Près d’un an après sa sortie sur PS4, Dragon Quest XI débarque sur Switch dans sa version la plus complète. Intitulé Dragon Quest XI S : Les Combattants de la Destinée — Édition Ultime, celui-ci fait de légers compromis au profit de plusieurs ajouts. Alors, on en a profité pour repasser sur notre test original tout en décortiquant les nouveautés et les différences visuelles. Bref, est-ce une vraie version ultime ou est-ce que la conversion vers une console moins puissante diminue l’expérience ?

Retrouvez notre test de la version PS4 de Dragon Quest XI par ici.

Fiche Technique

  • Date de sortie : 27 septembre 2019
  • Style : JRPG
  • Classement ESRB/PEGI : T / 12
  • Développeur : Square Enix
  • Éditeur : Square Enix et Nintendo
  • Langue d’exploitation : Sous-titres en français et voix anglaises ou japonaises
  • Édition exclusive à la Nintendo Switch
  • Aussi disponible sur : PS4 et PC (édition de base)
  • Prix lors du test : 79,99 $ / 69,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Plongez dans un univers féérique

D’abord, Dragon Quest XI est un JRPG de longue à l’haleine ralliant jeu d’action à la 3e personne et combats au tour par tour. Celui-ci ne réinvente pas le genre et prend très peu de risque en offrant une jouabilité similaire aux derniers DQ. Encore une fois, les ennemis sont visibles dans le monde ouvert qu’on explore. Alors, on peut assez facilement décider de les affronter ou les éviter. Si vous n’êtes pas amateur du genre, vous n’allez pas magiquement apprécier celui-ci. Cependant, à l’inverse de plusieurs, DQXI nous plonge rapidement dans l’action et maintien un excellent rythme qui fait progresser l’histoire constamment.

Dragon Quest XI
Notre héros est prêt pour le grand voyage

Puis, les fans de JRPG vont adorer l’histoire de Dragon Quest XI qui est à la fois amusante et intrigante. En effet, avec ToCS et Xenoblade, il s’inscrit dans mon top 3 des dernières années pour son scénario. Et c’est en grande partie grâce au groupe de personnages qui nous accompagne. Celui-ci est toujours aussi varié, divertissant et attachant. Chacun a sa petite quête personnelle qui sera pleine de rebondissements et la quête principale est vraiment majestueuse.

En plus, la narration des dialogues majeurs est encore un facteur important qui nous entraîne encore plus dans le scénario. La version Switch ne fait absolument aucun compromis à ce niveau. La qualité des voix est aussi bonne que la version originale et je vous recommande fortement d’en profiter. C’est le genre de jeu qui me faisait brancher mes écouteurs dans ma console pour m’assurer de ne rien manquer même dans les transports. Bref, c’est encore impressionnant de voir un jeu d’une centaine d’heures avec autant de dialogues.

Un orchestre magnifique

Ensuite, on parle de version définitive, alors regardons l’ajustement le plus important : la musique. En effet, suite aux critiques, les développeurs se sont assurés d’avoir une trame sonore digne de la franchise. Pour se faire, le studio a fait appel à l’orchestre symphonique de Tokyo. Selon moi, la différence est énorme entre la qualité sonore offerte par l’orchestre et la musique compressée sur la PS4. Que ce soit avec ma paire d’écouteurs d’excellente qualité ou avec mon système sonore ambiophonique, la qualité est là.

Pour moi, la musique est tellement importante dans Dragon Quest et ne fait pas exception avec Dragon Quest XI S. En plus du thème légendaire qui est repris de manière magistrale par l’orchestre, toutes les musiques d’ambiance ont été rehaussées. Je trouve que chacune se prêtait parfaitement au contexte féérique de cet univers. Même les musiques de combats ont été peaufinées ce qui nous plonge encore plus dans l’ambiance. Si ce n’était pas des cris d’encouragement répétitif un peu désagréables de nos coéquipiers, tout aurait été parfait.

La vie en 2D

L’autre ajout majeur de cette édition de DQXI en est une qui va plaire aux fans de longue date et aux amateurs de rétro. En effet, en un claquement de doigts (oui comme dans les Nintendo Direct), on peut passer au mode 2D. Le jeu peut se faire de A à Z ainsi. La grosse différence, c’est que les ennemis sont générés de manière aléatoire et ne sont donc pas visibles en se promenant.

On retrouve donc un look 16-bits classique et la jouabilité suit la direction de cette époque. Au lieu d’avoir des cinématiques des angles de caméras qui font différentes prises de vue, on a un rythme plus rapide et plus prompt aux combats. De plus, les cartes sont pas mal plus petites et donc on explore beaucoup moins. C’est donc beaucoup plus proche de ce qu’on voyait à l’époque de la SNES et les nostalgiques de l’époque font surement apprécier.

D’ailleurs, ceux qui veulent replonger dans les anciens titres auront la chance de le faire pour un court moment alors qu’un retour à chaque opus est offert en quête secondaire. Je n’ai pas fait tous les Dragon Quest, mais je dois dire que retourner dans les épisodes 5, 7 et 8 a été vraiment spécial pour moi. On peut aussi les faire dans l’ordre qu’on veut donc le choix est entièrement le nôtre. Je vous le recommande donc fortement si vous avez déjà plongé dans la série auparavant.

L’attente en aura valu la peine

En conclusion, Dragon Quest XI S : Echoes of an Elusive Age – Definitive Edition sur Switch aura valu l’attente d’un an. La musique douteuse était le point qui me faisait le plus mal à la sortie du titre sur PS4 et tout est pardonné maintenant. Le meilleur JRPG de 2018 vient de se bonifier avec sa version Nintendo Switch et sera probablement mon jeu le plus joué encore cette année. Même le visuel ne semble pratiquement avoir fait aucun compromis et la forge est enfin accessible en tout temps. Bref, si vous n’aviez pas encore explorez le fantastique univers de Dragon Quest XI, c’est assurément le temps de vous y plonger.

NOTES
Note d'enthousiasme
9.5
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.