Je ne peux pas prétendre être un expert des jeux de combats, mais je n’hésite jamais à m’en procurer un lorsque les avis sont positifs et j’en tire toujours beaucoup de plaisir. Comme bien des gens c’est en jouant, à l’époque, sur des arcades que j’ai fait mes premiers pas avec le genre et c’était déjà la franchise Street Fighter qui en avait pratiquement le monopole. Or, pour souligner les 30 ans de la franchise, Capcom nous propose Ultra Street Fighter II : The Final Challengers, un mélange d’anciens titres de la série avec quelques ajustements. Est-ce un nouvel incontournable pour les propriétaires de Nintendo Switch ?

Fiche technique

  • Date de sortie : 26 mai 2017
  • Style : Jeu de Combat
  • Classement ESRB / PEGI ESRB T / PEGI 12
  • Développeur : Capcom
  • Éditeur : Capcom / Nintendo
  • Langue d’exploitation : disponible en français
  • Exclusivité Nintendo Switch
  • Testé sur Nintendo Switch
  • Prix lors du test : 49,99 CAD / 36,99 €
  • Version envoyée par l’éditeur
  • Site officiel

Le remake ultime

Pour les fins connaisseurs, Ultra Street Fighter II : The Final Challengers est une mise à jour de Street Fighter II : The World Warrior (1991). Cependant, la jouabilité est plutôt basée sur Super Street Fighter II Turbo (1994) et introduit de nouvelles mécaniques comme la possibilité d’empêcher un ennemi de nous saisir pour une projection ainsi que quelques ajustements pour équilibrer les combattants. Si vous êtes un grand compétiteur et un avide amateur de la franchise, aucun doute que vous soyez être heureux de ces petites modifications mineures, mais les joueurs occasionnels ni verront que du feu.

Mode rétro ou moderne ?

De mon côté, c’est surtout le visuel que j’ai trouvé très agréable. Les développeurs n’ont pas choisi de pencher vers le côté très réaliste à la Injustice 2, mais plutôt vers une finition haute définition dont le style ne se détache pas trop des titres originaux. C’est une bonne chose à mon avis qu’on nous propose un style visuel différent des Tekken 7, Guilty Gear Xrd Rev 2 et Injustice 2, pour faire changement. Dans cette itération, on dénote donc des animations plus nettes ainsi que des personnages et des environnements bien mieux définis qu’auparavant sous un format 16:9. Tout comme les effets sonores qui ont aussi été très bien modernisés pour répliquer l’impact des coups et la rage des personnages.

Mais pour attirer ceux qui sont nostalgiques de leurs nombreux combats épiques à l’arcade, on peut dire que le jeu a plusieurs attraits. En effet, il est toujours possible d’activer le mode des graphiques classiques qui maintient le look rétro de l’original ainsi que la résolution en 4:3. Même les effets sonores ont été repris afin de bien vous plonger à l’époque de la Super Nintendo. Bien que j’ai l’impression que Capcom mise un peu trop sur la nostalgie, c’est un petit clin d’œil qui nous rappelle les meilleures années de la franchise et peut difficilement leur reprocher cela.

Cependant, l’implémentation a été faite de manière un peu douteuse, car on ne peut pas passer d’un mode à l’autre de façon rapide. Il faut attendre que le combat soit fini pour ensuite faire un tour dans le menu principal afin d’effectuer les changements voulus. C’est embêtant et il aurait été facile de carrément passer par-dessus cette fonction si vous n’en étiez pas au courant.

Une superbe liste de 19 combattants

Ultra Street Fighter II : The Final Challengers propose une liste de 19 combattants, ce qui veut dire que deux personnages se sont ajoutés à la liste des dix-sept originaux que l’on pouvait retrouver dans Super Turbo. D’abord, on y retrouve Evil Ryu, il s’agit d’une version du héros de la série qui a succombé aux puissants pouvoirs de Satsui no Hado. L’autre personnage est Violent Ken, dont c’est la première apparition dans la série Street Fighter. Ce dernier a été victime d’un lavage du cerveau par M. Bison et il se sert justement des pouvoirs psychiques de ce dernier. Ils sont très semblables à leur alter ego hormis quelques modifications mineures, mais ils se placent bien dans le groupe de combattants.

Pour les amateurs de solo, Ultra Street Figher II nous propose un mode arcade qui nous permet de passer à travers une multitude d’ennemis avant de remporter le grand tournoi. L’attrait est donc d’essayer de passer à travers ce mode avec chaque personnage. Personnellement, j’y ai perdu goût assez rapidement à cause de la redondance de l’exercice, mais les combats se déroulent assez rapidement et on peut ajuster le niveau de difficulté pour s’offrir un défi à la hauteur. Je peux imaginer que les amateurs de jeux de combats vont y trouver leur compte.

Hadouken !!!

Cependant, l’ajout majeur dans Ultra Street Fighter II est l’arrivée d’un mode Hadouken à la première personne. Celui-ci nous permet de faire plusieurs habiletés iconiques de la franchise en faisant certains mouvements avec les Joy-Con. Initialement, j’ai eu un peu de difficulté à m’adapter, mais le mode entraînement m’a donné un excellent coup de main pour mieux comprendre comment faire chaque attaque. On se bat donc constamment contre une horde d’ennemis pour passer à travers les trois modes de difficultés ainsi que le « Endless Mode » ce que j’ai trouvé bien amusant. Même si les mouvements du Joy-Con sont un peu datés et nous rappellent plutôt ceux de la Wii Remote, j’ai eu beaucoup de plaisir dans ce mode à la première personne. Il propose même un système de stats pour notre personnage qu’on peut développer afin de l’améliorer. Ce n’est rien de comparable à ARMS dont vous aurez le test prochainement, mais ce fut quand même assez plaisant et j’ai passé la majorité de mon temps dans celui-ci.

Dans l’ensemble, j’ai trouvé que Ultra Street Fighter II : The Final Challengers se prêtait particulièrement bien à la Nintendo Switch. D’un côté, il est facile de lancer une partie à un contre un avec un ami en prenant chacun une moitié de Joy-Con et déposer la tablette sur une table pour faire quelques combats rapides durant l’heure du lunch. La jouabilité et les combos sont assez simples pour qu’on puisse bien les exécuter même avec une manette aussi petite. De l’autre, c’est aussi bien plaisant d’y jouer dans le salon sur un grand écran avec la Controller Pro lorsque je veux vraiment profiter de l’expérience complète avec les effets sonores au maximum et le graphisme très coloré.

Conclusion

En conclusion, à l’ère où les jeux de combats en offrent de plus en plus pour être attrayants pour le grand public, je ne crois pas que Ultra Street Fighter II : The Final Challengers peut réellement se mesurer à d’autres titres comme Injustice 2 ou Tekken 7. Surtout si on considère que les trois sont parus dans un espace de quelques semaines seulement. Cependant, si vous êtes un grand amateur de la franchise, il n’y a aucun doute que Capcom saura user de votre nostalgie pour vous offrir une expérience amusante pour au moins quelques heures.

NOTES
Note d'enthousiasme
6.5
PARTAGER
Passionné de techno et surtout de jeux vidéo, j’ai un Baccalauréat en Administration des Affaires et j’adore mélanger les jeux vidéo à la finance. Curieux, je joue à presque tous les genres et je suis toujours prêt à essayer de nouvelles expériences vidéoludiques. Il y a toujours quelques nouveautés dans ma ludothèque prêtes à être jouées. Je suis le rédacteur en chef de Geeks & Com' et le responsable de la section Jeux vidéo.