Fatbot Games
  • Éditeur : Merge Games
  • Langue d’exploitation : Anglais seulement
  • Disponible sur Nintendo Switch, PS4, Xbox One et PC
  • Évalué sur Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 19,99 € / 31,49 $

Ode à un genre disparu

Dans Vaporum, notre personnage se réveille sur une étrange île où se retrouve une énorme tour mécanique. Amnésiaque, rien n’a du sens pour notre héros, mais tout lui semble tout de même familier. Il faudra donc explorer tous les recoins de la tour pour comprendre le contexte et les origines de notre protagoniste. Pour se faire, il y a plusieurs notes et des enregistrements cachés dans l’univers qui nous permettra de tout découvrir. Or, c’est surtout la narration de notre personnage qui explique les éléments clés de l’histoire et celle-ci est très bien exécutée. Bref, êtes-vous prêt à en résoudre tous les mystères ?

Inspiré de classiques d’une autre époque, le monde de Vaporum nous rappelle celui de Bioshock vu son style Steampunk. En fait, on a carrément l’impression d’être de retour dans Rapture surtout que les créatures sont aussi robotiques. D’ailleurs, ceux-ci sont assez diversifiés et leur design est excellent pour un titre indie. Pour moi, c’est ce style qui fait le charme du jeu. On n’a jamais assez de Steampunk dans notre vie…

Comme jouer aux échecs

Comme mentionné précédemment, Vaporum est un dungeon-crawler au sens le plus pur. Cependant, il se joue à la première personne et fait déplacer le joueur sur une grille où on peut seulement avancer, reculer ou virer à gauche et à droite. Comme on joue sur une sorte de grille, il est primordial d’utiliser l’environnement de manière stratégique. En effet, les ennemis ne peuvent pas se retrouver simultanément sur la même case donc il faut minimiser les angles d’attaques possibles. Idéalement, on tente donc de se placer à dos d’un mur et le long d’un corridor où seulement un ennemi peut nous atteindre à la fois.

Bien sûr, plus on avance, plus ça devient difficile et le système de ralentissement du temps est la clé pour bien placer nos pions. Qui plus est, il y a plein d’éléments de RPG pour personnaliser notre style de jeu préféré. Pour ma part, j’ai opté pour un personnage Lourd (Heavy) qui peut plus facilement prendre les coups en me spécialisant dans la défense. Or, il y a plein de catégories à choisir pour développer nos attributs selon nos préférences. C’est très bien fait et varié à ce niveau si bien que les joueurs peuvent facilement expérimenter des styles très différents.

Résoudre des casse-têtes et avancer

Il en est de même pour nos armes. Très tôt dans le jeu, on nous propose une multitude de fusils et d’armes blanches qui vont dicter notre style de combat. Comme on finit par se spécialiser via les points de talents, notre choix d’arme devient éventuellement plus facile. D’ailleurs, je vous encourage fortement d’explorer tous les recoins, car plusieurs excellentes armes sont très bien cachées.

Puis, parlant d’exploration, disons que c’est la clé de la jouabilité. Vaporum nous place devant une multitude de casse-têtes qu’on va résoudre en explorant et en usant des différents objets retrouvés. Par exemple, plusieurs briques se cachent dans les niveaux et elles sont souvent utiles pour actionner une plaque de pression. Avec ces nombreux mystères à résoudre et ce style Steampunk, j’avais parfois l’impression de me replonger dans l’univers de Myst. Je crois qu’il y a encore de la place pour ce style de jeux surtout que les casse-têtes sont ingénieux.

Quelques petits défauts

Enfin, c’est un style qui se prête particulièrement à un PC vu la présente d’une souris et d’un clavier. Malheureusement, c’est un peu moins évident sur une console comme la Switch. Déplacer notre curseur avec un joystick est moins précis et semblait plutôt lent. Qui plus est, les jeux ont évolué pour rendre la vie des joueurs plus faciles et devoir ouvrir son inventaire pour utiliser une clé est beaucoup moins intuitif aujourd’hui. J’ai trouvé ça un peu dérangeant.

Enfin, le texte du jeu ressort un peu trop petit sur mon grand écran de salon alors j’aurais aimé avoir l’option de l’agrandir. La lecture est quand même assez importante dans le titre donc j’espère qu’un ajustement viendra.

Le verdict

Pour conclure, Vaporum est un titre qui gagne à être découvert. Plus on passe du temps dans l’aventure, plus on l’apprécie et en décroche difficilement. Grâce à son look aguichant, ses éléments de RPG qui encourage la progression et ses casse-têtes diversifiés, on peut dire que l’expérience en vaut le prix. Certes, il y a quelques trucs qui vont vous accrocher, mais dans l’ensemble, le résultat est très positif et je le recommande aux nostalgiques du genre.

NOTES
Note d'enthousiasme
7.5
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.