Critique de Thor: Love and Thunder

Le réalisateur Taika Waititi est de retour à la barre d’un film de Thor après l’excellent Ragnarok sorti en 2017. Les attentes étaient hautes pour moi, parce que son dernier est probablement le titre du MCU que j’ai réécouté le plus souvent. Cette fois, c’est sous les thèmes de l’amour et du tonnerre qu’on nous propose de suivre la nouvelle aventure du populaire superhéros joué par Chris Hemsworth. Suite aux nombreuses bandes-annonces, on était tous très heureux de voir le retour de Nathalie Portman alias Dr. Jane Foster arborant désormais aussi tout l’attirail d’un dieu du tonnerre incluant le fameux Mjolnir. Alors, est-ce que ce nouveau Thor: Love and Thunder est un autre coup de circuit du réalisateur ?

Fiche Technique Thor: Love and Thunder

Date de Sortie : 8 juillet 2022
Réalisateur : Taika Waititi
Scénario : Taika Waititi et Jennifer Kaytin Robinson
Acteurs principaux : Chris Hemsworth, Nathalie Portman, Christian Bale et Tessa Thompson
Genre : Super-héros, fantastique, science-fiction
Durée : 119 minutes

Un dieu en quête de soi

Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas vous gâcher de détails sur le film. Je veux plutôt parler des grandes lignes dont celle de la quête de Thor durant le film. Si on se souvient bien à la fin du dernier Avengers: Endgame, le superhéros décide de rejoindre les Gardiens de la Galaxie pour aller vivre de nouvelles aventures. Il a perdu beaucoup dans les dernières années et comme en témoignait sa prise de poids, il cherche encore sa place dans l’univers. C’est un thème qui est omniprésent et qui est agréable à suivre. On voit clairement l’évolution du personnage à ce niveau du début à la fin du film.

Thor: Love and Thunder

Malgré que ce soit un thème assez sérieux, la touche de Taika Waititi permet de mélanger tout ça avec plusieurs moments humoristiques. Je ne suis pas le seul dans la salle qui a ri à plusieurs reprises et c’est surtout bien placé. C’est vraiment parsemé à gauche et à droite dans les moments clés sans pour autant ridiculiser les situations précaires dans le scénario. Bref, j’aime ça quand un film de superhéros ne se prend pas trop au sérieux et c’est autant une réussite dans Thor: Love and Thunder que dans Ragnarok.

En fait, même dans sa façon d’être, Thor nous fait comprendre que même pour un Dieu avec un corps d’Apolon, ça ne veut pas dire qu’on est automatiquement heureux. Surtout, voir son côté maladroit dans sa relation avec Jane le rend beaucoup plus humain et j’ai apprécié leurs échanges. Bref, le développement du personnage est vraiment à point jusqu’à la touche finale.

Christian Bale et Russell Crowe dans le MCU

Après avoir enfilé le costume du chevalier noir, Christian Bale passe de DC au MCU en incarnant cette fois Gorr le Boucher des Dieux. J’ai vraiment adoré son jeu d’acteur même si on n’a pas nécessairement exploré les origines du personnage suffisamment. Dès les premières scènes, on voit ses talents d’acteur alors qu’il peut passer de la tristesse, au désespoir pour ensuite retrouver ses yeux éclatants d’espoirs à nouveau. Ensuite, lorsqu’il devient méchant, on voit la folie dans ses yeux et dans ses expressions faciales. Sans oublier que son costume, bien que simpliste, ajoute au côté très sinistre du personnage.

De son côté, Russell Crowe fait aussi une première apparition remarquée dans l’univers Marvel. On a vu dans les quelques bandes-annonces qu’il jouait le tout puissant dieu de la foudre Zeus. Or, il tient bien son rôle et met bien la table sur le thème des dieux qui sont un peu trop arrogants. J’aurais pris un peu plus de chacun de ses personnages, mais le film offre un bon rythme. Qui plus est, ils font assez bien honneur à leur personnage de BD.

Thor: Love and Thunder Gorr

Des décors grandioses et franchement impressionnants

Ensuite, je m’en voudrais de ne pas parler de la cinématographie qui est assez impressionnante. Thor: Love and Thunder nous amène à plusieurs endroits de la galaxie et on s’y émerge facilement. On en a vu un aperçu avant la sortie du film, mais la cité d’Omnipotence est grandiose. C’est très coloré et rempli de divinités assez uniques. Je crois que les gens vont apprécier où Taika Waititi nous a amenés avec certaines d’entre elles. De plus, j’en dirais autant avec le choix des couleurs et des effets spéciaux pour plusieurs autres endroits visités par le groupe, mais je n’en dirai pas plus.

Au niveau des costumes, je trouve que l’équipe est restée assez fidèle aux œuvres originales. J’aime particulièrement le look de Jane et celui de Gorr qui sont très justes aussi. Sinon, j’ai aussi eu un faible pour les différents looks qu’arbore Chris Hemsworth à travers le film. On dirait que tous les habits et styles de coiffures lui vont à merveille.

Enfin, je m’en voudrais de ne pas souligner la vibe des années 80 qui détonne du film. J’adore Guns N’ Roses et il y en a beaucoup dans le film. C’est difficile de ne pas être entraîné dans l’aventure et plonger dans l’action quand le cinéaste nous joue Welcome to the Jungle. Le groupe transcende vraiment les générations et s’agence encore parfaitement dans un film de 2022.

Verdict sur Thor: Love and Thunder

Pour conclure, selon moi, Thor: Love and Thunder est une belle réussite d’un bout à l’autre que je placerais même devant Thor: Ragnarok. Le fait que Taika Waititi continue d’assumer le côté humoristique du superhéros et qu’il en ajoute même une couche sert très bien son audience. C’est vrai que, par moment, on aurait aimé que le film s’étende un peu plus sur certains personnages et bouts de l’histoire, mais c’est difficile de lui reprocher comme le rythme est tellement équilibré. Bref, ce sont 119 minutes qui passent extrêmement vite et vous ne voudrez pas manquer les scènes d’après le générique.

Critique de Thor: Love and Thunder
9.1
Print Friendly, PDF & Email