Il y a pas si longtemps, notre collègue Anthony avait fait la critique du jeu Gears Tactics, disponible uniquement sur PC à ce moment. Les rumeurs étaient alors très fortes à l’époque que le jeu verrait éventuellement le jour sur Xbox. Le temps passe et puis la rumeur se concrétisent. le jeu se voit arrivé sur la console de salon de Microsoft. Après des passages similaires pour XCOM, est-ce que ce jeu de stratégie aura le même succès? On le sait, le passage n’est jamais facile pour ce type de jeu, le clavier et la souris étant des outils très pratique. Voyons voir ce que le jeu à dans le ventre.

Fiche technique de Gears Tactics

  • Date de sortie : 10 novembre 2020
  • Style : Jeu de stratégie par tour
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB M17+ / PEGI 18
  • Développeur : Splash Damage & The Coalition
  • Éditeur : Xbox Game Studios
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Disponible sur PC, Xbox One et Xbox One Series X
  • Testé sur Xbox One X
  • Prix lors du test : 79,99 $ CA / 59,99 € ou offert via Game Pass
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Les particularités sur console

Évidemment, le test déjà affiché sur le site de Geeks and Com’ est toujours valide et votre serviteur est d’accord avec les points qui avaient été mentionné auparavant. On va donc s’attarder sur les particularités du jeu sur console.

Tout le monde le sait, un jeu de stratégie tel que Gears Tactics sur console est loin d’être évident à transposer à partir du PC. Les meilleurs jeux du genre ont un menu qui est très étoffé mais aussi un large éventail d’actions possible en jeu. Alors que c’est le cas pour Gears Tactics, ils ont tout de même réussi à faire en sorte que le jeu est fluide au niveau de nos actions. On peut facilement passé d’un personnage à l’autre pour le contrôle et y aller de la stratégie que l’on désire assez facilement. Et c’est pas le choix qui manque. Fusils, grenades, exécutions, le choix est complet et on se sent vraiment dans un jeu de la série.

Le seul vrai problème est le déplacement de nos troupes. Cela se fait relativement bien mais on sent encore une fois qu’on a pas la fluidité qu’une souris peut offrir. On doit constamment ajuster l’endroit où on désire déplacer notre personnage. Ce n’est pas pénible, c’est juste un peu irritant de souvent recalibrer le déplacement que l’on veut faire.

En dehors de cela, Gears Tactics sur console n’a absolument rien à envier à un XCOM de ce monde, loin de là. Et si vous désirez en savoir plus sur le jeu en général, voici ce que notre test initial avait à dire sur le jeu.

Gears Tactics Gabe Diaz

Un retour en arrière

Gears Tactics nous ramène 12 ans avant les événements du premier jeu où on retrouve l’escouade de Gabriel Diaz. Accompagné de Sid Redburn et d’autres soldats du COG, le groupe a pour mission d’anéantir l’effroyable Ukkon. Il s’agit d’un puissant scientifique Locuste qui fabrique d’horribles monstres pour anéantir la dernière chance des humains sur Sera. Alors, qu’est-il réellement arrivé avec le père de Kate Diaz, protagoniste de Gears 5, et Ukkon ?

Dès le premier acte, ce spin-off à l’approche stratégique nous immerge entièrement dans son scénario. Étant un grand amateur de la série et ayant fait tous les jeux, je me suis vite senti à ma place dans cette nouvelle aventure. C’est, entre autres, parce qu’on retrouve rapidement des endroits iconiques de la franchise ce qui joue sur notre nostalgie. De plus, l’histoire racontée est extrêmement importante pour l’ensemble de la série et pourrait avoir un impact sur la suite. Je crois qu’il était temps de revisiter cette époque qui demeurait encore floue jusqu’à aujourd’hui. Le fait que la campagne dure plus du double d’une campagne Gears habituelle aide grandement aussi.

Or, le résultat est très réussi et c’est particulièrement grâce à ses cinématiques qui n’ont rien à envier aux jeux principaux. Chaque scène présentée entre les tableaux fait avancer l’histoire et c’est un des facteurs qui nous donnent envie de continuer. Mais encore, le groupe de personnages de Gears Tactics représente bien le côté « badass » iconique de Gears. On finit par bien les apprécier et par détester profondément Ukkon ce qui est signe que le scénario vise dans le mille.

Une approche à la Gears

Ensuite, qu’est-ce que les fans de Gears aiment plus que tout ? Sans aucun doute les nombreuses séquences pleines d’action où on déglingue des hordes d’ennemis sans arrêt. Bien sûr, le fusil Lancer muni de sa scie électrique est une signature du côté très intense et hautement satisfaisant de la jouabilité. Ainsi, les développeurs ont tenté de transporter ça dans Gears Tactics pour apporter leur propre sauce au genre.

D’abord, cet aspect est exploité grâce au fait que les personnages ne font pas qu’une action à la fois. Contrairement à d’autres titres du genre, chaque soldat peut se déplacer, lancer une grenade et tirer dans le même tour. Or, on peut aussi faire une combinaison de ces actions et, par exemple, se déplacer trois fois. Je trouve donc que les développeurs ont atteint leur objectif parce qu’effectivement le gameplay est très dynamique. Le fait de pouvoir faire plusieurs actions complexifie nos stratégies et nous permet d’être constamment au milieu du combat.

Évidemment, on comprend que ça marche aussi dans le sens inverse. Alors, prévoir plusieurs actions des ennemis peut devenir un sacré défi. En effet, Gears Tactics ne vous pardonnera pas un faux pas. Si bien qu’il faut faire attention et ne pas se déplacer trop rapidement même si ça peut devenir tentant. À quelques reprises, je me suis aventuré un peu trop loin sur le terrain me retrouvant coincé dans un guet-apens. Malgré tout, on nous encourage à être agressifs au bon moment. Ainsi, une bonne exécution sanglante bien placée pour achever un ennemi va donner une action de plus à chaque coéquipier ce qui peut tout changer. Bref, c’est surprenant comme on reconnaît Gears bien que le style soit très différent et j’ai beaucoup aimé.

De bonnes idées

Pour poursuivre avec les points positifs, le fan de Gears en moi a aimé le fait que l’angle de caméra nous transporte à la 3e personne lors de chaque attaque. Je trouve que ça nous fait ressentir plus dans l’action et que ça nous rapproche bien de la série principale sans faire mal à la jouabilité.

Malgré ce changement de perspective, on n’a pas moins l’impression que c’est un jeu développé en premier pour PC. Contrairement à Halo Wars 2 ou Diablo 3, je n’ai jamais eu le sentiment que ce jeu avait été fait en premier pour les consoles. Les puristes du PC qui sont fans du genre ne seront donc pas déçus d’autant plus que le niveau de difficulté est à point.

Gears Tactics Brumak

Par la suite, pour un amateur de jeu de stratégie, je trouve que Gears Tactics offre un bon équilibre. C’est-à-dire qu’il ne pousse pas trop la note en termes de complexité ce qui le rend accessible, sans être facile. Surtout si vous êtes du genre à faire les missions secondaires, le jeu est assez demandant à ce niveau. En plus, comme je le mentionnais, il ne vous pardonnera pas un faux pas.

Qui plus est, le jeu se démarque aussi par sa variété d’ennemis et ses combats de boss. Pour le second élément, je ne peux pas aller en détail vu l’embargo, mais disons que leur design est très original. Ils vont vous pousser à adopter de nouvelles stratégies et à bien exploiter le terrain qui vous entoure. Parce que oui les designs de niveaux sont excellents et il y a assez d’éléments dans le décor à exploiter pour ajuster nos stratégies. Et, pour revenir à la variété d’ennemis, le jeu en introduit constamment des nouveaux qui nous forcent à changer notre approche ce qui est parfait.

Gears Tactics Ennemi

Une expérience très personnalisable

Puis, Gears Tactics se démarque par ses nombreux éléments personnalisables qui nous permettent de façonner une expérience à notre goût. Tout commence avec des personnages qui ont leur propre arbre de talents selon leur classe. Le joueur a donc le choix de prendre l’orientation qu’il veut dans celui-ci. Je trouve que cet élément a été bien balancé et qu’il y a assez de choix pour répondre à plusieurs types de joueurs. Par exemple, la classe « Scout » peut s’orienter plus vers la furtivité ou vers les tirs à longue portée.

Toujours du point de vue de la personnalisation, on a droit à une première dans l’univers de Gears alors que plusieurs pièces d’équipements sont interchangeables. En effet, chaque niveau renferme plusieurs « Loot Boxes » qui nous donne des items avec différents bonus. Ça peut être aussi simple qu’un casque avec +15 points de vie, mais ça peut aussi être un item plus rare avec un bonus plus complexe. Alors, on est toujours encouragé à explorer un peu plus chaque tableau pour aller les chercher.

Gears Tactics Skill Tree

D’ailleurs, c’est impressionnant de voir la quantité d’items différents qu’on peut trouver et nombre de pièces qu’on peut changer. J’espère que ça va suivre dans la série principale. Heureusement, malgré l’élément aléatoire de ces boîtes, il n’en découle aucune microtransaction ce qu’on apprécie beaucoup.

Enfin, Gears Tactics nous offre même un peu de couleurs puisque chaque pièce et arme peuvent aussi être colorées à notre goût. J’aime particulièrement les différentes finitions de matériaux qui existent comme différentes sortes de chromes. On a même un choix de motif ce qui ajoute un peu de style à notre escouade. Bref, ce n’est rien d’exceptionnel et certains vont passer complètement par-dessus, mais personnellement j’ai aimé cette touche.

Verdict sur Gears Tactics

Pour conclure, Gears Tactics n’est pas juste un bon jeu de tactique, c’est aussi un des meilleurs scénarios de la série. Splash Damage et The Coalition peuvent se dire que c’est mission accomplie avec un passage vers un nouveau presque sans faille.

Mais le plus impressionnant, c’est que malgré cet énorme changement, je me suis toujours senti dans l’univers de Gears. En plus, le niveau d’action a hautement répondu à mes attentes et le côté accessible du jeu n’a jamais freiné sa difficulté. Bref, ça paraît que le titre a été développé par des fans de Gears et de jeux de stratégie. J’espère voir une suite conçue avec autant d’amour et j’ai hâte de voir comment le tout sera intégré dans la série principale !

NOTES
Note d'enthousiame
9
PARTAGER
Planificateur numérique de jour, amateurs de jeux vidéo le soir, j'aime pas mal tous les genres et je peux en parler durant des heures, tant que cela se fait dans le respect. Ce n'est pas parce qu'un jeu est mauvais qu'il l'est pour tous. Sauf E.T. sur Atari. Ça, c'est mauvais.