Fire Emblem Warriors Three Hopes

Test de Fire Emblem Warriors: Three Hopes – un retour à Fódlan fort différent

Entre Hyrule Warriors et Fire Emblem Warriors, Nintendo a gardé Omega Force et Koei Tecmo forts occupés depuis 2014. Je n’étais pas un grand fan de Musou jusque-là, mais avec maintenant 4 derrière la cravate, j’ai appris à apprécier le genre. Or, le premier dans la série Fire Emblem est probablement celui auquel je me suis le moins accroché, alors Fire Emblem Warriors: Three Hopes n’était pas en haut de ma liste de jeux attendus cette année. Pourtant, c’est probablement le plus complet et le plus abouti des quatre.

Fiche Technique de Fire Emblem Warriors: Three Hopes

  • Date de sortie : 24 juin 2022
  • Style : Musou / Jeu d’action avec des éléments de RPG
  • Classement ESRB / PEGI T / 12
  • Développeur :  Omega Force
  • Éditeur : Nintendo
  • Langue d’exploitation : Offert en anglais avec sous-titres français
  • Exclusivité Nintendo Switch
  • Testé sur Nintendo Switch OLED
  • Prix lors du test : 79,99 $ CA / 59,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Une histoire parallèle

Three Hopes se déroule dans un univers parallèle à celui de Three Houses où on incarne un mercenaire du nom de Shez. Celui-ci a vu sa troupe être anéantie par Byleth et il n’a pas d’autre choix que de rejoindre l’académie militaire du Monastère de Garreg Mach. C’est à ce moment que le joueur fait face aux mêmes choix que dans le jeu original : rejoindre les Aigles de Jais, les Cerfs d’Or ou les Lions de Saphir. Cependant, l’histoire s’accélère puisqu’on passe très peu de temps à l’académie et Byleth n’y est pas présent. Bref, on se retrouve rapidement catapulté au milieu de cette guerre de territoire entre les trois maisons ce qui permet au contexte de se jumeler particulièrement bien au gameplay d’un jeu de type Warriors.

Au départ, j’étais inquiet de me retrouver dans un copier-coller de l’histoire originale, mais ce n’est pas vraiment le cas. Il faut vraiment voir ça comme une réalité alternative avec un nouveau personnage clé important. C’est d’ailleurs très intéressant de suivre Shez et comprendre les mystères derrière ce nouveau protagoniste et son compagnon. D’ailleurs, celui-ci ressemble étrangement beaucoup à celui de Byleth. Et, parlant de Byleth, ça amène une dynamique vraiment intéressante de le voir de l’extérieur. J’aimais beaucoup voir dans quelle direction son histoire à lui allait se diriger. Dans l’ensemble, c’est encore un jeu qui offre beaucoup de rejouabilité avec ses trois scénarios distincts qui mènent à différentes conclusions.

Surtout, la durée d’un scénario est très raisonnable avec une quinzaine ou vingtaine d’heures. C’était parfait pour moi et je préfère avoir l’option de faire deux autres scénarios de la même durée au choix que de faire un 30 h de musou comme avec Age of Calamity.

Fire Emblem Warriors: Three Hopes

Un Warriors à la vraie sauce Fire Emblem

Ensuite, on sait que Koei Tecmo ont travaillé étroitement avec Intelligent Systems et Nintendo pour le développement de Fire Emblem: Three Houses. Alors, les développeurs ont facilement pu réutiliser et adapter les forces du jeu original pour Fire Emblem Warriors: Three Hopes. L’équipe avait fait des pas dans la bonne direction avec la carte remplie d’éléments secondaires dans Hyrule Warriors: Age of Calamity.

Par contre, tout se faisait en surface alors que maintenant tout se fait en trois dimensions dans une petite colonie. On y entraîne nos personnages, on échange, on mange et on fait toutes sortes de tâches secondaires avec eux. Comme dans le jeu original, on a un certain nombre d’actions qui nous oblige à choisir quels personnages de la maison nous voulons développer.

On peut même mettre à niveau nos différents ateliers en ramassant des matériaux et développer les relations entre chaque personnage. En ce sens, je dirais que ça amène le genre vers de nouveaux sommets avec encore plus de personnalisation. Le seul problème selon moi c’est qu’il manquait un peu de classes de combattants. À un certain moment, je me suis retrouvé avec trois mages en même temps et ça me dérangeait parce que je n’avais pas l’impression d’avoir la bonne composition d’équipe. Bref, ce sera à corriger pour les prochains.

Un bon rythme

Au niveau de la jouabilité, j’ai trouvé que les tableaux maintenaient un bon rythme. Entre les batailles de fin de chapitre qui sont beaucoup plus larges et requièrent huit personnages, les autres combats sont de tailles un peu plus raisonnables. Les environnements de ceux-ci sont faits pour un groupe de quatre, alors ils sont plus rapides à compléter. Pour vous donner une idée, on parle d’environ 30 minutes à 1 h pour les grosses batailles et 7 à 15 minutes pour les autres. Le fait d’avoir cette variété aide à la redondance du jeu surtout que tous les personnages sont amusants à contrôler.

L’autre élément qui aide au rythme, c’est que les cinématiques ne s’étirent pas trop entre les combats. Généralement, les plus longues sont à la fin de chaque chapitre et même celles-ci sont plus courtes que dans Tales of Arise par exemple. Et, pour ceux qui veulent absolument se concentrer sur le scénario, il y a un mode histoire qui est simplifié ainsi que deux autres niveaux de difficulté. Ceux qui aiment les combats pourront compléter les nombreuses batailles secondaires qui sont offertes à travers le scénario. On a même le choix entre le mode classique dans lequel nos personnages reviennent à la vie ou un mode pour les joueurs expérimentés où les morts sont finales. Bref, c’est entièrement votre choix.

  • Fire Emblem Warriors: Three Hopes
  • Fire Emblem Warriors: Three Hopes
  • Fire Emblem Warriors: Three Hopes

Une continuité visuelle

Puis, pour ce qui est du visuel, Fire Emblem Warriors: Three Hopes reprend parfaitement le très joli look de Three Houses. Les personnages sont bien définis et on les reconnaît parfaitement du jeu précédent. Le visuel est encore très coloré et on a droit à une narration complète de chaque ligne de dialogues ce qui témoigne d’un bon niveau de qualité de production.

Maintenant, si on regarde sur le terrain, la jouabilité s’est aussi avérée très fluide. J’ai eu que très peu de ralentissement et ça même lorsque je lançais mes pouvoirs sur de grands groupes d’ennemis. C’est dommage qu’on ne soit pas encore à 60 FPS pour les combats, mais au moins c’est stable. Par contre, j’ai très hâte que Nintendo y arrive parce que cette différence entre les autres consoles se ressent de plus en plus.

Fire Emblem Warriors: Three Hopes Edelgard

Verdict sur Fire Emblem Warriors: Three Hopes

En terminant, Fire Emblem Warriors: Three Hopes s’est avéré mon jeu favori du genre jusqu’à présent. Je trouve que les développeurs ont bien capitalisé sur les forces des Musou tout en y joignant les meilleurs éléments du dernier Fire Emblem. Il s’agit encore une fois d’un jeu de longue haleine qui va offrir des dizaines d’heures de jouabilité pour les mordus du genre. Pour les nouveaux venus, il peut aussi être une excellente entrée en la matière comme il offre beaucoup de flexibilité pour les niveaux de difficulté. Sans oublier les nombreuses explications qui accompagnent chaque nouvel élément introduit. Bref, il est facile à recommander.

Fire Emblem Warriors Three Hopes
Test de Fire Emblem Warriors: Three Hopes – un retour à Fódlan fort différent
L'histoire alternative est assez différente et captivante
Trois chemins pour trois scénarios différents
La jouabilité est solide et mieux rythmé
Le musou le plus personnalisable que j'ai joué
La longévité est excellente
Ça reste un peu répétitif
Il manque de classes de combattants
Toujours pas de 60 FPS
8.5
Print Friendly, PDF & Email