Il y a déjà 7 ans, Naughty Dog avaient surpris tout le domaine des jeux vidéos avec la sortie de sa nouvelle franchise, The Last of Us. Ils avaient séduit tant la critique que les joueurs. Outre une expansion et un portage vers la PS4, nous n’avions pas eu de nouvelles de Joel et Ellie, les personnages principaux de The Last of Us. Souvent, avec tant de succès, la suite d’un jeu de ce genre créée des attentes monstres chez les joueurs. La commande était de taille pour le développeur de Santa Monica. Juste faire aussi bien que l’original serait probablement mission accomplie mais est-ce que c’est vraiment ce que The Last of Us Part II nous offre?

Fiche technique de The Last of Us Part II

  • Date de sortie :  19 juin 2020
  • Style : Action-aventure, Horreur
  • Classement ESRB/PEGI : M17+ / 18
  • Développeur : Naughty Dog
  • Éditeur : Sony Interactive Entertainment
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Exclusif sur PlayStation 4
  • Prix lors du test : 79,99 $ / 69,99 €
  • Site officiel
  • La copie du jeu est une gracieuseté de Sony Interactive Entertainment Canada.
  • À noter que l’éditeur n’influence aucunement notre processus d’évaluation

Un scénario digne d’Hollywood

Les développeurs de chez Naughty Dog nous ont toujours pas mal habitués à ce que leurs jeux mettent grandement l’emphase sur le scénario. Le premier opus a gravé certaines images dans ma mémoire qui sont encore bien fraîches même sept ans plus tard. Un de mes souhaits (et sans le vouloir, une de mes attentes) était justement que l’histoire de The Last of Us Part II allait me transporter et me marquer de nouveau. Même si je savais que l’effet nouveauté n’y serait pas, je souhaitais quand même être troublé par le scénario. Je peux vous dire que c’est très réussi!

Ne vous inquiétez pas, je ne vous dévoilerez rien dans ce test qui mettrait en péril votre expérience. Donc, vous ne trouverez pas de divulgâcheurs ici. Ceci étant dit, je dois quand même vous mettre un peu en contexte.

The Last of Us Part II

Les États-Unis, quatre ans après la pandémie

The Last of Us Part II nous plonge quatre ans après la pandémie qui a éclatée pendant le premier opus. Tout comme nous avions pu le constater dans ce dernier, le contexte des infectés devient tranquillement une trame de fond à une crise sociale où la race humaine n’est pas toujours à son meilleur.

En effet, les infectés sont toujours présents mais cohabitent en quelque sorte avec les gens sains qui s’y sont adaptés. Dans un monde où la structure gouvernementale ne tient plus et où des groupuscules de survivants se sont créés, l’anarchie ou la dictature n’est jamais très loin et guette la paix sociale.

La rage d’Ellie

Rapidement au début du jeu, on se rend compte qu’il y a un changement de ton dans le The Last of Us Part II par rapport à son prédécesseur. En effet, Ellie étant plus vieille de quatre ans, elle ne voit plus la vie avec des yeux d’enfants. Elle vit dans la ville de Jackson, où Joel habite également. Ils vivent relativement paisiblement tout en ayant à cohabiter avec les infectés présents dans la région.

Toutefois, Ellie ne semble plus la jeune fille qui s’émerveille comme avant et est devenue aigrie et avec une forme de rage qui la brûle de l’intérieur. Peu expressive, son entourage est très important pour elle et leur bien-être la mènera à se mettre elle-même en danger. Elle sera, tout au long de notre aventure, notre personnage principal.

De nouveaux trouble-fête

Ellie aura à quitter Jackson au Wyoming pour suivre la trace d’un nouveau groupe ou faction n’étant pas très pacifique et qui ont troublé leur vie relativement tranquille. Celui-ci est le WLF et qui est établi à Seattle. Ellie ainsi que son amie Dina se déplaceront dans cette ville de la côte Ouest pour investiguer sur cette faction problématique.

Tout comme les Firefly dans le premier jeu, les visées de base du WLF étaient louables, mais deviendront plutôt dictatoriales et sanguinaires. Les dirigeants du groupe optant souvent pour l’adage de la fin justifie les moyens.

Des mécaniques de jeu connues mais tellement réussies

The Last of Us Part II reprend où son prédécesseur nous laissait et ce, pas uniquement au niveau du scénario. En effet, les mécaniques de jeu sont sensiblement les mêmes qu’il y a sept ans. Nous sommes toujours en présence d’un équilibre quasi parfait entre différentes formes de phases de jeu.

Les cinématiques

Que ce soit avec The Last Of Us ou même avec la série Uncharted, Naughty Dog nous a habitué inclure des séquences cinématiques pour encadrer et pousser le récit plus loin que ce que pourrait le permettre uniquement le jeu interactif. Encore une fois, dans The Last of Us Part II, ces séquences sont sublimes. On dirait des séquences de films tant la réalisation est sans faille et comment le scénario y est imbriqué. Pour ma part, j’ai l’impression qu’ils ont dû mettre un temps énorme sur la conception de ces scènes. Et que dire de la qualité visuelle de ces dernières! Elles sont tout simplement magnifiques.

Dans certains jeux, ces phases de jeu sont un petit extra dans notre expérience, mais dans The Last of Us Part II, elles sont capitales. En effet, elles poussent le scénario beaucoup plus loin et lui permettent de nous surprendre et orienter l’histoire dans des directions insoupçonnées. C’est une des grosses forces de Naughty Dog et qui, personnellement, rend les jeux de ce développeur si spéciaux.

L’exploration et le pillage

Ensuite, les phases d’exploration et de pillage sont au centre de l’expérience de The Last of Us Part II. Comme nous sommes dans un monde post-pandémie et où des infectés sont toujours présents, le monde économique et politique n’est toujours pas revenu à la normale. Donc, Ellie aura régulièrement à chercher les différentes ressources que nous avons besoin pour progresser dans notre aventure.

Tout comme dans le volet précédent, nous devons rechercher différents matériaux et munitions qui ne se trouvent pas en grande quantité. Plus notre choix de niveau de difficulté est élevé moins les ressources seront disponibles. Parmi les matériaux, notons ceux nous permettant la construction d’équipement (ou crafting) mais aussi les médicaments et les morceaux d’armes. Ces derniers servent respectivement à améliorer les capacités et habiletés d’Ellie ainsi qu’améliorer ses armes.

Des rencontres peu amicales

Pendant nos phases d’exploration, nous allons régulièrement croiser différents antagonistes. Qu’ils soient des infectés ou des membres de factions ennemies, notre façon de les aborder peut se faire de plusieurs façons. En effet, le développeur nous a quand même laissé la liberté de choisir notre façon préférée de jouer. Quelle soit plus furtive ou plus directe, nous pouvons choisir ce qu’il nous tente. Bien que personnellement j’opte pour une stratégie plutôt équilibrée, je peux comprendre que certains joueurs en décident autrement.

Donc, lorsque nous utilisons la furtivité, nous avons, comme dans le premier opus, la possibilité d’utiliser notre acuité auditive pour détecter les sons près de nous. De cette façon, nous pouvons nous rapprocher de nos ennemis ou simplement les éviter. L’utilisation de cette technique est utile notamment lorsque nos opposants sont présents en grand nombre. Pour ma part, c’est pourquoi j’utilisais régulièrement la furtivité. Avoir une horde d’infectés nous pourchassant ou toute une délégation de miliciens armés jusqu’aux dents nous laissent souvent peu de chances de survie.

Justement, tout dépendant de quel type d’opposant nous rencontrerons, notre stratégie sera différente. Du côté des infectés, il y a maintenant de nouveaux types qui n’existaient pas dans le premier opus. Le virus tend à évoluer à travers ses hôtes et en fonction du type d’infecté, notre approche sera différente. Nos stratégies peuvent aussi être utilisées pour les membres de faction mais ils sont beaucoup plus intelligents, travaillent en équipe et utilisent différents types d’armes ce qui nous portera à agir différemment.

Une technique sans faille

Lors de la sortie de The Last of Us en 2013, Naughty Dog nous avaient impressionnés dans la façon qu’ils avaient poussé la PlayStation 3 à son maximum. Encore aujourd’hui et non pas dans sa version remasterisée, l’opus original doit supplanter techniquement plusieurs titres de la génération actuelle de consoles. Donc, moi le premier, les attentes étaient très élevées quant aux prouesses technologiques qu’allaient nous montrer The Last of Us Part II.

Un visuel à couper le souffle

Comme mentionné précédemment, la premier opus avait grandement impressionné au niveau visuel. Les attentes étaient donc très élevées pour la deuxième partie de l’histoire d’Ellie. Ne vous en faites pas, c’est tout simplement sublime! Naughty Dog a encore réussi à se dépasser et pousser la PlayStation au bout de sa puissance. C’est grandement impressionnant car ils semblent avoir réussi à tout optimiser rendant l’expérience de jeu extraordinaire. Par exemple, lors du démarrage du jeu, un chargement d’une minute ou deux doit être fait mais ensuite, vous n’aurez plus à attendre de toute votre séance de jeu.

En terme d’environnements, encore une fois, les images sont sensationnelles. Ils sont riches, détaillés et peu redondants. Par moment, je m’arrêtais juste pour regarder les décors et les détails qui se dressaient devant moi. De plus, à l’aide du mode photo, je me suis amusé à quelques reprises à immortaliser certaines scènes. Un des autres points qui m’a particulièrement impressionné est la façon dont Naughty Dog ont réussi à imaginer et surtout rendre réel la reprise de la nature sur la vie humaine.

On dit souvent que la nature reprend toujours ses droits et c’est présenté d’une façon extraordinaire dans The Last of Us Part II. En étant en présence de beaucoup d’espaces de nature, il aurait été facile de dupliquer des éléments visuels pour diminuer le temps de développement. Ce n’est pas le cas du tout et cela permet d’augmenter le niveau de réalisme et ainsi nous plonger encore plus dans le récit.

The Last of Us Part II

Une signature sonore et musicale unique

On s’attarde souvent sur le visuel dans les jeux vidéos mais la trame sonore est aussi importante car elle nous enveloppe de façon subtile et nous permet d’entrer complètement dans un récit. Encore une fois, The Last of Us Part II réussit haut la main à fournir aux joueurs un environnement sonore faisant en sorte que nous sommes complètement embarqués dans l’histoire.

Tout d’abord, bien que la musique soit omniprésente et représente un point focal dans le récit, elle est parfois très subtile. En effet, l’équilibre est parfait quant aux moments où on peut l’entendre et les moments où tout l’espace est laissé aux effets sonores et bruits d’environnements. Qu’on soit dans des moments furtifs où nous n’entendons que les mâchoires des Clickers claquer ou en plein combat contre des membres d’une faction ennemie, la signature sonore et musicale nous rentre totalement dans l’expérience qu’est The Last of Us Part II.

The Last of Us Part II

Verdict de The Last of Us Part II

J’avais beaucoup d’attentes face à The Last of Us Part II. Par moment, pendant la longue attente avant la sortie, je me demandais si Sony Entertainment Interactive et Naughty Dog allaient réussir à marquer mon esprit de joueur comme l’avait fait le premier opus de la franchise. Ce dernier était probablement le jeu m’ayant le plus marqué et était probablement mon jeu préféré de tous les temps. La suite aura juste confortée mon idée sur mon amour de la franchise. Est-ce qu’elle prendra la première place dans mon palmarès? Fort probablement!

The Last of Us Part II

Un modèle

Pour ma part, The Last of Us Part II est un modèle sur lequel les compagnies devraient se baser pour concevoir leurs jeux. Tout d’abord, par un scénario prédominant encadré par des phases interactives parfaitement équilibrées. C’est si bien rendu que nous traversons l’histoire sans se rendre compte du temps. Ensuite, un personnage principal auquel nous nous attachons et en qui on peut s’identifier. Encore une fois, je trouve que c’est un tour de force de la part de Naughty Dog car Ellie n’est pas dans une phase heureuse de sa vie. Bien qu’elle semble continuellement en colère, elle est totalement attachante. Finalement, être en mesure de pousser la technique au maximum sans mettre les autres éléments de côté est un exploit en soi. En fait, l’excellence du visuel, de la musique et des contrôles sont au service du restant et ne font qu’augmenter le plaisir de l’expérience.

Conclusion

Pour conclure, je ne peux que conseiller à tout amateur de jeux vidéos de jouer à The Last of Us Part II. C’est un bijou à tous points de vue. Il est vrai que de ne pas avoir joué ou terminé le jeu original peut être un désavantage mais ne vous arrêtez pas à ce détail. Vous apprécierez tout de même l’histoire d’Ellie sans en connaître l’origine. N’oubliez pas que j’avais fait le jeu il y a sept ans et je n’ai pas été perdu du tout. De plus, le jeu est tellement facile à prendre en main qu’un néophyte à la franchise saura apprécier la qualité exceptionnelle de ce titre. À mon avis, Last of Us Part II se doit de se trouver dans la bibliothèque de jeux de tout propriétaire de PlayStation 4.

NOTES
Note d'enthousiasme
10
PARTAGER
Gamer depuis le moment où il a lancé ses premiers œufs sur Birdo dans Mario bros 2, François partage ses moments libres entre sa PS4, sa guitare et un terrain de soccer.Ses journées normales tournent autour des technologies de l'information où sa profession de géomaticien lui permet d'être geek même dans son milieu de travail.