Je suis un habitué et un amateur des jeux d’horreur.  Resident Evil, Silent Hill, Amnesia sont des jeux que j’adore.  Je me croyais prêt à affronter Visage comme tous les autres jeux du genre.  Je ne l’étais pas…

  • Date de sortie : 30 octobre 2020
  • Style : Aventure, Horreur psychologique
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB M / PEGI 18
  • Développeur : SadSquare Studio
  • Éditeur : SadSquare Studio
  • Langue d’exploitation : Voix en anglais, sous-titré en français
  • Disponible sur Xbox One, PS4 et PC
  • Testé sur Xbox Series X
  • Prix lors du test : 38,99$ CAD / 34,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Histoire

Le jeu débute sur une scène extrêmement dérangeante.  Nous nous voyons saisir un fusil en tremblant pendant que nous entendons des pleurs près de nous.  Lorsque nous relevons notre tête, nous apercevons trois personnes attachées sur des chaises nous suppliant de les laisser partir.  Dans une scène qui reste gravée dans la mémoire, nous abattons les trois personnes de sang froid avant de nous suicider.  Bienvenue dans Visage !

Visage commence réellement après cela.  Nous nous relevons de ce qui ressemble d’une flaque de sang noir en titubant pour traverser une porte nous amenant dans une maison.  Le jeu se déroulera entièrement dans cette maison.  Nous ne savons pas qui nous sommes et ni pourquoi nous sommes là.  Au fur et à mesure du jeu, nous apprendrons le destin funeste de plusieurs personnes et découvrirons peu à peu notre personnage. 

On apprend assez tôt en écoutant les messages sur le répondeur de la maison que nous nous appelons Dwayne Anderson et que notre voisine s’inquiète, car ça fait trois semaines qu’elle n’a vu personne entrer ou sortir de la maison.  Les indices « faciles » s’arrêtent cependant là.

Un jeu en chapitre non linéaire

Visage nous laisse progresser à notre rythme et nous guide de façon non linéaire dépendant des évènements se déroulant dans la maison.  Il est possible d’effectuer le chapitre 3 avant le 1 et ainsi de suite.

Il est possible de se promener dans la maison sans réel but pour trouver le plus d’objets ou clés possibles avant d’enclencher un chapitre.  Une fois un chapitre enclenché, vous ne pourrez le quitter qu’en le terminant.  Visage nous avertit au début également que le jeu est extrêmement difficile et c’est le cas.  Absolument rien n’est disponible pour nous indiquer le but du jeu lorsque nous commençons.  C’est en explorant la maison que l’on comprend la mécanique du jeu.  Celle-ci est d’ailleurs riche en détail et les graphismes et jeux de lumière sont très beaux.

Pour débuter un chapitre, il faudra d’ailleurs que vous trouviez comment l’enclencher.  Lorsque vous effectuerez une action démarrant un chapitre, le jeu vous avisera qu’il n’y a pas de retour en arrière possible si vous faites cela.  À titre d’exemple, le chapitre 1 démarre en regardant un dessin de panda sur la chambre d’une petite fille ayant occupé la maison.  Chaque chapitre se concentre sur un habitant ayant connu une fin atroce dans cette maison et chaque personnage a habité la maison à une époque différente.

Que devons-nous faire ?

Une fois que vous avez trouvé un chapitre, l’horreur débute.  La maison se modifiera peu à peu selon les fantômes ou démons qui vous poursuivront.  La petite fille Lucy finira par retirer tous les interrupteurs de lumières pour vous empêcher de vous éclairer tandis que Dolores prône les passages secrets à travers des miroirs.

Je dois avouer que le meilleur chapitre selon moi est celui de Dolores avec les multiples miroirs apparaissant et disparaissant.  Il est très difficile d’expliquer la mécanique du jeu sans montrer un extrait, mais sachez qu’une fois que vous comprenez un chapitre, le tout est très logique.  Ce qui fait la force de Visage, c’est que chaque chapitre est extrêmement différent.  Il vous faudra également comprendre comment agissent les fantômes et démons pour vous protéger.

Pour en revenir au but d’un chapitre, c’est de découvrir ce qui a mené à la folie du personnage.  Les fantômes vous aideront et vous nuiront en fonction de ce que vous tentez de faire.  Le chapitre se termine une fois que vous avez complètement compris le destin funeste du fantôme.

Augmentation progressive de la tension

En quoi Visage est plus épeurant que les autres jeux d’horreur ?  Le jeu réussit à nous mettre en confiance et nous faire croire que nous maitrisons la situation avant de faire un 180 degrés pour nous détruire le plus efficacement possible.

Il peut se passer trente minutes pendant lesquelles nous explorons sans phénomène surnaturel pour simplement descendre un escalier et apercevoir un homme nous fixant.  Cette mécanique est utilisée à outrance, mais de façon extrêmement efficace et puisque chaque fantôme « fonctionne » différemment, c’est très réussi.

Lucy se promènera de façon aléatoire en titubant et en grognant tandis que son ami imaginaire ne sera visible que si vous émettez un flash d’un appareil photo.  Dolores de son côté utilise des mouvements saccadés rappelant les films d’horreur asiatique ainsi qu’un bruit horrible lorsqu’elle bouge.

L’omniprésence de la noirceur

Ce qui m’irrite énormément dans les jeux d’horreur est l’utilisation à outrance de la noirceur.  J’ai d’ailleurs grommelé quand j’ai vu que le jeu nous plongeait très souvent dans le noir avec des ressources limitées.  Par contre, je me suis vite aperçu que Visage utilisait le tout d’une façon terriblement efficace.

Il n’y a pas énormément de façons de s’éclairer.  Vous pouvez allumer les lumières disponibles, changer les ampoules si celles-ci sont défectueuses, vous promener avec un briquet ou une chandelle ou même utiliser le flash d’un appareil photo pour vous éclairer pendant une fraction de seconde.

Il vous faudra bien gérer votre inventaire, car un briquet pourra manquer d’essences s’il est trop utilisé et une bougie laissée dans une pièce finira par fondre tranquillement.  Aussi, le jeu utilise une mécanique d’inventaire pour permettant de stocker des clés ou des objets utiles en plus de porter un item dans chaque main.  Par contre, certains items ne seront utilisables qu’à deux mains et vous devrez lâcher votre précieux briquet pour l’utiliser par exemple.

Avez-vous peur du noir?

L’appareil photo offre une meilleure vue d’ensemble grâce à son flash, mais ne dure qu’un instant.  Le briquet vous permet de voir moins loin, mais de façon prolonger.

La frayeur que nous causent certaines scènes dans le noir est indescriptible.  Plonger dans le noir et utilisant l’appareil photo pour vous orienter, il n’y a rien de plus déstabilisant que d’apercevoir un fantôme pendant une fraction de seconde lors du flash.  Vous devrez réussir à vous orienter sur votre objectif tout en essayant de trouver l’emplacement du fantôme si vous ne voulez pas mourir.  Il y a même un fantôme/démon dans le chapitre de Lucy qui est visible seulement lors du flash de l’appareil photo même si la pièce est éclairée.  On peut l’entendre approcher, mais on ne peut le voir.

Le jeu utilise d’ailleurs une gestion parfaite des bruits de pas, des respirations, etc. pour nous effrayer.

Si vous restez trop longtemps dans la noirceur, votre santé mentale baissera et il y aura de plus en plus d’évènements surnaturels. Il faut donc faire très attention à cela en plus de tout le reste.

Vraiment pas pour tout le monde

Visage est un jeu vraiment extrêmement dérangeant et intense.  Nous en sommes d’ailleurs avertis dès le commencement du jeu.  Les sujets abordés et les visuels utilisés sont extrêmement sensibles et pourraient vraiment déranger plusieurs personnes.  La scène d’introduction pourrait d’ailleurs forcer certains joueurs à abandonner le jeu dès que le départ.

Je dois avouer que de ce côté avoir eu de la difficulté avec l’histoire de Lucy.  Sans donner trop d’informations, on apprend à la connaître comme quoi elle était une bonne petite fille avant de commencer à se renfermer et jouer seul avec son ami imaginaire.  On voit ses parents désespérés devant les tentatives échouées de psychiatres et son comportement de plus en plus problématique (allant même jusqu’à tuer l’oiseau de la famille).

Verdict

J’ai abordé Visage comme n’importe lequel jeu d’horreur.  Cependant, Visage n’est pas vraiment pas un jeu traditionnel.  C’est le premier jeu qui me trouble autant.  J’ai dû retirer mes écouteurs et jouer avec les haut-parleurs de ma télévision pour réussir à continuer.  D’une efficacité incroyable au niveau de l’angoisse, le jeu est d’une grande difficulté et cela ne plaira pas à tous.  Je peux affirmer par contre que Visage EST le jeu le plus épeurant auquel j’ai joué et qu’il faut être fait fort pour le terminer en entier.

NOTES
Note d'enthousiasme
8.5
PARTAGER
Ancien collaborateur sur plusieurs sites de jeux vidéos et grand ami de Maxime Chartier, c'est celui-ci qui a redonné le goût d'écrire à Jonathan. Grand passionné de Xbox et chasseur de succès, sa grande passion consiste à explorer les jeux à 100%.