Trails to Azure

Test The Legend of Heroes: Trails to Azure – les cartes sont jouées

Le chaînon manquant pour faire la transition avec la série Trails of Cold Steel arrive finalement sur PS4 et Nintendo Switch. Quelques mois seulement après avoir localisé Trails from Zero, NIS America nous livre la suite de la dilogie de l’arc de Crossbell. The Legend of Heroes: Trails to Azure est le deuxième et dernier chapitre de ce segment d’histoire parue jusqu’ici uniquement au Japon sur PSP. Avec un look similaire au précédent titre, il fallait surtout s’attendre à quelques ajustements de jouabilité et une histoire encore plus poussée. Or, si on pouvait se lancer dans la série avec Trails from Zero, ce n’est pas du tout le cas ici. Alors, est-ce que le résultat est à la hauteur des attentes des fans ?

Fiche Technique de Trails to Azure

  • Date de sortie : 14 mars 2023
  • Style : JRPG
  • Classement ESRB / PEGI T / 18
  • Développeur :  Nihon Falcom
  • Éditeur : NIS America
  • Langue d’exploitation : Sous-titres anglais avec voix japonaises
  • Disponible sur : PlayStation 4, Nintendo Switch et PC
  • Testé sur Nintendo Switch OLED
  • Prix lors du test : 64,99 $ CA / 49,99 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Des enjeux encore plus grands à Crossbell

Les événements de Trails to Azure se déroulent quelque temps après ceux de Zero. Lloyd cherche encore des réponses à ses questions et il veut s’assurer que le terrible culte responsable de plusieurs enlèvements d’enfants ne sévit plus. Parallèlement, la ville de Crossbell est en pleine transformation autant au niveau de ce qui est connu par le public que dans l’arrière-scène. La mafia et les gangs de rue ne semblent plus être les maîtres en ville et le nouveau maire à de gros projets. Mais que se cache-t-il derrière ceci et pourquoi autant de nouveaux personnages s’intéressent-ils soudainement à Crossbell ? Le SSS a du pain sur la planche et ce ne sera pas une aventure de tout repos.

Lorsque l’histoire commence, deux membres du SSS sont temporairement absents. En effet, Randy et Tio ne sont pas disponibles pour le groupe qui reprend sa fonction. Cependant, deux visages familiers à ceux qui ont joué à Zero se joignent à Lloyd et Elie. D’abord, il y a l’ancien membre de gang Wazy Hemisphere ainsi que la sergente majeure du CGF Noel Seeker. Les deux apportent une bonne nouvelle dynamique au groupe. L’un le fait avec sa personnalité extravagante et l’autre par ses connaissances des forces de l’ordre.

Pour ceux qui suivent la série depuis le début, Azure est un peu comme la cerise sur le sundae qu’on se garde pour la fin. On boucle la boucle à plusieurs instances et, bien sûr, on prépare la suite pour Trails of Cold Steel. Depuis que j’ai joué à Zero, je me demande comment Lloyd et son groupe vont en arriver au point où on les découvre dans la suite. Il y a aussi tout le mystère autour de la mort de son frère Guy qui est un point central de l’histoire et qui m’a grandement intéressé. Enfin, l’aspect détective que j’avais beaucoup aimé dans le premier chapitre est encore très présent. Bref, on découvre encore une grande histoire digne de Nihon Falcom.

Peu de nouveautés

L’histoire est assurément le point de vente principal de Trails to Azure. Ainsi, on peut dire qu’il n’y a pas vraiment de gros changements du point de vue gameplay. Vers la fin de Zero, le jeu introduit les combos crafts qui utilisent 100 CP de deux personnages pour faire de puissantes attaques. Celles-ci sont de retour dès le début du jeu et il y en a encore plus.

Qui plus est, une nouvelle mécanique intitulée burst peut être effectuée dans certains moments clés comme lors des combats de fin de chapitre. Celui-ci nous permet de vider une jauge afin d’enchaîner nos attaques sans riposte possible pour l’adversaire. Ça peut faire une importante différence lorsqu’on veut tourner un combat en notre faveur. J’aime m’en servir pour faire des combinaisons du tonnerre.

L’ajout de l’automobile Orbal fait aussi beaucoup de bien parce que ça accélère grandement les déplacements. J’avoue que je m’énervais un peu à devoir me déplacer à travers les longs corridors entre deux régions. Maintenant, on peut facilement se déplacer et on peut même personnaliser l’auto.

Sinon, les Master Quartz de Trails of Cold Steel font aussi leur apparition grâce à l’Enigma II qu’on n’avait pas dans Zero. Ceux-ci peuvent être améliorés et offrent un incitatif à les maximiser. Le reste est plutôt secondaire comme des objets qui peuvent être brisés dans l’environnement et qui renferment des items utiles. De plus, si on se fait surprendre par un ennemi avec une attaque par l’arrière, on pourrait manger beaucoup de dégâts.

Bref, les nouveautés sont minces, mais c’est correct comme ça aussi. Je ne vois pas vraiment ce qu’on aurait pu amener de plus. Le fait d’avoir des attaques différentes comme les attaques physiques, les arts et les crafts amène un certain niveau de diversité. Si jamais vous trouvez ça un peu ennuyant, le mode super vitesse va accélérer le tout incluant les combats.

Les mêmes améliorations visuelles que Zero

Ensuite, je pourrais essentiellement faire un copier-coller de ce que j’ai dit pour Zero avec Azure sur le visuel. On a encore une fois droit a une version qui ressemble plus à un Remastered qu’un simple portage. Les sprites ont été peaufinés pour offrir des personnages et des décors bien plus lisses. La résolution a aussi été ajustée pour bien remplir les écrans 16:9 versus le 4:3 de l’époque. Ça nous donne une perspective visuelle plus complète et ça passe très bien sur l’écran OLED de ma Switch.

Un des petits soucis que j’ai eu s’était lorsque j’utilisais le mode de vitesse accéléré. On dirait qu’à un certain moment, ça va trop vite pour le processeur et l’écran fige. Or, il suffit de mettre la console en veille et la rallumer et on reprend exactement là où on était. Ça fait peur, mais chaque fois j’ai pu continuer ma partie comme si de rien n’était.

J’ai eu aussi quelques ralentissements de la fréquence d’image à l’occasion, mais c’était très mineur. Enfin, le dernier irritant que je veux souligner, c’est le concept des quêtes cachées. Elles sont vraiment faciles à rater et j’en ai justement manqué une ce qui m’a frustré. Je ne sais pas trop pourquoi à l’époque, les développeurs nous forçaient à parler à 100 NPC pour nous assurer de ne rien manquer.

The Legend of Heroes : Trails to Azure

Verdict sur Trails to Azure

En terminant, The Legend of Heroes: Trails to Azure est une autre excellente aventure qui va plaire aux fans de la série. C’est sûr que c’est un énorme investissement, mais Nihon Falcom nous récompense amplement. Le studio réussit encore à tisser toutes ses toiles et faire des liens quasi improbables entre chacun de ses titres. J’ai hâte de retourner dans un style visuel un peu plus moderne avec Trails into Reverie dans quelques mois. Par contre, ce fut quand même un retour agréable à un look rétro qui tient encore très bien la route.

Trails to Azure
Test The Legend of Heroes: Trails to Azure – les cartes sont jouées
La qualité de l'histoire
Les références entre les titres de la série
Les nouvelles additions au groupe amènent de la variété
Le visuel peaufiné
Les quelques ajouts à la jouabilité sont réussis
Quelques ralentissements
Des quêtes cachées faciles à rater
Le jeu a figé à quelques reprises
8.5
Print Friendly, PDF & Email
Verified by MonsterInsights