Depuis maintenant quelques années, les amateurs de frissons et d’horreur peuvent savourer de nombreuses expériences vidéoludique sur ce thème. C’est notamment le cas avec Dead by Daylight disponible depuis l’été 2016 sur PC. Cependant, les développeurs avaient toujours mentionné qu’ils souhaitaient amener l’expérience sur console le plus tôt possible et voilà que c’est maintenant le cas avec la version Xbox One et PS4 disponible depuis le 20 juin. L’équipe de Geeks and Com’ en profite pour réaliser le test complet de ce jeu développé par le studio Behaviour Digital Inc. et édité par Starbreeze Studios.

Fiche technique

  • Date de sortie : 16 juin 2016 (PC) / 20 juin 2017 (Xbox One et PS4)
  • Style : Action
  • Classement ESRB / PEGI ESRB M / PEGI 18
  • Développeur : Behaviour Digital Inc.
  • Éditeur : Starbreeze Studios
  • Langue d’exploitation : Disponible en français et en anglais
  • Disponible sur PC, Xbox One et PS4
  • Test effectué sur Xbox One
  • Prix lors du test : 36,99 $ CA / 39,29 €
  • Site officiel
  • Version envoyée par l’éditeur

Tuer ou être tué

Avant même d’attaquer les points forts et les points faibles de cette adaptation sur console de Dead by Daylight, il est important de faire le tour des différentes fonctionnalités et principe de ce jeu d’action et d’horreur. Uniquement disponible en multijoueur, le titre développé par Behaviour Digital Inc. propose une jouabilité très facile à comprendre. Comme le titre de ce paragraphe, le joueur a le choix entre être le tueur ou l’un des survivants qui tentent de s’échapper et d’éviter d’être torturés. Pour offrir une expérience différente selon notre rôle dans la partie, les survivants ont une vue à la troisième personne tandis que le tueur possède une vue à la première personne qui réduit largement son champ de vision. Le principe demeure simple, mais Dead by Daylight est très amusant et sans m’en rendre compte j’enchaînais les parties les unes à la suite des autres.

Pour remporter une partie en tant que survivant, vous devez réparer un nombre précis de générateurs pour ensuite déverrouiller la porte et vous enfuir. Attention, pour réussir à faire fonctionner l’électricité vous devez être rapide sur votre manette, car sinon le générateur aura une petite explosion et le tueur en sera informé. Une autre manière de remporter la partie en tant que survivant est de trouver la trappe secrète dissimulée sur la carte qui va s’ouvrir uniquement si vous êtes le dernier en vie.

Du côté du tueur, votre objectif est simple : attraper et tuer les survivants ! Pour réaliser cela, il faut amener les survivants sur des crochets. Garder l’œil ouvert, car les autres personnages en vie peuvent venir sauver leur compagnon.

Enchaîner les actions

Cependant, en enchaînant les parties nous tombons très rapidement dans la répétitivité. On tombe dans la routine et que l’on soit le tueur ou encore un survivant ont effectue les mêmes actions et les mêmes gestes. Certes, les développeurs ont ajouté certains éléments sur chaque carte pour pimenter un peu les parties, mais selon moi ces ajouts ne sont pas suffisants pour éviter l’ennui à la longue. Bien entendu l’angoisse est présente surtout lorsque nous sommes un survivant, mais il aurait été intéressant de proposer plus de dynamisme afin d’accentuer cet effet de stress permanent.

Progresser pour mieux survivre ou tuer !

Afin justement de déjouer la répétitivité du titre, les développeurs du studio Behaviour Digital Inc. proposent un système de progression unique pour chaque personnage autant chez les survivants que pour les différents tueurs disponibles. Lorsque vous accumulez suffisamment de points d’expérience vous pouvez débloquer des avantages personnalisables qui s’adaptent à votre stratégie. Certains bonus mettent l’accent sur la vitesse tandis que d’autres concernent plutôt la discrétion. Le tout s’adapte à votre façon de jouer.

Des problèmes de serveurs

Disponibles en version définitive, les amateurs s’attendaient à obtenir une stabilité sur Dead by Daylight. Principalement, car le titre offre qu’un seul mode de jeu et ce dernier est en ligne nécessitant une bonne connexion, mais aussi un matchmaking efficace. Malheureusement, même encore aujourd’hui il n’est pas toujours facile de trouver une partie sans bogue. Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’attendre plus de 15 minutes afin de pouvoir jouer une partie complète. Dans un jeu dans lequel nous pouvons mourir très rapidement, je souhaite pouvoir enchaîner les parties plus rapidement. De plus, les serveurs sont souvent fermés et il est alors impossible de trouver des joueurs.

Jouer entre amis

Là où Dead by Daylight est vraiment amusant, c’est lorsque l’on joue entre amis en ligne. En effet, incarner le tueur l’un à la suite de l’autre tout en discutant vocalement, et ce même avec notre ennemi, est la meilleure façon de profiter correctement du titre. Le jeu prend vraiment tout son sens lorsque nous sommes avec des amis. Cependant, de nombreux joueurs utilisent leur micro pour communiquer directement in-game et l’expérience vidéoludique devient beaucoup plus simple surtout lorsque nous sommes un survivant.

Conclusion

Dead by Daylight propose un concept fort intéressant et amène un sentiment d’angoisse et de stress permanent tout au long de nos parties. Que nous soyons un survivant ou encore le tueur, le titre développé par le studio Behaviour Digital Inc. demeure très amusant même si à la longue on tombe rapidement dans la routine. La direction artistique possède aussi son charme avec une ambiance bien sombre digne des films d’horreur de l’époque. De plus, le titre s’adapte très bien aux contrôles sur consoles et même si vous avez déjà joué à Dead by Daylight sur PC vous n’aurez aucun mal à vous adapter. Néanmoins les problèmes de serveurs et les différents bogues gâchent une partie de l’expérience que tentent de proposer les développeurs. Le tout peut être amélioré à l’avenir, car le studio propose différentes mises à jour depuis la sortie du jeu sur PC. À noter que la version console profitera aussi des DLC dans un avenir rapproché.

 

NOTES
Note d'enthousiasme
7
PARTAGER

Passionné de technologie, de musique, de jeux vidéo, de cinéma et de sports, j’étudie présentement en Animation et Recherche Culturelle à l’UQAM. Malgré mon jeune âge, j’ai déjà quelques expériences dans le domaine des communications. Rédacteur pendant 1 an pour le site Game-Focus, j’ai ensuite rejoint l’équipe de l’Épée Légendaire jusqu’à la fusion avec l’équipe Geeks and Com’. J’ai aussi eu l’occasion d’être streamer pour le site français Jeuxvideo.com. Je continue d’explorer ma passion pour la vidéo en ayant une chaîne YouTube connue sous le nom d’HypnoticMarc.