Ratchet and Clank Rift Apart : une aventure multidimensionnelle pleine de cœur

Depuis l’annonce initiale de la PlayStation 5, il y a un jeu qui a capté mon attention plus que les autres et c’est Ratchet and Clank: Rift Apart. L’idée de pouvoir se téléporter d’un bout à l’autre d’un environnement sans délai et la quantité de détails à l’écran m’ont fait une forte première impression. Puis, il y a quelques semaines, en découvrant encore plus d’informations de la bouche des développeurs, mes attentes se sont multipliées. À l’approche du jour J et après avoir traversé l’histoire au complet, est-ce mission accomplie pour Insomniac Games ?

À noter que toutes les captures ont été prises en mode Fidélité.

Fiche Technique de Ratchet and Clank Rift Apart

  • Date de sortie : 11 juin 2021
  • Style : Jeu de plate-forme et de tir à la 3e personne
  • Classement ESRB / PEGI : ESRB 10+ / PEGI  7
  • Développeur : Insomniac Games
  • Éditeur : Sony
  • Langue d’exploitation : Disponible en français
  • Exclusivité PlayStation 5
  • Prix lors du test : 79,99$ CAD / 59,99 €
  • Site officiel
  • Version numérique envoyée par l’éditeur

Quand les dimensions sont mélangées

Ratchet and Clank Rift Apart reprend la narrative de la fin d’Into the Nexus où notre ami Clank s’est donné l’objectif de fixer le Dimensionateur. Ainsi, lorsque la ville de Mégapolis décide d’organiser une grande fête pour célébrer toutes les victoires de notre formidable duo, le petit robot décide qu’il est temps de remettre à son meilleur ami le cadeau sur lequel il travaillait depuis si longtemps. Malheureusement, l’infâme docteur Nefarious n’a pas encore pris sa retraite et il vient s’emparer du puissant objet. Celui-ci fait des siennes et il finit par se briser, mais pas avant de percer des failles vers d’autres dimensions.

Dans tout ce chaos, nos deux héros se retrouvent séparés au beau milieu d’une autre dimension beaucoup plus sombre et où leur ennemi juré l’emporte toujours. Heureusement, Clank rencontre une jeune Lombax pleine d’énergie du nom de Rivet qui veut l’aider à retrouver son ami. C’est en suivant une aventure parallèle qu’ils tenteront de se retrouver et surtout de sauver cet univers du terrible Nefarious.

Le jeu est rempli de petits moments touchants et drôles qui donnent beaucoup de saveur au scénario.

Le studio californien s’était donné l’objectif de faire avancer la narration de la série afin que Ratchet and Clank: Rift Apart suive le courant moderne actuel. Or, les développeurs misaient sur l’humour, le cœur et l’amitié pour arriver à ses fins. À mon avis, on peut vraiment dire que c’est mission accomplie. Il y a effectivement énormément de chacun de ces éléments et ça fait vraiment chaud au cœur. Malgré la situation précaire, on sent toute la force et l’espoir de nos personnages et particulièrement de Rivet. Le jeu est rempli de petits moments touchants et drôles qui donnent beaucoup de saveur au scénario.

Une prémisse qui permet beaucoup d’originalité

Ensuite, je dirais qu’Insomniac Games a vraiment très bien joué ses cartes pour renouveler la série et la moderniser. Selon moi, la recette secrète du studio passe par sa prémisse qui donne beaucoup de flexibilité à l’équipe. Le fait d’avoir une toute nouvelle dimension où on rencontre les homologues des personnages qu’on connaît depuis longtemps est parfait. En effet, ceux-ci sont physiquement similaires, mais au niveau de la personnalité et même de l’accent, c’est une autre histoire. Ainsi, l’équipe a pu se permettre d’ajouter leur sauce sans tout chambouler.

Bien sûr, dans Ratchet and Clank: Rift Apart, toute part de Rivet, la première Lombax protagoniste de la série et une des rares de son espèce. C’est elle qui représente Ratchet dans cette dimension et, ayant connu un parcours très différent, elle a sa propre vision et personnalité. Les nombreux combats perdus contre Nefarious ont été difficiles sur son moral, mais elle est très courageuse et déterminée. Selon moi, elle représente un excellent complément à Ratchet étant tout aussi forte et appréciée de ses amis. Je l’adore et elle devrait continuer de prendre de la place dans la série.

Or, Rivet n’est pas seul et je trouve que, dans son ensemble, le titre livre parfaitement son casting. Évidemment, c’est souvent une question de doublon. Par exemple, Rusty Pete est devenu un pirate à l’accent français un peu douteux du nom de Pierre le Fer. Il est excentrique et aime les explosions comme tout bon pirate. Skidd est aussi de retour. Cette fois, comme un membre de la résistance qui diffuse des messages d’espoirs au peuple opprimé. Je n’irai pas plus loin, pour ne rien gâcher, mais il y a d’autres belles surprises qui vous attendent. Même les personnages secondaires originaux ont aussi été bien développés dont les Morks qui m’ont fait bien rire.

Une technique qui impressionne

Puis, Ratchet and Clank: Rift Apart impressionne beaucoup par son côté technique. Insomniac nous avait avertis que le jeu ne pourrait tout simplement pas exister sur PS4 et je n’ai pas de difficulté à les croire. On sait que l’aventure tourne autour des dimensions et, effectivement, c’est constamment omniprésent. Il y a plusieurs moments où on est au beau milieu d’une scène d’action et soudainement d’énormes éléments sont catapultés dans l’écran. Et, dans le même ordre d’idées, ça peut aussi être notre personnage qui est transporté sur une tout autre planète. Or, peu importe le nombre de personnages, leur grosseur ou la quantité de particules impressionnantes à l’écran, c’est toujours très fluide et complètement transparent pour le joueur. Il n’y a essentiellement pas de temps de chargement de toute l’aventure.

Chaque planète qu’on visite a ses propres particularités qui la rendent unique.

Toujours du côté technique, je veux me pencher sur le design des niveaux qui est franchement très bien maîtrisé aussi. Chaque planète qu’on visite a ses propres particularités qui la rendent unique. On peut se perdre dans une jungle dominée par la nature et où la faune est très sauvage pour ensuite être transporté sur une planète de glace presque inhabitée. Elles sont toutes très différentes incluant au niveau des éléments de jeux de plateforme 3D. Certaines jouent avec la gravité, d’autres nous font explorer les airs et il y a beaucoup de détails dans chacune. Or, ma préférée était celle où tout se passe surtout dans les airs avec des bateaux pirates volants et des rails sur lesquels surfer.

Chacune d’elle propose aussi une histoire intéressante et ça vaut vraiment la peine de porter attention. Je trouve que le jeu réussit bien à nous distraire de la trame principale sans nous en faire perdre le fil. D’ailleurs, j’aimerais ajouter que les voix originales sont excellentes. On sent très bien leur ton et leur personnalité. Il y a même un certain personnage qui chante à la toute fin qui nous offre d’excellentes répliques et une voix parfaite pour le rôle.

Ratchet and Clank: Rift Apart et son arsenal qui décape

Bon, je vous ai expliqué qu’au niveau du design des niveaux, les développeurs se sont surpassés, mais qu’en est-il des armes ? Après tout, c’est un élément clé de la franchise et, selon moi, Rift Apart n’a pas déçu. En fait, je dirais carrément que le nouvel arsenal est vraiment amusant à utiliser. Il y a vraiment un peu de tout et, même si on développe une préférence, on n’a parfois pas le choix d’utiliser d’autres armes selon la situation.

Pour ma part, j’ai vraiment eu une appréciation particulière pour le pistolet parapluie électrique. Celui-ci pulvérise les ennemis de petits faisceaux électriques et si on attend un ennemi suffisamment, il devient électrocuté. Chaque fois que je voyais les animations d’électrocutions des différends méchants, j’étais hautement satisfait. Surtout qu’ils sont incapables de faire des actions pendant quelques secondes ce qui me permet d’enchaîner avec d’autres armes plus percutantes. Il y a plein d’exemples du genre qui témoignent de l’originalité des développeurs à ce niveau. J’ai, par exemple, en tête le topiaire qui couvre les ennemis de feuilles ou le Ricochet qui s’accroche à l’un d’eux et permet une chaîne de puissants coups.

Mais, ce qui rend le tout encore plus dynamique, c’est l’utilisation des gâchettes adaptatives. En effet, plusieurs armes ont différents modes de tir qu’on peut utiliser selon notre degré de pression sur la gâchette de tir. Par exemple, le « Enforcer » est un shotgun qui peut soit envoyer une balle de manière plus précise ou deux balles qui seront moins bien contrôlées. Il faut donc constamment s’ajuster selon l’ennemi qu’on affronte, sa grosseur et sa distance. Bref, ça rend la jouabilité plus amusante et je ne me suis jamais lassé des combats.

Ratchet & Clank: Rift Apart

Beaucoup à faire

Lorsque j’ai terminé mon aventure dans Ratchet and Clank: Rift Apart, j’avais environ 18 heures de fait et 40 des 47 trophées obtenus. J’ai eu bien du plaisir à trouver chaque item de collection surtout que la plupart sont très utiles pour nos personnages. En effet, il y a d’abord les rares minéraux qui nous permettent d’améliorer nos armes. Plus on en utilise une, plus on gagne des niveaux et on peut débloquer encore plus d’améliorations. Par contre, ça reste assez simple comme approche et on ne tombe pas dans le RPG.

Chaque planète renferme aussi des pocket dimensions (dimensions de poches) parce qu’elles sont assez petites. Elles sont cachées dans chaque monde et elles servent de défis mettant en vedette les éléments de plateformes du titre. Une fois complété, on obtient une nouvelle pièce d’armure et chacune offre des statistiques bonies. C’est donc bien utile de les compléter et elles ne sont pas nécessairement très complexes. Tout comme les autres mini-jeux qui mettent en vedette Clank ou le robot Glitch qui sont bien amusants et varient la jouabilité.

ces deux mécaniques nous offrent un vrai sentiment de nouvelle génération et qu’on explore le futur du jeu vidéo

Finalement, il y a plusieurs autres éléments comme des écrous dorés ou des petits robots-espions à collectionner. D’ailleurs, vous aurez aussi quelques indices supplémentaires sur une potentielle suite de l’histoire si vous prenez le temps d’écouter les enregistrements cachés dans le jeu. Je recommande fortement aux amateurs de longue date de la série de les récupérer et les écouter attentivement.

Un sentiment de nouvelle génération

Je m’en voudrais de conclure mon test sans parler de quelques autres éléments que j’ai appréciés. J’avais adoré Spider-Man et encore plus sa suite Miles Morales notamment à cause de la fluidité des mouvements. En fait, pas juste pour les mouvements parce que même au niveau du passage entre les cinématiques et le gameplay c’était parfait. Or, Ratchet and Clank: Rift Apart poursuit exactement dans la même direction. Non seulement, les déplacements de Ratchet et Rivet sont fluides dans les éléments de plateforme, mais aussi lors des combats.

Le duo possède une nouvelle habilité qui leur permet d’esquiver rapidement les attaques ennemies. Ainsi, en appuyant sur le cercle, notre personnage se déphase de la réalité pour une fraction de seconde. Cela permet à notre personnage de disparaître et réapparaître quelques pas plus loin. On peut s’en servir dans toutes les directions ce qui est excessivement utile. Ça se fait de manière très fluide et on se sent en parfait contrôle de chaque combat grâce à celui-ci. Il suffit d’être alerte et de bien synchroniser nos mouvements.

L’autre élément qui est majeur, c’est le fait qu’on peut tirer les failles dans les dimensions pour se téléporter immédiatement à cet endroit. C’est très impressionnant de voir tout le niveau se déplacer instantanément à notre nouvel emplacement. Selon moi, ces deux mécaniques nous offrent un vrai sentiment de nouvelle génération et qu’on explore le futur du jeu vidéo.

Ratchet & Clank: Rift Apart

Tout un défi

Par la suite, une fois qu’on a terminé le jeu, le mode défi s’ouvre à nous. Pour ceux qui ne sont pas encore rassasiés et qui veulent encore plus d’action, c’est le chemin parfait. Dans celui-ci, les ennemis sont bien plus résistants, mais heureusement on garde notre équipement. D’ailleurs, c’est vraiment agréable de refaire l’aventure avec maintenant l’arsenal complet débloquer et c’est une des rares fois que j’y ai tout de suite replongé. Cependant, ça ne s’arrête pas là puisque plusieurs améliorations d’armes se débloquent à partir de ce moment. Si vous étiez déjà sous le charme de votre roue d’armes, vous le serez encore plus ici. Bref, Insomniac Games a très bien préparé notre seconde visite.

Un visuel à point

Enfin, j’ai déjà parlé un peu du visuel en mentionnant la quantité impressionnante de détails qui se présentent à l’écran. En plus des particules, l’action se multiplie rapidement avec les nombreux ennemis et il y a beaucoup de choses qui se passent simultanément dans l’arrière-plan. Les décors sont vraiment superbes et colorés et on se sent très dépaysé en visitant les planètes. Plus que jamais, j’ai eu l’impression d’être plongé dans une aventure très vivante avec Ratchet and Clank: Rift Apart.

Le titre ressort aussi du lot avec des cinématiques qui semblent sortir tout droit d’un film d’animation. Nos personnages ont beaucoup d’expressions au niveau du visage et même leur fourrure a un look très réaliste. Celle-ci est très dynamique et plusieurs éléments comme le vent ou l’eau ont un impact ce qui témoigne du réalisme. Le Ray-Tracing s’est aussi invité dans la partie avec plusieurs surfaces qui se reflètent avec un réalisme déconcertant.

Ratchet & Clank: Rift Apart

Un grand orchestre

En dernier lieu, j’ai tout simplement adoré la musique et les effets sonores. Insomniac Games s’est payés Mark Mothersbaugh (Thor: Ragnarok, Devo) et, avec son orchestre, il a fait de l’excellent boulot. J’ai rarement été aussi entraîné par une bande sonore et j’avais toujours hâte de découvrir ce qui nous attendait à ce niveau. Honnêtement, j’ai l’impression d’avoir entendu certains instruments pour la première fois de ma vie. À mon avis, ça représentait parfaitement ce que j’imagine qu’entendre en visitant des planètes extraterrestres. Sinon, plus l’action augmentation, plus on était immergé par le crescendo de la musique.

J’ai rarement été aussi entraîné par une bande sonore

J’ai eu ce même sentiment avec les effets sonores qui sont très particuliers. D’ailleurs, la DualSense est vraiment efficace pour reproduire le son de chacun de nos pas sur des surfaces de métal. On pouvait très bien ressentir les différents matériaux dans nos mains, c’est très impressionnant. Je vous recommande fortement de faire ce jeu avec le casque d’écoute de la PlayStation 5 parce que la technologie de l’audio 3D est utilisée à profusion. On se sent dans une bulle en portant le casque et on peut facilement saisir d’où provient chaque son.

Ratchet & Clank: Rift Apart

Verdict sur Ratchet & Clank: Rift Apart

Pour conclure, je n’ai pas grand-chose à reprocher à Ratchet and Clank: Rift Apart outre quelques bogues de collision assez mineurs. En fait, j’en aurais voulu encore plus, mais je crois que ça témoigne que le studio a bien mis la table pour la suite de cette série. Bref, Insomniac Games a fait tout un boulot pour moderniser la franchise et lui donner un nouveau souffle. Je crois qu’il faut souligner leur travail et selon moi ce sera un des jeux les plus appréciés de 2021.

Ratchet and Clank Rift Apart : une aventure multidimensionnelle pleine de cœur
Ratchet & Clank: Rift Apart mélange cœur et humour dans une aventure rocambolesque qui est parfaitement modernisée pour la nouvelle génération. Sa jouabilité est accrocheuse grâce à un arsenal d’armes très variées et des éléments de plateforme bien exécutés. Si vous attendiez le jeu qui allait vous convaincre de sauter à pieds joints dans cette génération de console, le voici. Il utilise les vibrations haptiques de la DualSense, l'audio 3D et les gâchettes adaptatives pour agrémenter l'immersion des joueurs. Il sera sans doute parmi vos favoris de l'année.
9.5
Print Friendly, PDF & Email
Geeks And Com' est LIVE! Cliquez ici pour venir nous voir!
CURRENTLY OFFLINE